AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 497
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Dim 15 Fév - 10:42

Suite du RP commencé ICI



Convalescence(s)
Chad&Mick& Matrim
Le départ de Chad m’avait laissé un peu en panique. Alors que je le voyais quitter ma boutique, sa veste sur le dos, je me retrouvai seul, avec la conscience que les douleurs finiraient par revenir. Il m’avait donné du répit, il fallait que j’en profite avant qu’il ne soit trop tard. Ayant demandé gentiment à mon plancher de se réaménager, sous le comptoir, je pu y planquer le peu de fric que ma caisse comportait. Avec un soupir résigné, j’améliorai la scène de crime, cassant un ou deux trucs de plus, et forçant ma caisse, ou du moins, j’envoyais ma bestiole le faire…. Décidément, elle était mal menée… Je pu enfin appeler les urgences, et j’avoue que mon transport se passa dans des brumes vaporeuses. Ils m’avaient shooté à l’antalgique et aux antis douleurs divers, ce qui me mit immédiatement en torpeur…. Je me rappelle avoir répondu ensuite à diverses questions, et leur avoir servi la soupe du cambriolage… Assez plausible au demeurant.. Pas de bol pour le nouvel arrivant… Mon assurance payera… De toutes façons, ça ne représentait pas une somme trop importante pour qu’une enquête soit lancée….

Je me réveillai donc, ce matin… Était-ce le matin ? Difficile à dire, dans cette chambre d’hôpital standardisée. Une jolie infirmière, le teint mat, les cheveux noirs, ondulés, me réprimanda gentiment…

- Monsieur Damodred, c’est pas le moment de vous agiter.. Vous ne devriez même pas vous réveiller si tôt… Je dois dire que je suis assez contente des pansements que je vous ai faits… Ils sont impeccables..

Je souris, conscient que ma bestiole, ou plutôt mon inconscient avait agi, rendant ces fameux pansements plus efficaces. Mon lit était super confortable également, pour les mêmes raisons… J’avais déjà été à l’hôpital, je n’y restai jamais très longtemps, car tout avait tendance à être plus efficace… Rien de miraculeux, juste … optimisé..

- Je m’appelle Melissa McCall., me dit-elle. Et vous allez m’avoir sur le dos dès que vous ferez un truc stupide.. Vous n’imaginez même pas combien de gens font des trucs stupides dans cette ville…

J’éclatai de rire, ce qui me fit mal aux cottes.

- Oh, si, figurez vous… La ville idéale pour moi… Elle se rapprocha, tamponna une dernière fois mon oreiller, satisfaite et me fit un joli sourire, avant de partir, visiblement très occupée. Un léger pli de contrariété semblait cependant titiller ses sourcils…

Je regardai à gauche et à droite, et sous les draps.... J’étais en boxer, mais pas celui que je portais la veille… Peu importe, je n’étais pas à ça près. Je me replongeais dans mes souvenirs, pour digérer ce qui c’était passé. Pour une installation, c’était plutôt intense.. J’observai mon corps, me projetant un peu sur mon avenir proche. Je devrai plutôt bien m’en sortir, mais je supputai déjà garder au moins une petite cicatrice… Bah, ça fera plus viril, voilà tout.

J’étais seul dans cette chambre. Pendant un moment j’eus l’espoir de voir des chocolats sur la table à côté de mon lit. Je soupirai… Et puis quoi encore ? Je ne connaissais personne ici… Pas encore… Je fermai les yeux, repassant encore et encore les événements de la veille. Fallait-il que je les grave, et si oui, dans quoi ? Je me replongeai avec délice dans la sensation d’être entouré, contre quelqu’un… Les yeux toujours fermés, mon sourire s’élargit… Malgré ce que m’avait dit cette vieille femme, enfant, ça venait de prouver qu’elle avait tort… Je n’étais pas condamner à errer, même si ce n’était pas le bon… Je savais qu’il ne fallait pas que j’aille sur ce terrain… Que ces souvenirs la n’apportaient rien de bon, même si je leur devais mon don si particulier. Je me rappelai ce que j'avais pris le temps de faire avant de partir, et regardait, amusé, le tiroir de ma table de nuit.

(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Lun 16 Fév - 11:16









Visites à l'hôpital




J’avais mal dormi. Je culpabilisai de savoir Matrim à l’hôpital par ma faute. Je m’en voulais de n’avoir pas su me maîtriser. Hier soir, je m’étais assuré de son état en téléphonant à l’hôpital. Par chance j’étais tombé sur la mère de Scott. Elle ne m’avait pas questionné sur l’origine des blessures de Matrim, je n’avais rien dit non plus. Mais certains silences en disent longs. Ce que j’appréciais chez Melissa McCall était sa délicatesse et son tact. Avec son fils elle avait compris depuis longtemps qu’il fallait qu’elle laisse venir les informations à elle et non pas aller les chercher de force.

Mick pouvait m'accompagner puisqu'il ne portait plus le bracelet électronique. Il avait compris mon embarras, et les capacités de Matrim dont je ne lui avais rien caché l’intéressaient. Mick était presque prêt à tout pour retrouver sa mémoire. Je n’étais pas certain que Matrim soit partant, car ce qu’il y avait d’enfoui dans la cervelle de Mick risquait de ne pas être très joli à revivre. Puis Matrim semblait avoir un peu le même défaut que moi : une incapacité flagrante à ne pas savoir dire non.

En sortant, je dis à Mick qu’on ne pouvait pas se pointer les mains vides. Nous n’étions pas assez familiarisés avec lui pour des fleurs ou autre truc du genre. Et je me dis que la sempiternelle boite de chocolat était d’un convenu ennuyeux. Puis je me souvins que Matrim était aussi sculpteur.

L’hôpital et ses odeurs d’antiseptique, de maladies et malheureusement de fin de vie, était très désagréable avec un odorat développé comme le mien. Melissa McCall pinça un peu les lèvres quand elle vit ce que j’avais entre les mains.

- Il va m’en mettre de partout ! S’exclama-t-elle.

- C’est à mourir d’ennuis ici, plaidai-je pour ma cause.

Mick semblait amusé de voir Melissa faussement fâchée et moi de jouer au bon toutou mignon. Nous prîmes l’ascenseur puis l’aile de la médecine générale. L’ambiance était « hôpitalesque », avec ses patients, qui depuis leur chambre, regardent avidement le couloir dans l’espoir d’une visite, ses infirmières qui courent partout, les visiteurs paumés car la personne qu’ils viennent voir a changée de chambre. Je frappe à la porte entrouverte de la chambre où doit se trouver Matrim qui effectivement s’y trouve. Son visage s’éclaire en voyant ma tête. J’en déduis qu’il ne m’en veut toujours pas. Cela me soulage du poids qui m’a fait mal dormir.

- Hey ! Tu vas mieux ? Je te présente Mick, mon compagnon, dis-je en me décalant pour laisser entrer Mick.

Un regard, des échanges de salutations amicales, je m’avance vers Matrim.

- Tiens dis-je en lui déposant une boite carré sur les genoux. Je suppose que tu as les doigts qui te démangent à force de rien faire. C’est une boite pour faire des origamis. Je t’aurais bien amené un morceau de bois et des ciseaux mais je pense que je ne passais l’accueil…

Matrim ouvrit le couvercle. Il y avait du papier de toutes les couleurs et un livret avec des modèles.

- Puis ça c’est pour ton ventre, poursuivais-je en posant mon dernier carton remplit de pâtisseries provenant du restaurant français qui était sur notre chemin et qui faisait aussi salon de thé.

Là, le regard gourmand de Matrim nous fit tous rire.

- T’essayera de ne pas en mettre partout, miettes de gâteau ou cocottes en papier, où je me fais latter par une certaine latino !

J’étais soulagé de lire le plaisir de cette visite dans les yeux de Matrim.

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1322
Réputation : 198
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Mar 17 Fév - 23:48


Boite blanche


Chad a bougé toute la nuit. Son sommeil agité pèse sur nous deux lorsque nous sortons du lit. Une douche rapide nous aide tout de même à chasser les brumes matinales et à réveiller nos corps.

J’avais décidé d’attendre la réunion que nous avons organisée avant de choisir si je retirais ce bracelet électronique. C’est chose faite depuis la veille. Robin avait eu un geste salvateur, s’obligeant à porter ce fardeau à ma place. James avait accepté de le loger, puisqu’il vivait dans le périmètre autorisé.

Nous allongeons un peu le trajet puisque Chad, par politesse, ne souhaite pas arriver les mains vides. Sa culpabilité doit également peser dans la balance. Il ne perd le contrôle que dans de très rares moments. C’est aussi pour cette raison que j’avais tenu à l’accompagner. Ce Matrim est vraiment spécial. À l’image du cadeau que lui apporte Chad. Je souris d’avance. Ça a le mérite d’être original et personnalisé. Nous passons également devant ce salon de thé français pour un deuxième achat, plus intéressant et à mon goût.

Chad m’affuble d’une claque sur la main quand je tends le bras pour attraper le sachet.

- Porte celui-ci toi, m’ordonne-t-il gentiment.

Lorsque nous arrivons à l’hôpital, le sourire faussement contrariée de cette infirmière me change les idées. Il faut dire que même sans avoir l’odorat d’un loup, ce genre de lieux dégage toujours quelque chose que je n’aime pas. Une stérilité angoissante mélangée à des antiseptiques en tout genre. Depuis que je suis jeune, je n’aime pas les hôpitaux. J’avais de mauvais souvenirs, cet autre enfant qui étais souvent malade dans la famille qui m’avait accueilli. Je pense à eux parfois. Mais toujours à ma famille d’abord, ma vraie famille. Qui n’est plus. Par le passé, les soins, après des missions périlleuses étaient administrés en internes. Et nous avions l’habitude de nous servir nous-même d’une seringue pour nous administrer en urgence un antipoison ou un antidouleur. Quand ça n’était pas pire.

Je laisse de côté ces souvenirs de ce qui semble être une autre vie, et entre dans la chambre qu’occupe Matrim. Il est assez mignon malgré les blessures qu’il porte. Je ne peux m’empêcher d’être un peu jaloux de la proximité qu’il avait eue avec Chad. Mais la façon dont il me présente auprès de son nouvel ami me satisfait amplement.

- Hey ! Tu vas mieux ? Je te présente Mick, mon compagnon, dit-il en me laissant le saluer.

Puis il tend fièrement de cadeau qu’il a choisi accompagné du sachet de pâtisseries.

- Tiens, ajoute-t-il. Je suppose que tu as les doigts qui te démangent à force de rien faire. C’est une boite pour faire des origamis. Je t’aurais bien amené un morceau de bois et des ciseaux mais je pense que je ne passais l’accueil… Puis ça c’est pour ton ventre, poursuivais-je en posant mon dernier carton remplit de pâtisseries provenant du restaurant français qui était sur notre chemin et qui faisait aussi salon de thé.

Matrim semble beaucoup apprécier cette attention et il nous remercie l’un et l’autre d’égayer sa convalescence.

- T’essayera de ne pas en mettre partout, demande Chad. Miettes de gâteau ou cocottes en papier, où je me fais latter par une certaine latino !

- Avec ça, tu as de quoi vite te rétablir, je n’ai pas eu le droit d’y toucher, me plains-je en faisant mine de bouder et d’aller regarder par la fenêtre.

- C’est donc toi le fameux Mick, dit Matrim en se redressant dans son lit.

- C’est moi, répond-je. Il parle beaucoup de moi ?

Chad rougit légèrement mais me montre l’anneau qu’il porte au doigt. Symbole d’amour et de fierté. Il est vrai que si j’avais des amis proches avec qui discuter, j’aurais évoqué à plusieurs reprises mon petit ami récemment devenu mon fiancé. James a d’ailleurs été le premier à le savoir. Et le seul. Comme une habitude tenace, je porte aussi ma main au médaillon qui me rappelle mes parents. Ils auraient été heureux et fiers de rencontrer Chad.


(c) Fiche par Mafdet




Dernière édition par Mickael Wayne le Sam 28 Fév - 23:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 497
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Mer 18 Fév - 13:07




Convalescence(s)

Chad&Mick& Matrim
Je me faisais chier chier chier… Chaque fois que j’essayai de me lever, c’était une série de douleurs à des endroits très originaux qui me rappelait que je devais rester où j’étais, encore pour quelques temps… Le seul truc qui me réconfortait, c’était que je savais qu’en règle générale, tout était optimisé et que j’avais donc tendance à guérir plus vite… J’enviais tout de même la capacité régénérative des loups, ce qui me fit de nouveau penser à Chad… J’imagine qu’il y avait plus mal lotis que moi..

Je pensai également à mon atelier, planqué dans l’arrière-boutique. Il me manquait déjà… En fait, ce qui m’énervait le plus, c’était de ne rien avoir à faire… Et bien entendu, comme j’étais nouveau dans cette ville, je ne risquai pas de recevoir beaucoup de visite. Après avoir zappé en boucle sur les chaînes, je renonçai à m’abrutir encore plus… Puis, soudainement, j’entendis des bruits de conversation et des pas près de ma porte. Et quand celle-ci s’ouvrit, révélant Chad dans un premier temps, suivis d’un deuxième beau gosse, je fis mon plus beau sourire, réellement content de le voir. Il avait tenu parole, et j’en étais ravi.

- Hey ! Tu vas mieux ? Je te présente Mick, mon compagnon, dit-il…

Je détaillais son mec, un air fripon accroché au visage, que je réservai d’habitude à ma mère, de son vivant, quand je voulais la faire craquer.

-Bonjour, Mick, compagnon de Chad. Plaisantai-je..
-Ben tu ne m’avais pas mentis, il est canon ! Ajoutai-je en direction de Chad.
-Ravis de te rencontrer aussi, Mick.

Mon regard indigo était sans doute pétillant de malice et de joie. En fait, jusqu’à ce que je voie Mick, je trouvais injuste que Chad soit engagé dans quelque chose de sérieux. Mais maintenant que je l’avais sous les yeux, c’était une évidence… Ils se complémentaient tellement, ils bougeaient ensemble, pas comme des automates, mais comme des éléments en symbiose. C’était super beau à voir, même si j’eus, je l’avoue, un pincement au cœur, espérant un jour connaitre la même chose, malgré les prédictions funestes de cette vieille harpie…

- Tiens. Je suppose que tu as les doigts qui te démangent à force de rien faire. C’est une boite pour faire des origamis. Je t’aurais bien amené un morceau de bois et des ciseaux mais je pense que je ne passais l’accueil…

Je regardai, réellement surpris, la boite sur mes genoux, bloqué, ne sachant pas quoi dire… Mes doigts me démangeaient effectivement et lorsque j’ouvris la boite, je devais avoir l’air d’un gamin le matin de noël. C’était super touchant de sa part, et si original.

- Merde, t’es trop… J’veux dire.. Merci, c’est super.. Dis-je, les yeux un peu embués…

- Puis ça c’est pour ton ventre.

Je tournai rapidement la tête délaissant mes projets à court terme, remplis de couleurs et de bordel en tout genre, et au moment où je vis les gâteaux, je déglutis, parfaitement synchrone avec un gargouillis provenant de mon ventre, ce traitre qui m’empêchait de rester digne. Je rougis, puis j’éclatais de rire.

- Aie ! M'exclamai-je, me tenant les côtes. Du coup tout le monde se mit à rire de nouveau. Les larmes me montaient aux yeux, mais ça n’avait rien à voir avec le rire, néanmoins j’étais content de pouvoir compter sur lui pour masquer mon émotion plus intense. Le voir. Les voir me faisait un bien immense, même si je ne connaissais pas encore Mick.

- Avec ça, tu as de quoi vite te rétablir, je n’ai pas eu le droit d’y toucher, se plaignit Mick.

Je souris en le regardant, la tête légèrement penchée, un tic que j’avais du mal à atténuer… Il était très beau, tout comme Chad. Les veinards ! Enfin, en repensant à l’histoire de Chad, peut-être pas tant que ça, et si ça se trouve ce Mick avait lui-même son lot d’emmerdes…

- C’est donc toi le fameux Mick ?, dis-je, essayant de me redresser.

- C’est moi, répondit-il. Il parle beaucoup de moi ?

J’éclatais de rire en regardant Chad rougir et montrer son anneau.

- Nooooooooooooooon… tu penses… Enfin ce n’est pas comme si on avait été occupés à survivre, d’un autre côté… Tain ce que vous êtes beaux ! J’aimerai vous sculpter, si vous acceptez.. Acceptez ? Siouplait ? Dis-je en battant des cils, façon « chat potée »… Et pour porter le coup de grâce, j'offris en pature un gateau pour chacun de mes invités, en leur présentant la boite, et en boulotant comme un flamby une pauvre douceur sucrée qui n'avait fait de mal à personne.

Fallait absolument qu’ils craquent, j’avais trop envie de les immortaliser. Chaque fois que j’arrivai à immortaliser un truc aussi cool, c’est comme si je claquais le beignet à cette vielle mégère….
Mais un truc me taraudait...

- Dis, Mick.. tu es.. hmm.. Spécial comme Chad ? J’veux dire…  Pas spécial, genre, comme nous trois, mais genre… Oh et puis merde…

La porte de l’entrée de la chambre était encore entrebâillée et j’avais besoin d’un peu d’intimité pour poser correctement la question… J’étais alité, mais pas sans possibilité d’agir sur mon environnement. Je ne craignais plus rien de Chad, on avait trop partagé, et je souhaitai gagner la confiance de Mick. Alors mon regard se teinta de vert, parsemé de lueurs dorées, et la porte, après un petit soubresaut, claqua, puis se ferma. On entendit distinctement le verrou se fermer, par précaution.

- Bon.. Donc, tu es un p’tit loupiaud toi aussi ? J’avais jamais espérer en rencontrer un, c’est merveilleux… Mes yeux étaient de nouveaux « normaux », si on pouvait qualifier le bleu indigo, virant parfois au gris, assez caractéristique de mon regard de « normal », mais j’étais de nouveau comme un gamin découvrant une pile de jouets, les observant tous les deux, comme des anges tombés du ciel. Je gravais leur traits, la couleur de leur yeux, de leur cheveux, j'observai comment la lumière glissait sur eux. Je n'y pouvais rien, c'était ma façon de rendre sérieuse une relation, et mon habitude d'observer, par la photo et la sculpture. Je sentais que cette rencontre me marquerait pour un bon moment...

(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Jeu 19 Fév - 11:16









Complicité




Matrim observait Mick avec un regard gourmand.

- Bonjour, Mick, compagnon de Chad. Ben tu ne m’avais pas menti, il est canon ! Ajouta-il. Ravis de te rencontrer aussi, Mick.

Je fronce les sourcils faisant comprendre au photographe que côté mec, je ne suis absolument pas préteur. J’ai d’ailleurs toujours du mal à encaisser de devoir la libre circulation de Mick grâce au dévouement de son ex… ce Robin. Mon cadeau fait mouche et j’en suis ravi. C’est une manière de me faire pardonner, même si Matrim semble depuis le début, penser ne rien avoir à me pardonner.

- Merde, t’es trop… J’veux dire...  Merci, c’est super…

Je souris, certes j’ai choisi mon présent avec une attention particulière. M’intéressant à sa personnalité et à ce qu’il est, mais de là à avoir les yeux humides, j’en déduis qu’il n’est pas accoutumé à ce genre d’attention. J’ai toujours cette impression de solitude qui rôde autour de lui. Son ventre se manifeste lorsqu’il ouvre la boite de gâteau. Son embarras nous fait finalement rire tous les trois. Mick a fait son boudeur jaloux de gâteau. Alors que je le rejoints près de la fenêtre, Matrim s’exclame :

- C’est donc toi le fameux Mick ? Dit-il en essayant de se redresser.

- C’est moi, répond Mick. Il parle beaucoup de moi ?

- Nooooooooooooooon… tu penses… Enfin ce n’est pas comme si on avait été occupés à survivre, d’un autre côté…

Je vire au rouge. J’ai l’impression d’être un gamin pris en faute. Je montre l’anneau qui orne mon doigt comme s’il pouvait me disculper de toute obnubilation sur Mick. Il est ma moitié, mon oxygène, ma vie. Les révélations de mon père nous prouvent que notre destin est lié. Si l’idée d’un grand plan prévu d’avance bien avant ma naissance m’effraie, le fait que cela me conduise à Mick me convient tout à fait.  Je leur fais une grimace qui signifie « bande d’idiots ». L’ambiance dans la chambre est légère, il faut dire que Matrim est très spontané. Si Mick est par ailleurs, charmant et charmeur, sa vie semée de danger lui donne une certaine retenue qui parfois refroidit les gens. Son air mystérieux m’avait intrigué et surtout au-delà de l’apparence c’est le gars que j’avais perçu dessous ce verni qui m’avait touché. Matrim est un peu ainsi, une apparence à plusieurs couches. Il faut savoir interpréter toute la gestuelle, les phrases qui se coupent, les regards qui se baissent le temps d’un battement de cils, pour comprendre ce genre de personne. En saisir l’essence profonde, leur véritable moi.

- Tain ce que vous êtes beaux ! J’aimerai vous sculpter, si vous acceptez... Acceptez ? Siouplait ? Nous dit-il avec des yeux de Caliméro et en nous offrant un gâteau.

Je regarde Mick qui saisit un gâteau avec un air de défi à mon égard. Je secoue la tête, d’habitude dans notre couple, c’est moi qui joue au gamin. Et là, j’avoue que je le trouve craquant à faire semblant de me bouder et de me défier pour des pâtisseries.

- Nous sculpter ? Je ne suis pas certain que Mick soit capable de rester sans bouger plus de cinq minutes.

L’intéressé lève les yeux au plafond, mais je sais que c’est un homme d’action. Il a beaucoup souffert de se retrouver coincé à domicile par son bracelet électronique. Je vais pour décliner l’offre de Matrim, je ne me vois pas poser ainsi avec Mick, mais plus j’imagine la scène, plus un large sourire éclaire mon visage. Cela pouvait donner lieu à des moments épiques, et puis cela nous donnerait une activité commune en dehors des ennuis habituels. Cela avait un côté vie normal qui m’attire tant.

-  Pourquoi pas, dis-je sans consulter Mick.

Matrim semble heureux de ma réponse, quant à moi j’évite de regarder du côté de Mick. Je me redresse en regardant Matrim, son comportement semble soudainement avoir changé.

- Dis, Mick.. tu es.. hmm.. Spécial comme Chad ? J’veux dire…  Pas spécial, genre, comme nous trois, mais genre… Oh et puis merde…

La porte bouge toute seule et se referme dans un léger claquement.

- Tu n’es pas sensé te ménager ? Demandai-je.

- Bon... Donc, tu es un p’tit loupiaud toi aussi ? J’avais jamais espérer en rencontrer un, c’est merveilleux…

Je regarde Mick amusé. Qu’est que cela donnerait s’il était lui aussi un loup ? Puis je détaille Matrim.

- Qu’est-ce qui te fascine tant chez les loups ? On est potentiellement dangereux, maintenant tu es bien placé pour le savoir…

Je ne comprends pas cet engouement qu’ont certains pour les créatures surnaturelles. C’est vrai qu’enfant, de dessinais des maisons, des immeubles, des plans, des villes entière, mais jamais le moindre animal fabuleux. Mes rêves étaient parsemés de villes du futur, de ponts audacieux, jamais je ne m’étais vu en quelconque héros dans un monde fantastique. Nos rêves de gosse ne construisent-ils pas l’adulte que l’on devient ?

- Tu pourrais me sculpter un Mick en chocolat ? Dis-je en regardant mon homme avec gourmandise. Ce fut à son tour de secouer la tête…

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1322
Réputation : 198
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Dim 22 Fév - 23:17


Les M&Ms de Chad



- Nooooooooooooooon… tu penses… Surenchérit Matrim. Enfin ce n’est pas comme si on avait été occupés à survivre, d’un autre côté… Tain ce que vous êtes beaux ! J’aimerai vous sculpter, si vous acceptez. Acceptez ? Siouplait ?

Je fronce les sourcils, pas habitué à ce genre de demande. Chad m’a parlé de Matrim, de son côté accaparant mais très sympathique.

- Nous sculpter ? Je ne suis pas certain que Mick soit capable de rester sans bouger plus de cinq minutes, intervient Chad en me regardant du coin de l’œil.

Il a raison. Je n'aime pas être enfermé et ces derniers temps ont été éprouvants. Oh Chad, je reconnais très bien ce petit sourire…

-  Pourquoi pas, dit-il sans me demander mon avis.

Matrim remue de joie dans son lit, à défaut de pouvoir sautiller. Chad me tourne volontairement le dos, je ne suis pas contrarié mais j’aurais quand même transmis un petit regard comme si j’avais grondé un enfant. Après tout, si être sculpté par un ami faisait plaisir à Chad, je ne pouvais pas refuser éternellement.

Je reporte mon attention sur Matrim qui me dévisage.

- Dis, Mick... tu es… hmm… Spécial comme Chad ? J’veux dire…  Pas spécial, genre, comme nous trois, mais genre… Oh et puis merde…

La porte claque soudainement. Je fais un mouvement en avant pour vérifier si quelqu’un nous écoutait jusqu’à présent. Chad semble avoir compris ce qu’il vient d’arriver.

- Tu n’es pas sensé te ménager ? Intervient-il auprès de Matrim.

Est-ce ça ce pouvoir particulier dont m’a parlé Chad ? Investir les objets. Jusqu’au point de pouvoir fermer une porte au nez des curieux. C’est assez flippant à voir en face. Quand Chad m’a raconté, j’ai été incrédule mais je dois bien admettre que c'est spécial.

- Bon... Donc, tu es un p’tit loupiaud toi aussi ? J’avais jamais espérer en rencontrer un, c’est merveilleux…

Merveilleux ? J’espère qu’il est attaché à Chad en tant qu’ami pas comme un fanatique. Je prends note d’essayer de comprendre ce qu’il souhaite et j’espère ne pas découvrir qu’il cache quelque chose de suspect.

Chad me renvoie un sourire amusé. Il est mon loup, pas l’inverse. Je l’ai su dès l’instant où je l’avais vu. Déformation professionnelle oblige, ça avait capté mon attention.

- Qu’est-ce qui te fascine tant chez les loups ? Demande-t-il à Matrim. On est potentiellement dangereux, maintenant tu es bien placé pour le savoir…

Chad m’a confié être triste et désolé d’avoir attaqué Matrim. Je sais les souvenirs douloureux qui ont engendré cet excès. J’ai moi-même le cœur lourd de savoir qu’on avait pu le faire souffrir de la sorte. Je n’ai jamais exprimé clairement mon désir de venger ses supplices, mais il est bien réel.

- Tu pourrais me sculpter un Mick en chocolat ? Dit Chad en me regardant avec envie.

Je secoue la tête en souriant car il change de sujet. Les histoires de loups, et par opposition de chasseurs, ne font pas vraiment des discussions plaisantes.

- Je suis humain, mais pas vraiment sans défense, fais gaffe je peux être redoutable. Et toi, comment on peut te qualifier ? Demande-je à Matrim pour orienter l’attention ailleurs que sur moi.

Je tais les blagues sur les troubles obsessionnels et les accumulateurs d’objets et de bricoles. Ça doit être quelque chose de bien particulier. Matrim doit être l'un de ces nombreux individus attirés par Beacon Hills comme un ourson par un pot de miel.


(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 497
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Mar 24 Fév - 17:19




Convalescence(s)

Chad&Mick& Matrim
Leur visite me faisait le plus grand bien. Je les observai, et plus je les observais, plus mon sourire s’élargissait. Ils étaient tellement complices, complémentaires, c’était drôle de les voir faire semblant de se chamailler.

Chad sembla réfléchir à ma proposition de sculpture, pour finalement l’accepter. Je me projetai instantanément dans plusieurs pistes possibles, mon cerveau ayant l’habitude de fonctionner en « arrière-plan » pour ces projets artistiques… A la question de Chad, sur le fait que j’étais censé me ménager, je me contentai de hausser les épaules… Je le vis amusé, quand il regarda Mick, alors que je demandai à ce dernier s’il était aussi un loup.

- Qu’est-ce qui te fascine tant chez les loups ? On est potentiellement dangereux, maintenant tu es bien placé pour le savoir…

Je hochai la tête, puis perdit mon sourire, sans même m’en rendre compte. Il n’avait pas tort, mais je savais, au fond de mes tripes, que mon seul salut serait de trouver quelqu’un qui devait lui aussi s’ancrer. Je savais au moins ça des loups. Je savais que mon faux ancrage, sous la forme de cette petite sculpture, ne me sauverait pas à long terme. Je ne connaissais pas d’autre créature qui fonctionnait, sur ce plan, de la même façon. Alors oui, j’étais fasciné par les loups, par ce que j’avais appris d’eux durant mon initiation, par ce que j’avais imaginé, par ce que m’avait raconté mon Père, m’indiquant que certains druides agissaient comme émissaire pour les loups et.. Par cette rencontre, un soir, lorsque j’étais en mission pour la vieille salope.

L’homme poursuivi avait souffert, beaucoup… Quand la voiture avait faillis me percuter, a la lisière de la forêt, j’avais vu le regard hargneux de son conducteur. Il voulait tuer l’homme à terre, non loin de moi. Je revois encore et encore le pistolet braqué sur l’homme à terre. Ce dernier était nu à l’exception d’un collier et de bracelets reliés par des chaînes… Il me regardait, désespéré, ses yeux de loups commençant à luire, mais incapable de se transformer plus avant. Il ne pouvait plus agir. Ce n’était pas mon cas. J’avais quatorze ans. Pour la première fois, l’urgence et le choix s’offrait à moi. Sauver ce type… Pour la première fois, ma bestiole se manifesta… Je revois encore le visage de son bourreau se transformer. Son rictus devenir crainte, ses yeux s’agrandir de peur, alors que son pistolet se tournait lentement vers son propriétaire, comme animé d’une vie propre. Enfin son regard croisa le mien, et sa bouche s’agrandit d’effroi. Je ne ressentis rien, tout ma haine était dans le pistolet. Il supplie. Je tire…

BAM !

Je sursautais, une petite douleur me rappelant que ce n’était pas une bonne idée. Je sentais ma gorge nouée, et un frisson glacé me parcourir l’échine…
-Tu pourrais me sculpter un Mick en chocolat ? Me demanda Chad.
Je riais, encore troublé par mon souvenir et le dégout qu’il m’inspirait. Mon sourire était un peu fatigué quand je répondis

-ça doit pouvoir se faire oui, ou même mieux : un moulage, et un contre moulage en silicone, comme ça tu pourras te faire régulièrement des Mick en chocolat. Devant la trogne faussement contrariée de ce dernier, j’éclatais de rire, cette fois-ci sincèrement

- Je suis humain, mais pas vraiment sans défense, fais gaffe je peux être redoutable. Et toi, comment on peut te qualifier ? Me demanda-t-il alors.

Je les observais un moment avant de répondre, puis pris une inspiration. Si je voulai qu’ils me fassent confiance, il fallait que je leur donne ce qu’ils me demandaient.

-je… Mon père était un émissaire.. Un druide.. et ma mère… Je haussai les épaules.. Ma mère est morte. Je ne sais pas d’où viens mon pouvoir. Je sais quand il est apparu, j’étais gosse. J’ai vite appris à glaner et stocker des informations. J’ai lu des trucs, dans des livres. Je crois que je ne suis pas le seul, à avoir ce genre de dons.. On parle de télépathie, de télékinésie, pour certains… J’imagine qu’on me nommerait médium ou psychique dans certaines émissions bon marché… A part ça, je suis humain, tout comme toi… Je n’ai pas pu être druide, mais j’ai été formé  par mon père. Si je peux aider, alors je le fais… Et tant pis si ça me met en danger…

Je le regardai, intensément. Tout chez lui indiquait la prudence, la méfiance. Il avait du en baver, d’une façon ou d’une autre. Mais chad était sans doute totalement apte à veiller sur lui. A bien y réfléchir, je me demandai si ce n’était pas l’inverse, vu l’attitude protectrice de Mick et sa façon d’analyser son environnement immédiat. Je l’avais vu lorsqu’il s’était avancé suite au claquement de la porte.
-et pour ma venue ici.. disons que je suis tombé sur un drôle de truc... Tout me poussait à venir...

-Oh, Chad, pendant que j’y pense : deuxième tiroir, la.  Je lui indiquais le tiroir ou se trouvaient ses tirages photos. J’avais eu largement le temps de les avoir en attendant l’ambulance…

(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Jeu 26 Fév - 12:40










Convalescence




Le courant passe bien avec Matrim et je remarque que même Mick, qui est naturellement réservé lors de toute première rencontre, se laisse séduire par la personnalité du photographe.  Mick ne fait pas son « Peter » comme j’aime le charrier parfois en référence à l’oncle de Derek. C’est affolant comment je retrouve les manières du doyen des Hale dans le comportement de Mick lorsqu’il se trouve confronté à des gens qu’il ne connait pas. Mick, n’aime pas cette comparaison et je me la garde pour moi-même. Peter avait failli le tuer ce jour-là au manoir si je ne m’étais pas interposé, risquant de devoir me confronter à mes deux frères de meute, Derek et Peter. Cela avait fini par Derek qui s’interpose entre moi et Peter… pour sauver son oncle d’une mort que j’allais lui donner sans état d’âme. Il ne faut pas toucher à un seul cheveu de Mick, sans quoi je ne réponds plus de rien.

- Je suis humain, mais pas vraiment sans défense, fais gaffe je peux être redoutable. Répond Mick à la question de Matrim. Et toi, comment on peut te qualifier ?

Matrim nous en dit un peu plus sur lui et son origine. L’histoire qu’il nous raconte confirme ce que j’avais ressenti de lui. Il y avait bien une période d’ombre dans sa vie et un environnement lié au surnaturel. Mick écoute attentivement ce qu’il décrit de ses capacités assez étonnantes. Je confirme le succès du transfert de mes souvenirs difficiles du Mexique sur ma chaîne. Ils sont là, accessibles, mais filtrés quant aux émotions auxquelles ils me renvoyaient avant l’intervention de Matrim. Au pli qui se forme entre les sourcils de Mick, je devine qu’il réfléchit à un usage potentiel pour lui-même et sa propre mémoire défaillante.

- Et pour ma venue ici... Disons que je suis tombé sur un drôle de truc... Tout me poussait à venir...

Et encore un ! Je fis un clin d’œil à Mick qui avait débarqué à Beacon Hills suite à une lettre anonyme et moi qui suis revenu sur la terre natale de mon vrai père. Cette ville est décidément l’épicentre du surnaturel.

- Oh, Chad, pendant que j’y pense : deuxième tiroir, là.  

Intrigué, j’ouvre le tiroir qu’il vient de m’indiquer. J’y trouve mes photos d’identité que je pensais refaire au photomaton du coin. Matrim avait eu le courage de finir son travail alors qu’il était blessé.

- Mais sérieux mec ! Dis-je.

Il me répond simplement par un sourire malicieux. Il est décidément indécrottable. Je jette un œil sur les tirages. C’est certain cela n’a rien à voir avec ce que m’aurait sortit la boite de conserve automatique. Je les donne à Mick qui tend la main pour les voir.

- Tu n’as pas besoin de toutes les photos, me demande-t-il.

- Nan ! J’en ai besoin que de deux, tu peux garder les autres si c’est ça ta vraie question, réponds-je de manière taquine.

Mick me rappel mon air intéressé quand Matrim avait parlé de me faire un moulage en silicone de son corps.

- Des Mick en chocolat, dis-je d’un air rêveur.

Ce qui me vaut un coup de poing amical dans les côtes et Matrim qui grimace de douleur parce qu’il se marre comme un tordu.

- Tu sors quand pour me sculpter un Mick en… euh pour poursuivre tes activités… Dis-je.

J’aime cet instant léger, même si ce qui a amené Matrim ici ne l’est pas du tout. J'ai la sensation d'être dans le calme avant la tempête, être dans l’œil du cyclone.


© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1322
Réputation : 198
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Sam 28 Fév - 23:12


Roule ma poule !


Matrim précise avec regret que l’infirmière rechigne à le laisser sortir avant que ses blessures ne soient complétement résorbées. C’est vrai qu’il semble avoir eu du mal à simplement se redresser sur son lit, alors pour ce qui est de marcher et d’être autonome ça doit être plus compliqué et douloureux aussi. Chad devait être particulièrement agressif. Ça me fait mal pour lui, et pour Matrim qui en a fait les frais, mais cet extrême ne risque plus d’arriver. Il m’a expliqué la façon dont ces souvenirs difficiles sont absents sans l’être vraiment. Je suis heureux qu’il puisse s’en détacher à présent.

- Tu dois quand même t’ennuyer ici, dis-je à Matrim. Je sais ce que c’est de tourner en rond comme un lion en cage. Enfin là techniquement, ton espace est très réduit.

Je m’assoie au pied du lit et teste le matelas. Ça rebondit légèrement et secoue Matrim qui  a repris le sachet de pâtisserie.

- Attend, dis-je. J’ai une meilleure idée. Tu es…habillé sous les draps ?

Il rigole puis me répond qu’il n’est pas nu mais loin d’être séduisant. La tenue des personnes hospitalisés n’a rien de joyeux c’est sûr.

- Chad, tu peux l’aider à enfiler quelque chose de mieux, je reviens, explique-je.

Je m’apprête à sortir puis les regarde par-dessus mon épaule.

- Hum…oui, je reviens.

Je sais l’amour que Chad me porte alors je n’essaie pas d’imaginer qu’il va aider Matrim à s’habiller. J’espère qu’il a au moins un boxer sous cette blouse !

Je file dans le couloir en choisissant au hasard celui de gauche, à priori en retournant au centre du service. Je trouve ce que je cherche sans avoir croisé personne et repars après m’être assuré qu’il ne manquerait pas.

J’entre dans la chambre où j’entends Chad et Matrim rirent de bon cœur. Ils ont l’air de vraiment bien s’entendre ces deux-là. Mais ils me regardent surpris quand ils me voient débarquer avec un fauteuil roulant.

- Je sais que tu ne peux pas trop bouger mais ça te dit quand même une ballade ? Histoire d’aller prendre le goûter dehors, dis-je comme si je parlais à un enfant.

Sa moue hilare me fait sourire également. Je le saisis sous le bras pour l’aider à s’installer et nous passons la porte de la chambre dans le silence.

Nous croisons une infirmière qui a l’air trop occupée pour s’inquiéter de  notre présence, ça ne doit pas l’alerter car Matrim n’est pas son patient. Elle ne sait pas que nous n’écoutons pas les conseils exhortant le blessé à rester allongé et à ne pas trop remuer.

En revanche, avant de monter l’ascenseur, Melissa McCall comprend tout de suite notre manège. J’accélère le pas en poussant le fauteuil tandis qu’elle élève le ton. Lorsque les portes de l’ascenseur se referment, Chad lui adresse un sourire angélique, promettant que la ballade sera brève.

La jeune femme lève les yeux au ciel et retourne s’occuper avec bienveillance de ses autres patients, certainement moins effrontés.

L’air extérieur semble faire du bien à Matrim, le cadre est moins glauque que sa chambre et le coin de nature aménagé pour les promenades de santé est beaucoup plus agréable que la petite télévision qui est censé l’aider à passer le temps.

J’agite enfin le sachet de pâtisseries sous le regard accusateur de Chad.

- Avec ce que je viens de faire pour toi, je mérite d’en avoir un peu, non ? Mendie-je.

- Tu n’as pas fait ça pour ça loulou, rassure-moi ? Demande Chad en gardant son air sévère mais factice.

- Non, non…pas seulement pour ça. Bon, on se les enfile ses pâtisseries ou tu préfères le petit encas de l’hôpital ? Questionne-je en rigolant.

Le moment de partage est serein et comique. En y réfléchissant bien, c’est la première fois que Chad et moi sommes en présence d’un ami qui n’est pas plongé corps et âme dans les mêmes mésaventures que nous. Comme si la fatalité nous accordait des moments de simplicité que tout le monde devrait avoir le droit de vivre.


(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 497
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Dim 1 Mar - 16:51




Les x men

Chad&Mick& Matrim
Visiblement, le clin d’œil que fit Chad à Mick était en rapport direct avec ma petite déclaration, concernant cette espèce de force d’attraction qui m’avait poussé à venir ici… Ok, techniquement, c’était ce bout de bois étrange… Mais concrètement, comment s’était-il retrouvé sur ma route, et pourquoi, parmi tout ce que je pouvais prendre à portée de main, ce jour-là, avait-il fallu que ce soit précisément ça ?

Je n’en saurais sans doute pas plus avant d’avoir compris ce que c’était exactement… Alors que Chad plongeait sa main dans le tiroir pour en ressortir les photos, je scrutai son visage, ravis d’y voir se peindre une petite émotion

- Mais sérieux mec ! Me dit-il. Mon air enfantin le fit secouer la tête, résigné, comme l’air de dire « qu’est-ce qu’on va faire de toi ? »… Je me retins au dernier moment de hausser les épaules, ce qui n’était pas la meilleure idée du moment vu les circonstances….La petite scène suivante me donna franchement la banane, à les regarder tous les deux, Mick essayant de filouter une ou deux photos, pendant que Chad négociait sa reddition… Ils étaient tellement complémentaires, synchrones…

- Tu sors quand pour me sculpter un Mick en… euh pour poursuivre tes activités… Me dit Chad… Je fis une moue pensive, regardant brièvement mes pansements, tâtant un peu sur les bords, pour pas avoir trop mal…

-la brune qu’il faut pas faire chier m’a dit qu’il fallait être patient… Peut-être trois semaines… Elle va criser, je crois, parce que je pense que ce sera plutôt une semaine… J’ai l’habitude de… ça…

- Tu dois quand même t’ennuyer ici, me dit alors Mick. Je sais ce que c’est de tourner en rond comme un lion en cage. Enfin là techniquement, ton espace est très réduit.
Je hochai la tête.

-non mais déjà, avec ce que m’a apporté Chad, ça va être moins chiant… Vous n’imaginez pas le nombre de trucs débiles qui passent à la télé… Je pris un air effronté..
-Vous n’imaginez pas combien de fois elle est tombée en panne… ça oblige le mec qui s’occupe des réparations à venir à chaque fois…. Je suppose que ça n’a aucun rapport avec le fait qu’il soit carrément canon… Si vous voulez, je vous montre…

Je riais aux airs faussement outrés de mes deux visiteurs, mais j’avais arrêté ce petit jeu, même si j’avouais apprécier la vue quand le type en question, Marc, venait… Je m’en étais voulu, à force, de lui donner du travail, et de le rendre chèvre. Il n’arrivait pas à comprendre pourquoi ça lâchait comme ça tout le temps.
Alors que je m’apprêtais à bouloter un nouveau gâteau, Mick vint tester la souplesse du matelas, puis il prit un air mystérieux, ayant chargé Chad de m’aider à m’habiller…
J’eus bien du mal à rester stoïque alors que Chad, d’une infinie douceur, m’aida à enfiler mon jogging et mon sweat…On était en train de rire quand Mick revenait, car j’avais expliqué à Chad que je ne savais pas comment ce boxer avait atterrit sur mes fesses, ni comment il était de nouveau repartis, remplacé par cette blouse informe, autrement nommé « t’es vert et t’es cul nul »…

- Je sais que tu ne peux pas trop bouger mais ça te dit quand même une ballade ? Histoire d’aller prendre le goûter dehors, me dit-il, adorable. Je sentais de nouveau les larmes me monter aux yeux.

J’avais conscience que cette sensibilité à fleur de peau ne me servait pas, et de l’aspect étrange que je devais donner aux gens d’être comme ça... Comme un gamin… Mais une partie de ma vie, de mes sentiments, hélas pas de mes souvenirs, s’étaient fait la malle. Tout ce que j’avais pu ressentir entre mes 7 ans et mes 17 ans avait disparu, volé par cette vieille salope. Tout ce qui permet de se construire, mentalement, émotionnellement. Alors oui, je m’émerveillais encore comme un gosse, un gosse à qui on aurait jamais donné d’amour, ni d’amitié. Un gosse qui n’aurait jamais pu s’émerveiller de tout un tas de petites choses. Un ado qui n’aurait jamais connu la honte d’être engueulé par sa mère ou son père. Un adulte qui aurait besoin de babioles, classées par type d’émotions, pour se rappeler ce que ça pouvait être de vivre cette période émotionnellement, mais dont le seul souvenir émotionnel dont il aurait voulu se débarrasser le marquait au fer rouge depuis des mois. Ma mère, morte, dans mes bras.. Et cette tristesse…… Je me secouais. J’étais avec des amis, et je les aimais.. Aussi pleinement et fortement qu’un gosse, et aussi soudainement…

Alors que nous n’étions plus loin de l’ascenseur, nous revîmes Melissa Mcall, qui nous cria dessus, mais sans grande conviction, alors que le ding ! de l’ascenseur venait faire un contrepoint impeccable au sourire effronté de Chad. J’étais le professeur Xavier, Chad était wolverine et Mick hmm…

-bon, moi c’est xavier, Chad c’est Logan.. Et toi mick ? hmmm… Gambit ? Un beau gosse mystérieux qui cache des tours dans son sac.. ou alors.. Angel ! Le p’tit blondinet tombé du ciel !

J’étais franchement hilare alors que mes deux comparses coururent, me poussant comme un gamin, dans mon fauteuil. Une vieille rombière nous fit des yeux courroucés, mais je la fis taire en mettant un doigt sur ma tempe et en ouvrant mon autre main, bras tendu, vers elle, ajoutant :
-contrôle télépathique.. shhhht ! … Elle ne sut pas quoi dire, mais un ado qui clopait non loin était mort de rire…
Le soleil sur ma peau me fit le plus grand bien. Je me penchait, reconnaissant, fermant à demi les paupières, un sourire accroché sur le visage.

- Avec ce que je viens de faire pour toi, je mérite d’en avoir un peu, non ? Quémanda Chad. Après quelques joutes verbales, il précisa :
- Non, non…pas seulement pour ça. Bon, on se les enfile ses pâtisseries ou tu préfères le petit encas de l’hôpital ? Je fis mine de réfléchir, puis soupirai

-bon, j’imagine qu’il va falloir se sacrifier… J’étais bien, avec eux… Leur présence me mettait du baume au cœur… Je regardais les gens autour de nous, pour la plupart assez loin.
-vous vous êtes rencontré comment tous les deux ? A vous voir, on dirait que.. chepa.. Je réfléchis un peu, avant de continuer
- c’est comme si c’était une évidence… J’veux dire… Normalement ça se dit en ayant fumé un joint, ce genre de truc, mais vous êtes comme.. Connectés ! Je fis mine de nouveau de me concentrer, le doigt sur la tempe..
- laisse moi te mettre sur la voie, Logan.. , puis je terminai mon numéro de cirque par une grimace comique.

(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 854
Réputation : 73
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Mar 3 Mar - 7:43









Together




- Tu dois quand même t’ennuyer ici, dis Mick. Je sais ce que c’est de tourner en rond comme un lion en cage. Enfin là techniquement, ton espace est très réduit.

Mick est sensible à tout frein sur sa mobilité. Je sais le besoin qu’il a de maitriser sa vie, maitrise somme toute illusoire quand on sait de quelle famille je viens, son passé, nos pères qui se connaissaient… Où est notre libre arbitre la dedans ? Avec étonnement, je le vois s’asseoir sur le bord du lit.

- Attend, reprend Mick. J’ai une meilleure idée. Tu es…habillé sous les draps ?

Au gloussement de Matrim, je comprends qu’il doit être  un peu à l’air libre sous les draps.

- Chad, tu peux l’aider à enfiler quelque chose de mieux, je reviens,

Je ne peux m’empêcher de sourire quand  Mick marque un temps d’arrêt avant de partir pour préciser de nouveau qu’il revient. Avant qu’il disparaisse dans le couloir, je lui envoie un baiser dans l’air. Je regarde la porte se refermer doucement sur lui. Son hésitation me prouve son attachement et démontre un sentiment possessif à mon égard. Cela ne m’étouffe pas, au contraire. L’anneau que je porte au doigt n’est pas qu’un symbole mais bien la marque d’un don. Le don de ma vie pour lui. Aider Matrim à enfler un bas de jogging n’est pas facile sans parler qu’il n’a pas grand-chose sous sa blouse… On y arrive dans une grande hilarité, surtout qu’il  me rappelle ses combines pour faire venir le réparateur sexy.  Mick revient avec un fauteuil roulant. A sa manière, il prend soin de Matrim et cela me plait. Car sans s’en apercevoir, il s’ouvre petit à petit aux autres.  On ébauche enfin une vie normale.

Matrim est heureux de son initiative, de l’attention qu’on lui porte. Sa joie est communicative. Je joue de mon sourire enjôleur quand la maman de Scott nous surprend dans le couloir. Mais elle sait que je veille mieux qu’un monitoring sur les constantes vitales de son patient.

- Bon, moi c’est Xavier, Chad c’est Logan... Et toi Mick ? hmmm… Gambit ? Un beau gosse mystérieux qui cache des tours dans son sac... ou alors... Angel ! Le p’tit blondinet tombé du ciel !

Cette fois c’est moi qui glousse face au délire de Matrim. Les X-men !

- Cyclope ! Dis-je. Mick c’est Cyclope avec ses yeux vairons.

Nous étions comme trois gosses. Les gens nous regardaient passer soit avec un sourire bienveillant, soit avec un reproche à peine masqué face au bruit. Mais pour rien au monde, je n’aurais effacé ce moment.

- Avec ce que je viens de faire pour toi, je mérite d’en avoir un peu, non ? Mendie Mick une fois arrivé dehors.

- Tu n’as pas fait ça pour ça loulou, rassure-moi ? Répliquai-je faussement offusqué.

- Non, non…pas seulement pour ça. Bon, on se les enfile ses pâtisseries ou tu préfères le petit encas de l’hôpital ?

- Je t’achète tous les gâteaux du monde, dis-je à l’oreille de Mick, si je n’avais pas peur que tu deviennes obèse.

Ma remarque me vaut une tape sur la tête.

- Vous vous êtes rencontré comment tous les deux ? Demande Matrim. A vous voir, on dirait que... chepa... c’est comme si c’était une évidence… J’veux dire… Normalement ça se dit en ayant fumé un joint, ce genre de truc, mais vous êtes comme... Connectés !

Alors que Matrim joue aux X-men pour illustrer sa question un peu personnelle, je regarde Mick. Une évidence ? Pas tant que ça, car dans l’affaire j’ai fait souffrir Miya. Si cela l’avait été, j’aurai certainement rompu avec lui bien plus tôt… enfin je le crois... Je ne sais pas. J’aime Mick depuis le début, mais je lui ai demandé de me partager avec Miya. Justement, quand cette évidence est-elle apparue ? Je l’avais blessé en le quittant aussi. Et malgré cela, il avait su se faire présent après mon sauvetage du Mexique, où Mick avait activement participé risquant sa vie.

- Laisse-moi te mettre sur la voie, Logan…

- J’ai ramassé un objet qu’il avait laissé tomber, une enveloppe, dis-je. Oui si maintenant c’est une évidence, à l’époque… Mick est d’un naturel méfiant, terminé-je en passant mon bras autours de la taille de Mick et en posant ma joue contre son épaule.

Le bras de Mick entoure mes épaules et me serre imperceptiblement. Fini le temps où on se tournait autour, jouant au chat et à la souris. On vit notre amour, car qui sait ce qui nous attend plus tard ?

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1322
Réputation : 198
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Jeu 12 Mar - 21:02


Faire le con...valescent


Je souris lorsque Chad me pince les fesses et semble s’inquiéter de ma forme physique. Le sport et nos problèmes prenants font que mon métabolisme me permet de faire quelques excès. On s’installe sur un muret face à Matrim.

- Vous vous êtes rencontré comment tous les deux ? Demande-t-il. À vous voir, on dirait que... chepa... c’est comme si c’était une évidence… J’veux dire… Normalement ça se dit en ayant fumé un joint, ce genre de truc, mais vous êtes comme... Connectés !

Sous les remarques amusées de Matrim, Chad et moi échangeons un regard complice.

- J’ai ramassé un objet qu’il avait laissé tomber, une enveloppe, raconte Chad. Oui si maintenant c’est une évidence, à l’époque… Mick est d’un naturel méfiant, ajoute-t-il en se resserrant contre moi.

Je lui rends son étreinte en l’embrassant dans le cou. J’ai changé depuis que je suis arrivé ici. Depuis ma rencontre avec Chad, depuis que je l’ai accepté dans ma vie. J’ai troqué la solitude pour offrir une partie de moi à un autre. C’est prendre le risque d’être blessé ou de le perdre. Mais que vaut la vie, si elle n’est pas partagée ?

Le regard de Matrim s’est voilé lorsque Chad est venu dans mes bras. Il semble toujours complimenter et s’extasier devant notre couple sans connaitre cette même ivresse.

- Oh je reconnais ce regard, dis-je au convalescent. C’est la lueur de la solitude. Après avoir vécu comme ça, j’ai eu du mal à me défaire de son emprise, c’est comme une ombre sur ta vie.

Il relève la tête vers nous avec un sourire effacé. J’ai de la peine pour lui car, contrairement à ce que je faisais, il ose accepter cette détresse.

- Professeur Xavier, hum…c’est ça ? Demande-je pour rentrer dans son jeu. Logan et moi-même n’allons pas vous laisser seul, pas vrai ?

Chad rigole de me voir jouer cette comédie mais ça a au moins le mérite de faire aussi rire Matrim. L’ambiance est légère quand il est enjoué, et c’est préférable.

Nous profitons longuement de rester à l’air libre alors que nous avions dit à l’infirmière que la sortie serait de courte durée. Mais Matrim est de bonne humeur lorsque nous retournons dans sa chambre alors ça valait le coup.

Après l’avoir aidé à se réinstaller confortablement, nous nous apprêtons à partir. Chad me donne un petit coup d’épaule en soulevant discrètement le dossier médical accroché au pied du lit. Je crois que je vois où il veut en venir. Matrim devrait être sorti d’ici là.

Les jours suivants, nous lui rendons visite plusieurs fois pour lui tenir compagnie. Et nous faisons un décompte avec lui, toujours enclin à plaisanter, jusqu’à sa date de sortie. C’est d’ailleurs l’occasion pour lui de nous rappeler le shooting photos auquel il tient absolument lorsqu’il sera sur pied.

La suite:
 


(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matrim Damodred

avatar

Humeur : malicieux
Messages : 497
Réputation : 125
Date d'inscription : 28/01/2015

MessageSujet: Re: Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)   Ven 13 Mar - 11:03




Le réparateur

Chad&Mick& Matrim
Nous passions vraiment de bons moments. Le soleil, les rires de mes amis. Mes amis… ça sonnait bien… Des gens qui semblaient prendre soin de moi, vérifier que tout allait bien, plaisantaient avec moi…

Alors que Chad m’expliquait en partie les circonstances de leur rencontre à tous les deux, je hoche la tête, comprenant que mon intuition n’était pas si loin de la vérité. Faits l’un pour l’autre. Mais pour une fois, la surprise me vint de Mick

- Oh je reconnais ce regard, me dit-il. C’est la lueur de la solitude. Après avoir vécu comme ça, j’ai eu du mal à me défaire de son emprise, c’est comme une ombre sur ta vie.
Je le regardai intensément, comprenant qu’il devait avoir vécu une partie de sa vie comme un loup solitaire. Ironique de savoir ça alors qu’il partageait maintenant la vie d’un loup. Je souris. Je fais l’effort de sourire, mais il enchaine, me touchant une nouvelle foi par sa sollicitude.

- Professeur Xavier, hum…c’est ça ? Logan et moi-même n’allons pas vous laisser seul, pas vrai ?

Des amis… Je gouttai à cette nouvelle saveur dans mon palais, dans mon esprit…
Nous restâmes plus longtemps que prévu dehors, appréciant les rayons du soleil et les plaisanteries. Nous finîmes par rentrer dans ma chambre. Ils me promirent de revenir et me parlèrent d’un voyage qu’ils devaient faire… On se donna rendez-vous pour leur shooting, devant m’aider à réaliser une sculpture d’eux, je savais que je resterai moins longtemps que ce qui était indiqué sur mes fiches de suivi, que Chad et Mick regardèrent d’ailleurs.

Je m’amusai déjà depuis un bon moment avec le kit à origami, ayant refait la déco intérieure de ma chambre, m’amusant à l’avance des commentaires de Miss Mc Call. Je fis une pause, regardant la télécommande de mon poste flambant neuf…
Souriant à pleines dents, j’envoyais ma bestiole dans le poste de télé…
Marc ne tarda pas à arriver, soupirant en arrivant dans la pièce. Mon air candide, limite angélique, entouré de mes sculptures de couleurs finit par le faire rire.
-encore un problème de télé hein ? Je fis un gros soupir, haussant les épaules…
-ehhhhh oui… Il se retourna, regarda à gauche puis a droite dans le couloir, et referma la porte. A clef…
-qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire avec cette fichue télé…
Je pris un air effronté
-je sais pas… Mais si votre boulot c’est de réparer les trucs cassés… j’ai plein de bobos partout, dis-je, papillonnant avec les yeux, une moue contrite sur le visage.
Marc éclata de rire…
bon voyage:
 

(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)
» Shoot me, if you can [PV : Chad, Mick & Matrim
» Aller vers le passé [PV Chad, Mick]
» Chartre de l hopital militaire de l'ost Artésien
» Operations de protection du Morne l'Hopital

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Dans la ville :: Hôpital-
Sauter vers: