AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

  Off Scene (PV Therence)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Off Scene (PV Therence)   Sam 27 Déc - 14:48

Just a mask I left on the stage



Deux mois ont passé depuis la soirée chez Derek, à peine plus d’une semaine depuis qu’on a ramené Chad. Et aujourd’hui, je suis anéanti. J’essaye, un peu vainement, de me perdre dans le boulot pour ne pas penser à ce regard. Cette haine. Ce que j’avais vu dans ses yeux à Boston alors qu’il ne savait pas encore que Shadowcat et moi étions la même personne, ce n’était rien…ce n’était qu’un ersatz, un écho…La haine qu’il éprouve pour moi aujourd’hui, elle est viscérale. Ce sentiment coule dans son sang. C’est lui qui le fait vivre en ce moment. Je crois que c’est ce qui le fait tenir. Alors, je le laisse me haïr. Si cela lui permet de continuer à avancer, je peux le supporter, du moins je l’espère.

J’ai quitté la maison de Ruby. Au début, elle a refusé, mais elle sait comme moi qu’il aura besoin de son aide et que je ne peux laisser la moindre trace chez elle. Ce serait prendre le risque qu’il fasse une crise. Même une infime particule de mon odeur pourrait suffire vu ce qu’il ressent pour moi. En attentant, je vis à l’hôtel et je me suis séparé de la meute, je me suis fermé à ce lien. Ça me fait sentir vide maintenant que j’ai embrassé le bonheur de ce lien. Mais, je peux survivre à ça. J’ai cet infime espoir que tout ceci s’arrangera. J’ai besoin de conserver cet espoir ou c’est moi qui ne tiendrais pas.

Je termine le morceau. Les gars sont heureux. Il semblerait que mon nouveau look leur plaise. Je quitte la scène. Le début de soirée est consacré au spectacle et passé une certaine heure, c’est le DJ qui prend la suite pour faire se dandiner les nombreux popotins musclés. Je garde le sourire, réceptionne les accolades avec des clins d’œil. C’est si facile de faire semblant avec les gens qu’on ne connait pas…Ils n’y voient que du feu.

Je me faufile vers le bar. La musique couvre le tout et dirige la foule vers la piste. Je soupire. Face au barman, je peux me permettre de laisser le masque tomber, mais par principe de précaution, je remets le masque en place. On ne sait jamais…le barman met ça sur le compte du départ de Jay, donc il ne dit rien, mais d’autres pourraient se faire trop curieux. Et avec mon ancre qui me déteste mon contrôle n’est pas aussi…bon qu’il y a deux semaines…

- « Un verre de Bombay…
- « Miyavi…
- « Sert-moi avec la bouteille de ma sœur, comme ça vous n’aurez pas de problème.
- « Pourquoi tu ne vas pas la voir plutôt que de boire ? Et oui, tu nous as tous couché…Tu tiens très bien l’alcool, mais ce n’est pas une raison…surtout à ton âge.
- « Mon âge…ouais…si tu le dis…

Je sens un regard…je me tais et me tourne vers son propriétaire. Je l’ai déjà vu…ah oui…chez Derek… Je soupire, prends mon verre et je sors de l’établissement par la sortie des employés. Ainsi je peux siroter mon verre et vapoter tranquillement. Je suis seul…je laisse tomber le masque. Je me demande si j’arriverais à le trouver…Le chercher, c’est tout ce qu’il me reste… Je n’ai pas encore trouvé son nom. Tout ce que j’ai c’est le prénom de ma mère et l’initial du nom qu’elle portait quand elle a quitté le clan… Une lettre…je ne vais pas aller loin avec ça. Surtout que rien ne garantit qu’il ait pris son nom….

Merde…qu’est-ce que je fous ? L’homme qui m’apporte un tant soit peu de contrôle me hait. Je me suis fermé à ma meute pour lui alors que c’est lui qui m’a permis de ressentir le besoin d’appartenir à une meute…Et je cherche un type qui me prendra sans aucun doute pour un monstre…

La porte grince. Je ne prends pas la peine de me retourner. Mes sens suffisent.

- « Cette sortie est réservée au personnel…


© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 801
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Off Scene (PV Therence)   Sam 27 Déc - 14:49


Titiller une étoile...
Le Jungle. C'est peut-être la troisième fois que je m'y rend depuis que j'ai débarqué ici. Passion virile prédominantes, les marques les plus féminines qu'il m'ait été vue de voir jusque là prêtait surtout à rire.

Je n'y vais pas avec l'intention de chopper quelque chose. Je fais mon marché avec calme, guidé par mes envies du moment et les aléa des rencontres, comme on se laisse tenter par un achat en flânant hasardeusement au centre commercial. J'ai laissé le blouson au vestiaire, habillé d'un débardeur noir simple et un jean sombre, et suis allé me caler au comptoir central. Je commande un whisky coca qu'on m'accorde sans sourciller et j'observe. Ce n'est pas les beaux spécimens qui manquent, mais une esthétique avantageuse ne fait pas nécessairement tout. Je suis d'humeur difficile. Je me laisse plutôt porté par l'ambiance d'avantage à la fête qu'aux parades sensuelles, et suis comme d'autres les performances du chanteur. Il me faut un moment pour me rendre compte que sa face ne m'est pas inconnu. Où est-ce que je l'ai vu déjà?... Pas ici, peut-être simplement croisé au lycée... Les réminiscences d'une foule singulière me reviennent et la réponse me vient à l'esprit comme un éclat : la petite soirée chez Derek. Oui, je me rappelle de cet asiat' tout vêtu de blanc et avec un t-shirt à la gloire d'un Pixar assez récent. Donc le guitariste pousse aussi la chansonnette... il se débrouille pas mal.

Je le délaisse pour mater ailleurs. Je pourrais passer des heures à regarder les gens. C'est peut-être d'ailleurs ce que je fais parfois sans m'en rendre compte. Je repousse la tentative de contact visuel d'un type à l'autre bout du comptoir, aucune envie de le rejoindre lui et son pote, et repart plutôt dans mes observations personnelle.

La musique change, j'ai l'impression que la masse reflue vers la piste. Je commande un autre verre et me laisse négligemment interpelé par la présence non loin. Tiens, l'asiatique. On dirait que la star prend sa pause. J'entends vaguement la discussion. Le jeune veut de l'alcool, le vieux tente de le modérer, il est question de son âge... banalité d'une adolescence pressée de grandir.
Je regarde ma boisson et l'enfile. Techniquement, en dépit de ma majorité je n'ai pas non plus l'âge légal pour picoler selon les lois de notre bel état. Mais ça ne m'empêche certainement pas de jouer de mon apparence ambiguë, ni plus vraiment adolescente ni complétement mature pour en jouir comme je l'entend.

Comme s'il soupçonnait que je l'écoute, lorsqu'il croise mon regard l'asiatique se tait et m'ignore. Calme toi coco, c'est pas moi qui vais te dire quoi que ce soit. Je sirote en faisant un petit tour sur la salle, mais quand je reviens sur la place plus loin, je la découvre vide... Il est en train de se barrer. Et ben... Je l'ai à ce point embarrassé?...
Je juge une nouvelle fois les danseurs, la porte qu'il vient de prendre, et je décide rapidement de ce qui m'amusera le plus de ces deux perspectives.

Passé le seuil, je découvre une petite terrasse à l'arrière de l'établissement.

- Cette sortie est réservée au personnel…


La voix m'indique sa position, et quand je le vois enfin, je jurerais qu'il n'a pas prit la peine de se retourné... surement une impression.

-Oh.
M'étonnais-je sans chercher à paraître crédible. Pardonnez moi, votre Star.

Mais au lieux de faire marche arrière, je resserre la porte derrière moi et le rejoins pour m'installer à côté de lui, mon verre à la main.

-C'est pas bien de fumer. Pas bien du tout. Ni de boire d'ailleurs. N'importe quel adulte responsable te le dirait.


J'offre un sourire malin au stoïque en le dévisageant. Est-ce que j'ai l'air d'un adulte responsable? Je le laisse en juger...

-Surtout à ton age.


Oui, j'ai entendu, il le sait, alors pourquoi m'en cacher? J'espère un minimum de réaction de sa part et lui dérobe donc sa vapoteuse pour la porter à mes lèvres et tirer une taf. Mh... Je grimace en défiant l'objet que je lui rend. Rien ne vaut une véritable tige.

-Petit joueur.


Je le cherche, il doit surement se demander pourquoi... moi même je ne sais pas. Il a eut l'idée de me fuir, c'est du moins l'impression qu'il m'a donné, et malheureusement pour lui, c'est le meilleur moyen d'attirer mon attention.

-T'as quel age?


Ouais, parce que finalement je n'en sais rien. Il n'a pas l'air plus vieux que moi c'est certain, mais j'espère tout de même ne pas faire la conversation à un pré-ado. Et puis imaginer l'autre loup jouer les baby-sitter... Non, ça en fait, c'est plutôt marrant.

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Off Scene (PV Therence)   Sam 27 Déc - 14:49

Deviens détestable mais vis!



Cette situation entre Chad est moi est vraiment compliquée. Je ne sais pas ce qu’il va advenir. Je n’en ai pas la moindre idée et j’en suis terrifié. Je l’aime. Je ne sais pas quoi faire pour le soulager de ce qu’il a vécu. Je connais la honte, la douleur, l’humiliation. Je sais la peur et l’incapacité à expliquer ce qui a été vécu, ressenti et comment en sortir. Je me sens coupable. Tout ceci est ma faute. Ce que Rob lui a fait…Il lui a fait à cause de moi.

Un grondement fait vibrer mon esprit. Depuis quelques temps, Nineko est en colère. Et il ne s’en cache pas. Mais je ne comprends pas pourquoi. Je n’arrive plus à l’entendre. Je ne comprends plus ce qu’il me dit. C’est comme si nous nous étions éloignés. Je sonne comme un fou. Comment pourrais-je m’éloigner de l’âme qui cohabite avec moi dans mon corps. Et pourtant….Le plus étrange, c’est que juste après l’épisode à la Iglesia, il était très présent. Il me parlait sans cesse. Il essayait de me rassurer. Il me gardait calme. Et puis les jours ont passés et peu à peu, il s’est muré dans le silence. Je le sentais confus, mais il refusait de me parler. Et voilà qu’aujourd’hui, il parle à nouveau mais je ne parviens pas à le comprendre.

Je suis sorti de mes pensées par le bruit de la porte. D’une voix sans émotions, je préviens que cette sortie est réservée au personnel et implicitement, qu’il peut faire demi-tour. Mais il semblerait que le subtile ne soit pas du goût de ce trouble-pensée.

- « Oh. Pardonnez-moi, votre Star.

Cette réparti me sort définitivement de mes pensées. Bien que moqueurs, ces mots me font sourire. Il a le mérite de m’avoir remis à ma place en quelques mots. Je n’ai rien de spécial. Je dois redescendre sur terre. Nous avons tous notre lot de problèmes. Il y a quelques temps, j’ai choisi de grandir, de me relever. Je ne peux pas abandonner ce projet cette nouvelle ligne de conduite aussi facilement. De toute façon, on n’aide pas quelqu’un qui se sent mal en se montrant plus mal. Il faut le tirer vers le haut, pas vers le bas. L’autre s’avance et se pose à côté de moi après avoir fermé la porte.

- « C’est pas bien de fumer. Pas bien du tout. Ni de boire d’ailleurs. N’importe quel adulte responsable te le dirait. Surtout à ton âge.

- « Tu as raison. C’est ce que dirait un adulte responsable. Dommage que je n’en ai croisé aucun jusqu’ici !

Je glisse mon regard vers lui en souriant. Ce n’est pas tout à fait vrai. J’estime beaucoup les Winchester, même si je ne les qualifierais pas de responsable, ils prennent soin de leur proches comme ils peuvent. Le Sheriff et Miss McCall sont des adultes responsables que je respecte beaucoup, mais nous ne nous fréquentons pas assez pour qu’ils me dictent une ligne de conduite. La seule personne, dans le coin, qui pourrait adopter ce fameux rôle d’adulte responsable, c’est Ruby. Mais je la fuis. Chad a bien plus besoin d’elle que moi.

Il me dérobe ma e-cigarette et tire un peu de vapeur. Il grimace, je me moque et récupère l’objet et le porte à mes lèvres pour l’utiliser.

- « Petit joueur. »

Je descends l’objet, savoure le goût et souffle doucement la vapeur en riant.

- « Tu n’auras pas tenu deux taf sur ce que je fumais avant. J’ai arrêté à cause du goût. Pour embrasser, le goût Tagada, c’est carrément plus affriolant que le mélange goudron et salade…tu n’es pas d’accord ?

J’affiche un sourire un peu aguicheur puis je fronce les sourcils. Je ne devrais pas agir comme ça. Me faire séducteur, aguicheur. Je n’en ai pas le droit.

*Et pourquoi pas ?

*Parce que Chad me déteste ! Je ne peux pas faire comme si ça ne me faisait rien.

*Pourtant tu ne cesses de répéter qu’il est en droit de te détester.

*Parce que c’est le cas.

*Ou parce que tu sais que dans cette situation, c’est plus facile d’avoir quelqu’un à détester…

*Les deux.

*Alors ne lui donne aucune raison de se sentir coupable d’éprouver cette haine.

*Quoi ?

*Soit celui qu’il déteste. Embrasse ce rôle. Au moins, il ne se sentira pas coupable de te détester. Personne ne pourra lui dire qu’il ne devrait pas te détester.

*…


- T’as quel âge ?

Depuis quand Nineko me donne de tels conseils ? Mais en même temps. Il n’a pas tort. Chad me déteste. Je ne peux rien y changer puisque je suis coupable. Et avoir un coupable c’est libérateur. Rob a toujours été mon seul coupable et je n’ai jamais pu me venger. Mais Chad a raison. C’est de ma faute. Et Nineko aussi, je suis coupable. Je ne pourrais jamais me faire pardonner de ce qu’il a subit par ma faute. Mais je peux le soulager un peu en lui donnant une personne à haïr sans vergogne…J’esquisse un sourire et me tourne vers mon interlocuteur.

- Est-ce vraiment important ?

J’ai changé pour Chad et il m’a rejeté. Je suis un jeune célibataire qui n’a plus grand chose à perdre. Pourquoi diable devrais-je sombrer ? J’ai encore pas mal de choses à vivre. Et je dois LE retrouver ! C’est à lui que je vais me raccrocher désormais. Il est tout ce qui compte.

- J’apprécie ce Gin à sa juste valeur, je sais comment gérer mes comptes comme un grand, je danse comme un dieu et de ce que j’en sais, je suis plutôt un bon coup. Mais si vraiment ça a de l’importance pour toi, j’ai dix-sept ans, pour encore quelques jours. Et toi ? Pourquoi venir dans une boîte gay, où presque tous les clients t’ont imaginé dans leur lit à leur prodiguer mille plaisir juste en te croisant, et finalement venir perdre ton temps avec quelqu’un comme moi ? Je ne suis jamais qu’un « petit joueur » et je suis loin d’avoir les muscles dessinés des beaux étalons qui se dandinent sur la piste.

Il m’intrigue. Il n’a rien d’un fan et il n’a pas non plus l’air de vouloir me violer sur place…Un instant, je me demande vraiment ce qu’il veut, et puis je range ma clope électronique dans son boîtier et j’avale cul-sec ce qu’il reste dans mon verre avant d’aller vers la porte. Je me tourne vers lui avec un sourire provocateur. J’ai envie de voir ce qu’il vaut sur la piste de danse. Je ne connais pas son nom, mais ça n’a pas tellement d’importance en cet instant ;

- « Tu viens ?



© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 801
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Off Scene (PV Therence)   Sam 27 Déc - 14:50


Let' dance
Je ne sais pas s'il cherche un peu de solitude ou simplement un coin tranquille pour fumer sa clope, toujours est-il qu'il m'a ignoré et que je n'ai rien de mieux à faire que poursuivre ce stoïque. Danser, draguer, ou me souler, j'ai tout le reste de la nuit pour ça.

Lorsque je débarque, il me fait comprendre qu'il ne tient pas à ma compagnie. Dommage pour lui, si le coin est réservé aux starlettes locales, il ferait sans doute mieux d'y poster deux garde du corps alors.
Je me ris de son age qui semble être la cause de sa disparition soudaine si ce n'est autre chose, et lui fais ma propre morale sur le sujet.

- Tu as raison. C’est ce que dirait un adulte responsable. Dommage que je n’en ai croisé aucun jusqu’ici !


J'esquisse un ricanement, aussi conquis par son cynisme que ravis de lui arraché un semblant de sourire. Je lui emprunte sa tige de plastique. Je ne comprend pas comment les gens peuvent piper ces trucs, ça n'a aucun gout... Il ricane de ma déception, en attendant, c'est pas de se contenter de cigarette hightech qui va le rendre plus viril, ce gosse qui geignait pour un verre.

- Tu n’auras pas tenu deux taf sur ce que je fumais avant.
Je hausse un sourcil interrogateur. Qu'est-ce qu'il pouvait bien taffer de si fort d'une part, et qu'est-ce qu'il pouvait bien savoir de mes capacités à tenir un joins le petit vantard? J’ai arrêté à cause du goût. Pour embrasser, le goût Tagada, c’est carrément plus affriolant que le mélange goudron et salade…tu n’es pas d’accord ?

J'éclate de rire et le juge sans cacher un sympathique mépris à l'évocation de la saveur friandise.

-Mh... tagada plutôt que salade fumée... Si tu comptes devenir le don-Juan des bancs de collèges, alors je suppose que ça doit-être terriblement affriolant.
grimaçais-je exagérément écœuré.
Même si je ne détestais pas, je ne courais pas naturellement après les sucreries. Je laissais ça aux mioches et aux mijaurée.

J'observe son minois charmeur qui semble se troubler un instant. Et alors, on ne sait pas ce qu'on veut? Trop peur de jouer avec le feu peut-être? On me reprochera ce qu'on voudra, mais j'ai toujours était perturbé par l'age inquantifiable des asiat'. Visage naturellement rond de l'enfance mais l'effronterie et le regard d'un adulte... Je n'arrive pas à savoir.

- Est-ce vraiment important ?


J'émets une petite grimace hésitante. Je ne sais pas... Dans un sens, pas vraiment. Du moment qu'il a passé la quinzaine, j'ai aucun problème. D'un autre côté...

- J’apprécie ce Gin à sa juste valeur, je sais comment gérer mes comptes comme un grand, je danse comme un dieu et de ce que j’en sais, je suis plutôt un bon coup. Mais si vraiment ça a de l’importance pour toi, j’ai dix-sept ans, pour encore quelques jours.


-Quelque jours?
Relevé-je toujours amusé par sa manière de se dévoiler. Il est moins jeune que sa face me le laissais penser.

-Et toi ? Pourquoi venir dans une boîte gay, où presque tous les clients t’ont imaginé dans leur lit à leur prodiguer mille plaisir juste en te croisant, et finalement venir perdre ton temps avec quelqu’un comme moi ? Je ne suis jamais qu’un « petit joueur » et je suis loin d’avoir les muscles dessinés des beaux étalons qui se dandinent sur la piste.


« Leurs prodiguer milles plaisir?! »
Je le fixe entre mes paupières plissées, méchamment suspicieux. Ce petit malin essaie de me flatter ou d'implicitement sous-entendre que je serais du genre à lever la croupe pour me faire...
Il est loin d'être le premier à se laisser avoir par ce physique encore trop délicat, il pourrait être surpris.
Mais j'avoue que pour l'instant, c'est moi qui m'amuse de sa façon de chercher ses réponses, et qui sait peut-être quelques compliments.

Alors je réfléchis aux raisons qui me pousseraient à venir ici, puis je lève mon verre vers lui en esquissant un sourire.

-La musique est plutôt bonne.


Puis j'avale en me réjouissant de sa face. A lui de comprendre ce qu'il veut. Je poursuis le fil plus précis de ses interrogations.

-Je ne sais pas. Peut-être que je ne m'imagine pas dans le lit de n'importe quel client de cette boite à leur... exiger milles plaisir, et que j'ai assez de temps à perdre pour le passer avec qui je veux, pourquoi pas un petit joueur à la silhouette de crevette?


Nos regards ce supportent un moment, mélange de provocations et de réflexions personnelles, puis il termine sa boisson et range sa vapoteuse pour quitter sa place. Je le suis du regard, attendant la suite...

- Tu viens ?


... Et j'affiche un sourire ravis. Quelque soit le défis que me lance ces yeux d'ailleurs, je me ferais un plaisir de le relever.
Je fini mon verre et suis le provocateur à travers la foule. Il me mène jusqu'à la piste ou il commence à se déchainer. Je n'étais pas venu avec l'envie de me mêler encore à la masse gesticulante, d'avantage d'humeur à squatter le comptoir, mais puisque je me suis dégotter quelqu'un avec qui jouer...

Je me glisse entre les corps agités et mime la foule sur mes propres mouvements. J'observe sa mouvance, tout ce que son corps peux avoir à dire, croise ses regards félins et ses mimiques joueuses. De la à dire qu'il me ferait du charme? Je ne crois pas, ça à plutôt l'air naturel chez lui. Il s'amuse apparemment, moi aussi. Je me rapproche, ce petit sourire arrogant aux lèvres. Il appartient au monde de la danse et de la musique, moi je ne suis qu'un... "petit joueur" dans le domaine. Je ne sais pas si c'est ce qu'il tant à me dire ou bien si c'est moi qui prend conscience notre différence. Mais il peut bien faire état de dieu sur la piste, j'ai mes propres atouts pour attirer mes fidèles...

Je m'approche encore. Je reste sage, je ne le touche pas, je me contente de le dominer du regard, sondeur... Est-ce que je lui plais? Est-ce que je suis son type? Est-ce que le petit asiat' envisage un après ou simplement quelques joutes pour me remettre à ma place? Un seul moyen de le savoir...

Mes lèvres s'étirent, narquoises, et je l'esquive pour faire face à un nouveau partenaire. Le type m’accueille avec plaisir, et je lance un coup d'oeil au chanteur.
Tu chantes, tu danses, tu provoques... mais montre moi donc ce que tu vaut, petit joueur. Je me marre et l'abandonne un moment pour mon nouveau compagnon de danse. Tout à l'heure, il s'est dépeint comme la crevette que je perçois, sans grand intérêt, sans physique à tomber. Pourtant, ce n'est pas ce que les regards qui lui tournent autour confirment.

Si nous nous provoquions d'un jeu presque puéril le nippon et moi, l'autre est plus quémandeur de chaleur humaine. Tout doux l'ami, je ne suis pas venu à toi parce que tu m'a tapé dans l’œil. Toi, tu es juste l'accessoire qui me sert à juger le petit adepte de la fraise tagada. Ça ne m'empêche pas de le mater du regard et de l'effleurer ce qu'il faut pour me le mettre dans la poche. Mais je ne cherche pas à prendre mon temps, j'envisage encore moins rester coller à lui pour la soirée, je veux juste montrer au chanteur ma disposition à charmer mon monde moi aussi, et savoir dans quelle mesure il me perçois comme un partenaire pour la soirée.

Je surveille toujours par dessus mon épaule. Alors? Est-ce que j’ai-dix-sept-ans-pour-encore-quelques-jours a réussi à s'attirer un lot convenable avec son haleine de bonbec?

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Off Scene (PV Therence)   Mar 30 Déc - 0:50

Joue! Succombe! Sois sexy! Danse! Vis!



Deux semaines déjà que je vis sans vivre réellement en espérant quelque chose qui n’arrivera pas. J’ai fait un choix : tirer un trait sur ma relation avec Chad et l’aider à avancer, quitte à embrasser le monstre que j’ai été. Aujourd’hui, je me rends compte que j’ai été fou. Fou d’y croire au départ. Cette relation était vouée à l’échec. Comment aurait-elle être pérenne ? Un loup et un félin. Un adulte et un gamin. La sobriété et l’excentricité. Sans même parler de jalousie, j’ai su dès que j’ai vu Mick que je n’avais aucune chance. Ils sont bien plus compatibles qu’on ne le sera jamais. Malgré sa fusion avec son loup, Chad est bien plus proche de l’humain que de l’animal.

Oui, j’ai été fou d’y croire mais je ne regrette rien. Je refuse de vivre dans le regret. Cette philosophie, j’ai décidé de l’adopter il y a quelques temps déjà. À mon retour de Boston, en fait. Alors que je veillais sur Mary-Jaycee et que je remettais mes choix en question, Goran et sa femme sont arrivés. Nous avons longuement discuté tandis que Jaycee se remettait des effets de la lune. Ils m’ont aidé à mieux comprendre où j’en étais…où j’en suis, qui je suis et même ce que je suis. C’est Goran qui m’a fait comprendre que si les remords sont signes d’une nouvelle maturité, les regrets, eux, ne sont que des freins. Et il m’avait également rappelé que j’avais quelque chose de très important à faire… Quelqu’un à retrouver. Tout pourrait bien changer si je le retrouve. Aujourd’hui, c’est la seule chose qui me retient ici en fin de compte.

Enfin, tout cela c’est facile à dire, mais si c’était facile à faire je ne serais pas ici à déguster un Bombay en vapotant. Ce petit tube est la preuve matérielle que je me raccroche vainement à Chad. Je serais aussitôt retourné à mes anciennes habitudes si j’avais réellement tiré un trait comme je le prétends…

L’arrivée de ce beau gosse ouvre le chemin à ses idées, cette résolution qui s’était paumée dans les méandres de mon esprit. Sa présence et ses façons me rappellent à l’ordre. Comme un déclic, comme si cette voix en moi cessait enfin de chuchoter pour enfin crier à plein poumon, cette voix qui ressemble beaucoup à celle de Dray. Lui qui est mort pour nous sauver Jay et moi, j’ai l’impression de l’entendre…

« Vis ! »

Ce type agit comme un déclic qui me pousse à lui répondre, non en lui demandant de partir mais en l’incitant à rester pour jouer. Je redécouvre le plaisir de faire connaissance. Je me délecte de cette petite joute verbale, qui a un goût d’amuse-bouche.

«Vis ! »

Lorsque je lui demande pourquoi il vient dans cette boîte, il répond qu’il apprécie la musique. Son regard et son geste laissent à penser que ses mots drapent bien des pensées, des pensées qui me plaisent. Il continue, répondant à mon autre question : pourquoi venir ici avec moi alors qu’il peut avoir n’importe qui dans cette boîte.

Je pouffe de rire en constatant le mot qu’il emploie. Plutôt dominant, c’est noté. Je lève les mains. En ce qui me concerne, je n’ai rien contre. Nous échangeons un regard, le jeu commence. Je l’invite à passer à l’entrée et nous nous enfonçons dans la foule pour commencer à danser.

«Vis ! »

Nous commençons à nous mouvoir. Vivre. C’est en dansant que je me sens le plus vivant. C’est mon domaine. Je n’y suis pas seulement bon, j’y suis naturel, j’y suis moi. Avec ma sœur, j’aurais probablement entamé quelques pas, mais ce n’est pas le but ici. Je me laisse guider par la musique. Ça fait du bien d’oublier le reste. Je jette quelques coups d’œil à mon nouveau camarade. Il danse bien lui-aussi. Je joue avec lui tout comme il joue avec moi.

Sans vraiment vouloir chercher à le séduire, je veux attirer son attention, je veux le surprendre, lui plaire…ok, peut-être que je cherche à le séduire…Et le voilà qui se détourne. Le fameux « Tu me fuis, je te suis ». J’ai à peine le temps de décider ce que je vais faire que je sens un bras entourer ma taille. Je me retourne. Pas mal. Si je fuis mon camarade de jeu, me suivra-t-il ?

L’entrée est plus copieuse que je ne le pensais. La musique reprend ses droits sur mes pensées. Je me laisse mener. Le corps derrière moi est chaud. Le type est respectueux. Si les mains testent, elles n’insistent pas ou tout du moins ne se font pas indécentes. Nous échangeons quelques regards. Ce n’est pas la première fois qu’il vient, c’est certain. Le mot a dû passer que j’étais de nouveau célibataire sinon il ne se serait pas permis ces gestes. Je souris et me retourne, me retrouvant face à un autre qui s’est approché. Le mot a définitivement fuité.

Je joue aussi avec eux mais c’est moins palpitant. Ils cherchent seulement à me mettre dans leur lit. L’autre garçon, il y a plus. Lui, il ne pense pas à ce soir, ni même à demain. Il pense à l’instant. Il le joue. Il vit. La musique change, le rythme m’emporte. Je ne sais plus vraiment avec qui je danse. Non, il est plus exact de dire que je m’en soucie peu.

Lorsque j’ouvre les yeux, je ne vois pas les danseurs qui m’entourent. Seul m’intéresse mon compagnon de jeux. L’homme qui danse avec lui est vraiment très beau mais il est loin d’avoir le charisme de celui qu’il pense être sa proie. Ce dernier est bien plus…captivant. Il possède la beauté, le charisme et ce qu’il faut de mystère. Nul ne peut le nier. Tous le veulent.

Les corps qui m’entourent sont chauds et suivent plutôt bien la musique. Ça me plaît. Tant que pendant un instant, j’oublie presque mon vis-à-vis et tous les autres. Je me sens vivant à vibrer ainsi sur le même tempo que ces types. Je crois que je me fais enfin une raison. J’ai fait ce qu’il fallait pour que Chad puisse avancer. Il est grand temps que j’en fasse de même pour moi.

À nouveau, je me tourne vers celui qui m’a extirpé de mon arrière ruelle. Désolé les mecs, mais ce soir, c’est avec lui que je veux danser. J’use habilement de la musique et de mon don pour la meubler de pas pour me rapprocher du « petit joueur ». Je ne cherche pas à parler. En plein milieu de a piste, entourés de cette foule et à deux pas des enceintes, c’est inutile. Mais peu importe. Je n’ai pas besoin de parler. Mon regard suffit. Pourtant, je me détourne à nouveau de lui. Nous dansons avec nos partenaires respectifs, en apparence. Mais nous sommes suffisamment proches pour que nos corps se frôlent et s’effleurent. C’est encore plus grisant que la danse sensuelle et collé-serré de l’autre. Je suis désirable pour le bellâtre face à moi mais je désire l’audacieux qui se trouve dans mon dos.

Vivre, c’est jouer, mais c’est aussi succomber parfois, non ? Alors, je tends ma main vers l’arrière, je glisse mes doigts dans les siens et dans un tour de bras, je le fais tourner pour qu’il se retrouve torse contre mon dos. Son cavalier semble déçu, le mien aussi, mais il ne semble pas le prendre mal. C’est un jeu. La prochaine fois, peut-être qu’il gagnera. Cela dit je me demande ce qu’en pense mon cavalier actuel. Ce que je sais, c’est que je veux voir ce qu’il a dans le ventre. Alors je lui lance un regard qui en dit long : «Montres-moi ce dont tu es vraiment capable.» Son talent n’était pas mis en valeur avec son précédent cavalier, ça crevait les yeux. Oui, j’ai hâte de voir ce qu’il vaut vraiment.

Et je ne suis pas déçu du voyage ! Il se déhanche comme un Dieu. Son corps me semble brûlant mais c’est agréable. Je me sens comme un chat au bord du feu. J’en ronronnerais presque. Et son souffle. Mmhh. Terriblement enjôlant. Ses lèvres appellent à être dévorées et son regard ne délivre que du mystère. Ce type sait comment séduire. Il sait se rendre désirable mais pas seulement. Il sait aussi comment me faire me sentir désirable. Juste assez pour savoir qu’il pourrait bien être intéressé par le plat principal. J’ai proposé une entrée, à lui de servir la suite !


© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 801
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Off Scene (PV Therence)   Mar 13 Jan - 1:34


Provocative
La piste de danse sera notre terrain de jeu. Ça me va, je suis prêt à me mesurer au danseur. Mais pas pour me contenter d'une approche tellement évidente... ce serait même un peu le contraire.
Nous débutons par quelques remous l'un en face de l'autre, la parade habituelle à toute relation dans un tel lieux... puis je me détourne pour un autre. Je ne veux pas que les choses soient si simples, la soirée en deviendrait sans intérêt. Et si je me permet de l'entrainer dans ce petit jeu, c'est parce que je suis sûr qu'il y prendra part, lui qui m'a défié de le suivre ici.

Je joue avec mon vis-à-vis aussi, regard langoureux mais sans véritable attrait. Le japonais n'est pas canon. Pas spécialement baraqué ni une beauté délicate, ses traits bien qu'exotique ne respire rien de sur-esthétique... je n'ai jamais couru après les petits asiatiques en fait. Mais il y a quelque chose dans sa manière d'être, les regards qu'il envoie, les signaux de son corps, son assurance en ses charmes, qui m'intrigue et rende le personnage différents des autres.

Je jette un coup d'oeil par dessus mon épaule, et je le vois qu'il me fixe. Je fais mine de ne rien avoir remarqué, et j'ai du mal à retenir un rire quand l'autre en face de moi à interprété mon petit sourire pour sa pomme. Pourtant, ce n'est pas toi, le bellâtre insipide, qui me provoque un rictus satisfait et gourmand. L'adepte des saveurs bonbec me regarde, alors je me force à l'ignorer d'avantage tout en prenant garde à ce que nous ne soyons pas séparés. Je suis bien obligé de garder mon attention sur lui, et je profite d'un instant d'abandon pour lorgner. Il semble ailleurs, enveloppé par la musique, dans son monde... m'a t-il oublié? Je l'admet, c'est moi qui suis piqué par cette idée. J'attends un peu, juste pour m'assurer qu'il ne viendra pas à moi de lui même... et quand je vais pour me rappeler à lui, il se réveille enfin de sa transe. Je suis rassuré, ravis. J'accepte de garder le contact, je ne voudrais pas que le mignon se sente trop délaissé et ailles voir ailleurs... mais maintenant que nous nous sommes rapprocher, il me fais un pied de nez. Je me suis fais avoir à mon propre jeu, me voilà à chercher l'attention de ce type que je tenais à éviter. Son audace me fait marrer, et je profite que mon compagnon de danse se rappelle à moi pour l'imiter, confiant. Malgré la foule qui nous entoure, c'est comme une promesse sans parole : c'est juste lui, et moi.

Chacun pris d'assaut par nos partenaires, nous ne sommes jamais plus focalisé que sur l'autre. On se cherche sans se regarder, on se touche sans se caresser... ce manège à un gout de tromperie consentante qui attise mes sens.

Puis quand je ne m'y attend pas, des doigts prennent possessions des miens pour me guider dans un mouvement sec. Je heurte le corps un peu frêle dans une petite bouffée de chaleur et le couve avec un contentement indicible. Elle aura fini par craquer la crevette. Le type qui m'aura servit d'alibi jusque là disparait de ma tête, j'ai le sentiment d'avoir enfin gagné ma partie et je compte réclamer ma récompense. Mais le joueur me lance un nouveau défis. Suis-je seulement à la hauteur? Il en doute, je me prête naturellement au jeu.

D'une main étalée sur son ventre, je le cale contre moi pour que nos corps s'épousent et suivent le même mouvement. Mes doigts glissent le long de ses flancs, de ses bras, des caresses légères ou plus fermes, sans l'offenser. Je le sens qu'il adore, il a cette façon de s'étirer, je l'entendrait presque ronronner. Mon nez glisse le long de ses mèches, mes lèvres rasent son oreilles sans la toucher, juste un souffle électrique... je mesure la cadence, ralentis nos ondulation, l'invite à incliner la tête de quelques doigts sur sa gorges, que je puisse mieux humer son parfum... Il se laisse griser, il tourne légèrement le visage vers moi. Si j'accepte le mouvement, je pourrais concrétiser notre envie mutuelle d'approfondir notre échange...

Je me redresse et me détache presque complétement. J'attends qu'il se réveille, petit sourire malin aux lèvres. J'ai réussi à le faire patienter jusqu'à la fin de la chanson, le prétexte parfait à couper cours à notre joute l'air de rien.
Je l'observe, bien plus railleur que je ne veux le laisser paraitre. Frustré? Quel dommage...

-On va se rafraichir un peu?
lui soufflais-je fortement pour couvrir le brouhaha ambiant.

Je m'amuse, je suis ravis, je me ris de ce petit aguicheur si facilement tombé. Rien de mauvais, s'il avait été l'une des cibles de mes pires saloperies, je l'aurais déjà laissé en plan dans une remarque sans équivoque, et je ne le regarderais pas avec ce regard avide. Je veux le tester, voir s'il saura se gérer, le petit réceptif, s'il mesure jusqu'où pourrait aller le jeu avec moi, s'il est prêt à en assumer les conséquences et se laisser complétement aller, où s'il pense être capable de me piéger au jeu de la patience.

Pour l'heure... c'est maitre de moi même et de mon petit jeu que je lui saisis délicatement le bras pour le conduire au bar où je nous commande deux Gin. De quoi se remettre de nos efforts, et avoir tout le loisir de juger son endurance en faisant proprement connaissance.

-Tu viens jouer souvent ici?
Je le dévore des yeux, calmement. Il t'arrive aussi de faire des prestations à domicile?

Je ne sais pas s'il comprendra l'allusion. Sa présence chez Derek il y a quelque temps. C'est finalement de l'avoir aperçu jouer là bas qui aura attiré mon attention sur lui ce soir. Je me demande en quoi il sont liés, si sa présence là bas était occasionnelle... Je veux faire la discussion, simplement, mais... non, en fait même si ce n'est pas la curiosité qui me poussera à lui tourner autour, je ne peux pas nier que ça me démange un peu de savoir, si comme me l'a laissé entendre le loup...

...Il en est un, lui aussi.

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Off Scene (PV Therence)   Mar 13 Jan - 22:09

Mystère et Séduction



Je n’avais pas ressentis cela depuis longtemps. L’euphorie du jeu, le plaisir simple du contact, la douceur du monde réel, celui des humains, celui qui n’a pas conscience de ce qui se trame par-delà leurs œillères de normalité. C’est reposant d’oublier ce que ces œillères dissimulent. La musique me relaxe, la danse me fait vivre, au point que j’en oublie même le dit petit jeu par moment. Mais ce sont des moments courts car le jeu est prenant.

Je finis par craquer. J’ai envie de savoir ce qu’il vaut vraiment ! Et je ne suis pas déçu le moins du monde. Ses mouvements sont maîtrisés. Il parvient à m’emballer en me touchant à peine. Est-ce parce que je n’ai pas été touché ainsi depuis longtemps ? Pas depuis avant mon départ à Boston. Je repousse ces pensées de mon esprit. Je ne veux pas penser à cela, pas maintenant.

Et mon compagnon de jeu sait merveilleusement bien s’y prendre pour souffler toute réflexion de mon esprit. Sa main sur mon ventre me cale contre lui pour me guider dans les mouvements. Je me laisse faire, je découvre ce dont il est vraiment capable, comment il parvient à onduler son corps pour émoustiller mes sens. Ses caresses intensifient le tout. Et il sait parfaitement manier l’effleurement. C’est quelque chose qui marche à tous les coups sur moi. Plus que les massages ou les caresses appuyées, ce sont les effleurements qui me rendent tout chose. Il pourrait me rendre fou avec ces gestes. Son nez, ses lèvres, ses doigts…le salig**d sait vraiment y faire. Et lorsque je tourne le visage, lui proposant ainsi de conclure le jeu, il décide de s’offrir un trou normand. Il s’écarte, profitant de la fin de la musique pour que cela ne paraisse pas trop abrupt.

Je le regarde. Je suis frustré, mais je suis surtout amusé. Plus joueur encore que je l’avais deviné. Je sens que cette soirée va être vraiment très intéressante. Et il me le confirme en me proposant d’aller boire un verre. J’acquiesce il attrape mon poignet pour me mener jusqu’au bar. Quand il demande deux Gin, le serveur ne me demande même pas lequel je souhaite, mais il interroge tout de même mon compagnon de jeu. Nous nous installons et il entame la conversation.

- « Tu viens jouer souvent ici? »

Il me reluque, et je dois bien avouer que j’aime assez cela. Je ne me gêne pas pour faire de même. Ce look un peu badass lui va bien. Il le porte sans vulgarité. Sur lui, ça sonne juste. Il sait comment se mettre en valeur et cela se voit.

- «  De plus en plus, oui. J’ai pas mal élargit mon répertoire, du coup on me demande plus souvent. »

Au début, je chantais principalement mes chansons, et quelques morceaux en plus. Aujourd’hui, j’apprends toutes les nouvelles musiques que j’aime pour pouvoir les jouer ici. Dernièrement, j’ai beaucoup travaillé sur la nouvelle de Bruno mars. J’adore le groove qui en découle. Pourtant, c’est assez loin de ce que je chantais à mon arrivée ici.

- « Il t'arrive aussi de faire des prestations à domicile?

Je hausse les sourcils et je souris. Je prends le temps de boire une gorgée et de la savourer. J’adore le Bombay, c’est vraiment un Gin différent. Je réfléchis ensuite à ce que je vais répondre car sa question est sujette à interprétation.

- « Jusqu’à récemment, j’avais arrêté ce service. Mais je suis à nouveau dans le business, oui. Mais si tu parles de la soirée chez Derek, disons que nous avons des amis en communs. Tu t’y es retrouvé comment, toi ?

Même avec le monde et l’odeur de l’alcool, je peux sentir qu’il est humain. Je ne me suis pas inquiété de le voir chez Derek. Le mot était bien vite passé et je sais qu’il ne connaissait pas la moitié des présents. Mais j’ai la sensation, qu’il n’était pas là sans connaître personne. Qui connaissait-il ce soir-là? Derek ? Et à quel point ? Que sait-il de notre…condition ? Le jeu de séduction se complexifie. Le mystère devient plus profonde et plus haletant.



© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 801
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Off Scene (PV Therence)   Dim 22 Fév - 15:32


Curiosité
Il m'explique venir régulièrement gratter à la boîte de nuit, nullement dérangé par mes regards. Je me laisse aussi contemplé, flatté de l'image que ses yeux me renvoient. Il aime ce qu'il détaille de ses... iris bleu? C'est pas banal. Puis j'enchaine sur la soirée chez le faux loubard. Avec son costume blanc et son t-shirt kitsh à souhait, difficile de ne pas avoir remarqué l'asiatique. Je ne sais pas si c'est pour mieux profiter du moment ou si c'est l'évocation de Derek et ce que ça pourrait impliqué qui l'anime, mais il boit lentement, me permettant tout le loisir de le savourer lui, avant de reprendre la parole.

- Jusqu’à récemment, j’avais arrêté ce service. Mais je suis à nouveau dans le business, oui. Mais si tu parles de la soirée chez Derek, disons que nous avons des amis en communs. Tu t’y es retrouvé comment, toi ?


Des amis communs? Il le connait sans être un proche. Ça ne me laisse rien deviner de sa nature, il n'est peut-être pas l'une de ces créatures en fait...  Il veut savoir comment moi je me suis retrouvé là?

-Un peu par hasard.
rié-je avant de prendre moi aussi une gorgée.

C'est la vérité. Je ne savais pas que me rendre à cette fête dont j'avais eut vent au lycée, ce serait atterrir dans la tanière du loup.

-Mais je connais vaguement le bonhomme.


Ainsi que sale bichrome de Wayne. Mais me rappeler ce Bruce sans héroïsme, c'est déjà me gâcher la soirée. Changement de sujet.

-Un drôle de mec ce Derek. Il a pas l'air très recommandable...

Et toi, est-ce que tu es quelqu'un de recommandable pour trainer avec un loulou pareil, amateur de la saveur fraise? Je le scrute du coin de l’œil, et lorsqu'il fait de même, je me demande, pris d'un infime doute... Est-ce que lui aussi est au courant pour les garous? Est-ce qu'il se demande, au même titre que moi, si j'en suis un?...
Je réfléchis, doucement, une idée émerge, et avec elle un micro sourire.

-C'est peu ordinaire. Cette couleur d'yeux. C'est des lentilles?

Pour jouer les starlettes, le moqué-je insidieusement en me rapprochant légèrement, mes cafés plongés dans ses curiosités.  

-Je me demande s'ils sont sensibles au temps et à la luminosité. S'ils changent facilement de couleur...

Je connaissais quelqu'un dont le bleu pouvaient prendre des teintes les plus apaisantes aux orages les plus intimidants. Mais ce n'est pas de ce genre de changement dont je parle en détaillant les iris, mais aussi les pommettes, le menton, le bout du nez de l'asiatique.

-Moi aussi, j'ai les yeux qui changent de couleur. Parfois.


Puis je détourne mon attention vers quelques agités pour le laisser cogiter. J'omets seulement que mes yeux virent au noir selon mes humeurs, un phénomène qui n'a rien de bien surnaturel.

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Off Scene (PV Therence)   Mer 25 Fév - 1:01



Toute est une question de couleur

Feat Therence


Ce type est intéressant. Il est différent. Il y a une sorte d’assurance en lui. Habituellement, ce n’est pas ce qui me met le plus en confiance. Oh, évidemment, des types qui débordent d’assurance, j’en rencontre des tonnes, surtout ici. Mais ce sont des arrogants. Lui, c’est une assurance sereine et consciente. Et généralement, cela me met mal-à-l’aise. Je trouve cela effrayant. Mais pas avec lui. Va savoir pourquoi !

Nous discutons du soir où nous nous sommes croisés pour la première fois : chez Derek. Je me contente de dire que nous avons des amis communs, ce qui n’est pas faux en fait. Je ne connais pas Derek si bien que cela finalement, même si je connais bien Stiles et que nous faisons partis de la même meute. Et vu son état…et  le mien, ce n’est pas près de s’arranger. Le beau gosse dit s’y être retrouvé par hasard. Je n’ai pas de mal à le croire. Mais il ajoute qu’il connait un peu Derek, et j’avoue que cela m’étonne un peu. Derek ne s’approche pas trop des ados habituellement. Stiles, Scott et Lydia sont plus ou moins les seuls qu’il semble tolérer vraiment. IL fait d’ailleurs une remarque sur celui que Stiles surnomme le « Big bad Wolf ». Bon, en fait nous le faisons tous dans son dos, mais personnellement, je ne m’y risquerais pas devant lui…Je n’ai pas de moyen de me faire pardonner, moi !


«  Quelle est l’expression déjà ? Ah, oui.  « C’est un ours ». Quoique… « c’est un loup » serait plus exacte. Il grogne, mais si tu ne t’en prends pas à Stiles, il ne te mordra pas. Il est juste précautionneux. Il protège ceux qu’il aime.

Il en a déjà tant perdus. Comment pourrait-on le blâmer de ses réserves envers le genre humain ? Une nouvelle gorgée vient chatouiller ma gorge avant que le joueur me parle de mes yeux.

 Non. Je tiens cette couleur de ma mère. C’est, avec la couleur de mes cheveux, tout ce que j’ai hérité d’elle physiquement. Les gens ont du mal à me croire quand je dis que je ne suis pas 100% japonais… «

Même si je préfèrerais l’être ! Il enchaîne en me demandant s’ils changent de couleur en fonction de la luminosité ou de l’humeur. Je hausse un sourcil et je souris.  Il faudrait peut-être que l’on tienne une liste des humains au courant de notre condition…je pense que cela faciliterait vraiment les choses…Yep ! Je dois impérativement en parler à Ruby. Il ajoute que lui aussi, ses yeux changent de couleur. Mais je sens qu’il est humain. Est-ce seulement un sujet de conversation ou un test ?

« Laisse-moi deviner : ils peuvent devenir aussi noir que les ténèbres lorsque tu es en colère et aussi pétillants que l’univers lorsque tu découvres une perle, dis-je d’une voix sensuelle volontairement sur-jouée. Nop, cette technique a déjà été utilisée, désolé !

Je ris, mais c’est vrai. Un type m’a réellement dit cela un jour. D’une lourdeur, le mec…j’ai juste eu à faire luire mes yeux et il est parti en courant. La métamorphose est d’une efficacité remarquable et avec un coup dans le pif, l’autre pense toujours avoir rêvé !

Je regarde Therence. Est-ce qu’il me teste ? Est-ce qu’il me drague ? Est-ce qu’il joue ?...Oui, il joue, ce n’est pas une question ça ! Toujours est-il qu’ici, le jeu est restreint, la visibilité est une véritable contrainte dans ce jeu ! Je baisse mes yeux sur sa cuire et finis d’un trait mon verre.

«  Alors, elle est là juste pour la frime où il y a un bijou qui s’accorde avec ? »

D’un petit signe de tête, je désigne sa veste. S’il a un moteur à me montrer, la soirée pourrait prendre une tournure nouvelle !


© Fiche by Mafdet / Image by Marciana



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 801
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Off Scene (PV Therence)   Dim 29 Mar - 15:45



Présentation
- Quelle est l’expression déjà ? Ah, oui.  « C’est un ours ». Quoique… « c’est un loup » serait plus exacte. Un loup?... je plisse les yeux avec doute. C'est pas anodin qu'il... Il grogne, mais si tu ne t’en prends pas à Stiles, il ne te mordra pas. Il est juste précautionneux. Il protège ceux qu’il aime.

Je sais. C'est ce que j'ai cerné du personnage ce soir là du moins. Mais donc il l'a présenté comme un loup, l'asiatique, c'est qu'il est forcément au courant pour...

- Non. Je tiens cette couleur de ma mère.
embraye t-il quand je palabre sur ses iris. C’est, avec la couleur de mes cheveux, tout ce que j’ai hérité d’elle physiquement. Les gens ont du mal à me croire quand je dis que je ne suis pas 100% japonais…

Je ne peux qu'approuver en continuant de le détailler, il a l'air d'être un pur produit du pays des manga. Même si la couleur naturelle me laisse un peu admiratif. Mais je ne suis pas sûr que ce type soit pour autant 100% naturel... enfin, manière de parler. Je tente le sous-entendu avec mes propres noiraudes plutôt que le harceler de questions louches. On verra bien s'il mord ou pas...

- Laisse-moi deviner : ils peuvent devenir aussi noir que les ténèbres lorsque tu es en colère et aussi pétillants que l’univers lorsque tu découvres une perle.
Heu!... Nop, cette technique a déjà été utilisée, désolé !

Ma lèvre semi-pendante se referme dans un sourire conquit. M*rde, malin le gars, et pas prêt de répondre à mes soupçons.

-J'aurais essayer!


Je perd rien à capituler. Puis il me fait sincèrement marrer. Mais ça n'empêche pas que je n'abandonne pas pour autant. Si je devais situer, je pencherais quand même sur l'idée que ce mec est bien un loup. Il connait le loubard, m'a gratifié d'une allusion sur lui... il élude pour les yeux. Non?...
Il m'observe, et à son sourire, je devine parfaitement ce qu'il se demande. Ma question c'est, est-ce que l'animal craint d'être franchement découvert, ou l'humain m'inspecte pour savoir à quel point je suis sérieux dans mes flatteries?...

-  Alors, elle est là juste pour la frime où il y a un bijou qui s’accorde avec?

l'intrigué pointe ma veste du nez, et fini sa boisson. Pour qui il me prend, un m'as-tu-vu? Un sourire arrogant rehausse ma lèvres, je l'imite, repose le verre vide, et je me lève en ne lui jetant qu'un regard pour l'inviter à me suivre dehors.

Elle m'attend sagement, aux côtés de d'autres véhicules qui me semblent bien insignifiants, quels qu'ils soient. Sombre et chromée, avec ses deux cylindres, elle en impose la Fat boy. Fat boy, je suis conscient du paradoxe, et alors? C'est une force féminine ma bécane. C'est ma petite fierté, celle qui donne au port de cette veste des airs d'indispensables armures et tout ce que ça comporte d'aventure et de danger.
Je la rejoins avec mon ami et me pose entre eux en les désignant successivement.

-Je te présente Harley Deuxième du Nom. Harley, voici...


Ah. Mince alors. Je ne connais pas le sien. Je réfléchis d'une grimace embêté.

-Monsieur la star!
décidè-je d'un ton exagérément cérémonieux.

J'espère que le nom lui plait. Je reluque la star des pieds à la tête. Frêle sans manquer de muscle, un gars pas ordinaire, je découvrirais bien le genre d'animal que cache ce minois pétillant de petit jap'. Je fais un mouvement du menton vers ma Harley quand la quiétude du parking est dérangé par l'arrivée d'une bande bien éméchée.

-Un petit tour?


© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Off Scene (PV Therence)   Mer 15 Avr - 0:43

Un petit tour



J’aime bien ce type. Il y a quelque chose qui m’attire chez lui. C’est étrange parce que malgré notre petit jeu depuis le début de la soirée, ça n’a pas grand-chose de sexuel. C’est plutôt comme…une complicité naturelle. Difficile à expliquer. Peut-être que ma solitude actuelle me fait ressentir une envie de me faire de nouveaux amis…

Je le lance sur sa veste et je ne suis pas déçu. Ce n’est donc pas un m’as-tu-vu. J’ai hâte de voir ce qu’accompagne cette veste. Il termine son verre et nous prenons le chemin de la sortie. Je m’arrête au vestiaire pour saluer l’homme qui s’en occupe et récupérer mes affaires. Il semble étonné de me voir partir si vite, mais un sourire se dessine sur ses lèvres quand il voit que je ne pars pas seul. Je souris et secoue la tête. Bah, je lui raconterai la prochaine fois !

Je suis le playboy jusqu’à sa meilleure amie. Harley deuxième du nom, hein ? Il me surnomme « Monsieur la star » ce qui me fait rire. Je m’apprêtais à lui livrer mon prénom mais je me retiens. Pour ce soir, « Monsieur la star » fera l’affaire. Il me détaille à nouveau et je souris puis il me propose de faire un tour. Je hausse les sourcils en souriant de plus belle puis je dévoile mes affaires : une veste et un casque.

«  Pourquoi pas une petite course ?

Je lui fais un signe de tête pour qu’il me suive. Je dois faire les présentations moi-aussi. La mienne est parkée au plus près de l’entrée des artistes. C’est une sportive, toute de noir vêtue. Un mélange des effets : principalement du mat et du brossé.

«  Je te présente Selina. J’ai adopté cette véritable féline dès que je l’ai vue ; Une grande histoire d’amour. Selina, voici…Playboy le Sage.

Un beau gosse qui m’a fait une leçon sur ma tendance à la fumette….cela lui va bien, non ? Je pose mon casque sur l’assise puis j’enfile ma veste. Un simple regard suffit pour que Playboy le Sage retourne vers Harley deuxième du nom, il faudra que je lui demande qui était l’aînée à l’occasion, et l’enfourche pour cette petite course.

J’enfile mon casque et je démarre. Je le rejoins. Le casque l’empêche de voir mes yeux mais je suis presque certain qu’il sait que je souris. Nous démarrons ce nouveau jeu. J’aime ce jeu. La route défile et la vitesse augmente. Ce jeu est grisant. Mais il est écourté par de jolies lumières bleues et rouges. Quel dommage, nous nous amusions tant. Je peux presque entendre le Playboy jurer. J’accélère, prenant mon compagnon de jeu par surprise, et je le dépasse d’une bonne longueur. Puis je m’arrête et je fais un demi-tour dans un dérapage. J’ouvre la visière et lorsqu’ils sont suffisamment proches, je laisse luire les yeux du kanima d’un intense violet. Je referme la visière et je relance la moto, fonçant sur la voiture qui nous poursuit. Un nouveau dérapage et je prends une rue perpendiculaire. Je tends l’oreille pour être certain que la voiture me suit moi et pas Playboy le Sage. Je sais que je pourrais aisément les semer et au pire, Ruby fera disparaître cette poursuite après m’avoir passé un savon ! Quant à ma petite révélation…soit il est déjà au courant et c’est un petit cadeau, soit non et il pensera avoir rêvé ! En tout cas, j’espère le revoir, histoire de mettre un nom sous cet alias, même si l’alias restera sans aucun doute, et surtout, j’aime bien cette complicité tacite qui s’est naturellement installée entre nous…enfin, on verra bien !

[HRP: fin du rp pour moi]

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therence Garnet

avatar

Humeur : Troublé
Messages : 801
Réputation : 136
Date d'inscription : 27/12/2014

MessageSujet: Re: Off Scene (PV Therence)   Sam 18 Avr - 2:04



Étoile filante
- Pourquoi pas une petite course ? me propose la star qui dévoile son attirail de moto.

J'incline la tête d'un mouvement agréablement surpris. Moi qui pensais jouer les galants et le kidnapper... enfin, le ramener chez lui pour la suite, il a déjà son propre moyen de transport. Je le suis, curieux de découvrir son bébé, et par extension, un peu plus sur lui.

- Je te présente Selina. J’ai adopté cette véritable féline dès que je l’ai vue ; Une grande histoire d’amour.


Joli modèle, les traits sont agressifs et souples à la fois, ça donne un genre qui colle plutôt bien avec le mystérieux gringalet. Mais je mime une mou faussement hésitant. Mouais... Une Davidson, ça grogne plus fort et ça a quand même plus de vigueur...

-Selina, voici… Playboy le Sage.


-"Le sage"?!


J'éclate franchement de rire. C'est mal me connaitre! Pourtant je sens que c'est pas anodin. Est-ce que l'asiat' serait plus déraisonnable que moi pour me coller tellement de bon sens?
Il me défis du regard en enfourchant son fauve, et je lui répond d'un sourire en coin en faisant de même. Ok, Selina Vs Harley, ça promet un rallye intéressant... Je serais tenter de lui demander ce que le gagnant recevra au terme de cette course... mais j'ai ma petite idée, et je ne suis pas sur qu'il y ai réellement un perdant au change.

C'est une lueur maligne dans les yeux que je baisse la visière et fait gronder la bête pour le devancer en trombe : c'est partie!
Y a pas à dire, elle rugit ma Harley! C'est une lionne, et sur sa panthère, aussi vif soit-il, il ne me surpasse pas. J'ai peut-être parlé trop vite, il est rapide et borné le bougre, mais je m'assure de maintenir ma prime position en gardant un œil sur lui dans le retro. Des lueurs caractéristiques apparaissent dans son dos, l'avertissement sonore qui va avec.
Ch*er!

On va pas se laisser emm*rder par des flics! Je ne ralentis pas, certain qu'il me suivra dans ma fuite et qu'il prendra même gout à jouer à la barbe des...

Salina vrombis avec assurance, et soudain l'étoile file à ma droite. Je le regarde passé, momentanément hébété par son accélération qu'il aurait sans doute joué comme un coup de maitre pour me battre à cette course si on était pas pistés, il s'échappe sur une bonne longueur. Je l'imagine presque disparaitre qu'il fait soudain volte face. Tout ce passe à la fois extrêmement vite et assez lentement pour vivre l'instant dans son intégralité : il ouvre sa visière, et ses yeux s'illuminent d'une intense couleur violacée. Je reste c*n et euphorique sous mon casque.

J'en était sur.

Je le rattrape, je suis presque à la hauteur du surnaturel, quand il referme son casque et s’élance droit sur moi pour me passer à côté. HEY! Mais mon cri n'est pas entendu. Je regarde par dessus mon épaule, toujours lancé à fond sur la route, et admire le ténébreux fuser juste sous le nez des flics qui s'élancent à sa poursuite entre deux résidences.

Wow, tout est allé trop vite! Est-ce que je le rejoins, ou est-ce que je continue sur ma lancée?!
Je freine subitement, me retourne en arrière.

Plus rien. Les flics on disparus, et avant eux le japonais.  

Je reste quelques secondes dans le brouillard, bercé par les ronrons mécaniques. Ce type, c'est bel et bien quelqu'un de pas commun...
J'éprouve à la fois une certaine excitation, un sentiment de victoire, de curiosité à avoir deviné juste, mais aussi une brève inquiétude sur le sort du jap' rehaussé d'amusement, de l'incompréhension sur une manière de m'impressionner, ou sinon d'avoir voulu m'épargner les problèmes, puis de la frustration à l'idée que la soirée s'arrête au beau milieu de cette route.

M*rde! Saleté de flics.
Mais je repart quand même avec le sourire. Cette rencontre me laisse un agréable sentiment.

Spoiler:
 

© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Off Scene (PV Therence)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA SCENE GORE DU MOIS
» SGU "Air" 1x01-02-03 [SPOILERS!]
» Est-ce que Haldir existe? O_o
» Yvon Zap-Zap remonte en scene pour defendre le mandat de Preval.
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Dans la ville :: Discothèque-
Sauter vers: