AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
12 novembre 2017

Zeke Pevencie


►►►◄◄◄br />
Arès Kye Coleman & Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Jansen Avery




Classement au
25 novembre 2017

Cassian Norton


►►►◄◄◄br />
Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Maxine Evans




Classement au
13 novembre 2017

Les Admin


►►►◄◄◄br />
Cassian Norton


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
14 octobre 2017

Maxine Evans


►►►◄◄◄br />
Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: /!-18/! Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Lun 23 Mar - 0:35




Courons ensemble


Je me réveillais en essayant d’oublier, encore une fois, ma nuit avec l’alpha. Il m’avait rendu folle de plaisir. Merde. Et je n’avais pas réussis à le tuer. Double merde. Je me levais en grognant. J’avais mal à l’aine.  Encore. Plus d’une semaine après. Je me déshabille en jetant mes vêtement dans le panier a linge salle et entre dans la douche, faisant couler l’eau bouillante sur moi. Je gémis de soulagement et baisse la tête pour laisser l’eau me dénouer les muscles. Je me mis à fredonner en souriant. Cahir... Rien que le fait d’évoquer son prénom me rendait toute chose, prête à l’accueillir. Et bah merde. C’est donc de mauvaise humeur que j’enfilais un short moulant à même ma peau, sans sous vêtement et un débardeur tout aussi moulant, toujours sur ma peau nue. Je mis des socquettes, des baskets et je sortis de chez moi. Je pris la direction de la forêt en ignorant les regards appuyés de certain mec.

Il faisait doux. Ni trop chaud, ni trop froid. Comme j’aime. Je commençais par de petites foulées, commençant doucement. Les oiseaux chantaient, le ciel était bleu et le soleil brillait. Il ne manquait plus qu’un superbe homme pour que la journée soit parfaite. Je souris à cette pensée. Je ne devais m’attacher à personne. Car je venais de recevoir une mission complémentaire : trouver, traquer et tuer les monstres qui se trouvaient dans cette ville. Un travail de longue haleine. Mais cela me permettrait de me défouler et de ne pas me faire tuer pas les WAR. Je me mis à accélérer, perdu dans mes pensée que je sentis une présence près de moi. Je regardais à ma droite. Il faut croire que Dieu existe car le jeune homme qui courrait avec moi était superbe.

Grand, véritablement bien foutu, les yeux marron clairs, presque or. Une barbe de trois ou quatre jours. Un grain de beauté sous l’œil... Ciel. Il pouvait rivaliser avec Cahir. Je lui souris, mi aguicheuse mi taquine. Son air taquin, joueur me répondit et il prit de l’avance sur moi. A ouais ? Tu voulais jouer ? Je me mis à courir plus vite et fini par lui passer devant en claquant de la langue, comme pour le mettre au défis d’allez plus vite. N’ayant aucune réponse je me retournais en courant et ne le vis nul par. Je fis la moue et repris ma course en me retournant avant de percuter quelque chose. Non, quelqu’un. Mon nez rencontra un torse puissant. Je relevais la tête et croissais le visage du magnifique joggeur qui souriait de toutes ses belles dents bien blanche. Je lui souris à mon tour.

-Et bien, je n’ai jamais vu quelqu’un courir aussi vite ! Et vous m’avez fichu une peur bleue !!! Moi c’est Athleya et vous ?

Je lui offris mon plus beau sourire. Avec sa vitesse, une chose était certaine, il n’était pas humain. Tout comme Usain Bolt n’était pas humain. C’était un loup garou. Je me reculais de quelques pas pour ne pas rester dans ses bras, en cas d’agression, et posais une main sur ma hanche, pour faire mine de reprendre mon souffle. Les joues rougis, les cheveux attachés et le corps moulé dans ses vêtements, je savais que j’offrais une spectacle délicieux. Mais je gardais un air fragile, tendre. Juste au cas où. J’avais été bien formée. Après tout, j’étais une WAR, un vrai caméléon. Meilleur que Jarod.

Rp:
 

holliday creation


Dernière édition par Athleya Thorment le Sam 25 Juil - 14:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adriann Weizerling

avatar

Humeur : Sanglante
Messages : 400
Points : 468
Réputation : 110
Date d'inscription : 10/01/2015

MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Sam 4 Avr - 17:20




délicieuse rencontre

« We serial killers are your sons, we are your husbands, we are everywhere. And there will be more of your children dead tomorrow. » ► BUNDY
Ce n’était pas au bruit des cadavres de bouteilles que je me réveillai, mais avec celui du chant des oiseaux. Avec l’accès total aux preuves dans l’affaire du meurtre de mon mentor et ancien amant, ma soirée avait été plus productive et bien moins alcoolisée que les autres. Lentement, j’étais sorti de l’état comateux et hébété dans lequel j’avais plongé et reprenais haleine dans mon quotidien sanglant. Je pouvais remercier Chad pour ça : l’histoire à laquelle j’avais demandé à être mêlé m’avait offert une distraction concrète, une échappatoire auquel penser entre deux crises de paniques incontrôlables. Jetant un coup d’œil à la fenêtre de ma chambre et apercevant le ciel bleu et le soleil, je décidai rapidement d’enfiler un jogging et un débardeur noir pour aller me dégourdir les jambes. Je n’avais pas couru depuis une éternité, soit depuis mon arrivée à Beacon Hills, sauf si l’on excluait les fois où j’avais poursuivis mes proies à travers la ville. Un sourire carnassier prit possession de mes lèvres et mon visage changea sous l’appétit qu’évoquais ma dernière traque. Posté devant le miroir, je détaillai mes bois longs d’une cinquantaine de centimètre, mes yeux pâles encerclés d’un noir profond. Je fermai les paupières et me concentrait sur mon souffle pour reprendre mon apparence d’humain. Mon haut laissait apparaître mon tatouage qui se terminait sur mes clavicules, passant par les épaules et commençant dans le creux du dos.
Cinq minutes plus tard, je gambadais sur les trottoirs de Beacon Hills pour rejoindre mon élément : la forêt. Les gens s’entassaient dehors, profitant tous du beau temps, sortant eux aussi dans les bois. Un soupir m’échappa en pensant que chasser me serait impossible dans ces conditions. Il y avait trop de monde, trop de témoins potentiels et faire un carnage pour m’assurer qu’aucun d’eux ne reste en vie serait bien trop risqué. Je n’avais pas le choix, je devrais attendre le soir pour combler ce plaisir… Quoi que… Un sourire ravi passa sur mon visage en contemplant une jeune femme courir devant moi. Si son physique était avantageux, son odeur l’était tout autant. Du moins, si elle savait que sa fragrance allait courir à sa perte, peut-être ne la trouverait-elle pas avantageuse. Sa tête blonde pivota vers moi. Scheiße ! Elle était belle à se damner, avec son sourire taquin et aguicheur à la fois. Je lui rendis la pareille et la dépassa. Elle passa à nouveau devant moi, me mettant au défi de continuer notre petit jeu. Essayer de gagner, c’est peine perdu ma belle, pensai-je en disparaissant sur le côté, la dépassant à nouveau et m’arrêtant une quinzaine de mètres plus loin. Boudant à cause de ma disparition, elle me percuta de plein fouet. Passant un bras dans son dos pour éviter qu’elle ne tombe, je la gardais contre moi et ria doucement de la force avec laquelle elle m’avait rencontrée. Elle leva sur moi un regard audacieux sur moi.

-Et bien, je n’ai jamais vu quelqu’un courir aussi vite ! Et vous m’avez fichu une peur bleue !!! Moi c’est Athleya et vous ?, souria-t-elle en détachant nos deux corps avec quelques pas, reprenant son souffle.
-Athleya ? C’est un prénom peu commun. Navré de t’avoir causé cette frayeur... Je m’appelle Adriann, souriais-je, rieur et un peu moqueur, passant rapidement son corps en détail pour revenir planter mon regard dans le sien. Je ne t’ai pas fait mal, j’espère ? C’est rare qu’une si jolie jeune femme croise mon chemin de cette manière, je n’aimerais pas que la rencontre se termine mal à cause de moi…

Je ne la lâchais pas du regard, un sourire légèrement aguicheur sur les lèvres. Doucement, je m’approchai d’elle et portait une main à sa hanche en faisant mine d’examiner son visage. Elle sentait si bon.

-As-tu un entraînement rigoureux qui t’oblige à reprendre ta course maintenant ou est-ce qu'on peut... discuter ?

Mon instinct me murmurait qu'il y avait chez cette fille quelque chose de pas banal, ce qui causait un agréable frisson le long de ma colonne vertébrale. Quoi que cette fille puisse être, je sentais que notre rencontre allait donner des étincelles.



Athleya Thorment
&
Adriann Weizerling

CODE BY AMIANTE


wendigowak


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Sam 4 Avr - 17:57




Suis Moi



-Athleya ? C’est un prénom peu commun. Navré de t’avoir causé cette frayeur... Je m’appelle Adriann. Je ne t’ai pas fait mal, j’espère ?

J’appréciais beaucoup le son de sa voix et le sourire aguicheur qu’il me renvoyait. Mai je pris conscience de mon erreur. Je n’avais aucune arme sur moi. Merde. Non pas que j’en ai réellement besoin, mais cela était toujours réconfortant. Je me mordillais la lèvre quand sa main trouvait le chemin de ma hanche. Je dus lutter contre l’envie que j’avais de l’embrasser, goûter ses lèvres presque offertes devant moi...

-Certes, il n’est pas commun, mais qui à dit que j’étais une fille commune ? Non tu ne m’as fait aucun mal... Mais je dois avouer que tu es très, très musclé... Fais tu un sport en particulier ?

Je posais une main timide sur son torse, faisant mine d’être complètement hypnotisé par lui. Chose moins compliquée qu’il n’y paraissait. Car il me plaisait beaucoup. Il continuait à sourire et je continuais de laisser traîner ma main sur lui, lui renvoyant un regard plein d’envie. Mais il ne fallait pas que je me voile la face. Je devais tuer Cahir Quinn. De fait, je pensais sincèrement que la présence d’un autre « amant » m’aiderait à oublier mon écart de conduite vis-à-vis des miens. Je pourrais ainsi tuer l’alpha plus rapidement. Mais je ferais des recherches sur lui. Plus tard, quand je serais seule, chez moi... Il se mit à me demander si je suivais un entraînement particulier et je ris.

-Oh non pas du tout ! Je suis écrivain et comme je passe le plus clair de mon temps assise à grignoter en écrivant, je m’impose des sessions de course pour de pas finir grosse et moche ! J’espère toujours à me trouver un mari, autan que je m’entretienne non ? Et j’accepte volontiers de parler avec vous, pouvons nous marcher en même temps ?

Je lui renvoyais un sourire innocent et plein de sous entendus en même temps.  Rester au même endroit était dangereux, et je ne comptais pas lui donner l’avantage de me surprendre si jamais il avait en tête de me tuer, violer où je ne sais qu’elles autres idées mortelles pour lui. Je lui tournais le dos et partis en direction de la lisière de la forêt, là où je serais plus en sécurité en cas de problème. Je ne connaissais pas bien ce lieu et en cas de fuite, j’aurais un énorme désavantage. Je jetais un coup d’œil derrière moi et souris en coin en accentuant le mouvement de mes hanches. Viens mon ange on va jouer...

holliday creation
Revenir en haut Aller en bas
Adriann Weizerling

avatar

Humeur : Sanglante
Messages : 400
Points : 468
Réputation : 110
Date d'inscription : 10/01/2015

MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Mer 15 Avr - 20:21




Qui va croquer qui ?

« We serial killers are your sons, we are your husbands, we are everywhere. And there will be more of your children dead tomorrow. » ► BUNDY
Je ne pouvais m’empêcher d’admirer ses courbes, effleurant ses formes du bout des doigts. Ses lèvres étaient si proches parfum si entêtant qu’il m’était difficile de résister à les caresser des miennes.

-Certes, il n’est pas commun, mais qui à dit que j’étais une fille commune ? Non tu ne m’as fait aucun mal... Mais je dois avouer que tu es très, très musclé... Fais tu un sport en particulier ?, minauda-t-elle en posant sa main sur mon torse.
-J’attendrais encore quelques heures pour me décider de ta banalité ou non…, répondis-je, mon sourire en coin éternellement collé aux lèvres.

Je  ne pouvais m’empêcher de penser que cette fille n’était pas banale –et pas au sens le plus tranquille du terme. L’innocence qu’elle affichait contrastait violemment avec la gourmandise qui dévoraient ses yeux, et bien que ce premier côté attisait mon désir, j’étais loin de me laisser guider par mes pulsions lorsqu’un coin de ma tête me disait d’être prudent. Néanmoins, le reste de mon esprit me suppliait d’entrer dans son jeu et de profiter d’elle autant qu’elle le voudrait. Sa main se balada sur mon torse, son regard rivé au mien. Faisais-je un sport en particulier ? Prendre du plaisir en couchant et en dévorant les gens, est-ce que ça comptait ?, pensai-je en riant intérieurement.

-Juste un peu de musculation, mais j’ai arrêté en débarquant ici.

A ma question sur l’entraînement particulier, elle éclata d’un rire clair, sa tête penchée en
arrière.

-Oh non pas du tout ! Je suis écrivain et comme je passe le plus clair de mon temps assise à grignoter en écrivant, je m’impose des sessions de course pour de pas finir grosse et moche ! J’espère toujours à me trouver un mari, autan que je m’entretienne non ? Et j’accepte volontiers de parler avec vous, pouvons nous marcher en même temps ?, demanda-t-elle et, sans attendre ma réponse, elle commença à marcher, accentuant ses mouvements de hanches en me lançant un regard rieur par-dessus son épaule bronzée.

Je mis quelques secondes à démarrer la marche, profitant du spectacle qu’elle m’offrait sans vergogne. Je ne pus empêcher un autre sourire de naître sur mes lèvres, espérant qu’il ne les quitterait pas de si tôt. Les raisons de m’amuser s’étaient faites rares depuis une semaine et je n’allais pas m’en priver maintenant qu’une occasion se profilait. Rapidement, je la rattrapai et adoptait le même rythme qu’elle, mains dans les poches.

-Ecrivain ? Tu as une histoire en cours, c’est top secret ou tu es en recherche d’un peu de distraction ?, demandai-je en la regardant d’un air gourmand, le visage tourné vers le soleil. Je me propose candidat pour t’en offrir un peu…

Déjà, nos pieds frôlèrent les alentours bétonnés de Beacon Hills. Je lançai un regard discret à Athleya. Elle sembla soulagée de ce changement, comme si la ville et ses gens lui apportaient plus de confiance en elle et comblai ses inquiétudes. Je reportai mon regard sur les bâtiments tandis qu’elle parlait. Mes connaissances de profileur, mon instinct de bête et mes sens de Wendigo réfléchissaient en équipe pour analyser la jeune femme à mes côtés. Elle avait beau être humaine, quelque chose chez elle irradiait un certain danger dont je n’arrivais pas à trouver l’origine. J'haussai les épaules, mentalement. J'étais un Wendigo, ce qui impliquait que je pourrais rapidement reprendre le contrôle si les choses dérapaient. Et nous étions bien trop impatient pour que je mette fin à cette entrevue...

-Est-ce que tu aimerais prendre une douche, Athleya ?, murmurai-je au creux de son oreille en posant ma main dans son dos.


Athleya Thorment & Adriann Weizerling

CODE BY AMIANTE


wendigowak


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Lun 20 Avr - 12:38

Chez moi?


Bon. Je pensais savoir ce qu’il était. Sans en être certaine. Il agissait comme si son corps était une arme de séduction. Il était sûr de lui. Wendigo. J’en avais très peu d’affiché à mon tableau de chasse. Je ne m’attendais pas en trouver ici. Merde. Cela allait compliquer ma tâche : éradiquer les monstres de Beacon Hills. Mais comment mener cette mission à bien quand j’étais incapable de tuer ma cible principale : Cahir. A ce moment précis, je regrettais de n’être qu’une humaine, j’éprouvais des sentiments, même si ce n’était pas de l’amour, vis-à-vis de cet alpha. Un coup de foudre. Pour son corps car il n’avait que très peu parlé. Mon attention visuelle était tout à ce superbe homme qui me faisait face, mais mon cerveau tournait à mille à l’heure. Grâce à mon entraînement, je savais cacher ce à quoi je pensais et chasser toute inquiétude de mon regard, sinon il m’aurait déjà tuée.

-J’attendrais encore quelques heures pour me décider de ta banalité ou non… Juste un peu de musculation, mais j’ai arrêté en débarquant ici.

Nom de ... Sa voix glissait sur moi comme une douce caresse, me collant à lui, cherchant, ou plutôt, quémandant ses lèvres. C’est l’attitude que je devais avoir. Etre attirée par lui au point de faire des allusions et des gestes sans équivoque sur ce que je voulais. Passer pour une fille facile, qu’un peu de chaleur rendait des plus... Prometteuse. Mais je n’avais pas besoin de forcer. Il était une incarnation du désir chez la femme, et en simple humaine, je devais avant tout lutter contre moi-même pour ne pas succomber. Je marchais, voyant les bords de la ville avec un certain soulagement. Quelle erreur de débutant. Sortir désarmée. J’avais envie de me cogner la tête contre un arbre. Je n’étais pas sans défense, mais contre un être surnaturel, il était presque impossible que je gagne au corps à corps sans armes ou moyens de détourner son attention. Leçon de base. Il me rejoignit rapidement, les mains dans les poches et mon regard croisa le sien, accompagné d’un sourire charmeur.

-Ecrivain ? Tu as une histoire en cours, c’est top secret ou tu es en recherche d’un peu de distraction ? Je me propose candidat pour t’en offrir un peu…

-Je doute que tu connaisses. C’est des romans pour enfant. Une trilogie et j’essaie d’écrire le troisième tome. Anya la blanche, Kaalia la rouge... Celui-là s’intitulera Wellsandra la noire. La trilogie de l’Immortelle. J’en suis à un tome par an et j’aimerais conserver ce rythme...

Je m’arrêtais puis lui faire, le dévorant des yeux. Une distraction hein ? Un sourire mi charmeur mi prédateur étira mes lèvres. Oh oui que je vous que tu me changes les idées mon lapin... Mais pas comme tu l’entendais.  Je me retenais de l’embrasser, ne brulons pas les étapes, laissons le venir, cela ajoutait du piment dans notre petit jeu.

-Une distraction hein... Cela dépend de ce que tu me propose beau brun...

C’est là que je faillis céder, quand il s’approcha de moi, sa main posée impitoyablement sur ma hanche et son murmure au creux de mon oreille. Je lâchais un doux gémissement tandis que son souffle frôlait celle-ci et faisait bouillir mon sang. Une douche hein ? Je souris en me collant à lui avant de prendre délicatement le lobe de son oreille dans ma bouche avant de lui murmurer qu’il n’avait qu’à me rejoindre sous l’eau avant de laisser ma langue descendre sur son cou avec envie et de rire doucement pour enfin tourner les talons et prendre la direction de mon appartement, à quelques rues de là. Sans un regard en arrière, lui laissant le choix de me suivre ou non, j’ouvris la porte de l’immeuble et commençait à monter les étages. Au cinquième je souris en me disant qu’il allait perdre la tête s’il entrait. Le cocktail d’hormones employé pour faire succomber l’alpha emplissait encore tout l’appartement, sans compter des hormones lâchées par mon corps lors de notre folle nuit. Heureusement que j’avais rangé mes armes. Je fis un rapide inventaire pour savoir si j’avais de quoi tuer un Wendigo, si c’en était bien un.

Un sourire en coin déformait mes traits tandis que j’étais de dos et que j’ouvrais mon appartement, oh oui... Rien que mes dagues en sorbier, toujours planquées entre le matelas et la tête de lit, pourraient le tuer, grâce à leurs pointes en argent. Sans compter mes Dessert Eagles à balle creuse pleines d’argent liquide... Je me retournais pour vérifier si il m’avait suivi, souriante et pleine d’envie...


(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Adriann Weizerling

avatar

Humeur : Sanglante
Messages : 400
Points : 468
Réputation : 110
Date d'inscription : 10/01/2015

MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Ven 1 Mai - 22:19




Que le jeu commence

« We serial killers are your sons, we are your husbands, we are everywhere. And there will be more of your children dead tomorrow. » ► BUNDY
Son corps aux courbes avantageuses semblait m'attirer irrémédiablement à lui. Tout chez elle me poussait à céder à ses avances : ses yeux lubriques, ses lèvres mutines... Et inévitablement, je cédais, collant mon corps contre le sien, lui offrant dans un murmure une proposition alléchante. Un gémissement envieux s'échappa de sa gorge si fine, si tentante. Y planter un ou deux crocs n'aurait pas été de refus, mais sa langue experte qui vint chatouiller mon lobe m'empêcha de passer à l'assaut de sa jugulaire. Ses caresses glissèrent dans mon cou, réveillant à la fois mes sens et ma virilité. Je ne pouvais m'empêcher de penser que tuer une telle créature et empêcher d'autres hommes de l'avoir serait d'un égoïsme pur, aussi je promettais à moi-même de ne pas la blesser. Surtout que, malgré son apparente douceur, qui transpirait jusqu'à ses choix d'auteurs, la sensation qu'elle n'était pas tout à fait inoffensive persistait en moi. Néanmoins, je ne pouvais pas non plus m'empêcher de marcher dans ses pas, suivant l'appel de nos deux corps.

Ses hanches ondulaient tandis qu'elle montait les escaliers de son immeuble. Lorsqu'elle arriva finalement au cinquième étage, à peine fatiguée, elle ouvrit la porte et resta un moment sur le seuil. Finalement, elle se retourna vers moi, chaleureuse, souriante et envieuse. Les effluves qui s'échappaient par la porte entrouverte appartenaient à une récente aventure... Et visiblement, le partenaire n'avait pas été humain. En avait-elle été consciente, ou était-ce simplement le fruit du hasard, provoquant la rencontre entre un loup-garou et une jeune femme qui éveillaient des soupçons ? Mon corps avança jusqu'à elle, totalement détaché de mon cerveau, qui était assaillit par divers scénarios dans lesquels toutes les possibilités étaient prises en compte. Et si le loup avait pris la jeune fille pour cible mais avait fini par se raviser, comme lui-même l'avait fait ? Si ce n'était que le hasard ? Et si en fait, les rôles étaient inversés et que c'était le loup qui était la cible ? Je secouais la tête, envoyant balader mes interrogations qui commençaient à obscurcir ma journée et posais une main dans le dos d'Athleya, la faisant avancer dans son antre. Je détaillais son appartement sans vraiment y prêter attention, bien trop enivré par l'odeur qui s'y dégageait. Elle me faisait perdre le peu de retenue que j'avais conservé, aussi je me tournais vers elle et glissais mes lèvres sur les siennes pour un baiser passionné tandis que je nous poussais vers la salle de bain. La porte s'ouvrit au contact du dos de la rousse, qui continua son chemin jusqu'à la douche. L'eau coula sur nos deux corps entravés par nos vêtements. Mes mains se donnèrent pour mission de remédier à ce problème, en attrapant le bas du T'Shirt moulant de la jeune femme et de le tirer vers le haut, laissant tomber le bout de tissu trempé à nos pieds.

Je couvais ma trouvaille du regard avant de poser des baisers sur ses épaules, puis sur ses seins. Je glissais mes mains sous ses cuisses, la soulevait et appuyait son dos contre la paroi de la douche, revenant chercher ses lèvres, tirant doucement sur ses cheveux. La journée promettait d'être palpitante...


Athleya Thorment & Adriann Weizerling

CODE BY AMIANTE


wendigowak


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Jeu 7 Mai - 2:54

Et merde...


Depuis ma morsure, je n’avais eu aucune nouvelle de Cahir, mais j’étais vivante et libre. Je n’avais plus à obéir au WAR ni à tuer des innocents et j’en étais heureuse. Je commençais ma nouvelle vie, libre de toutes contraintes. Mais ça ne me rendait pas faible ou idiote. Je savais que j’avais affaire à un tueur, un vrai. Dangereux, méticuleux. Mas étrangement, je n’avais pas peur de lui. Etait-ce dû à son physique avantageux ou à sa bouche experte qui découvrait mon corps tandis que l’eau ruisselait sur nous ? Je n’en savais rien. Mais j’aimais à me sentir femme et non plus machine.

Cet homme était une promesse de passion, de plaisir et de danger. Et bon sang que j’aimais ce cocktail explosif. Je le voulais. Je l’aurais. Autant qu’il m’aurait. Mais alors que mon cœur s’accélérait et que je plongeais ma main dans ses cheveux, je sentis quelque chose de nouveau en moi. Outre mes capacités nouvellement acquises, j’eus une sensation étrange au bout des doigts et ouvris les yeux pour regarder. J’hoquetais de surprise, repoussant violemment Adriann d’un coup, tandis que je retomber sur les fesses, regardant mes doigts en lâchant un chapelet d’injure. La pleine lune était pour quand déjà ? Ce soir si je ne me trompais pas. Merde. Je relevais un regard presque apeuré vers le Wendigo. Car maintenant j’étais certaine que c’en était un. A son odeur de sang. De mort. Mais c’était le cadet de mes soucis. J’inspirais profondément pour me calmer. Sans quitter mon amant des yeux. Je savais que mon regard était or et non plus bleu. Même si ma première transformation n’arriverait pas avant cette nuit, je sentais un léger changement dans mon odeur : mon corps acceptait la mutation.

-Je... Désolée Adriann... Je ne pensais pas que... Désolée...

Je m’en voulais mais me redressais lentement regardant les griffes se rétracter doucement. J’imaginais ce à quoi je ressemblais : une femme a semi nue, trempée tentant de calmer les mutations de son corps. Je le regardais en me mordant la lèvre avant de m’approcher de lui lentement, je ne voulais pas qu’il m’agresse.

-Ca va ? Je suis désolée, j’avais oublié que la pleine lune arrivait. Je vais avoir ma première transformation ce soir... Je... tu sais ce que je suis n’est-ce pas ? Tout comme je sais ce que tu es. On ne va pas se mentir : tu voulais me bouffer après ou pendant l’acte hein ? Et moi, je te voulais simplement pour frôler le danger, en oubliant que j’étais un danger pour moi avant tout. Ecoute, je vais avoir besoin d’aide. Je ne sais pas me contrôler. Et je ne vais pas me tuer. Non pas que répugne à donner la mort car je voulais te tuer aussi, j’ai amplement de quoi tuer un Wendigo. Mais là je te supplie presque : aide moi à ne pas tuer des ados cette nuit. Cela ne t’apportera rien. Mais on reprendra notre petit jeu demain... S’il te plait...

Je me penchais en avant et l’embrassais à nouveau. Je sentais mon envie, encore bien présente. Mais je n’osais pas appeler Cahir. Il ne m’avait donné aucune nouvelle, je ne lui en donnerais pas plus. Je chercherais l’aide là où je la trouverais, quitte à me mettre en danger.

HRP:
 


(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Adriann Weizerling

avatar

Humeur : Sanglante
Messages : 400
Points : 468
Réputation : 110
Date d'inscription : 10/01/2015

MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Jeu 14 Mai - 11:43




Dilemme

« We serial killers are your sons, we are your husbands, we are everywhere. And there will be more of your children dead tomorrow. » ► BUNDY
La chaleur qui résultait de notre contact me rendait fou. Nos lèvres ne cessaient de se rencontrer pour échanger le désir ardent qui nous habitait, accentué par ses mains qui glissaient sur mon corps avec une aisance remarquable. Je délaissais sa bouche pour mordiller la peau de son cou… Seigneur, la tuer pendant l’acte allait être si bon. Je laissais échapper un gémissement d’envie, qui se transforma rapidement en hoquet de surprise en voyant Athleya tomber sur les fesses. Mes sourcils se froncèrent d’eux-mêmes avant que mon esprit analyse ce qu’il était en train de se passer. Je reculai d’un pas en voyant les griffes sortir du bout de ses doigts. Nos regards se croisèrent, reconnaissant par la même occasion la nature de chacun : une louve et un Wendigo. Et au vu de sa réaction et du changement d’odeur, elle était toute nouvelle. L’après-midi venait juste de devenir encore meilleure. La tuer allait être si stimulant… Même si son regard doré était apitoyant, je n’allais pas laisser filer ma distraction comme ça.

-Je... Désolée Adriann... Je ne pensais pas que... Désolée..., bafouilla-t-elle en s’avançant.

Instinctivement, je reculai vers la sortie. Je ne détachai pas mon regard du sien, prêt à attaquer si elle faisait de même. Je n’aimais pas spécialement les loups. Ils étaient trop imprévisibles, à quelques exceptions prêtes. Et une louve fraichement transformée qui n’avait pas passé une lune n’était pas ce que je rangerais dans ces exceptions. Elle ouvrit la bouche et commença un long monologue que j’écoutais attentivement, tout comme les battements de son cœur. Mon instinct avait eu raison une fois de plus : cette fille n’était pas étrangère au surnaturel, même avant sa transformation et la peur qui était absente de ses paroles ne fit que confirmer le fond de ma pensée. Sa diction était bien plus claire et organisée qu’il y avait quelques secondes. Donc elle était habituée à gérer le stress et les choses surnaturelles. Chasseuse ? L’hypothèse que je venais de soulever ne me plaisait pas du tout… mais elle se confirma lorsqu’Athleya confessa qu’elle n’allait pas se tuer. Elle conclu sa tirade par un baiser sur mes lèvres, après m’avoir avoué qu’elle avait bel et bien prévu de me tuer le soir même. Je mettais ma colère de côté : nous étions sur la même longueur d’onde sur ce point là.

-Je te conseille fortement de te reculer si tu ne veux pas finir la gorge arrachée. Je ne porte pas les loups dans mon cœur et surprise… les Chasseurs non plus.

Ma distraction de la journée venait de me glisser entre les doigts d’une manière des plus originales. Mais j’avais toujours envie de m’amuser, et préparer une pleine lune avec un loup serait un bon rattrapage, même si je n’avais aucune idée de ce qu’une morsure pouvait avoir comme effet sur mon espèce et après tout, je ne voulais pas le découvrir. Je prendrais les précautions nécessaires en l’aidant.

-Néanmoins, je connais un endroit. Et je vais t’aider. Tu as des vêtements pour moi ?, demandai-je en désignant mes vêtements, qui n’avaient pas été épargnés par l’eau.

Elle m’indiqua une armoire dans sa chambre. Je me débarrassais de mes vêtements dans la salle de bain avant de rejoindre la pièce et d’enfiler une chemise à carreaux rouges, type hipster. Je levai les yeux au plafond avant d’enfiler un jean noir. Je fourrai des vêtements au hasard pour le lendemain matin dans un sac puis retournai voir Athleya.

-J’ai une question. Tu es une Chasseuse, tu es censée savoir quoi faire pendant les pleines lunes. Alors à moins que tu ne prévoies de me tuer dans l’endroit où j’ai prévu de t’amener, pourquoi as-tu besoin de moi ? Il nous faudra aussi de l'aconit. Prend de l'argent pour moi si ça te rassure, dis-je après un moment de silence en haussant les épaules.



Athleya Thorment & Adriann Weizerling

CODE BY AMIANTE


wendigowak


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Jeu 21 Mai - 22:51

Et c'est parti


Bon, il ne m’appréciait pas. Normal ceci dit. Il me menaça et je dus reculer. Merde ! Je voulais coucher moi ! De fait, j’étais de mauvaise humeur car frustrée. Et lui n’avait pas l’air prêt à m’aider. Chose que je pouvais comprendre, il n’y gagnerait rien et en plus, il ne pouvait pas me tuer par surprise. Merde. Puis il me dit qu’il avait un endroit où je ne risquais pas de tuer des innocents et je le regardais, sans rien laisser paraître, mon entrainement reprenant le dessus. A croire que je ne savais être rien d’autre qu’une chasseuse. Les battements de mon cœur, lent et régulier, prouvait que je ne ressentais… Rien. Comme vide, une machine. Redevenant 1.21.7.12.5.25.1 et non plus Athleya. Cahir m’avait dit que la morsure serait ma renaissance, mais je ne me sentais en rien différente si ce n’est plus forte, plus vive. Je fronçais les sourcils tandis qu’il me demandait j’avais des vêtements pour lui. Je lui indiquais mon armoire. Il sortit et j’inspirais profondément. Règle numéro un : rester calme. Numéro deux : toujours être armée. J’allais dans la chambre aussi et entrepris de me déshabiller avant de passer nue devant Adriann, pour prendre un sac dans ma penderie et un sous vêtement. J’enfilais le bas en dentelle rouge avant d’ouvrir mon sac. J’en sortis ma combinaison en cuir et l’enfilais rapidement, créant une deuxième peau puis fermais la fermeture éclaire sur l’avant. Je mis ensuite mes bottes. Un vague sourire flottait sur mes lèvres, je me sentais de nouveau moi-même. Je pris le premier harnais avant de le mettre et de le fermer sous ma poitrine. C’était une variante du holster, mais pour dague. Je mis ensuite le holster de taille, le refermant autour de chaque cuisse. Je m’approchais du lit et passais la main entre le matelas et la tête de lit pour en sortir mes dagues en sorbier avec la pointe en argent. Je les glissais à leurs places avant de filer dans la salle de bain récupérer mon premier dessert Eagles sous le lavabo qui finit contre ma cuisse droite. Il me parlait et je l’écoutais tout en ouvrant le tiroir secret de la bibliothèque, pleine d’arme. Je pris mon deuxième Eagles et les chargeurs plein d’aconit liquide et d’argent tout aussi liquide.

-Tu n’as pas tords, seulement je sais qu’un loup nouveau née, malgré toute sa bonne volonté, ne peut rester sain d’esprit. Même avec mon entrainement, je sais que je ne vais pas réussir à me gérer, alors je préfère de loin faire confiance à un Wendigo et qu’il finisse par me bouffer plutôt que de tuer des humains innocents. Et ne t’en fais pas, dans ses balles il y a un mélange d’aconit et d’argent liquide. En cas de perte de contrôle tire moi dessus ou égorge moi, comme tu veux.

Je le regardais en lui indiquant que j’étais prête à le suivre. Alors que nous partions, j’eus une révélation et courus chercher mes menottes dans ma chambre. Je revins vers le superbe Wendigo en ondulant des hanches tout en souriant. Je lui mis les menottes entres les mains en lui volant un baiser. Je reculais en souriant, joueuse.

-Menottes en cuir avec l’intérieur tressé d’aconit et de sorbier. Attache moi avec ce soir….


(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Adriann Weizerling

avatar

Humeur : Sanglante
Messages : 400
Points : 468
Réputation : 110
Date d'inscription : 10/01/2015

MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Dim 31 Mai - 22:54




First step

« We serial killers are your sons, we are your husbands, we are everywhere. And there will be more of your children dead tomorrow. » ► BUNDY
Nous avions quittés l’appartement de la louve, elle vêtue d’une combinaison en cuire, revêtue d’arme, moi en chemise d’hipster, portant un simple sac de sport noir. En comparaison, je me sentais totalement nu, mais je ne fis pas partager ma pensée à ma partenaire. Dans la rue, les gens lançaient des regards à l’étrange couple que nous formions. A mon plus grand regret, j’ouvrais la marche et Athleya me suivait de moins d’une semelle, ce qui m’empêchait de profiter de la vue de son corps. Avant de partir, elle m’avait embrassé, réveillant mon excitation à la vue des menottes, faisant retomber mon ressentiment vis-à-vis de la créature qu’elle était devenue, presque sous mes yeux. Mais chaque chose en son temps, nous devions d’abord nous occuper de son sort face à la pleine lune. Je n’étais certainement pas la personne la plus qualifiée pour ça, mais j’étais visiblement la seule qu’elle ait sous la main… et je ne m’en plaignais plus.
Lorsque les regards commencèrent à se faire trop insistants, notamment ceux qui s’attardaient sur Athleya, je bifurquai dans les petites ruelles de la ville, que je connaissais désormais par cœur, avant d’entrer dans une petite épicerie. J’achetais trois grandes bouteilles d’eau et de la nourriture en prévoyance de l’attente de la nuit, mais aussi du lendemain matin. Je fourrais le tout dans mon sac avant de ressortir et de m’engager dans la forêt. Le silence qui s’était installé entre nous petit à petit devenait pesant. Je ralentis enfin ma marche et tourna mon visage vers elle, la dévorant du regard.

-J’aimerais savoir…, commençai-je sans la brusquer. Comment est-ce que tu t’es fait mordre ? On n’aurait pas dit que tu avais compris que la pleine lune était ce soir. Et pourtant, tu es une chasseuse. Tu es censée savoir ce genre de chose, non ?

Les branches basses des arbres furent rapidement remplacer par des épais feuillages d’un vert chaleureux. J’aimais être ici. C’était mon environnement, l’endroit où je pouvais laisser libre cours à mes capacités et chasser en paix. Je n’avais jamais amené quiconque dans la cabane que j’avais découverte presque par hasard il y avait quelques semaines, parmi les buissons, les arbres et leurs feuilles. C’était l’endroit parfait pour s’isoler et réfléchir… ou bien s’isoler et subir sa première transformation. Je tentais de rassurer la louve en lui disant que je ne comptais pas la manger, sachant pertinemment qu’elle saurait si je mentais grâce à mon rythme cardiaque.
Nous commençâmes à monter le flanc d’une montagne et rapidement, je bifurquai sur la gauche. Je me tournai vers Athleya, prêt à lui offrir mon aide, avant de me rendre compte qu’elle se débrouillait très bien sans moi. Je lui souris, amusé, avant de continuer notre périple, parfois ponctué de nos échanges verbaux. Enfin, au bout d’une trentaine de minutes supplémentaire, nous arrivions. La cabane était dissimulée par des branches, mais elle était bien visible. Je lui ouvris la porte et la laissa entrer avant de déposer mon sac sur la terre qui faisait office de sol.

-Je pense que c’est le meilleur endroit pour te transformer. Il n’y a pas d’humain à des kilomètres à la ronde et je suis là, murmurai-je à son oreille en souriant en coin.



Athleya Thorment & Adriann Weizerling

CODE BY AMIANTE


wendigowak


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Lun 1 Juin - 19:30



Que faisons nous?

J’avais sciemment laisser Adriann passer devant moi pour deux raison : je pouvais l’admirer en faisant fi des regards que me lançait le peu de personne que nous croisions et je pouvais l’examiner d’un œil expert. Jauger sa puissance, calculer mon taux de réussite à le battre et à en sortir vivante. Dans mon état actuel avec mes changements immédiats qu’en à ma condition, je devais à peine frôler les trente pourcents. Merde. Je faillis ne pas le voir lorsqu’il bifurqua dans les ruelles vides de la ville. Voilà que je perdais ma concentration, mauvaise chose. Surtout quand on traîne avec un Wendigo. Mais je ne pouvais pas ne pas remarquer l’efficacité et la rapidité avec laquelle il nous guidait à travers la ville. Il la connaissait par cœur, aussi bien que lui-même. Sûrement l’une des raisons pour lesquelles il était encore en vie.

Alors que j’étais perdue dans mes pensées, je constatais qu’un silence… Pesant venait de s’installer. Ce qui me fit grimacer. Il ne manquait plus que ça : être gênée et chercher un sujet de conversation avec un wendigo ultra sexy. J’avais presque honte de moi tiens ! Il s’arrêta dans une épicerie et je l’attendis devant, nonchalamment adossée contre un poteau, devant la vitrine, le dévorant du regard, regrettant de ne pas pouvoir coucher avec lui… Pour le moment. Il ressortit en fourrant ses provisions dans le sac et sur une pulsion joueuse ou suicidaire, à vous de choisir, je l’embrassais en me mettant sur la pointe des pieds. Il me plaisait et je ne m’en cachais pas. Il le savait.

Nous reprîmes notre route, la civilisation laissant peu à peu place à la végétation. Rapidement, nous fûmes sous le couvert rassurant des bois, les offrant de parfaites possibilités de camouflages pour les initiés. Je vis mon beau mâle tourner la tête vers moi, son regard aussi brûlant que le mien.

-J’aimerais savoir… Comment est-ce que tu t’es fait mordre ? On n’aurait pas dit que tu avais compris que la pleine lune était ce soir. Et pourtant, tu es une chasseuse. Tu es censée savoir ce genre de chose, non ?

Ouais, j’étais censée le savoir. Mais pour une raison des plus idiotes, je n’y avais tout bonnement pas pensé. Je m’étais prise la tête à chercher comment rédiger mon rapport… Sachant que je n’avais pas éliminée la cible et que je m’étais fait mordre. Allez expliquer cela à des gens qui tuaient tout ce qui n’était pas humain, sans chercher à comprendre, se faisant juge et bourreau pour la soit disante survie de l’espèce humaine.

Alors que je réfléchissais  à tout cela, les feuillages éparts des arbres firent placent à d’épaisses touffes de feuilles d’un vert émeraude à couper le souffle. Mais trop concentrée sur ce que j’allais lui répondre, je n’y prêtais aucune attention et mon corps passa en pilotage automatique, formaté par vingt ans  d’entraînement intensif, j’avançais sans faire le moindre bruit, létal, chasseuse. Quand je m’en rendis compte, je me repris et lançais un regard d’excuse à Adriann.

-Je suis… J’étais venue ici pour tuer un alpha. J’avais reçu un ordre de mission très clair là-dessus. Dans le genre tué ou être tué. Je l’ai donc séduit et il ma suivit chez moi. Tu as vue où étaient mes dagues ? Je devais le tuer pendant qu’il me  prenait. Je me suis montrée faible. Qui est pris qui croyait prendre.  J’ai essayé de le tuer. Je suis allez prendre une douche et il a fini avec mon bébé sous le nez… dis-je en tapotant affectueusement mon Desert Eagles. Bref, il m’a mordu pour que je sois libre de vivre par moi-même et non en suivant les règles que l’on ma imposée depuis ma naissance. Car ceux qui m’envoient s’en foutent que vous soyez innocent ou non. Vous… Nous sommes des aberrations… J’ai tué mon fiancé il y a quelques années de ça. Le temps passé avec… J’ai compris qu’il n’avait jamais tué d’innocent. Il protégeait les siens... Je… Suis le véritable monstre. Tout comme j’ai voulu vous tuez plus tôt.

Je continuais à avancer sans le regarder. J’avais tué celui que j’aimais alors évidemment… Au détour d’un arbre, une cabane apparut au loin, perdue dans la forêt. Si je n’avais pas été dans cet état d’alerte constant, j’aurais trouvé le lieu romantique. Il me fit rire en tentant de me rassurer qu’il n’essaierait pas de me manger. Il n’était pas crédible et passait plutôt pour l’homme qui voulait ce convaincre lui-même. Plus nous avancions, plus il se fit prévenant avec moi, un véritable gentleman, avant de constater que je me débrouillais parfaitement seule. Finalement, nous atteignîmes la cabane sans encombre, parlant peu, nous cherchant toujours. La tension mortelle avait fait place à une tension sexuelle frustrée par ma faute…

Il m’ouvrit la porte, comme un wendigo bien élevé qu’il était, et referma en entrant à ma suite posant le sac à même le sol. La cabane contenait le strict minimum : un lit, une table et une chaise. A la vue du lit, mon corps s’échauffa d’un coup. J’avais envie de lui. Je lui fis face alors qu’il prenait la parole.

-Je pense que c’est le meilleur endroit pour te transformer. Il n’y a pas d’humain à des kilomètres à la ronde et je suis là…

Je lui souris. Charmeur comme il était, il avant susurré cela au creux de mon oreille, me faisant lâcher un gémissement d’envie. Je me collais à lui, charmée, caressant son torse du bout des doigts.

-Heureusement que tu es là mon ange, je me sentirais bien seule sans toi…

Il voulait jouer avant le calvaire que serait notre nuit ? Soit, je voulais me vider la tête aussi. Au final, si nous étions des humains normaux, cela aurait tout du rendez-vous coquin, si seulement… Lui et moi savions parfaitement qu’une fois la lune haute, je deviendrais intenable, dangereuse. La lune pouvait changer un ange en démon, et je n’avais rien d’un ange, au contraire. Si Adriann mangeait des humains pour survivre, je tuais car j’avais été formatée pour cela, j’étais un instrument. Si l’enseignement que j’avais reçu avait été parfait, je n’aurais jamais ratée ma mission et je ne serais pas enfermer, dans une cabane au fond des bois, avec wendigo chaud comme le braise, moi sur le point de devenir louve pour la première fois. De chasseuse je passais à louve.

Je me détachais de lui après de longues minutes à lui embrasser le cou, regrettant profondément de ne pas pouvoir être à lui le temps d’une nuit. Même avec une lame ou deux, je doutais de réussir à le neutraliser avant qu’il ne fasse de moi son gouter.

-Parles-moi de toi un peu… Et de cette ville. J’aimerais savoir à quoi je devrais faire face dans ma nouvelle vie, aurais-je à me battre ou pourrais-je tranquillement me faire oublier ?

Je m’étais calée dos contre un mur de cette cabane, si mignonne soit-elle, priant pour qu’il puisse me contrôler.

Revenir en haut Aller en bas
Adriann Weizerling

avatar

Humeur : Sanglante
Messages : 400
Points : 468
Réputation : 110
Date d'inscription : 10/01/2015

MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Mar 16 Juin - 20:43




Only the beginning

« We serial killers are your sons, we are your husbands, we are everywhere. And there will be more of your children dead tomorrow. » ► BUNDY
Les paroles d’Athleya me revenaient en mémoire alors que ses lèvres se nichaient dans mon cou pour le flatter de baisers. Elle avait été entrainée pour tuer et ce depuis sa naissance, ou presque. En venant ici, elle avait failli à sa mission, mais qui me disait qu’elle soit des nôtres maintenant l’empêcherait de m’exécuter le lendemain matin ? Et plus je repensais aux armes que la chasseuse avaient amenée, à la méthode qu’elle avait employée pour tuer l’Alpha, plus je me disais que j’avais eu tort d’accepter. Pourtant… pourtant ses lèvres sur ma peau m’obligeaient à rester et comme d’habitude, je me laissais maîtrisé et dominé par mon appétit sexuel. J’étais pleinement conscient qu’il allait un jour mener à ma perte, mais j’acceptais le risque.
Visiblement, Athleya remuait le même genre de pensées que moi. Nous nous accordions une confiance réciproque pour la courte période que représentait la pleine lune, soit, mais il était clair que nous pensions aussi à assurer nos arrières.

-Parles-moi de toi un peu… Et de cette ville. J’aimerais savoir à quoi je devrais faire face dans ma nouvelle vie, aurais-je à me battre ou pourrais-je tranquillement me faire oublier ?, me demanda-t-elle presque naïvement.

Je ne pus m’empêcher d’hausser un sourcil dubitatif, voir carrément suspicieux. Des guildes de chasseurs expérimentés envoyaient leurs sbires pour décimer la population surnaturelle de Beacon Hills et elle pensait pouvoir se faire tranquillement oublier, provenant elle-même d’une de ses bandes. Ces types avaient des informations sur elle, voir même des dossiers entiers…  Sans même être une espèce connue et en étant le plus attentif possible, j’étais presque certain qu’il devait bien y avoir un chasseur dans cette ville qui possédait des renseignements sur moi. Alors non, il était évident qu’Athleya ne pourrait pas se faire tranquillement oublier.

-Tu devras toujours surveiller tes arrières. Bien plus qu’avec moi, soufflai-je avec sarcasme en m’asseyant en tailleur sur le lit.

Nos regards ne se lâchaient plus, chacun luttant pour dominer un peu plus longtemps l’autre. Je profitais de la tension qui régnait entre nous, entre nos deux corps, du sentiment grisant que cela m’apportait. Il était rare que je ressente ce genre de chose, ne m’embarrassant que très peu des normes qui demandaient à échanger des banalités avec une ou un futur partenaire… Mais quand ce dernier valait la peine, j’étais prêt à faire durer le plaisir. C’était l’attente et l’entretien du désir qui rendait le tout meilleur.  
Le corps d’Athleya sembla se réveiller. Avec un déhanché ensorcelant, elle s’avança vers moi d’un pas félin, me dominant de toute sa hauteur. Un sourire carnassier prit possession de mes lèvres tandis que je glissais mes mains sur ses hanches, m’arrachant un grognement en rencontrant la barrière de cuir qui se dressait entre sa peau et mes doigts. Tout en attirant la louve contre moi, je remontais mes doigts jusqu’à trouver la fermeture éclair. Doucement, je lui fis prendre le chemin inverse, dévoilant sa peau nue, que j’entrepris de couvrir de baisers passionnés.



Athleya Thorment & Adriann Weizerling

CODE BY AMIANTE


wendigowak


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Sam 27 Juin - 15:28





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Amusons-nousAdriann ♥

Ma question avait été idiote. J’étais bien consciente que je en serais jamais en sécurité ou autre, mais je crois que l’entendre dire par une tierce personne m’aidait à accepter cette situation que j’avais choisi au lieu de mettre fin à ma vie. Après tout, l’organisation enverrait un autre chasseur s’ils n’avaient plus de mes nouvelles, me considérant comme morte. Je connaissais la procédure : l’un d’entre eux serait le nettoyeur. Il vérifierait si j’étais ou non morte, si la cible était ou non morte. Et il ferait son boulot. Je le savais pour avoir longtemps été l’une des nettoyeuses. Mais tout cela était fini pour moi. J’avais franchis la barrière et j’étais désormais une cible et non plus une chasseuse. D’un certain côté, cela me pinçait le cœur de savoir que ceux avec qui j’avais été élevé seraient mes bourreaux. Mais d’un autre côté, une grisante sensation de liberté m’envahissait.

Oubliant tout cela, je plantais mon regard dans celui de ce magnifique Wendigo. Une sorte d’alchimie se mit en place entre nous, celle brisée plus tôt dans la salle de bain revint et mon corps cria son envie par un doux parfum d’hormone de louve femelle. Mes sens étaient plus affutés qu’avant et je sentis l’envie gronder chez mon beau partenaire. Alors, sensuelle et prédatrice, je m’approchais de lui, le mettant au défis de me résister alors que j’étais comme nue face à lui. Ma combinaison faisant office de seconde peau, je pouvais sentir avec une extase frustrée ses doigts se baladant sur mon corps, m’électrisant d’envie à leurs passages. Et à l’entendre grogner, cela devait le frustrer tout autant. Je plongeais une de mes mains dans ses cheveux d’ébènes, sentant ses mains remonter entre mes seins pour défaire la fermeture de ma tenue. Rapidement, je défie les attaches de mon holster pour ne pas gêner sa progression de baiser passionné qui m’arrachait des gémissements de plaisir. Nous étions collés, l’un à l’autre, et je gémissais de pur plaisir et lui retirant, bouton par bouton, sa chemise. Elle glissa le long de ses épaules musclées et je l’attrapais pour le faire venir sur moi tandis que je m’allongeais sur le lit.

Nos bouches se mêlèrent dans un balai sensuel, bataillant pour qui prendrait le dessus sur l’autre et je le laissais gagner. Je voulais être à lui. Il voulait que je sois sienne. D’un geste brusque, je le débarrassais de cette foutue chemise et me mis à couvrir son cou de baisers, mes mains parcourant son torse avec délectation. Je finis par le mordre, transperçant lentement sa peau de mes crocs, sans pour autant lui faire réellement mal, je voulais simplement le gouter, sentir son sang sur ma langue. Un puissant grognement de satisfaction s’éleva entre nous. Le mien. Alors que son sang perlait encore le coin de ma bouche, je le regardais avec une passion dévorante, le suppliant de me faire sienne avant le chaos à venir.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Adriann Weizerling

avatar

Humeur : Sanglante
Messages : 400
Points : 468
Réputation : 110
Date d'inscription : 10/01/2015

MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Ven 24 Juil - 17:46




Love at midnight

« We serial killers are your sons, we are your husbands, we are everywhere. And there will be more of your children dead tomorrow. » ► BUNDY
Athleya provoquait tous mes sens et les décuplaient. Son odeur m’emmenait ailleurs. Sa peau électrisait chaque parcelle de la mienne. Ma langue taquinait son cou, glissait sur ses clavicules, mes oreilles résonnaient des gémissements que je lui arrachais. Nos deux corps collés l’un à l’autre, je glissais une main dans son dos pour la redresser, assise entre mes cuisses. Nous nous observâmes quelques secondes, le regard lubrique, avant qu’elle ne vienne m’embrasser. Chacun lutta pour dominer l’autre et lorsqu’elle me laissa gagner, je fis lentement glisser sa combinaison. Elle m’imita pour enlever ma chemise et enfin, nos peaux se caressèrent et mes doigts glissèrent plus bas dans son dos, jusqu’à pouvoir effleurer ses fesses doucement. Ses lèvres papillonnèrent dans mon cou, ses doigts traçant des sillons ardents sur mon torse, attisant mon désir, jusqu’à ce que ses crocs transpercent ma jugulaire. Son grognement de plaisir couvrit mon grognement de surprise et elle recula sa tête pour pouvoir me regarder. Un feu ardent brûlait dans ses yeux, augmentant la tension qui régnait. Je glissais une main dans ses cheveux, dégageant son visage avant de goûter mon sang qui perlait au coin de sa bouche… Mon dieu, c’était si excitant. Je repris possession de ses lèvres, profitant du goût ferreux qui était resté tandis que je la rallongeais. Elle ondula son bassin contre le mien, m’arrachant un commentaire amusé sur son impatience. Doucement, je descendais sur son corps, le flattant de baisers et de caresses, m’attardant lorsqu’un gémissement franchissait les lèvres de la belle. Finalement, après une longue torture, ma bouche arriva à l’endroit tant désiré. Je relevai les yeux sur elle pour croiser son regard avant d’embrasser le creux de ses cuisses, évitant soigneusement le centre de son désir que je caressai d’un souffle. Du bout des doigts, j’effleurai ses cuisses, intimant à Athleya de les écarter un peu plus, avant d’effleurer son intimité de mes lèvres. Une langue taquine s’ajouta, commençant une danse lente, passionnée tandis que sous moi, la blonde mouvait son bassin, accompagnant mes mouvements, ses doigts dans mes cheveux. Je sentais le désir monter aussi bien en elle qu’en moi tandis que j’accélérais de plus en plus. Athleya poussa un gémissement plus fort que les autres, puis un grognement quand je me redressai sans l’avoir fait jouir.

Je mordis ma lèvre en souriant, contemplant le tableau qui s’offrait à moi. La louve allongée, offerte, et son regard embué dans l’attente de plus… Un appel à la luxure auquel je ne pouvais pas résister. Je revenais sur elle, mêlant ses doigts aux miens pour remonter l’un de ses bras au dessus de sa tête. Mes lèvres se nichèrent dans son cou une nouvelle fois tandis que j’entrais en elle, laissant échapper un gémissement de plaisir. Je mordillai son lobe d’oreille avant de murmurer.

-Je suis tout à toi, Athleya…



Athleya & Adriann

CODE BY AMIANTE


wendigowak


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Sam 25 Juil - 14:10


Prendre du plaisir...
...Avec un Wendigo?

Le poids de son corps pesait sur le mien, dans une délicieuse sensation de domination. Nous étions enfin nue, collé l'un à l'autre alors que je venais de le mordre. Il avait grogner de surprise, je pensais qu'il allait s'énerver mais non, loin de là. Avec une délicatesse que je ne lui aurais soupçonnée, il dégagea mon visage de ma crinière pour venir m'embrasser avec passion tout en lapant la perle de sang sur le coin de ma bouche. Je ne pus résister à onduler des hanches pour qu'il me fasse sienne, ce qui l'amusa. Je tirais la langue dans une moue adorablement enfantine tandis qu'il me le fit remarquer en souriant. Et alors ? N'avais-je pas le droit de perdre patience tandis qu'un homme aussi séduisant et excitant était collé nue à moi ?! Mais il ne semblait pas décidé à me faire sienne tout de suite, préférant couvrir mon corps de baisers brûlants, descendant inexorablement vers mon jardin secret, me rendant encore plus impatiente. Finalement il s'arrêta pour me regarder. Je le supplia du regard et il retourna à sa torture. Mon dieu, ce supplice ! Il était là, entre mes cuisses, à les embrasser en évitant de s'occuper du mon plaisir qui ne demandait que ça. Seul son souffle me titillait. Lentement et avec douceur, il me fit écarter les cuisses du bout des doigts et je ne pus que le satisfaire en lui obéissant.

Puis le plaisir explosa en moi lorsqu'il décida  de prendre soin de mon intimité. Douces lèvres au début, langue impatiente par la suite. Ce traitement exquis dura encore et encore. Mon amant s'amusa à faire monter le plaisir au point que j'en eu les larmes aux yeux, mais il se refusait à me donner mon orgasme alors que je me cambrais et m'offrais pour lui. Un voile de sueur couvrit mon corps tandis qu'un feu ardent courait dans mes veines, attisant toujours plus mon désir de lui appartenir. Mais le bougre fini par se redresser et me contempler sans me faire jouir, ce qui me fit grogner de frustration. Il semblait aimer cela. Aimer faire de moi sa chose et m'imposer sa façon de faire. Et j'aimais cela. Par tout les démons de l'enfer, j'en redemandais même.

Après un temps interminable, alors,que mon corps tremblait de désir et de frustration mêlé, il vient enfin couvrir mon corps du sien, entrelaçant nos doigts avec tendresse. Il remonta mes bras au dessus de ma tête alors que son visage vient prendre place au creux de mon coup. Lentement je lui caressais l'oreille de la langue avant de venir y sucer le lobe de son oreille. Il entra en moi sans ménagement, invasion divine qui m'arracha un cri de pur plaisir. J'avais tellement attendu ça... J'étais enfin sienne. Prise dans un tourbillon de plaisir et de sensation, je n'entendis qu'à moitié ce qu'il me dit alors que nos corps commencèrent à ce mouvoir dans une danse charnelle que nos corps semblait connaître instinctivement. Elant de reproduction, la nature nous avait mit cela dans notre ADN, si bien que même si des milliards d'être vivant avant nous l'avait dansée, pour nous, elle était absolument hypnotique et intemporelle. Unique...

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Je me réveillais longtemps après nos ébats. Le corps courbaturé de tant de plaisir. A mes côtés, mon bel amant dormait et je le regardais avec tendresse avant de venir lui voler un tendre baiser sur les lèvres. Il faisait nuit. Je pouvais le sentir : mon corps était plus sensible, les bruits alentour me vrillaient le crâne et mes doigts ainsi que ma mâchoire me faisaient souffrir le martyre. Le changement arrivait. Lentement, douloureusement...


© Fiche par Fhury Haime

Revenir en haut Aller en bas
Adriann Weizerling

avatar

Humeur : Sanglante
Messages : 400
Points : 468
Réputation : 110
Date d'inscription : 10/01/2015

MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Jeu 30 Juil - 0:27




Full Moon night

« We serial killers are your sons, we are your husbands, we are everywhere. And there will be more of your children dead tomorrow. » ► BUNDY
Le corps d'Athleya reposait tranquillement au creux de mon bras. Je caressai son épaule du bout des doigts, dégageant sa chevelure qui venait chatouiller mon cou. Je fermai les yeux en me concentrant sur son souffle lent et régulier sans pouvoir m'empêcher de réfléchir à ce que la nuit nous réserve. Il fallait que je sois honnête avec moi-même : si j'étais ici en compagnie de la jeune louve, c'était en parti pour assouvir mes envies... mais une partie de moi avait été sensible à son appel à l'aide et m'avait poussé à lui venir en aide. Peut-être parce que ma première transformation avait été un carnage, autant pour moi que pour les humains qui avaient croisés ma route et que le Wendigo qui m'avait accompagné n'avait été d'aucun secours. Je n'en savais rien. Dans un soupir, je m'ordonnai de profiter de la torpeur dans lequel m'avait plongé mon moment avec la louve pour me reposer... avant que les choses sérieuses ne commencent.

Il me semblait n'avoir dormi que cinq minutes lorsque le baiser d'Athleya me tira du sommeil. Mais il n'y avait pas que ça... son rythme cardiaque. Trop rapide, trop violent. Mes paupières papillonnèrent tandis que je me redressais. La blonde me tournait le dos, les oreilles couvertes par ses mains. Je me dégageai de la couverture pour m'agenouiller en face d'elle. Il me fallut quelques secondes pour me rappeler que l'ouïe était d'autant plus sensible lorsque la Lune était à son apogée, aussi je glissais mes mains sur les siennes pour couvrir le cri des oiseaux nocturnes. Ses paupières étaient serrées. Doucement, je posais mon front contre le sien pour lui faire savoir que j'étais présent et que je l'aiderais. Pour toute réponse, deux prunelles bleues claires m'apparurent, remplaçant désagréablement leur couleur habituelle. Son corps s'était mis à trembler, tel un signal m'indiquant qu'il ne fallait pas traîner pour m'occuper d'elle. D'une main, j'attrapai les menottes qui gisaient sur le sol tandis que d'une autre, je la poussais doucement vers une barre en acier rouillé qui sortait du mur d'à peine quelques centimètres avant de s'y replonger. Je fis passer la chaîne dans le trou avant de glisser les menottes au poignet de la louve. Elle se débattit en grognant lorsque je réaffirmai ma prise pour finalement les refermer. En entendant son grognement, je me reculai de plusieurs pas. Lentement, ses griffes sortirent et, même si je ne la voyais que de dos, je pouvais deviner que le reste de son corps était en train de se métamorphoser. Encore des grognements. Je n'avais aucune idée de quoi faire. Le Wendigo était une bête sauvage capable de décimer tous les humains dans un rayon de 15 kilomètres en moins d'une nuit. Il n'était en rien capable de soulager quelqu'un. Même mon côté humain n'était pas doué pour ça. Je n'avais jamais eu à le faire, ou plutôt, je n'en avais jamais ressenti l'envie. J'allais verrouiller la porte avant de m'agenouiller une nouvelle fois aux côtés d'Athleya. Nos deux espèces étaient en opposition totale. Je le sentais comme elle devait le sentir maintenant que sa transformation était avancée... et je n'étais pas sûre que son loup accepte très bien l'alliance.



Athleya & Adriann

CODE BY AMIANTE


wendigowak


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]   Sam 29 Aoû - 1:27


Le début du calvaire

Les cris, les bruits, les vombrissements, hullulement, pas de course.. J'entendais tout, jusqu'aux bruits de la ville. Les mains plaquées sur les oreilles, je fermais les yeux en gémissent. Comment de simple petit bruit, de l'insecte volant au hurlement des sirènes à plusieurs kilomètres de là, tout cela me vrillait les tympans, me fracassant le crâne. Adriann était là, j'entendais son sang courir dans ses veines, son cœur battre calmement. Il posa ses mains sur mes oreilles, son front contre le mien. Il tentait de m'apaiser, de me rappeler que je n'étais pas seule. Il avait raison, je devais me rattacher à ça, ne pas sombrer, ne pas laisser la lune me dominer, je devais garder le contrôle. Mes yeux se rouvrirent et a son visage, je compris que mon regard avait changé. Je lâchais un hurlement de douleur quand mon corps se mit à trembler, les changements s'opéraient et je souffrais beaucoup. Mes os craquèrent, mon visage se modifia alors que le wendigo se mit en tête de me menotter. Mon côté rationnel était tout à fait d'accord, mais pas l'animal en moi. Elle voulait être libre, courir et tuer, pas être enchaînée comme un vulgaire chien, humilié et faible ! Elle était une louve puissante, bêta d'une meute et un jour femelle alpha ! Elle ne se laissera pas attachée et je fus éjectée, devenant spectatrice des agissements de mon propre corps. Je grognais en tentant de le mordre, tirant sur les menottes en fibre de sorbier et d'aconit, ça me brûlait, mais la douleur ne fit qu'accroitre ma colère. Il était là, je le sentais. Ennemie. Je finis par hurler à la lune, déclarant la guerre a ce monstre qui se trouvait près de moi avant de lui faire face, tirant sur mes liens jusqu'à ce craquement sinistre, mon poignet, se fit entendre. J'avais la chaire à vif là où les menottes me tenaient, l'odeur de mon sang flottant dans l'air.

-Détache-moi ! Vient te battre ! DETACHE MOI !

Mes paroles se noyèrent dans un hurlement de haine et de colère. Il allait me le payer. Je continuais à tirer sur mes menottes, faisant fit de la douleur. J'avais oublié une chose quand je les lui avais données : j'étais habituée à passer outre la douleur. Ce fait, les chaînes émirent un grincement, mauvais signe pour lui, exultation de joie pour moi. Je devais continuer, elles allaient céder et je pourrais le tuer. Oh oui, l'étriper, voir son sang, le dominer. Mon visage de louve reflétait ma rage et ma folie cassée par ma première pleine lune. Un dernier coup, plus violent que les précédents et me voilà libre de mes entraves. Je lui souris sadiquement alors que je serrais et desserrais les poings. J'allais le tuer, puis je courrais dans la forêt, je tuerais mes proies, j'égorgerais mes ennemies et je truciderais mon alpha. Cahir. Je tuerais sa femme !

Avec un dernier rugissement, je me précipitais droit sur lui, sans chercher à cacher mes intentions. Si j'avais été lucide et en pleine possession de mes moyens, je l'aurais sans doute vaincu, mais la rage me submergeant, mon poignet cassé et la pleine lune me rendaient certes dangereuse, mais pas invisible. À lui de m'empêcher de tuer tout le monde.


© Fiche par Fhury Haime

Revenir en haut Aller en bas
 
/!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» /!\-18/!\ Tu es délicieusement tendre [PV Adriann Weizerling]
» Adriann Weizerling aka Jake Falahee
» Adriann Weizerling
» tendre histoire
» Une baston... Quoi de mieux pour se détendre... et pour boire du Tzinpaf ? (PV Jenna, Laara, Saeko, Clio et Keylo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Forêt de Beacon Hills :: Les sous-bois-
Sauter vers: