AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
13 novembre 2017

Les Admin


►►►◄◄◄br />
Cassian Norton


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
14 octobre 2017

Maxine Evans


►►►◄◄◄br />
Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Les femmes flics Feat Ruby Vopha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fiona Ferjones

avatar

Messages : 152
Réputation : 3
Date d'inscription : 05/03/2015

MessageSujet: Les femmes flics Feat Ruby Vopha   Mer 25 Mar - 12:08



Les femmes flics


Feat :  Ruby Volpha

A mon arrive la veille, j’avais tout de suite été mise dans le bain. Mon entrevue avec l’adjoint Jordan Parrish avait été riche d’échanges. Comme à chaque fois que je débarquais quelque part, les premiers instants étaient primordiaux. J’avais failli gâcher la confiance que Jordan Parrish semblait bien vouloir m’accorder de prime abord, par une attitude un peu offensive de ma part. Donc quand le planton à l’entrée du poste de police me dit que la deuxième adjointe souhaitait me voir, je me morigénai intérieurement pour ne pas paraitre trop cavalière. Les relations avec les femmes flics étaient parfois délicates, car souvent elles voyaient leurs hommes comme leurs enfants. Elles étaient souvent possessives jusque parfois la jalousie. J’espérais donc que cette Ruby Volpha n’était pas la matrone du poste de police.

Je dus attendre patiemment dans le couloir alors qu’elle était au téléphone. Le problème semblait grave : la couleur des murs d’une chambre. Je compris le pourquoi de tant d’émotion pour une simple couleur quand elle arriva face à moi et m’invita à entrer dans son bureau. Ruby Volpha était enceinte jusqu’au nez. Je ne pus m’empêcher d’écarquiller les yeux. Elle en était à son dixième mois de grossesse ou bien ?

- Des jumeaux, me dit-elle en posant sa main sur son ventre distendu.

Je lui demandai si c’était de vrais ou des faux jumeaux. Grossière erreur que de parler de sa grossesse à une femme enceinte… j’eus droit à un résumé assez complet de son état. Je compatissais, mais j’avais toujours un problème avec les jeunes mères. Cependant cette future maman était visiblement heureuse de son état. Le corollaire de tout ça, c’est que ça la classait dans la catégorie poids lourd inapte au terrain. Et si j’avais bien saisi ce que m’avait dit Jordan, il ne restait donc plus que le shérif en plus de lui pour couvrir une éventuelle opération musclée, puisque seuls les adjoints et le shérif étaient au courant.

Le bureau de Ruby Volpha était à l’image de celui de Jordan : encombré de dossier. Visiblement, elle avait récupéré une partie du travail administratif qui ne lui demandait pas de de courir après des malfrats.

- Beaucoup de travail, dis-je poliment avant de m’asseoir sur le siège qu’elle m’indiqua.

Pendant qu’elle fermait la porte, je pris le temps de la détailler. Si on l’imaginait sans son ventre de femme enceinte, C’était une belle femme. Elle avait un regard volontaire et presque… dominateur tout en semblant attentionné. Ma première impression était que cette femme en imposait. SI c’était nécessaire dans son travail pour se faire respecter, j’espérais que ça n’allait pas me compliquer la tâche. J’ai horreur de brandir mon insigne, mais je n’hésite pas à le faire quand je n’ai pas le temps d’enrober les choses. Bien, autant aller droit au but.

- Je suppose que votre collègue vous a donné la raison cachée de ma présence ?

L’adjointe hocha la tête en confirmation, mais je la sentais méfiante. Jordan avait parlé d’elle avec un grand respect, presque qu’autant que pour son supérieur, le shérif.  Je voulais bien que Jordan en bon gentleman respecte sa collègue plus ancienne dans le poste, mais d’après mes fiches et les renseignements que Jordan m’avait donnée sur lui-même, il était l’aîné de Ruby Volpha de quatre bonnes années. Je supposai donc que cela venait de la nature de leur dossier non-classés. Elle devait être bien plus au fait que lui des affaires touchant au surnaturel, d’où ce respect. Mais tout cela n’était que supputation de ma part.

D’ailleurs elle me coupa l’herbe sous les pieds en me questionnant la première. Elle semblait inquiète de mes méthodes pour clore un dossier. Jordan l’avait donc mise au parfum sur les méthodes, parfois expéditives, de l’unité 51.









La mort est un cadeau que nous offrent ceux qui partent.

Un cadeau exigeant, écrasant, mais un cadeau.

La possibilité de grandir, de comprendre, de s'ouvrir, d'apprendre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby Hale

avatar

Messages : 162
Réputation : 29
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Les femmes flics Feat Ruby Vopha   Mer 1 Avr - 18:40


Les informations des sens





L’arrivée de l’agent Ferjones au poste de police a crispé tous les agents. La présence de McCall n’a pas vraiment laisse une bonne impression, et encore, lui on pouvait le faire taire pour le bien de son fils s’il fouinait trop. Avec ce nouvel agent, nous devons rester sur nos gardes, ou peut-être que non finalement. Jordan Parrish a pu me glisser un mot sur cette femme. Un caractère fort et une solide expérience du combat mais surtout une bonne connaissance de ce qui est dissimulé au monde. Mieux encore, si j’ai bien compris les allusions de l’adjoint, Fiona Ferjones semble faire partie d’une unité qui agit dans l’ombre pour gérer vies et morts des surnaturels. J’ai moi-même œuvré dans une unité semblable mais j’étais au service de Lycaon et non du gouvernement. Il est donc tout naturel que je souhaite la rencontrer. Alors que je viens de demander à la voir, je reçois un cou de fil du fournisseur de peinture.

«  Non. Vous manquez de bon sens ou quoi. Une chambre entièrement en rouge c’est bien trop agressif. Mon but, c’est qu’il puisse dormir !
— …
« Oui, j’aime le rouge, c’est bien pour cela que je veux un clin d’œil à cette couleur. Une frise ou des autocollants. Il me faut donc une peinture qui s’accorde. Je ne veux pas que la chambre se transforme en coquelicot géant.

Je laisse échapper un grondement qui finit de convaincre le commercial qui fera désormais tout ce qu’il peut pour satisfaire à mes envies. Je me lève pour accueillir l’agent Ferjones. Je vois ses yeux s’agrandir et fixer mon ventre. Comme toutes les femmes, je n’ai pas pris que du ventre, mais je n’ai pris que peu ailleurs et de façon homogène. De plus, l’agent Ferjones me voit pour la première fois. E souris et confirme que j’attends des jumeaux.

«  Des faux jumeaux : un garçon et une fille. Je ne savais même pas qu’il y avait des jumeaux dans ma famille. Autant vous dire que c’était une surprise de taille. Je peux déjà sentir que ça ne va pas être de tout repose avec ces deux-là.

Elle note le tas de dossiers qui s’amoncèle, mine de rien, sur mon bureau.

«  Au grand damne de mon compagnon, je ne supporte pas de rester à rien faire. Mais comme vous pouvez le voir, je ne peux plus vraiment aller sur le terrain, à mon grand regret. Mes dernières excursions m’ont valu de véritables de sermons. Je me retrouve donc en charge de toute la paperasserie qui ralentit mes collègues. Non que cela m’enchante, mais au moins, je me sens utile, même s’il n’y a clairement rien de plus ennuyeux dans notre métier.

Je la laisse s’assoir le temps que je ferme la porte, en laissant le temps à Mafdet de se glisser dans le bureau, et que j’aille m’assoir à mon tour. Je peux sentir son regard sur moi en fait, je peux sentir énormément de choses, mais rien ne vient perturber mon expression neutre, juste marqué par le bonheur d’être bientôt mère.  Mes années au service de Lycoan m’ont appris à garder le contrôle de mes expressions. J’analyse les informations que mon odorat a récoltées. Comme prévu, l’agent est une femme forte. Mon odorat me suffit pour savoir qu’elle a du caractère et qu’elle côtoie le surnaturel depuis longtemps. Il y a aussi une flagrance de mystère. Et cette note de fond qui m’est familière. Je mets du temps à la reconnaître car elle se dissimule derrière la note de cœur et elle est vraiment inattendue. Je peine à croire en cette possibilité, mais en me concentrant sur cette odeur, je ne fais que confirmer ma première déduction. Mon cœur loupe un battement mais mon visage reste de marbre et une seule question me vient à l’esprit : Pourquoi est-elle vraiment là ? En effet, Parrish m’a parlé d’elle, me révélant à demi-mots ce qu’il s’est passé pendant cette rencontre. Une petite pointe de colère m’avait fait grogner lorsqu’il avait mentionné le tour fourbe qu’elle lui avait jouer. Même s’il est plus vieux que moi, être protectrice est dans mon caractère, dans ma nature d’alpha et dans mon rôle de mère. Je ne pourrais m’en défaire même si je le souhaitais.

Je m’assoie et, sans attendre, elle entre dans le vif du sujet. J’aime cela. Tourner autour du pot ne ferait que ralentir les choses et les rendre plus délicates. Même si certains sujets demandent plus de diplomatie. Je hoche la tête en signe de confirmation. Oui, je suis au courant de son implication dans le surnaturel. Jordan ne lui a pas révélé ma nature mais je sais que son simple comportement envers moi parfois en dit long. Les non-initiés l’ont même accusé de vouloir me séduire alors que je sais parfaitement qu’il respecte mon range et ce que je fais pour cacher l’existence des miens au monde et protéger le Sheriff de certaines affaires. C’est aussi pour cela que ne plus pouvoir prendre d’affaire m’agace. Je n’ai rien à prouver à personne. J’aime Beacon hills et ses habitants mais si on me retirait mon accréditation du fait de mon « incompétence à classer bon nombre de cas », je trouverais autre chose à faire. Après tout, ce n’est pas mon métier à l’origine. Pour le Sheriff, c’est différent. Ne pas pouvoir résoudre des affaires est préjudiciable. Sous couvert de ma nature, je demandais à être en charge des affaires suspectes mais je sais que le Sheriff n’est pas dupe. J’aurais tout aussi bien pu l’aider dans ces affaires sans avoir à les prendre à mon nom. Aujourd’hui, je ne peux qu’aider… De fait, l’arrivée de cet agent spécial, très spécial est autant une aubaine qu’une épine dans le pied. Sa présence me conforte, car elle va pouvoir épauler mes collègues, et me crispe en même temps, car je sens qu’il y a anguille sous roche. J’ai notamment des réserves à émettre sur ses méthodes.

— «  Sachez, Agent Ferjones, que je suis partisante e l’écoute et de l’ouverture d’esprit. Je ne cautionne pas les méthodes trop expéditives. Ne vous trompez pas, je ne suis pas idéaliste, ou utopiste, ou naïve, peu importe comment vous les appelez, je suis parfaitement consciente que certains cas nécessite un traitement…radical. Mais dans la mesure du possible, nous évitons ce genre de solution et je ne laisserais pas cela changer.

Je m’efforce d’être neutre et calme mais l’idée est là. Elle n’exterminera pas mon espèce impunément sans être certaine qu’elle n’a d’autres choix ou je pourrais bien me faire, moi aussi, moins clémente. Cette femme est puissante. Nul doute quant à la difficulté de mener une bataille contre elle, mais ce genre de détails ne fera pas vaciller mon avis ni mes valeurs. Qu’elle soit au courant ne lui octroie pas un permis de tuer à vue, pas en ma présence en tout cas.




© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fiona Ferjones

avatar

Messages : 152
Réputation : 3
Date d'inscription : 05/03/2015

MessageSujet: Re: Les femmes flics Feat Ruby Vopha   Ven 3 Avr - 21:21



Les femmes flics


Feat :  Ruby Volpha

L’adjointe me semble moins ouverte que Jordan. Elle reste méfiante et sur la defensive.

— «  Sachez, Agent Ferjones, que je suis partisante e l’écoute et de l’ouverture d’esprit. Je ne cautionne pas les méthodes trop expéditives. Ne vous trompez pas, je ne suis pas idéaliste, ou utopiste, ou naïve, peu importe comment vous les appelez, je suis parfaitement consciente que certains cas nécessite un traitement…radical. Mais dans la mesure du possible, nous évitons ce genre de solution et je ne laisserais pas cela changer.

- C’est aussi mon approche principale Miss… Mais il est important que vous compreniez que je sors mon arme de son étui que dans deux cas de figure. La meilleure est pour impressionner, dissuader… ou tester.

Je ne doutais pas que ma petite démonstration avec Jordan avait au moins transpirée dans ce bureau. Ruby m’observait attentivement. Sans en saisir la nature, je sentais une légère surprise dans son regard. Il était clair qu’elle me sondait. Le chat de Jordan s’installa sur le radiateur en nous tournant le dos.

- Dans le pire des cas, je n’hésite pas à appuyer sur la détente, même si j’ai un gosse de dix-sept ans devant moi.

Je regarde Ruby sans sourciller. Ce masque, j’ai tellement l’habitude de le porter qu’il devient comme une deuxième personnalité. Je suis quelqu’un de plutôt enjouée et joyeuse. Mais ceux qui arrivent à me faire rire maintenant sont rares. J’ai réduis mes contacts et amis au minimum. Réaction de protection, car je ne veux plus perdre quelqu’un.  L’adjointe tique. Je ne sais si cela est dû à sa grossesse, mais je ne la sens pas aussi ferme qu’elle le dit quant aux cas qui nécessitent une action radicale et sans hésitation. La bonté n’est pas un défaut, dans notre métier il peut devenir un handicap.

- Je sais bien Miss, que les agents du FBI sont toujours malvenus dans les postes de province. Mais j’ai un ordre de mission plutôt vaste et des directives plutôt claires. Mais comme je l’ai expliqué à Jordan, je préfère dans la mesure du possible que cela soit les équipes locales qui agissent et résolvent ces enquêtes difficiles. Je ne suis pas là pour plomber la carrière d’un de vos hommes, mais au contraire diminuer le nombre des affaires non classées tout en redorant le blason de votre équipe… J’appartiens à une unité quasiment fantôme. Les honneurs ne sont pas pour nous.

Ruby me donna des indications sur les meutes présentes, celles purement de passage. Elle me précisa aussi que Beacon Hills semblait attirer d’autres créatures et que la difficulté était de comprendre comment elles réagissaient. Mais je sentais tout de même un tas de non-dits qui me déroutaient.

- Et du côté des chasseurs ?

Je posai la question de manière ordinaire, mais mon cœur battait une cadence agressive. Ceux qui avaient osé ôter la vie d’un innocent étaient d’ici. Par deux fois, je m’étais trouvée sur le chemin de leurs balles perdues. La première fois m’avait coûté mon époux, la deuxième m’avait collé un badge du FBI dans les mains, et deux ans de formation inimaginable dans la traque des surnaturels… et de leurs chasseurs. Je me suis jurée de ne pas me servir de mes prérogatives professionnelles pour assouvir une vengeance personnelle. Mais je sais très bien que si je recroise certains visages… je sortirais mon arme et leurs collerais une balle dans la tête ou même en plein dos… et cela sans sommation.






La mort est un cadeau que nous offrent ceux qui partent.

Un cadeau exigeant, écrasant, mais un cadeau.

La possibilité de grandir, de comprendre, de s'ouvrir, d'apprendre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby Hale

avatar

Messages : 162
Réputation : 29
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Les femmes flics Feat Ruby Vopha   Mar 14 Avr - 22:07


Coopération





Mon poil se hérisse. Ce n’est sans doute pas voulu de sa part, mais l’entendre m’appeler « Miss » me crispe. Je suis sur la défensive avec cette femme et je n’arrive pas à me défaire de cette méfiance. Je suis plus jeune — enfin, si on ne compte pas mes années à Storybroke où le temps n’avait pas d’emprise sur moi— peut-être, mais elle le souligne en m’appelant ainsi, alors, je ne me gêne pas pour la reprendre.

«  Adjointe. »

Ma voix est tranchante. Qu’elle ne se trompe pas, je ne suis pas là pour lui mettre des bâtons dans les roues, mais je ne l’aiderais pas à tuer des jeunes loups sous prétexte qu’ils ont perdus le contrôle une fois. Je suis l’alpha d’une meute composée exclusivement de personnes ayant embrassé la part la plus sombre de leur être à un moment de leur vie. Nous sommes la preuve qu’une seconde chance peut être utilisée à bon escient. En fait, du moment qu’elle comprend qu’elle ne doit appuyer sur la gâchette qu’en dernier recourt, je lui assurerais mon soutien, mais pour le moment elle n’a pas ma confiance.

Elle m’explique qu’elle ne sort son arme que dans deux cas de figure. Je songe à ce que Jordan m’a confié, leur altercation. Je pose un regard qui en dit long sur l’agent Ferjones, elle me répond d’un regard semblable, me confirmant qu’elle est suffisamment avisée pour éviter de me tester comme elle a testé l’Adjoint Parrish. Se serait bien la seule raison qu’elle aurait de sortir son arme devant moi. Elle n’a aucune raison de me « dissuader » et semble bien consciente qu’une arme ne peut « m’impressionner ». Me tester serait risqué, surtout en ce moment. Mes instincts de femme enceinte pourraient me dépasser et me rendre plus agressive que je ne le suis habituellement.

Elle ajoute que dans le pire des cas, elle n’hésiterait pas à tirer, peu importe l’âge de la créature face à elle. Je serre les dents. J’ai du mal à concevoir qu’une simple humaine soit en mesure de juger à partir de quel point un môme de dix-sept ans, retourné par une morsure et l’influence de la lune, peut être considéré comme peine perdue. Même pour un être capable de sentir les intentions et les auras, juger de la mort d’un enfant est délicat. C’est l’une des raisons qui m’a poussé à abandonner mon titre de Capitaine. Lycaon pouvait avoir des directives…radicales.

Elle me resserre le discours concernant les agents du FBI mal reçus, puis une description de son unité et de son ordre de mission. Je soupire et décide de coopérer même si je n’ai toujours pas confiance. Je veux en savoir plus sur cette odeur surprenante et le meilleur moyen pour cela, c’est de me rapprocher, au moins professionnellement.

«  Il y a trois meutes établies à Beacon Hills. Chacune s’efforce, à sa façon, de garder l’existence du surnaturel secrète. Ils protègent du mieux qu’ils peuvent les citoyens de la ville. Ils sont d’une aide précieuse.

Je parle ensuite des meutes de passage et de l’étrange attraction que la ville semble exercer sur des créatures extraordinaires de toutes sortes. L’agent Ferjones me demande ensuite ce qu’il en est des chasseurs. Je peux entendre son cœur s’emballer. Ce comportement, bien que parfaitement dissimulé derrière son masque d’indifférence professionnelle, ne fait que soutenir ce que m’a soufflé mon odorat. Mais est-ce seulement possible ?

«  Comme ailleurs, j’imagine. Certains sont justes, d’autres sont à moitié fous. C’est ainsi au sein même de la famille la plus illustre. J’imagine que vous savez que les Argent se sont établis ici ? Jusqu’à il y a peu, il n’y avait que la branche principale. Aujourd’hui, les membres de cette famille résidents à Beacon Hills se font de plus en plus nombreux, mais cela n’est pas forcément un mal. Certains sont de notre côté. Leur nom de famille ne les définit pas. Dans cette ville, les camps se rejoignent. Il s’avère que certaines créatures sont des chasseurs et certains chasseurs supposés se révèlent être des créatures. S’il était si facile de distinguer les rangs et les natures, cela se saurait, n’est-ce pas ? Être « le fils de » n’a aucun sens ici. Vous le découvrirez très rapidement. Même les actions passées sont écartées. Nous considérons les êtres tels qu’ils sont aujourd’hui.

Miya, chasseur transformé en créature. Chad, créature qui découvre son héritage de chasseur. Mick et son terrible passé. Peter et sa folie passagère. Derek et son désir de puissance. Talia, Laura….Derek avait encore besoin de vous…et moi aussi. J’aurais bien besoin de conseils pour gérer deux bambins qui seront sans aucun doute sensibles à la pleine lune.

Je suis sur le point de demander à l’agent Ferjnes ce qu’elle a contre les chasseurs, mais seul son cœur l’a trahie, aussi cela me révèlerait comme n’étant pas humaine. Je me ravise, préférant garder cette information concernant ma nature, privée.

«  J’imagine que vous avez déjà commencé à regarder nos affaires en cours. L’une d’elle attire-t-elle votre attention ?





© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fiona Ferjones

avatar

Messages : 152
Réputation : 3
Date d'inscription : 05/03/2015

MessageSujet: Re: Les femmes flics Feat Ruby Vopha   Mar 21 Avr - 20:18



Les femmes flics


Feat : Ruby Volpha  

— «  Adjointe. »

Le ton de Ruby Volpha ne me laisse aucun doute sur le fait qu’elle n’ait pas apprécié que je l’appelle « Miss ». Elle me rappelle son grade comme un général des armées devant un subordonné. Cette femme a l’habitude de commander et… d’être obéi. Soit, je vais lui donner du « Adjointe » si c’est ce que veut l’écarlate. Par contre je reste franche sur ma vision des choses, ou plutôt celle de l’unité 51. « L’adjointe » a une vision civile de notre job, alors que mon unité s’apparente plutôt à une entité militaire. Cependant, elle poursuit et me donne de précieuses informations en termes plutôt précis et professionnels.

—  Il y a trois meutes établies à Beacon Hills. Chacune s’efforce, à sa façon, de garder l’existence du surnaturel secrète. Ils protègent du mieux qu’ils peuvent les citoyens de la ville. Ils sont d’une aide précieuse.

Comme noté dans mes rapports, elle me confirme le passage d’autres meutes attirées comme un aimant par un pôle magnétique. Je ne laisse rien paraitre quand elle évoque le nom honni de cette famille de chasseur, alors que je bouillonne de rage.

—  Certains sont justes, d’autres sont à moitié fous. C’est ainsi au sein même de la famille la plus illustre. J’imagine que vous savez que les Argent se sont établis ici ? Jusqu’à il y a peu, il n’y avait que la branche principale.

En effet, comment pourrais-je l’ignoré. J’en sais bien plus sur cette famille de traqueurs que mes propres dossiers officiels. Je suis toutefois étonnée par la suite de son discours. D’autres Argent ? Et qui ne seraient pas forcément un mal ? Stupéfiante nouvelle.

— Aujourd’hui, les membres de cette famille résidents à Beacon Hills se font de plus en plus nombreux, mais cela n’est pas forcément un mal. Certains sont de notre côté. Leur nom de famille ne les définit pas. Dans cette ville, les camps se rejoignent. Il s’avère que certaines créatures sont des chasseurs et certains chasseurs supposés se révèlent être des créatures. S’il était si facile de distinguer les rangs et les natures, cela se saurait, n’est-ce pas ? Être « le fils de » n’a aucun sens ici. Vous le découvrirez très rapidement. Même les actions passées sont écartées. Nous considérons les êtres tels qu’ils sont aujourd’hui.

Ses propos me dérangent, ou du moins l’ordre établi que j’ai de la structure interne de cette famille. Tous ceux qui ont subit l'éducation de la famille se conforment à une ligne de conduite, c’est dans leur sang et les exceptions sont tout simplement éliminées. Chasseur-créature, créature-chasseur… Je dois en apprendre plus… comprendre… Quelque chose me perturbe et me gêne. Je n’arrive pas à cibler quoi, mais l’adjointe Ruby Vopha sait quelque chose. Je ne lui ferai pas l’affront de la pensée manœuvrable. Je vais devoir me débrouiller par moi-même pour savoir ce qu’elle me cache.

— J’imagine que vous avez déjà commencé à regarder nos affaires en cours. L’une d’elle attire-t-elle votre attention ?

— En effet, avec Jordan nous sommes sur l’affaire de la jeune femme retrouvée morte sur un chemin forestier. Son cadavre porte des traces caractéristiques de loup. Nous avons trouvé un symbole de vengeance, la marque en spirale est fraiche, tracée par un gaucher. On ne sait pas si cela engage une meute ou juste quelques individus

Je ne savais alors pas que Jordan aurait la solution de cette énigme grâce à l’agaçante féline... L’adjointe me pria encore une fois de bien réfléchir avant de sortir mon arme et de tirer. Hélas le lendemain même, j’allais abrégé la vie de deux loups et d’un être humain… Légitime défense.

Je notai mentalement de faire des recherches sur les états de service de cette femme. Elle me cachait quelque chose. Elle avait réagi à ma présence alors que je ne la connaissais pas. Et son autorité naturelle, cette affection pour la couleur rouge…

– C’est tout Miss ? Euh pardon, Adjointe.

Le lapsus était volontaire, mon cœur me trahissait. Je tendais une ficelle sur son chemin, allait-elle se prendre les pieds dedans, s’y engouffrer ? J’avais confondu beaucoup de surnaturel en mentant sciemment.






La mort est un cadeau que nous offrent ceux qui partent.

Un cadeau exigeant, écrasant, mais un cadeau.

La possibilité de grandir, de comprendre, de s'ouvrir, d'apprendre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby Hale

avatar

Messages : 162
Réputation : 29
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Les femmes flics Feat Ruby Vopha   Mer 29 Avr - 16:28


Méfiances



L’entrevue se poursuit sans que ma méfiance ne vacille. Trop de mystères entourent cet agent et cette ville est déjà passée pas de trop nombreux évènements pour que je me permette de manquer de vigilance. Je décide néanmoins de partager avec elle quelques informations quant à la population surnaturelle de Beacon Hills. Je la sens réticente lorsque je parle des chasseurs…des Argents qui pourraient être de notre côté, du côté de l’équilibre.

Je la questionne sur les affaires qui pourraient l’intéresser et elle me parle d’une affaire sur laquelle elle s’est penchée avec Parish. Une histoire de vengeance comme cette ville semble en regorger. Je lis le dossier, en allant sur place je pourrais sentir s’il s’agit d’une meute que nous avons croisée. C’est un accord tacite mais lorsqu’une meute passe par une ville et y reste quelques jours, elle vient présenter ses respects à l’un des alphas qui a établi sa vie dans ladite ville. Scott, Cahir et moi nous tenons au courant des différentes arrivées pour protéger au mieux la ville. Parrish et l’Agent semblent avoir pris les choses en main, mais je garderais un œil sur cette affaire dans le cas où ces loups, s’ils en sont, et s’ils sont plusieurs, se mettraient en tête de faire d’autres victimes.


– C’est tout Miss ? Euh pardon, Adjointe.

Elle veut me tester. Elle possède un esprit affuté, mais je suis bien entraînée et j’ai quelques petites choses à confirmer avant de livrer mes pensées à cette humaine. J’affiche un certain agacement à semi-masqué puis je hoche la tête. Je ne pense pas que cette entrevue fera sortir quoique ce soit d’autre. Nous sommes toutes les deux sur nos gardes. Elle va sans aucun doute faire des recherches sur moi, sinon elle ne serait pas un bon agent, et je dois m’entretenir avec quelqu’un pour confirmer mes soupçons.

— «  De mon côté, les choses sont claires. De toute manière vous restez dans le coin un moment, je me trompe ? Si j’ai d’autres questions, je viendrais vous voir.
Je me lève, décidée et j’accompagne l’agent jusqu’à ouvrir la porte. La suite de ma journée promet d’être agité. Cette femme…je dois comprendre pourquoi…comment….

«  Je compte sur l’adjoint Parrish et vous pour résoudre cette sinistre affaire. Bonne journée Agent Ferjones.

HRP:
 



© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fiona Ferjones

avatar

Messages : 152
Réputation : 3
Date d'inscription : 05/03/2015

MessageSujet: Re: Les femmes flics Feat Ruby Vopha   Sam 2 Mai - 20:34



Non dits


Feat :  Ruby Volpha

Les non-dits sont légions dans cette entrevue avec la deuxième adjointe. Elle ne mord pas à l’hameçon, ou du moins son air agacé n’est pas une preuve en soit. Mais, je n’en démords pas, cette femme sait quelque chose en relation avec moi. Beacon Hills est le fief de la famille Argent. Cependant, je ne vois pas comment elle pourrait avoir certaines informations…

— «  De mon côté, les choses sont claires. De toute manière vous restez dans le coin un moment, je me trompe ? Si j’ai d’autres questions, je viendrais vous voir.

— En effet, je crois que Beacon Hills est une mine concernant les affaires surnaturelles. Puis tant que vos affaires non-classées, ne rejoignent pas le seuil national, ma présence ici se justifie pleinement.

La Scarlette se lève avec humeur. Cette femme a beau arboré un ventre monstrueux de femme enceinte, je dois reconnaitre qu’elle en impose. Elle a cette autorité naturelle qui fait que l’on hésite à l’interrompre ou la contredire. Alors qu’elle me raccompagne jusqu’à la porte, je prends mon temps, montrant que je ne cède pas au rapport de force. Toi ma belle tu me caches quelque chose et je vais le découvrir.

— «  Je compte sur l’adjoint Parrish et vous pour résoudre cette sinistre affaire. Bonne journée Agent Ferjones.

— Cela sera fait au mieux des intérêts de chacun, Adjointe.

Elle s’efface pour me laisser passer. Je fais un signe à Jordan. Le chat qui avait collé le radiateur tout le long de l’entretient, me file entre les jambes pour changer de bureau et troquer la fonte d’un radiateur pour le confort des genoux de Jordan. Je souris face à ce tableau. Le plus étonnant est que le premier adjoint ne perd même pas en crédibilité avec son pot de colle lové contre lui. Je rejoins mon bureau et envoie une demande de renseignement sur la tête de Ruby Volpha, deuxième ajointe du bureau de police de Beacon Hills. J’indique un critère d’urgence de deux.

Le moment est calme, mais le répit sera bref. De terribles événements allaient dévoilé la nature de Jordan et celle du chat de la maison. Je ne pouvais alors deviner que tout allait s’enchainer comme une histoire déjà écrite. Mais quoi qu’il se passe, j’avancerai. J’ai reculé une fois... je me suis terrée dans un trou sombre comme un rat, mais ce temps est terminé. J’ai pardonné à mon amour de s’être sacrifié, mais… mais eux… Jamais !

Besoin de changer les belles paroles en de belles actions
Besoin de tourner les paraboles de nos cœurs vers la réflexion
Besoin de…
Prendre de la hauteur, entrer dans les auteurs
Besoin de m'libérer de la peur
D'écrire le livre pas d'être l'acteur
Je n'ai plus peur ! Peur, peur, peur...


HRP:
 






La mort est un cadeau que nous offrent ceux qui partent.

Un cadeau exigeant, écrasant, mais un cadeau.

La possibilité de grandir, de comprendre, de s'ouvrir, d'apprendre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les femmes flics Feat Ruby Vopha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les femmes flics Feat Ruby Vopha
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Les femmes noires au pouvoir ...
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Proverbe du Jour: Les hommes ont 4 poches, les femmes n'ont 1 poche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Poste de police-
Sauter vers: