AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

  Amis, ennemis, qui es-tu? [PV Mick/Chad/MJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Amis, ennemis, qui es-tu? [PV Mick/Chad/MJ]   Sam 6 Déc - 16:18

Suite du RP qui est :

Trame principale : Avec le retour de Boston
Lune Rouse (Chad) :
En parallèle avec : RP Chad & Mick et qui le rejoind avec Chad


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Amis, ennemis, qui es-tu? [PV Mick/Chad/MJ]   Sam 6 Déc - 16:19

Recherches actives



Je regarde Chad s’éloigner dans l’allée de la tanière en me roulant un petit déstressant conique.

- « Pourquoi tu ne lui as rien dit ? me demande Jaycee.

- « Ce n’est pas le moment de parler de cette découverte. »

- « Pas ça. La raison véritable pour laquelle tu ne lui as rien dit lorsque tu es parti. Moi, c’était compréhensible, je t’aurais forcé à rester via le lien, mais lui…Tant que tu ne lui auras pas dit, tu sais que ce non-dit sera entre vous.

- « A quoi bon ? Il est déjà suffisamment troublé comme ça.

- « Peut-être que ça l’aiderait à y voir clair.

- Ou peut-être que ça l’embourberait encore plus. Il aurait mieux fait de me tuer en même temps que Shadowcat, il ne se poserait pas autant de question. »

Jaycee soupire et d’un geste dégaine son arme et la pointe sur moi. Je m’écarte instinctivement.

- « Je t’interdis de dire cela. La prochaine fois, c’est moi qui offre une deuxième aération à ce crâne de nippon excentrique !

- « Désolé. »

- « Je l’aurais tué s’il avait fait une telle chose. »


- « C’est un loup complet et c’était un alpha. Tu n’aurais rien pu…

- « Je n’aurais rien eu à perdre. Si je n’avais pas repris conscience face à Erik, ma louve aurait continué à l’attaquer jusqu’à périr. Si tu n’étais pas arrivé.

- « Je suis arrivé, Jay. »

Elle se lève et s’approche de moi.

- « J’ai compris pourquoi tu as fait cela, et après ce que tu as appris, je sais que tu ne peux avoir de remords, mais je t’en veux toujours. Alors tiens-toi bien et cesse de penser à des choses aussi lugubres ! Surtout que tu as déjà un nouvel objectif qui devrait déjà te prendre tout ton temps il me semble !

- « …Tu as raison.

Elle me serre dans ses bras et sort les dossiers que Goran m’a donnés. Nous allons devoir éplucher tout cela. Elle va lire et je vais connecter les informations entre elles. Etant analphabète, j’ai été contraint à entraîner ma mémoire. Elle est plus vive que la sienne. Son dossier seul va nous prendre quelques jours car les pages ne sont plus dans l’ordre. Elle ne voulait pas au début, mais j’ai réussi à la convaincre de traiter le sien en premier. Pendant quelques jours au moins. Je ne penserais pas à eux, et ils ne m’auront pas dans leurs pattes. Sans doute faudra-t-il que je m’y habitue.

Jay ouvre le dossier. Je m’installe et me concentre sur ce qu’elle lit. J’oublie tout le reste. Cela dur plusieurs jours. Nous descendons pour manger, mais c’est presque tout et bientôt, Isabella est obligée de nous monter des sandwichs et de nous tirer les oreilles pour nous faire manger tant nous sommes absorbés. Mais elle ne nous tire pas de la chambre parce qu’elle sait combien cela compte pour nous.

Depuis combien de temps y travaillons-nous lorsqu’elle me dit ces mots ? Je ne saurais le dire. Ces mots, de toute manière, effacent tout le reste. Nous avons eu la confirmation que la meute des Pake avait été traquée jusqu’à l’extinction. Mais il ne s’agissait pas d’une traque au loup. Ils la cherchaient elle. Mais lorsqu’elle arrive au moment où ils sont censés expliquer pourquoi elle, il n’y a que deux mots d’écrit.

- « Michael Wayne. »

Jaycee n’a pas le temps de comprendre ce qu’elle-même a lu que j’ai déjà quitté la chambre et que je suis sur ma moto direction l’appartement de Michael. J’entre en trombe. Je ne sais même pas si James ou Chad sont là, je m’en fiche, tout ce que je sais c’est que Mick est là.
Il sort de sa chambre, un air inquiet sur le visage, mais pas vraiment sur ses gardes. Ce qui signifie que Chad est là et qu’il lui a dit que c’était moi. La présence de Chad m’indiffère sur le coup, mais elle m’arrange car Mick n’est pas armé. Je l’attrape à la gorge et le plaque violemment contre le mur. Je suis à moitié transformé.

- « Qu’est-ce que tu as fait à ma sœur ?!


© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 844
Réputation : 72
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Amis, ennemis, qui es-tu? [PV Mick/Chad/MJ]   Sam 6 Déc - 16:19

Dilemme


J’avais appelé Mick directement en sortant de la tannière. Etait-ce par dépit ? J’étais insatisfait de la discussion que j’avais eue avec le matou. L’impression qu’il n’était pas franc ? J’avais beau savoir que ce qu’il avait vécu et subit avait été dur, surtout qu’il s’était volontairement jeté dans la gueule du loup. Que tirer un trait la dessus serait difficile et long. Que cette merde n’était pas terminée et que des questions restaient en suspens. Je ne comprenais pourtant toujours pas pourquoi il me laissait à l’écart comme lorsqu’il était parti, s’enfuyant comme un voleur. Il persistait à me tenir écarté de sa vie et cela me blessait. Si lors de notre discussion je ne l’avais pas pressé de question, prenant sur moi mon besoin de savoir. Miya n’avait pas pu ignorer mon impatience et mon incompréhension. Il m’avait pourtant laissé partir sans m’en dire plus.

Mick était seul dans la forêt, il avait besoin de ma présence. Je compartimentais mon cœur, enfouissant mes frustrations vis-à-vis de Miya pour me tourner entièrement vers le blond. Lui non plus n’allait pas bien. Il avait certes souri à mon arrivée, mais je le sentais ravagé, au bord de l’anéantissement. Les doutes sur son passé le rongeaient jusqu’à la moelle. Après une longue balade ensemble, profitant de la tiédeur de l’air et du silence apaisant de la forêt. Je me forçais de ne plus penser à Miya, bien qu’avec la détresse si grande de Mick à mes côtés, il ne m’était pas vraiment difficile de faire taire mes interrogations sur le Japonais.

J’avais accompagné Mick jusqu’au studio de James. Cela avait été l’occasion pour lui de m’expliquer comment ils s’étaient rencontrés. J’avais saisi toute l’importance de leur lien, non sans une pointe de jalousie. L’homme loup que j’étais devenu se faisait plus exclusif. Je savais que je me faisais plus possessif et plus protecteur. J’avais peur que cette nouvelle facette fasse fuir les deux hommes que j’aimais, car ils étaient tous deux indépendants. L’étude des dossiers trouvés par Miya nous laissa perplexe quant à leur contenu, plongeant Mick dans un profond désarroi. James galérait à craquer la sécurité de la carte mémoire dérobée aux chasseurs. Je dus user de beaucoup de persuasion auprès de Mick pour qu’il rentre chez lui. James ne serait pas efficace avec son ami à côté de lui trainant son âme comme des chaines de condamné.

C’est main dans la main que l’on prit la direction de l’appartement de Mick qui se situait non loin de là, dans la même rue. J’avais l’impression de guider un aveugle. On avait tous besoin d’un moment de pause. Je laisserai Miya me recontacter quand il se sentirait enfin prêt… prêt à m’accepter pleinement dans sa vie. Je le suspectai aussi de vouloir s’éloigner de moi. Ce qui s’était passé avait laissé des traces. Je me promis donc de réfréner ce besoin de le voir et de m’immiscer dans sa vie le temps le quelques semaines, le temps de laisser retomber les émotions. Mais il était hors de question que je le lâche… Mais que penserait-il de moi, de mes sentiments pour lui alors que dans le même temps je m’installais chez Mick ?

Quand nous étions rentrés, Mick s’était assis sur le lit et n’avait plus bougé. Il était en état de choc. J’avais fait à manger, et l’avais un peu forcé à avaler quelques bouchée. Puis il s’était laissé faire, je l’avais trainé sous la douche. Le jet puissant de la douche l’avait un peu ragaillardit, mais il s’était écroulé comme une masse ensuite pour s’endormir dans un sommeil agité. J’étais donc resté. Déjà qu’en temps normal, Mick se réveillait souvent la nuit criant et couvert de sueur, j’imaginai que cela allait être pire avec ce stress qu’il accumulait.

Quelques jours passèrent ainsi. Mick me mit dehors en journée, m’incitant à reprendre mes cours au campus. Il est certain que j’avais manqué quelques semaines. J’allais devoir rattraper mon retard. Je ne désespérais pas d’avoir un jour une vie normale avec un métier qui me passionne. J’alternais ainsi mes journées, étudiant le jour, me faisant amant ou ami présent la nuit. Mick avait repris une meilleure mine. Ses angoisses étaient toujours là, cependant il arrivait à ne pas se laisser envahir par celles-ci. Le temps faisait son effet d’érosion. C’est ainsi que je fus ravi d’entendre la moto de Miya se garer dans la rue. Depuis la cuisine je prévins Mick de l’arrivée du chat, en me demandant si je ne devais pas ajouter un couvert. La suite se passa comme au ralentit. Miya qui fait irruption comme un diable qui sort de sa boite, l’aura autour de lui est menaçante, ses yeux brillaient et ses crocs étaient sortis.

- Qu’est-ce que tu as fait à ma sœur ?!

Je ne vis qu’une chose : Mick plaqué violemment contre le mur, les griffes de Miya trop près de sa gorge. Le temps reprit son rythme et s’accéléra même. Une seconde est bien trop longue pour mesurer le temps qu’il me fallut pour attraper Miya. J’avais attrapé et forcé sa main à lâcher Mick. J'étais l’homme loup, je montrai mes crocs, je grognai menaçant.

- Ne t’avise jamais de toucher à un seul cheveu de Mick, ou je te tue.

C’était sorti tout seul, et dans l’instant c’est la stricte vérité. Mon cœur n’avait pas dérapé, mon regard ne cillait pas. Comment en était-on arrivé là ?! Comment pouvais-je menacer de mort quelqu’un pour qui je donnerai ma vie, pour en préserver un autre ? Me voilà confronté à ce que je craignais de pire : que la vie m’impose un choix. Je ne suis pas un pleutre, j’ai toujours fait face aux aléas de la vie. On pouvait me demander beaucoup de chose, mais pas ça ! Pas de choisir qui je soutenais et qui je lâchai ! C’était bien trop cruel. Puis la question de Miya raisonna dans ma tête. « Qu’est-ce que tu as fait à ma sœur ? ». Là, mon cœur se serra. Je repensai à la question que m’avait posée Mick quelques jours plus tôt. Que ferai-je si Ruby me demandait de choisir entre la meute ou lui s’il s’avérait qu’il avait participé de manière volontaire à l’incendie du manoir de la famille Hale ? Je bloquai Miya, mon regard allait de l’un à l’autre. J’allais devenir fou, mon cœur et mon âme était en train de se déchirer. Et dans un hurlement de douleur je criai :

- Cela ne va donc jamais cesser ?

Je restai entre les deux hommes que j’aimai, empêchant l’un d’étriper l’autre. Oui, est-ce que cela allait cesser un jour ? Mon insouciant passé à me laisser aller à me lier à deux personnes me revenait en pleine figure. J’avais plus ou moins imposé Mick à Miya. Je payais le prix de ne pas avoir fait un choix quand il était encore possible de le faire sans que cela ne déchire tout le monde. Je voyais la haine dans les yeux de Miya et de l’incompréhension et de l’appréhension dans ceux de Mick.

- Putain !!!!!

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1310
Réputation : 197
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Amis, ennemis, qui es-tu? [PV Mick/Chad/MJ]   Sam 6 Déc - 16:20


 
Comme un terrible refrain





Chad parvient à mettre de la distance entre Miya et moi. Je n’ai pas vu bondir ce sale matou. En présence de Chad il n’oserait jamais me faire de mal. Pourtant, rien n’est jamais sûr avec lui.

- Putain !!!!!

Ce sont les nerfs de Chad qui lâchent en premier. Miya et moi le dévisageons. Sa réaction, mélange de colère et de lassitude, subtilise l’attention du japonais. Cependant, sa question tourne encore dans ma tête. La sœur de Miya ? Mary-Jaycee ? Je ne l’ai rencontrée qu’une fois, et briévement, lorsque lui, Miya, l’avait abandonnée.

Je ne comprends pas et ne feins pas de cacher mes secrets à Miya. Son aide nous a été trop précieuse pour que je l’évince ainsi.

- Qu’est-ce que tu me reproches ? Demande-je avec précipitation.

Ses yeux noirs écarquillés sous l’effet de la rage qui l’a animé une seconde plus tôt se braquent sur moi.

- Ça ne vaut pas une réponse claire, dis-je sans détourner le regard. Non Miya, je ne sais pas, je ne te cache rien.

Il se penche pour ramasser son sac qu’il avait jeté en entrant. Puis il pose sans vergogne un tas de paperasse sur le plan de travail. Miya nous explique qu’il ne comprend rien de ce qui est écrit. Mais qu’un dossier est au sujet de sa sœur, et que la seule information plausible qui apparait  renvoie à un nom : le mien.

- Regarde, s’exclame-t-il, autant pour Chad que pour moi.

Je peux comprendre sa colère. Chad m’avait rapidement expliqué le passé de Miya et de sa sœur. Tout ce qu’ils ont subi, ce qui est arrivé… Des choses horribles, insupportables, que l’on soit loup, kanima ou humain.

Dans combien d’histoires sordides ai-je été mêlé, pense-je avec angoisse avant de répondre à voix haute.

- Miya, nous savons tous les trois que les chasseurs font partie de mon passé. Ça n’a peut-être duré qu’un temps, dieu seul sait ce que j’ai fait d’autre pendant ce blackout, dis-je calmement malgré le poids des mots.

Il lève un sourcil, exaspéré par ce même discours encore et encore.

- Aujourd’hui, on a découvert de nouveaux éléments. Des dossiers comme celui que tu as ramené. Ils concernent des enfants kidnappés, parfois tués, par je ne sais qui. Ta sœur faisait peut être partie de ce groupe et, malgré les horreurs qu’elle a vécues, une petite part de moi est rassurée de savoir qu’elle s’en est sortie.

- Parce que tu crois qu’elle va bien ? S’insurge Miya.

C’est Chad qui intervient, en posant une main sur l’épaule de son…ami, petit-ami, je ne sais plus.

- Elle est en vie, Miya. Imagine combien ça doit être dur de se croire mêlé à la mort de plusieurs personnes, des enfants de surcroît, dit-il pour prendre ma défense.

- Nous allons finir par trouver quelque chose d’important, annonce-je. Même si cela doit devenir dangereux pour moi.

Je repense à ce que Mafdet avait accompli pour déverrouiller un pan de ma mémoire. Un exercice très délicat, dangereux et…douloureux. Mais s’il fallait repasser par là pour libérer toutes ces personnes qui sont affectées, de près ou de loin, par mon passé inconnu, je prendrai le risque.

- Démerde toi pour trouver des réponses, et vite ! Y’en a qui aiment pas attendre ! Surtout quand il s’agit de MJ ! S’exclame Miya en se dirigeant vers l’entrée d’un pas vif.

La porte claque et je vois Chad esquisser un geste dans cette direction. Je n’ai pas envie d’une perturbation supplémentaire, ni de pensées conflictuelles. J’abdique.

- Va le rejoindre, si moi je n’ai encore rien à lui dire, vous deux avez surement beaucoup de choses à mettre à plat, dis-je calmement.

Je vais pour l’embrasser avant qu’il ait pu décider quoi faire.

- Ne t’en fais pas pour moi, ajoute-je. Je sais bien que parfois, dans cette histoire, nous sommes trois…




(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Jaycee Winchester

avatar

Messages : 13
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Amis, ennemis, qui es-tu? [PV Mick/Chad/MJ]   Sam 6 Déc - 16:21



Ordre du coeur





Lorsque ces mots sortent de ma bouche, ils me tétanisent. Je ne comprends plus rien. Pourquoi, comment, non, c'est impossible. La colère s'empare de mon coeur, la peine aussi alors que les images du massacre de ma meute me reviennent, la douleur quand se sont celles de ce passé de prisonnière qui me transpercent.

J'ai l'impression d'étouffer, la sensation que mon coeur est écrabouillé par un étau. Et je sens aussi les sentiments de Miyavi à travers notre lien. L'incompréhensible, la colère envers nos geôliers, ce sentiment de trahison...La vengeance. Non, cette vengeance, ce n'est pas la sienne, lui il refuse du croire, ce désir de faire payer, c'est le miens. Mais, la raison me souffle que c'est impossible, que je dois me poser, réfléchir. Pourtant, cette envie de vengeance, elle me brûle, elle m’enflamme. J'enfonce mes griffes dans le bois du bureau et souffle doucement. Quand je me retourne pour rassurer Miya, il n'est plus là.

- "Mer*e!"

Le kanima est directement branché sur mon coeur. Je comprends mieux pourquoi malgré ma raison je suis toujours aussi en colère. J'attrape mon arc et mon arme et je file. Voilà pourquoi j'étais aussi paumé. Ma colère était en contradiction avec son envie de croire en Mick, mais je suis la maître et sans le vouloir, je lui ai imposé un ordre. Sur la route, je peux sentir chacun de ses gestes. Miya...le problème, c'est que d'aussi loin, et dans mon état, je n'arrive pas à le calmer, à retirer cet ordre. Et c'est là que je sens sa détresse. J'ai l'impression d'entendre les mots de Chad et la colère monte en moi. Je serre les dents, je m'en veux car cela ne fait que rendre Miya un peu plus troublé.

Je débarque et me précipite, prenant tout juste le temps de retirer les clefs du contact. J'arrive devant l'appartement au moment où Chad et Miyavi en sorte. Je les braque au cas où, mais quand je vois qu'ils ne sont pas en train de se battre je débande mon arme. Mick m'a entendue arrivé et vient donc près de la porte.

Je fais s'écarter Chad en le gratifiant d'un regard noir. Je veux qu'il sache que je n'ai pas oublié la discussion que nous avons eu lors de notre première rencontre; Mon frère a fait des connerie, mais cela ne m'empêchera pas de mettre ma menace à exécution si j'y suis poussée. J'attrape le visage de Miya pour le forcer à me regarder. Ses iris vacillent entre le noir et le violet. La preuve qu'il se bat contre le kanima, contre mon ordre.

- "Miyavi, je suis désolée! Oubli mon ordre. Déconnecte toi deux secondes de mon coeur et branche toi sur mon cerveau! Il ne peut pas être coupable! Tu as raison! Tu as eu raison dès que j'ai lu son nom. Ca ne peut être vrai. C'est impossible. Il n'a pas fait cela. Tu as raison. Allez! Bats-toi contre cet ordre stupide que t'a donné mon coeur son l'accord de ma tête! J'avais cinq ans quand ils m'ont enlevée, à peine quatre quand la traque a commencé. Mick n'en avait donc même pas douze. Il ne peut pas celui qui a tout orchestré. Il est impliqué, sans aucun doute, mais sans doute que son dossier contient des éléments clefs. Il est certainement une victime, comme moi. Miya, je suis tellement désolée. Allez!!! Miya!

Ses yeux redeviennent noir et j'aperçois enfin les irisations de bleu qui me confirme qu'il n'est plus soumis à cet ordre absurde. Il perd soudainement toutes ses forces, et je dois faire appel à ma louve pour le soutenir. Il s'est battu contre lui même, contre mon ordre. Comme nous sommes très proches, c'est incroyablement difficile pour lui d'aller contre un ordre, même si l'ordre est une simple réaction à mes émotions. Il y a passé toute son énergie.

- "S'il ne t'aimais pas du fond du coeur, Chad, et s'il ne commençait pas à éprouver des sentiments aussi pour toi, Mick, vous seriez mort tous les deux. Il s'est battu comme un diable pour bloquer la transformation et l'empêcher d'utiliser son bras de métal, pour ne pas vous tuer...

Je laisse Miya s'assoir par terre contre le mur le temps de reprendre un peu de force. je m’accroupis pour lui donner du sucre que j'ai toujours sur moi. Je caresse son visage et me redresse.

- Mick, je suis vraiment désolée, c'est de ma faute. Quand j'ai lu ton nom, mon coeur l'a associé à tout ce que j'ai vécu. Il m'a fallu plusieurs minutes pour me raisonner. Tu ne peux pas avoir ordonné tout cela. Je ne sais pas encore de quelle façon tu es impliqué, mais tu ne peux pas avoir donné l'ordre de torturer mes parents. Quand j'ai réussi à me calmer, c'était déjà trop tard. Je suis son maître, il est directement connecté à mes émotions. Il a capté cette envie de meurtre et l'a appliqué. par chance, il s'est battu pour ne pas appliquer l'ordre, mais...je suis vraiment désolée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Amis, ennemis, qui es-tu? [PV Mick/Chad/MJ]   Sam 6 Déc - 16:21

I am jalous, there is the truth



Pourquoi ? Merde, pourquoi ?! Pourquoi suis-je en train de menacer Mick ? Je sais que c’est impossible. Je lui fais confiance. Je sais bien qu’on ne sait pas tout sur son passé, mais je sais qu’il n’est pas coupable. Je sais qu’il n’a pas enlevé Jay. Il était trop jeune. Mais il y a cette colère qui chauffe mes fers de kanima jusqu’à me marquer l’âme. J’ai beau tirer comme un forcené sur ces chaînes, j’arrive à peine à retenir mes griffes. Jusqu’à ce que j’entende ces mots, ceux que prononcent Chad. Ils me font prendre conscience d’une chose. Jay avait raison. Je n’aurais pas dû attendre. Mais j’avais trop peur…C’est pire encore aujourd’hui. Mais aujourd’hui, je n’ai plus le choix. J’espère juste que je ne tuerai ni l’un ni l’autre avant d’avoir pu leur parler.

Je sens alors le calme revenir doucement. Jay semble avoir réussi à se raisonner. Mais elle est trop loin pour que je parvienne réellement à me défaire de cette soude envie de vengeance que le kanima fait couler dans mes veines. Ce n’est pas que de la faute de Jay. J’avais bel et bien l’intention de parler de tout cela à Chad et Mick et j’aurais certainement été un peu brusque. Mais je n’avais certainement pas en tête quelque chose d’aussi violent. Je ne voulais pas. Je voulais lui laisser une chance. Mais la colère est exacerbée chez les kanima. Tout sentiment sombre est exacerbé chez un kanima.

Sans pouvoir me défaire de cette hargne, je m’écarte de Mick et lui balance le dossier de ma sœur. Ils essayent de me raisonner. Ils m’expliquent que Mick n’en sait toujours que très peu. Qu’il a appris pour les enlèvements et il ajoute qu’il est soulagé qu’elle ait pu s’en sortir. Je m’insurge. Elle est en vie mais traumatisée. Et encore, si Dray et moi n’avions pas été là ça aurait été bien pire.

- Elle est en vie, Miya. Imagine combien ça doit être dur de se croire mêlé à la mort de plusieurs personnes, des enfants de surcroît.

Je me dégage de son emprise avec une rage bien personnelle cette fois-ci.

- Tu oses me dire ça, à moi ? Comment crois-tu que Jaycee aies réussi à conserver l’or de ses yeux alors que nous étions sous les ordres de ces connards ? Comment crois-tu que Shadow aies pu devenir aussi mauvais ? Les enfants surnaturels sont des bombes à retardement qu’il faut désamorcer dès maintenant. Voilà ce qu’ils nous répétaient sans cesse. Voilà ce qu’ils répétaient tout en me donnant l’ordre de tuer des gamins issus d’unions lupines ou autres. Chad, j’ai tué des mômes de cinq ans peut-être même plus jeunes et je n’avais pas encore treize ans ! Je ne me crois pas mêlé. Je le suis et je me souviens de leurs visages. Alors ne me parle pas de culpabilité.

A la réplique de Mick, je lui réponds de se magner. Tout ce que je veux c’est sortir de là et vite. Mais c’est à ce moment-là que ma sœur arrive. Je la sens par le lien mais je suis tellement occuper à me battre contre l’ordre que je perçois tout juste sa présence physique. Jusqu’à ce qu’elle me touche. Elle me parle, me demande d’écouter sa raison, sa tête et non son cœur. Elle est mignonne…si c’était si facile, ça se saurait ! À force elle parvient tout de même à enlever le feu incandescent et je me retrouve enfin maître. Sauf que j’ai passé tellement d’énergie dans ce combat interne que je tiens à peine sur mes jambes.

Jaycee me file du sucre. Ce n’est pas la première fois que je me bats contre un ordre. Pas les siens mais quand nous étions prisonniers…Elle se relève pour s’excuser auprès de Mick. Je me relève aussi, jette un regard à Chad et m’écarte pour aller me poser contre la fenêtre du couloir. Il est grand temps que nous parlions.

Le temps qu’il s’assure que Jay ne va pas tuer Mick, j’ai le temps de sortir une feuille et de me rouler un sédatif en branche. Ca ne fait jamais effet longtemps, mon corps s’en soigne, mais si ça peut calmer même momentanément, je ne crache pas dessus. Je vais avoir besoin d’être calme.

- «Je suis désolé pour cette scène. Je n’aurais pas été doux mais je ne voulais pas être aussi violent.

J’allume la clope en essayant de mettre en ordre mes idées.

- «Qu’est-ce que je suis pour toi ?

Je soupire, je tire une taf et je ferme les yeux.

- « Depuis mon retour…je suis paumé. Tu t’es éloigné de moi…et je ne sais plus quoi faire. Les choses ont tellement changées…

- « La faute à qui ? Tu es parti. Tu t’éloignes et tu t’isoles toi-même.


- « Je ne sais pas quoi faire. Je ne peux plus te satisfaire, et ce que je fais quand j’étais Shadow…

- « Non, ça date de plus vieux que cela. Arrête les demi-vérités Miya ! Pourquoi tu t’es éloigné de moi ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

- «…

- «P*tain, Miya, parle.

Étrangement, nous restons calmes. Ni lui, ni moi n’élevons la voix.

- « Tu t’attendais à quoi au juste ? Dis-moi, Chad, comment pensais-tu que j’allais réagir quand tu as débarqué avec ton nouveau mec à ton bras dans la boîte de nuit où je bossais ?

- «Tu es jaloux ?

- « Évidemment que je suis jaloux.

- « Pourquoi tu n’as rien dit ?

- Parce que ça aurait été un non-sens. Moi qui clamais ma liberté, je n’avais pas le droit de me faire jaloux. Et puis tu avais cette façon de le regarder… Je ne suis qu’un gamin. Je n’ai pas sa classe.


- « Ne dis pas n’importe quoi, je…

- « Et puis, tu n’as pas rompu alors je me suis forcé à penser autrement. Je me suis dit pourquoi pas. Si être à trois pouvait te rendre heureux, je pouvais gérer. Je n’ai appris à aimer que très tard alors j’étais encore suffisamment malléable pour aimer deux personnes. Je me suis persuadé que ça pouvait marcher mais je savais que pour Mick se serait plus dur alors je voulais laisser du temps au temps. Jusqu’au Carnaval.

- «Quoi ?

- «Tu sais, j’avais prévu de te le dire…à propos de mon départ. Je devais te le dire. Je ne voulais pas te laisser le temps de me faire changer d’avis ou de m’en empêcher mais je voulais te le dire. Mais…tu as été jaloux de moi.

- «Non, je t’ai dit…


- « Oui, je sais ce que tu m’as dit. Mais je ne te crois pas. Pourquoi cela t’aurait mis en colère ? Ça aurait dû te rendre heureux de voir que ta vie actuelle se passait bien. Que ton choix était accepté. Alors pourquoi ça t’a mis en colère ? Non, j’ai mieux comme question. Si moi embrassant Mick pendant que de sombres souvenirs brassent dans ta tête te met en colère, explique-moi, comment, pour Mick, tu arrives à remettre les pieds à Boston ?

Il me regarde avec des yeux effarés, comme si cette question n’avait aucun sens. Elle est formulée bizarrement mais je sais qu’il a compris ce que je lui demandais. Je ne le laisse pas parler. Je n’en ai pas le courage. En tout cas je ne lui laisse pas le temps d’argumenter.

- « Tu as été jaloux de moi. Jamais pour moi.

- « Si, je l’ai été.

- «Qui ? Noah ? Ah. Oui, c’est vrai. On aurait dit un chien qui grogne après un autre pour un os. Je ne suis pas un os, Chad. Je ne suis pas un objet. Tu nous veux tous les deux, Mick et moi mais tu ne nous veux pas tous les trois ensembles. Tu veux qu’on te partage, mais tu refuses de nous partager. Tu agis exactement comme mes maîtres.»

- «Je n’ai rien à voir avec eux.

Un rire jaune m’échappe.

- « Il était une fois, un homme qui aimait un chaton. Il jouait avec lui. Il lui racontait sa journée et s’il avait bien travaillé. Il était plutôt gentil. Il demandait toujours au chaton s’il avait passé une bonne journée. Il savait toujours comment faire rire le chaton même dans les pires moments. Il lui faisait des gratouilles. Il aimait le chaton. Il lui disait très souvent. Et le chaton pouvait lire cet amour dans ses yeux. L’homme lui faisait l’amour. Parfois, il était un peu brutal, mais c’était une part de sa nature, alors ça ne dérangeait pas le chaton. Et puis l’homme était le plus doux qu’il n’avait jamais connu jusque-là. Et l’homme l’aimait. Après quelques temps, l’homme ne put plus venir aussi souvent. Le chaton savait que l’homme aimait quelqu’un d’autres mais l’homme lui assura que même s’il aimait plusieurs personnes, il n’aimait pas moins le chaton. Alors le chaton accepta. Il y avait une autre personne que le chaton aimait beaucoup. Cette personne avait su garder l’humanité du chaton. Et le chaton l’aimait beaucoup pour cela. Mais l’homme l’appris et il fut jaloux. Le chaton était à lui. Alors il punit l’autre.»

- «Attends, je n’ai pas puni Noah. Je lui ai grogné dessus, mais…

- « Je ne parlais pas de toi.

Alors que je porte la clope à mes lèvres je constate que je tremble.

- « L’homme, c’était mon beau-père, en quelque sorte. C’était l’homme qu’aurait dû épouser ma mère. Il était violent, mais moins que les autres. Et dans ses yeux, il y avait tout l’amour qu’il avait éprouvé pour ma mère et qu’il avait reporté sur moi. II m’aimait sincèrement du seul amour qu’il avait à donner, aussi malsain soit-il. Tous ceux qui m’ont…baisé, n’ont pu le faire qu’avec son autorisation. J’étais à lui. Nous étions à lui. Il n’était à personne. L’autre, c’était Jay. Il l’a violée quand il a découvert qu’elle avait si bien conservé mon humanité que je pouvais me battre contre ses ordres. Tu vas certainement me dire que tu n’es pas aussi violent ou sadique, mais après tout ce que j’ai vécu, ce ne sont pas les critères qui te différencient d’eux. La façon dont tu m’aimes est différente. La façon dont tu m’aimais devrais-je dire. J’en sais rien.

Je me relève et j’écrase le mégot sur le mur extérieur.

- « C’est vrai que quoi qu’il arrive, il me faudra du temps. Tu m’as montré ce qu’était l’amour alors ce nouveau passage en tant que… putain a été beaucoup plus difficile à vivre. Mais…mmmfff peu importe. On n’en est pas encore là.


Je passe une main dans mes cheveux comme si mon courage s’y était planqué.

- « Chad, aujourd’hui, j’ai besoin que tu répondes à une seule question. Et honnêtement, j’ai le sentiment que nous avons tous les trois besoin que tu y répondes. Peut-être même toi plus que Mick et moi.

Merde, c’est dur !

- « Si la situation s’inverse. Si pour une raison, peu importe laquelle, Mick me menace de mort. Est-ce que tu le menaceras lui comme tu m’as menacé moi ? Ne réponds pas tout de suite. Plonge-toi dans cette possibilité. Ressens l’urgence de l’action. Tu sais comme moi que s’il le désire, il me tuera sans difficulté. Alors oublie la raison et imagine qu’il mette une lame sous ma gorge, prête à venir trancher mes cordes vocales, est-ce que tu serais capable de le tuer comme tu m’aurais tué tout à l’heure ?

Je tourne les talons.

- « Je te laisse réfléchir. Je dois aller présenter mes excuses à Mick. Et je ne suis pas certain d’avoir envie d’entendre la réponse de toute façon, parce que malgré tout, je veux croire que tu m'aime et puis je suis éperdument amoureux de toi...alors je vais fuir, retarder l'échéance…

Je le laisse ainsi et j’avance, le ventre, la gorge et le cœur noué. Une fois devant Mick, je tombe à genoux et m’incline autant que possible. Je suis issu d’une famille japonaise ancienne, pas forcément aisée, mais ancienne et je ne peux faire d’excuses plus humiliantes.

- «Pardonne-moi, Mickael. Je ne voulais pas te blesser ni être aussi violent. Je te crois innocent pour ma sœur et je ferais tout mon possible pour t’aider à découvrir la vérité. Si tu veux encore de mon aide…

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1310
Réputation : 197
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Amis, ennemis, qui es-tu? [PV Mick/Chad/MJ]   Sam 6 Déc - 16:22



Un autre point de vue







Je cesse d’observer Chad et Miya et me résous à ne pouvoir entendre tout ce qu’ils se disent. J'en saurai peut être davantage plus tard. Mary-Jaycee est tournée vers moi, elle est sans doute connectée au kanima mais, en me fixant, ce sont mes sentiments qu’elle essaie de percevoir.

- Puisqu’on est tous les deux, j’aimerais te demander quelque chose, annonce-je. Je pense que tu pourrais nous apporter ton aide.

Je recule dans l’appartement par la porte laissée ouverte et récupère quelques documents sur le plan de travail. Aussitôt ressorti, je lui tends les dossiers macabres et leurs photos tout aussi perturbantes.

- Est-ce que certains de ces enfants te disent quelque chose ? Demande-je avec un faible espoir.

Hésitante, elle tend le bras et saisis les précieux indices. Je la regarde tourner doucement les feuillets sans lâcher un mot.

- Prends ton temps pour réfléchir, lui dis-je doucement. Je suis navré si tout cela fait remonter d’horribles souvenirs mais je crois qu’il est temps qu’on retire tous nos œillères.

Ma dernière phrase est autant au sujet des mystères qui nous entourent que des propres démons que nous affrontons, Chad, Miya et moi. Il est difficile de conserver l’équilibre. Et encore plus si les sentiments de chacun sont mis en jeu. Tôt ou tard, il faut affronter la réalité. Faire des choix. Et les assumer. Sans quoi, tout finirait par s’effondrer. Et ça a déjà commencé…

C’est Miya qui interrompt la lecture éprouvante qu’effectue sa sœur. Il se met à genoux et s’incline devant moi. Je fronce les sourcils face à son comportement peu habituel.

- Pardonne-moi, Mickael. Je ne voulais pas te blesser ni être aussi violent. Je te crois innocent pour ma sœur et je ferais tout mon possible pour t’aider à découvrir la vérité. Si tu veux encore de mon aide…

C’est la première fois que Miya m’appelle par mon prénom complet. Rien n’est plus comme avant. Nous avons avancé en quelque sorte, mais, sur le chemin, il est difficile de rester tous les trois dans la même direction. Surtout quand autant de personnes sont étroitement concernées.

- Tant que tu me laisses la tête sur les épaules, tu pourras m’entendre accepter tes excuses, dis-je à Miya.

Puis je le fixe droit dans les yeux, concentrant dans mon regard le souvenir des discussions que nous avions eues. Certaines étaient même des promesses.

- Et ton aide, ajoute-je sans perdre contenance.




(c) Fiche par Mafdet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 844
Réputation : 72
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Amis, ennemis, qui es-tu? [PV Mick/Chad/MJ]   Sam 6 Déc - 16:22

Nightmare


Un cauchemar, je suis plongé dans un mauvais rêve. J’ai des frissons, je tremble, une sueur froide me glace l’échine et me plaque la chemise à la peau. Les sons bourdonnent à mes oreilles. Des cris, quelqu’un qui hausse le ton. Tout se passe dans un ralenti frustrant, j’ai l’impression de ne plus avoir de force. Mes sens sont comme anesthésiés, tout est assourdi. J’ai l’impression d’être au fond d’une piscine. Je me bats pour sortir de cette torpeur, je veux me réveiller et sortir de ce cauchemar pour me réveiller dans mon lit. Mais ce mauvais songe me retient prisonnier de ce qui reflète mon angoisse primaire. Non, je ne veux pas faire face à cela. Puis le temps reprend son droit. Miya et Mick s’invectivent violemment. Je ne dors pas, enfin si, j’ai dû avoir une absence de quelques instants.

La haine de Miya est palpable, et dangereuse. Je ne reconnais pas Nineko, car c’est bien lui qui est de sortie là. Bien que Miya n’est pas non plus absent. En fait c’est l’homme et le kanima qui sont en train d’exploser sous mes yeux. B*rdel, je ne comprends pas ce qui lui prend, mais je sens le danger. Shadow n’est peut-être plus, mais je sais ce dont est capable le corps de Miya. Il a été élevé comme une machine à tuer. Alors que Mick essaye de comprendre la raison de la fureur du chat, j’ai peur que cela dégénère, peur de les perdre. Mon angoisse, le cauchemar de mes nuits prend vie sous mes yeux, me renvoyant ma propre culpabilité en pleine face. C’est comme si ma main droite frappait ma main gauche. Les voir se déchirer me dresse à un non-sens, à un paradoxe. Mon cœur se serre face à mon janotisme. Cette amphibologie de mes sentiments me tue de l’intérieur.

Un jour, alors qu’on arpentait les ruines du manoir, Derek m’avait dit que j’étais une anomalie de la nature, car je m’étais lié à deux compagnons. « Les loups sont exclusifs Chad ». Il avait essayé de m’expliquer ce qu’il ressentait pour Paige son premier amour. Le fait qu’il avait pu tomber amoureux de Stiles car il avait été libéré de cet exclusivité par la mort de la jeune femme. Et que s’il avait douté le jour où il avait la jeune femme vu réapparaître, la certitude de n’avoir qu’une place pour un compagnon dans son cœur avait vite été une évidence. Il aimait toujours Paige, mais maintenant s’était différent.

C’est avec un certain soulagement que je vois Jaycee se pointer. L’attirail qu’elle traîne me prouve le sérieux de la situation, son regard en ma direction aussi. Non, je n’ai pas oublié notre discussion dans les toilettes pour homme du campus. Elle me rappelle explicitement sa menace qui est, je le sais, parfaitement sérieuse et applicable. Cependant, j’en ai déjà deux qui se cherchent là, et je ne suis même pas certain de pouvoir les séparer si le cas écherrait. Alors ajouter une louve chasseuse à l’équation du troisième degré qu’est ma vie amoureuse… J’ai envie de dire : Stop !

Jaycee arrive à calmer son frère. De mon côté je m’assure que Mick n’a rien et je jette un œil au dossier que lui a lancé Miya. Jaycee fait-elle partie de ses enfants enlevés ? Contrairement à la liste qu’on a soulevée avec James, elle n’a pas les yeux vairons comme Mick. Leurs histoires se croisent, cela devient un nœud inextricable où chacun souffre. Cela me tue de savoir Mick se ronger sur ce qu’il a peut-être commis et Miya qui lui sait ce qu’il a fait, reste hanté par d’horribles visions. Savoir ou ignorer, le résultat est le même : une gangrène les ronge de l’intérieur. J’aimerai tant pourvoir les aider plus, mais à part me casser la tête sur les fragments de réponses que Miya a trouvés et être présent, je ne peux laver leur cœur et leur âme de cette boue qui les macule. Ce sentiment d’impuissance me mine et me rend aussi furieux. Miya sort dans le couloir me signifiant qu’il souhaite me parler. J’acquiesce, mais je m’assure avant que Jaycee ne tentera rien contre Mick. C’est triste de devoir se méfier de ses propres amis. On ne devrait pas se déchirer ainsi !

Je sors dans le couloir rejoindre Miya. Je grimace à l’odeur de tabac « amélioré ». S’il y a une chose chez lui que je n’apprécie pas outre mesure, c’est bien son addiction à la fumette. Contrairement à moi, ça lui fait quelques effets, là où je trouve juste une odeur épouvantable, sans parler du plaisir d’embrasser un cendrier.

- Je suis désolé pour cette scène. Je n’aurais pas été doux mais je ne voulais pas être aussi violent. Me dit-il calmement.

Je ne lui réponds rien, car je ne comprends pas ce qu’il se passe. Si Mick a trempé malgré lui dans de sombres affaires, son âge l’écarte de toute action envers Jaycee. D’où vient cette fureur qui envahi Miya ? J’ai essayé de me faire présent, puis vu ses réticences j’ai pensé qu’il avait besoin de temps après la m*rde de Boston, et je compre…

- Qu’est-ce que je suis pour toi ?

Ce qu’il est pour… C’est quoi cette question ? Je vais pour répondre, mais il me coupe et continue.

- Depuis mon retour…je suis paumé. Tu t’es éloigné de moi…et je ne sais plus quoi faire. Les choses ont tellement changées…
- La faute à qui ? Dis-je avec étonnement. Tu es parti. Tu t’éloignes et tu t’isoles toi-même. Je ne comprends pas son interrogation et cette accusation que je trouve injuste.
- Je ne sais pas quoi faire. Je ne peux plus te satisfaire, et ce que je fais quand j’étais Shadow…

Plus me satisfaire ? D’où tient-il cette absurdité ? C’est moi qui au contraire ne sais pas m’y prendre pour lui faire oublier les horreurs qu’il a vécu. Je n’arrive pas à mettre le doigt dessus, mais je sens que Miya retient ce qu’il a vraiment sur le cœur.

- Non, ça date de plus vieux que cela. Arrête les demi-vérités Miya ! Pourquoi tu t’es éloigné de moi ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ?
- …

Son mutisme m’énerve. Je n’aime pas les non-dits. Il y a rien de pire pour fausser les relations. Si on doit mettre les choses à plat, il faut que chacun dise ce qu’il a sur le cœur. Je n’ai rien à lui cacher, il doit en faire de même. Notre ancienne connivence est-elle morte ? Celle où on n’avait pas besoin de mot pour se comprendre.

- P*tain, Miya, parle. Mon exaspération est perceptible, mais je reste doux car c’est quand même le mec que j’aime. Et là, j’ai l’impression de le perdre et cela me fait peur. Brutalement, j’angoisse de la suite.
- Tu t’attendais à quoi au juste ? Dis-moi, Chad, comment pensais-tu que j’allais réagir quand tu as débarqué avec ton nouveau mec à ton bras dans la boîte de nuit où je bossais ?

Un poids d’une tonne me tombe au fond de l’estomac. Je revois parfaitement le moment dont il parle. Ma première virée avec Mick. Je ne savais alors rien de lui, juste qu’il venait d’emménager. Un incident sur le parcours pour venir au Jungle m’avait appris qu’il était parfaitement au courant de l’existence des loups et des chasseurs. A ce moment-là, Mick n’était encore rien pour moi. C’est certain que la soirée qui avait suivie en avait fait pour beaucoup dans mon intérêt de le connaitre mieux. Miya en avait même rajouté une couche en balançant la chemise de Mick dans la foule. A cet instant-là, je reste persuadé que tout était clair et net sur notre couple et la liberté qui y était associé. Je dévisage Miya. Cependant c’est tout le reste qui a suivit qui le font maintenant reconsidérer sa position ce soir-là.

- Tu es jaloux ? Demandé-je.
- Évidemment que je suis jaloux.
- Pourquoi tu n’as rien dit ?
- Parce que ça aurait été un non-sens. Moi qui clamais ma liberté, je n’avais pas le droit de me faire jaloux. Et puis tu avais cette façon de le regarder… Je ne suis qu’un gamin. Je n’ai pas sa classe.

Nouveau serrement de cœur. Je commence à comprendre ce que ressent Miya. Lui l’illettré, lui qui a un vécu plus chargé que certains adultes alors qu’il n’est pas majeur. Il prend la comparaison avec Mick de plein fouet. C’est de ma faute, je ne lui ai pas assez dit qu’ils n’étaient pas comparables. J’aime leurs différences et en aucun cas je ne reprocherais les lacunes de l’un ou de l’autre. Mais si Miya le perçoit ainsi, c’est que je lui ai laissé penser le contraire.

- Ne dis pas n’importe quoi, je…

- Et puis, tu n’as pas rompu alors je me suis forcé à penser autrement. Je me suis dit pourquoi pas. Si être à trois pouvait te rendre heureux, je pouvais gérer. Je n’ai appris à aimer que très tard alors j’étais encore suffisamment malléable pour aimer deux personnes. Je me suis persuadé que ça pouvait marcher mais je savais que pour Mick se serait plus dur alors je voulais laisser du temps au temps. Jusqu’au Carnaval.

Je suis effaré qu’il ne m’ait rien dit ! Depuis le début il prend sur lui ! Pourquoi je n’ai rien vu venir ? Me suis-je laissé abuser par son attitude nonchalante ? Ou, pire… ai-je fermé les yeux à certains signes ?

- Quoi ?
- Tu sais, j’avais prévu de te le dire…à propos de mon départ. Je devais te le dire. Je ne voulais pas te laisser le temps de me faire changer d’avis ou de m’en empêcher mais je voulais te le dire. Mais…tu as été jaloux de moi.

Tout s’embrouille dans ma tête. Le carnaval, la douleur de sa rupture, puis Boston… Au bal, je n’étais pas disposé à ce que j’ai pris pour des pitreries de sa part. La présence de Luka et ses manières cavalières m’avaient mis hors de moi. Ailleurs, dans d’autres circonstances, leur petit jeu de flirt ne m’aurait rien… Tsss !

- Non, je t’ai dit…
- Oui, je sais ce que tu m’as dit. Mais je ne te crois pas. Pourquoi cela t’aurait mis en colère ? Ça aurait dû te rendre heureux de voir que ta vie actuelle se passait bien. Que ton choix était accepté. Alors pourquoi ça t’a mis en colère ? Non, j’ai mieux comme question. Si moi embrassant Mick pendant que de sombres souvenirs brassent dans ta tête te met en colère, explique-moi, comment, pour Mick, tu arrives à remettre les pieds à Boston ?

Mais bordel ! Si j’ai remis les pieds dans cette p*tain de ville c’est parce qu’il me l’a demandé ! Ce maudis chat est parti comme un voleur ! Je l’aurai suivit sur la lune s’il avait fallu le faire ! J’ai peut-être des capacités surnaturelles, mais pas celle de lire dans l’esprit des gens ! Je trouve son accusation injuste. Comment pouvais-je deviner ses intentions alors que ce champion des masques me jouait la comédie du gars heureux ? Je cherche mes mots, je ne veux pas le blesser plus qu’il ne l’est déjà. Je n’ai pas le temps d’argumenter qu’il m’assassine de nouveau.

- Tu as été jaloux de moi. Jamais pour moi.
- Si, je l’ai été.
- Qui ? Noah ? Ah. Oui, c’est vrai. On aurait dit un chien qui grogne après un autre pour un os. Je ne suis pas un os, Chad. Je ne suis pas un objet. Tu nous veux tous les deux, Mick et moi mais tu ne nous veux pas tous les trois ensembles. Tu veux qu’on te partage, mais tu refuses de nous partager. Tu agis exactement comme mes maîtres.»
- Je n’ai rien à voir avec eux.

Ses mots me blessent doublement, car je les trouve injustes et parfaitement vrais à la fois. Jamais je n’ai voulu le blesser. Au contraire depuis cette fameuse nuit dans les bois où j’avais découvert ce que cachaient ses tatouages, je veux lui faire connaitre autre chose que la douleur et la haine. Je m’étais fait doux et rassurant… Puis, je lui avais imposé Mick… Je ne peux réfuter son accusation, surtout depuis Boston où ma transformation m’avait rendu exclusif. J’ai beau me raisonner, c’est viscéral. Mick ne regardait pas Miya de cette manière, dans ce sens-là je n’avais pas de problème. Mais je comprenais maintenant que Miya avait besoin de faire partie d’un tout. Sans vouloir se mettre en Mick et moi, il voulait partager nos moments. En serait-je capable ? Et Mick dans tout cela ? Inutile de me voiler la face. Il avait apprécié ces semaines passées rien qu’à deux quand Miya avait disparu. J’étais alors cent pour cent disponible pour lui, en retour il m’avait littéralement couvé quand le départ de Miya m’avait brisé le cœur. Un sentiment de culpabilité m’envahit. Quel genre de monstre suis-je pour leur imposer cela ? Le pire c’est que je les aime profondément tous les deux ! « Une anomalie » Les mots de Derek me martèlent la tête. Plus Miya poursuit dans ce qui semble devenir une logorrhée sans fin, plus je me sens sombrer. Je tente une ultime défense pitoyable.

- Attends, je n’ai pas puni Noah. Je lui ai grogné dessus, mais…
- Je ne parlais pas de toi.

La suite fini de m’enterrer. Je n’ai rien à opposer à cette merde qu’a été sa vie. Même la mort d’Emy semble rien à comparer, réduite à un incident de parcourt. Et moi qui me pensais, peut-être pas le petit ami parfait, mais au moins le mec correct. Je m’aperçois que j’ai fait que de la m*rde. Son dernier ultimatum sonne comme le glas. Aurais-je réagit aussi violemment si c’était Mick qui avait menacé Miya ? La première réponse qui me vient est oui. Mais je ne sais plus, il a installé le doute dans mon esprit. Il me dit ne pas avoir envie d’entendre ma réponse. Elle est donc pour lui déjà arrêtée ? Il y a répondu à ma place ? Je le laisse s’éclipser vers Mick. Je me tourne vers la fenêtre du couloir, j’ai l’impression que tout s’effondre. Etais-je devenu arrogant depuis que j’étais enfin seul dans ma tête ? Derek m’avait affirmé qu’il était tout à fait normal qu’un loup soit exclusif et pas préteur en amour. Et que justement pour lui cette situation à trois était tout bonnement inconcevable. Maintenant j’en faisais l’amère expérience. J’avais beau retourner le problème dans tous les sens, je ne voyais pas de solutions. Miya avait l’impression d’être la roue de secours, Mick semblait le tolérer car il était là avant, puis leur histoires se recoupant cela avait tout de même crée un lien entre eux. Lien qui oscillait entre doutes et compréhension

Oui j’ai menacé Miya de le tuer et cette menace était alors sérieuse. Je ne pouvais vivre ainsi ! Être amené à menacer de mort celui qu’on aime. Miya non plus et pas plus que Mick ne devaient supporter cette situation. « Un loup n’a qu’un seul compagnon… » Le choix s’imposait ? Y avait-il une alternative ? Non. Les conversations s’étaient tues dans l’appartement de Mick, on m’attendait. C’est le visage fermé que je repassai le seuil de la porte. Tour à tour je regardais Mick puis Miya. Si Mick ne savait pas de quoi on avait parlé, il devait tout de même pressentir que ça n’allait pas. Miya osait à peine lever les yeux vers moi, il était tellement certain de ma réponse. Oui je devais faire un choix, avec ses mots, il m’y forçait. Cela ne pouvait plus durer ainsi et avec raison.

Je regardai l’appartement de Mick. J’avais fait les plans de sa décoration intérieure, j’avais imaginé cela en moins de trente seconde la première fois où je l’avais vu. J’avais tout de suite compris ce qui lui plairait. La suite nous avait fait voir que nous avions énormément d’affinité et de compréhension. Mes yeux se posèrent sur Miya. Il avait repris ses tenues fantaisies. C’est idiot à le dire, mais je le préférai dans ses tenues sombres et sobres de chasseur. Je le sentais plus vrai ainsi, même si cela reflétait aussi la partie la plus noire de sa personne. Je savais ce qu’il avait été, à Boston je l’avais vu à l’action. Plus je le cerne, plus je l’aime. Mais je n’ai pas le droit les faire souffrir tous les deux.

- J’ai pris une décision.

Ma voix monocorde capta instantanément leur attention.

- Je ne répondrais pas à tes questions Miya, car j’en suis bien incapable.

Dieu que c’est difficile, j’en ai pratiquement les larmes aux yeux de leur dire cela. Je vais blesser, mais c’est un mal nécessaire sinon inévitable.

- J’ai choisi de faire un choix car je sens bien que nous trois on va droit dans le mur. Avant cela, je veux vous assurer à l’un comme à l’autre mon soutient et mon aide dans vos recherches respectives.

Si mon choix est arrêté, il est hors de question que j’abandonne ces recherches sur leur passé. Puis je regarde Mick dans les yeux.

- Ma présence auprès de toi, t’apporte plus de problèmes que de solutions. Je lève la main alors que je le vois protester. Puis je ne suis pas aveugle, devoir me partager avec Miya te blesse, j’ai senti la différence lorsqu’il était parti. Tu l’acceptes parce que tu es un gars droit et honnête. Miya était là avant toi, tu as donc tut ce qui te ronge. Puis je ne t’ai pas vraiment donné le choix. J’avale ma salive difficilement et poursuis. Je suis sincèrement navré Mick. Je t’aime plus que tout et je ne souhaite pas te blesser, mais continuer ainsi est une erreur. Miya a raison, je ne peux pas vous demander à tous les deux l’exclusivité alors que vous devez me partager. Je ne veux plus que tu souffres par ma faute. Je… je viendrais récupérer mes affaires une autre fois si tu le veux bien…

C’est le cœur serré que je vois le visage de Mick se décomposer. J’ai envie de le prendre dans mes bras, de le rassurer, de lui dire que je raconte n’importe quoi, que je l’aime… Je me tourne alors vers Miya. Ses yeux marquent une totale incompréhension.

- Je te prie de m’excuser si par mon attitude, tu as pu penser que je t’aimais moins. C’est faux ! Mon amour pour toi est sincère. Et je t’assure que tu es à la hauteur. Tu n’as rien à te reprocher, c’est moi qui ai merdé, qui t’ai imposé ce… trio. J’aurai du faire un choix, ce choix depuis longtemps. J’ai été lâche et égoïste en ne pensant qu’à mon propre plaisir et bonheur me contentant des sourires rassurant que tu m’offrais alors que tu souffrais de cette situation. Pardonne-moi.

Ma voix commence à flancher, j’ai peur de leur réaction, de la peine et de la douleur que je viens d’infliger. Je recule doucement vers la porte. Jamais choix ne m’avait semblé si difficile à faire !

- Je… je vous aime tous les deux. Il n’y a pas de numéro un et de numéro deux. Mon sentiment pour vous est absolu, exclusif et il n’y aura jamais personne d’autre que vous dans mon cœur. Je suis un homme loup. C’est pour cela, pour l’amour que je vous porte, que je fais ce choix qui m’est cruel et qui me déchire le cœur. Je vous quitte, tous les deux, car en choisir un c’est me broyer le cœur. Je vous aime… pardon du mal que je vous ai fait.

A peine fini ma phrase, je tourne les talons et m’enfuis. La peur que l’un d’eux me rattrape me donne des ailes et je cours. Je traverse cette rue que j’affectionne tant car c’est là que Mick habite. Je décampe comme un lâche. Je m’échappe et déguerpis la queue entre les jambes. J’ai honte, je ne suis pas fier. Je viens de plaquer ce que j’ai de plus cher et de plus précieux à mes yeux. J’espère que la douleur de la rupture passée ils pourront aller de l’avant et se construire une vie sans avoir à partager. Moi, je ne peux oublier. J’avais un moment pensé me forcer à accepter qu’ils se rapprochent, mais je n’étais pas certain que Mick soit aussi ouvert à cela. Est-ce sa réticence qui m’avait rendu si exclusif ? Devenais-je surprotecteur en partant dans les extrêmes ? J’avançais à l’aveuglette et fini par presque me cogner contre... Je souris à travers mes larmes. Pour en avoir longuement parlé avec Derek, c’est certain que ce lieu de prêtait aux introspections. Encore une nuit d’insomnie qui s’annonçait et pas pour du travail en retard cette fois. Je m'effondre, j'ai le cœur en miette. J'ai besoin d'eux. Ils sont ma vie, mon oxygène. Qu'est-ce que j'ai fait ?

Merde, j'ai si mal.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Amis, ennemis, qui es-tu? [PV Mick/Chad/MJ]   Sam 6 Déc - 16:23

This hurts anyway



Quand Mick accepte mes excuses et mon aide, j’ai la sensation que tout va changer. Nous pouvons travailler ensemble pour délier ce sac de nœuds et comprendre enfin de quelle façon nous sommes liés car il est certain que nous le sommes. Mais lorsque Chad s’approche, je comprends que je n’ai pas idée de combien notre quotidien va changer après aujourd’hui.

- Je ne répondrais pas à tes questions Miya, car j’en suis bien incapable.

J’aimerais hurler. Jaycee s’est éloignée pour nous laisser discuter. Je sais qu’elle n’écoute pas mais la douleur que j’éprouve l’atteint via notre lien. Et si je parviens à donner le change, la douleur devient physique pour elle. Ce lien est vraiment étrange. Un bruit sourd indique qu’elle a dû s’appuyer au mur. Je ferme les yeux. Mer*e, qu’est-ce que j’ai fait ?!

Je ne voulais pas entendre ça. Mais ces mots signent la fin de cette relation. Je n’attends pas de lui qu’il choisisse Mick ou moi. Il aime l’humain. Je le sais et je le respecte. Je remercie même Mick intérieurement de pouvoir le rendre heureux, mais si je ne lui demande pas de choisir l’un ou l’autre, j’ai besoin de savoir, que ce choix, il ne l’a pas déjà fait. Qu’il ne soit pas capable de répondre alors que sa réaction a été viscéral lors de mon attaque, n’est-ce pas une réponse en soit. Mais alors pourquoi dit-il qu’il ne peut pas répondre ?

Puis il commence à parler à Mick. Non, ça n’a aucun sens. Il aime Mick plus que tout. Je n’ai jamais remis ça en cause. Pourquoi…ce qu’il a dit avant m’empêche de croire qu’il peut m’avoir choisi, car il aurait répondu oui. Pourtant, je ne peux m’empêcher d’espérer mais lorsqu’il s’adresse à moi, je comprends que son choix est plus radical encore. J’aimerai qu’il se taise. Non, je t’en prie…

Il part et je reste comme un con, le regard dans le vide. Je ferme les yeux, relâchant une larme et je frappe ma tête contre le mur derrière en serrant les dents. Je rouvre les yeux et tourne mon regard vers Mick. Il peut lire à quel point je suis désolé. Tout ceci est de ma faute. Mais je ne sais pas comment réparer. Je suis tellement désolé.

Je m’écarte du mur et sors. Jay et là et nous descendons en bas de l’immeuble. Ce n’est qu’une fois à la voiture que je craque et fond dans ses bras. Elle caresse son pendentif, celui de sa famille que Hale a retrouvé dans les ruines du manoir. Les choses vont changer.

© Halloween sur Never-Utopia



[Poste clos pour moi]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Amis, ennemis, qui es-tu? [PV Mick/Chad/MJ]   Sam 6 Déc - 16:25

Suite ici avec Chad et Mick


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Amis, ennemis, qui es-tu? [PV Mick/Chad/MJ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rôles] Amis, ennemis, ...
» « Enrichit tes amis et tes ennemis, tu verras après qui est qui. » • Alexander Killian Lockwood
» Samuel "Sam" Fisher ♦ les amis peuvent être pire que les ennemis ♦
» *Des amis et des ennemis...* [Liens Hortense]
» Les ennemis de mes amis sont mes ennemis (Déa)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Appartements :: Appartement de Mickael Wayne-
Sauter vers: