AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1334
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 16:55

Premiers pas

Je m’appelle Mickaël Wayne. J’arrive aujourd’hui à Beacon Hills. Mes recherches m’ont mené ici. Et pour la première fois depuis longtemps, j’ai la sensation d’être sur une piste sérieuse. Des rumeurs circulent sur cette ville. Des rumeurs qui sont sans doute intimement liée à mon histoire. Cette lettre que j’ai reçue a été postée ici. Je ne sais pas qui me l’a envoyé et je compte aussi découvrir quel est cet allié anonyme.
Je traverse l’avenue principale et comme toujours lorsqu’un inconnu débarque quelque part, tout le monde me dévisage. Je sens les anciens, assis au café, se demander si je suis une racaille ou un honnête citoyen. Et les jeunes qui se demandent pourquoi j’envahis leur territoire. Je ne m’attarde pas et rejoins la vieille dame qui me loue son appartement. Celui-ci est situé en plein centre-ville. Comme je le voulais. La propriétaire me salue et je lui adresse un sourire sincère.
Un taxi attend devant la porte. Elle me remet les clés et s’installe à l’arrière de la voiture. J’avais payé plusieurs mois d’avance. Et elle n’avait pas posé de questions. Ça aussi, ça m’arrange. Le taxi s’éloigne quand je monte les deux étages pour rejoindre l’appartement.
La décoration est loin d’être à mon goût mais je remédierai à ça très vite. J’ai besoin de me sentir chez moi. Partout où je vais. Mais pour ça il me fallait mes affaires. Et justement je sens mon portable vibrer dans ma poche. Le transporteur m’attend dans la rue. La porte donnant sur l’extérieur grince à nouveau et je sors sur le trottoir. Je sers la main de l’homme à qui j’avais confié mes affaires. J’ouvre le coffre moi-même et en sors un grand sac de sport. Tout ce que j’attendais se trouver à l’intérieur. Pas plus d’un sac. Comme toujours. Sur le trottoir d’en face, un mec me regarde. Je vois d’ici qu’il se pose des questions. Je ne fais pas attention à lui et remonte dans l’appartement. Il commence à faire froid.
Je regarde par la fenêtre la ville s’animer pour la nuit. Un groupe de jeunes semblent s’amuser devant un bar. J’irai à leur rencontre demain. Après tout, je dois me faire des amis. Et surtout, commencer à mener à bien ma mission.
Je m’appelle Mickaël Wayne. J’arrive aujourd’hui à Beacon Hills. Et je compte bien mettre un grand coup de pied dans cette fourmilière.

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 16:56

Mes amis ? Mes amours ?
> Mes emmerdes ! <


Je rentrais de la fac d’archi et avais décidé de faire un détour pour aller voir un bâtiment dont nous avait parlé un de nos professeurs. Il voulait que l’on observe une avancée de toit particulière. J’avançais donc les mains dans les poches, avec mon tube à plan dans le dos. Il dépassait de mon épaule gauche comme un bazooka. A l’intérieur, j’avais des ébauches de plans que j’avais faits le lendemain de ma première rencontre avec Miyavi. Je lui avais fait les plans de sa future maison et n’avais pas pu m’empêcher d’y bosser sans qu’on ait parlé du style qu’il voulait, ni défini quoi que ce soit. J’aurais surement tout à recommencer, mais c’était comme si ma palette graphique m’avait obligée de dessiner pour le jeune musicien.

C’est plus fort que moi, j’associe toujours une personne à un type de maison ou d’appartement. Le style atypique de Miya, donnait une maison à son image. Mélange de 民家, la Minka traditionnelle japonaise pour l’extérieur et d’un loft avec un noyau béton pour l’intérieur. Perdu dans mes pensées, j’arrivais à l’adresse indiquée.

Un taxi attendait en bas de l’immeuble. Je levais le nez pour regarder cette fameuse avancée de toit. En effet, les poutrelles métalliques avaient été positionnées de manière à donner un air de bastingages. Des fenêtres circulaires, vraisemblablement celles de toilettes ou de salle de bain, donnait un air de paquebot à cet immeuble. En face, une dame monta dans le taxi après avoir serré la main à un type. Je me désintéressais de la scène, pour me replonger sur cette façade d’immeuble. Me disant qu’ils auraient pu accentuer l’effet bateau en jouant sur des contrastes de peinture.

Un camion de l’UPS s’arrêta devant l’immeuble. J’ai toujours aimé le design de ces camions noir et or. Original et sobre. Tout ce que j’aime. Le chauffeur semblait chercher son client au téléphone. Au troisième étage, un habitant avait planté plein de moulins à vent sur son balcon. Cela faisait joli, donnant une ambiance de vacances qui sied au style du bâtiment. Le type de tout à l’heure redescend et chose incongrue, ouvre lui-même l’arrière du camion. Depuis quand se sert-on soi-même dans le camion d’un livreur ? J’ai dû trop fixer le gars, car il me regarde soudainement. Quinze minutes que je matte cette façade d’immeuble, je dois sembler louche. Le gars se retourne et remonte dans l’immeuble avec le sac qu’il a récupéré.

Après un ultime regard de l’ensemble, je vais pour partir, quand un détail au rez-de-chaussée m’attire, je m’approche. Deux moulures de béton, de part et d’autre de l’entrée. Elles sont mal faites, et sont censées représenter des quilles d’amarrage. J’étais en train de me dire que ce « bateau » était échoué bien loin de la mer quand une enveloppe sur le sol attira mon attention. Je m’approchais. Elle n’y était pas, y a deux minutes. Je suis observateur et j’étais suffisamment attentif à cet immeuble pour en être certain. Cela devait être à ce type. Je me penchais, pris la lettre et entrais dans l’immeuble.

Une fois dans le hall d’entrée, à l’abri des regards, je reniflais l’enveloppe, mémorisant l’odeur du type. Une fois fait, je fis pareil avec les boites aux lettres, pour trouver la sienne. Mais rien, soit ce gars n’habitait pas là et était venu voir une connaissance, soit il venait d’emménager. Dilemme, laisser cette enveloppe sur le sol et elle pouvait être prise par quelqu’un sans scrupule. C’était peut-être quelque chose d’important. Il n’y avait pas de nom, pour ça que je m’étais servi de mon odorat de loup. Bon j’avais l’air d’un débile avec mon enveloppe et ne pouvais me résoudre à l’abandonner à son sort.

Je pouvais suivre l’odeur du gars et le trouver. Mais plusieurs choses me freinaient. Déjà cette odeur, indéfinissable, comme quelque chose de familier mais je ne devinais pas quoi. Puis enfin, comment expliquer comment je l’avais trouvé dans tous ces apparentements ? Grr ! Pourquoi j’ai ramassé cette foutue enveloppe. Chad t’es le roi pour te coller dans les emmerdes ! Bon aller, je savais très bien que jamais je n’abandonnerai ce truc qui était peut-être juste de la pub. Je montais au premier étage, le nez en l’air. Pas cet étage. Le deuxième fut le bon. Je n’aurais pas eu à chercher longtemps. Porte de droite. Je me concentrais et écoutais ce qui se passait derrière la porte. Le type ne bougait pas. J’entendais les battements de son cœur. Rythme calme. Je ne sais pas encore ce que j’allais inventer, s’il me posait la question. Au pire je lui sortirais un sourire niai… ou charmeur si je sentais le potentiel de… Non Miya va me maudire si je pense ainsi… Putain pourquoi j’ai ramassé cette foutue enveloppe !?

Mon doigt écrase la sonnette, ma raison hurle ! Pourquoi je n’ai pas glissé ce foutu papier sous la porte ! Trop tard… Mais quel boulet ! J’entends le type, il est déjà derrière la porte… Rapide le bougre. Plus question de fuir en courant comme un gosse. La porte s’ouvre. Regard méfiant de l’habitant, gloups.

Déformation professionnelle oblige, mon regard a déjà glissé dans son dos, analysé l’intérieur de l’appartement. C’est laid et très moche. Il aurait besoin d’un architecte lui. Je vois déjà des murs gris clairs au lieu de ce jaune pisseux, des… Heu merde, je m’égare, le type me fixe toujours. Comme un automate, je tends l’enveloppe.

« - Je crois que vous avez égaré ceci. »

Vite qu’il reprenne son bien et que je me casse de là ! Ma partie lupine veut fuir la queue entre les jambes, mon côté architecte lui imagine déjà un intérieur, rien qu’en regardant la tête et l’allure de ce type. Je ne suis pas normal ! Je veux disparaitre dans un trou de souris ! Maman pourquoi tu m’as fait si con !

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1334
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 16:57

Méfiance...

Je ferme les rideaux pour éviter aux voisins d’en face d’assouvir leur curiosité malsaine en observant l’intérieur de l’appartement. J’avais posé le sac de sport sur le lit. Il faut que je sorte quelques affaires mais ma journée de demain sera consacrée à un aménagement plus efficace. Mon arrivée devait être discrète malgré tout. La journée touchait à sa fin et le voyage depuis la Floride m’avait épuisé, il fallait le reconnaître. Poussant le sac sur le côté, je me laisse tomber sur le lit. Les bras derrière la tête, je n’ai rien d’autre à observer que le plafond vétuste de l’appartement. Mais je suis toujours alerte. Sans vraiment tendre l’oreille, j’entends le palier grincer. Quelqu’un était monté. Je ne bouge pas. Jusqu’à ce que la personne sonne au moment où je m’apprêtais à me lever. Je suis déjà derrière la porte. Je jette un coup d’œil furtif à la fenêtre, aux éventuels objets qui pourraient me gêner ou m’être utiles.
J’actionne la poignée.
C’est le gars que j’ai aperçu dans la rue. Je suis à peine remonté qu’il est déjà devant l’appartement. Il a dû entrer sur mes talons. Une explication qui me parait tout de suite louche. Il semble hésitant, ce qui fait taire légèrement ma suspicion à son égard. Mais je ne me fis jamais aux apparences. Il me tend quelque chose.
« - Je crois que vous avez égaré ceci. »
Je reconnais une enveloppe sans vraiment savoir si elle m’appartient. Le mec semble regardait par-dessus mon épaule et fronce les sourcils en découvrant l’appartement. Mais qu’est-ce qu’il fou ? Je ne sais pas qui c’est mais s’il a ouvert le courrier il en sait déjà plus que moi. Je lui demande d’entrer pour l’empêcher de repartir si vite ou je coupe court au dialogue ? Ma réflexion n’a duré que quelques secondes. Suffisamment pour qu’il paraisse gêné. J’affiche un autre masque et lui sors un grand sourire.
« - Merci. Ça a dû tomber quand j’ai récupéré mes affaires. »
Il fixe à nouveau son attention sur moi. Parfait. Je peux le regarder dans les yeux.
« - Je te proposerais bien de rentrer mais je viens d’arriver alors… »
« - Je comprends. Je passais par là…je vais y aller »
Il esquisse un geste de la main et repart comme il est arrivé. Lorsque je referme la porte, j’ai cette sensation reconnaissable entre mille. C’est un loup. Sympathique, mais ça ne fait aucun doute. Une chance que cette enveloppe soit tombée. Elle ne contenait rien d’autre que le bon de livraison. Il aurait pu connaitre mon nom s’il l’avait ouverte.
Il faut que je retrouve ce mec. Ça ne sera pas difficile, il portait un tube à plans dans le dos. Ça aurait pu être autre chose mais les coups d’œil qu’il a jeté à l’intérieur montrent son intérêt pour la décoration. Ou du moins l’architecture. Je ne doute pas que le bâtiment l’ait d’ailleurs attiré ici. C’est aussi pour son coté original que j’ai choisi cet endroit. Demain, je lui mettrais la main dessus. Il me suffira de prétexter vouloir redonner vie à ce vieil appartement pour l’amadouer. De toute façon, il faut que je m’intègre parmi les gens de mon âge. Faire profil bas pendant un temps. Du moins, je dois paraitre inoffensif.
Je m’allonge à nouveau sur le lit pour analyser encore la situation. Je grave le visage de l’inconnu dans ma mémoire. Parmi beaucoup d’autres détails qui jalonnent mon périple. Je n’oublie rien. Comme souvent, je porte inconsciemment ma main sur le médaillon autour de mon cou. Surtout pas vous.
Les rumeurs disaient donc vrai. Il y a bien des loups-garou à Beacon Hills. Il me tarde qu’une nouvelle journée commence.

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 16:57

Young and beautiful

Je fuis ! Le regard de ce type !! J’ai eu l’impression qu’il pouvait deviner mon numéro de sécurité sociale rien qu’en me regardant dans les yeux. Il me confirme une de mes hypothèses à savoir pourquoi son odeur était sur aucune des boites aux lettres : Il vient d’arriver. Je bafouille deux trois mots et repart vers la cage d’escalier. Quand j’amorce la première marche, j’ai une certitude. Ce type a deviné que j’étais un loup. Merde, j’ai le don pour trouver les emmerdeurs. Car il ne peut être que ça. Ce type emménage et la seule chose qu’il se fait livrer est un sac de sport. Au moins, il ne doit pas être ennuyé par des tonnes de machine et de repassage. Pourtant, il ne sentait pas mauvais. Etrange. Soit l’appartement est à refaire, cela serait idiot de le meubler et de l’encombrer avant. Mais enfin, j’avais eu les mêmes soucis avec mon propre appart. Mais j’avais plus qu’un sac… Ok je suis mannequin aussi. Mais loin d’être une fashion victime, je ne tourne pourtant pas avec deux jeans !

En descendant, je humais encore son odeur. Reflexe de loup. Ce type est suspect. Le fait que je sois un lycan, n’est pas écrit sur mon front ! Mais mon loup savait qu’il avait été repéré. De plus l’odeur de se gars était indéfinissable. Cela me turlupina durant tout le chemin pour rentrer chez moi. Alors quand je vis ma palette graphique et mon écran XXL qui me tendaient leurs digits, je m’y engouffrais. Le dessin avait toujours été mon refuge. Un moyen de communication comme avec Alexis ce chasseur. Il m’avait quand même pointé une arme sur la poitrine ! Mais pas assez motivé pour appuyer sur la détente avant que je lui plie son jouet en deux. Cette histoire s’était réglée devant ma chère palette. Je revois encore le chasseur dessiner dessus avec mon aide. Dessiner son mal être. Je l’avais tellement mis en confiance qu’on avait même dormi ensemble. Chastement, il était si amoureux de sa druide et c’était carrément pas mon type ! Puis un loup et un chasseur… Hum, Miya est un chasseur aussi, par pas choix, mais chasseur quand même et doublé d’un kanima !Gna ! Je suis taré ! Bref, ce jour-là Alexis avait utilisé ma présence pour se ressaisir et aller mieux. Entre lui et Miya, j’ai vraiment l’impression d’attirer tous les types torturés. Mais ma présence apaise sans que je fasse quoique ce soit pour.

En réfléchissant cela allait crescendo. Peut-être que le type à l’enveloppe, de son nouveau nom, était un loup-druide-chasseur-kanima ! Les kanimas ne sont pas détectables sous leur apparence humaine… Grr je devais me sortir ce gars de la tête. Je ne le reverrais pas de toute façon. J’allumais l’ordi. Et toute mon installation hight-tech s’initialisa. Ma play list du moment ce mit à sortir des enceintes. J’avais dix mails de Miya, pour me dire je t’aime très beaucoup avec un mot par mail ! Penser à lui faire un shampooing pour abus de mail ! Je sais qu’il a horreur que je le décoiffe. Il passe toujours trois plombes à se coiffer, maquiller, etc. Une vraie fille ce gars-là !

Mes doigts volaient sur la palette, je reproduisais l’immeuble de tout à l’heure. Quand j’eus fini, je mis en pratique le coloris de la façade que j’avais imaginé. En jouant sur un camaïeu de gris bleutés, on pouvait créer du relief et l’illusion d’un paquebot devenait plus réelle. Déjà je ne pensais à plus rien. Qu’aux lignes épurées, à ce bateau échoué si loin de l’eau. J’ouvrais de nouveau le dossier de Miya. J’avais hâte de lui montrer la maison que je lui avais imaginée. D’un style radicalement japonais en extérieur, un intérieur moderne, avec un sous-sol où il pourrait jouer sa musique sans ameuter tout le voisinage. J’étais de plus en plus certain qu’il aimerait. Cela lui correspondait si bien. J’ajoutais des détails. Miya aimait la juxtaposition, le sur-ajout. Tout mon contraire… comme ce type d’ailleurs.

Pourquoi je repensais à ça ? Et merde, je dessinais un mur, collais des teintes, un gris perle mat, une ligne vertical chocolat en faux pilier. Des trais nets, des couleurs sobres. Pour le sol, je voyais du parquet flottant, imitation bois de sipo, sombre, nervuré. Cela serait toujours mieux que ce jaune lavasse. Rageusement, je virais ce fichier dans un dossier fourretout sans l’écraser. Si je me mets à imaginer des habitats pour tous les gens que je croise… ce n’est pas Miya et ses quinze mails minutes qui vont saturer mon disque dur mais bien moi !

Impossible de me concentrer ce soir ! Même ma chère palette n’arrive pas à me faire m’évader au pays des immeubles audacieux. Je me mis à la cuisine. J’avais un restant de riz, des petits pois. Il mange quoi le type au sac de sport ? Sérieux ! Pourquoi il ne me sort pas de la tête ? Cela devient gavant là ! Je mangeais rapidement puis aller me changer les idées sous la douche. Je pensais à ce que je devais faire le lendemain. Quatre heures de CAO le matin et trois l’après-midi. Le pied ! J’allais avoir les yeux explosés, mais c’est la matière que je préférais.

Je me collais au lit vers 22h, en fait j’étais mort de fatigue. Et dormis comme une masse jusqu’au réveil. Il me fallut une bonne douche pour sortir du brouillard. Puis partit en retard, une tartine dans la bouche. J’habitais à dix minutes à pied du campus. Je fis le trajet au pas de course, pour arriver essoufflé aux portes de la classe. Le prof avait écrit au tableau le projet sur lequel on devait bosser. Donnant les liens pour les fiches techniques à respecter. Je me mis au travail, c’est mon voisin de table qui me secoua pour me faire remarquer que c’était midi. On avait une heure de pause, puis on renquillait pour trois heures de DAO. La belle vie quoi !

Ce foutu self était toujours bondé à cette heure. Jamais je n’aurais le temps. Je décidais donc d’aller m’acheter un sandwich à la petite boutique qui avait ouvert face au campus. Le gars devait se faire des couilles en or avec les étudiants comme moi, pressé, affamé et à l’aise financièrement. Je m’installais dans la pelouse pour déguster mon superbe repas diététique fait de pain, de frites et de viande… Pour cela que je me donnais la peine de cuisiner le soir !

Je matais un pigeon qui faisait de l’œil à mon pain. Avec la paille je lui envoyais une giclée de coca. Pile sur la tête. Il s’éloigna pas content. Cela me fit rire.
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1334
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 16:58

Loup, qui es-tu ?

C’est un bruit à l’extérieur qui me tire du sommeil. Une porte qui claque. Puis le véhicule qui repart. J’enfile le survêt que j’ai sorti de mon sac et reste torse nu. Les étirements habituels, quelques tractions et exercices physiques. Le soleil peine à se lever mais il est relativement tôt. J’enfile un t-shirt à la hâte et des baskets. Je prends mon téléphone et met de la musique sur mes oreilles. Il fait froid sur le palier alors je n’ose imaginer à l’extérieur. Je descends les marches en petites foulées histoire de m’échauffer encore. La rue est déserte et le ciel dégagé promet une belle journée d’automne. Je sais qu’en coupant par une ruelle, je peux m’éloigner du centre-ville et rejoindre le bois qui borde la ville. Idéal pour courir de bon matin. Je ne connais pas encore Beacon Hills pourtant je trouve le parcours parfait. Un peu de brume drape le haut des sapins. De ma playlist début une de mes chansons préférées du moment. Les paroles résonnent en moi…

When the days are cold
And the cards all fold
And the saints we see
Are all made of gold


Je saute un petit ruisseau et accélère le rythme. Pas question de perdre en capacités physiques. Pas sur un territoire inconnu. J’énumère ce que je dois faire aujourd’hui. Commencer par quelques achats, commander ce dont j’ai besoin. Et retrouver ce gars. Je sais déjà où chercher mais je ne dois pas me faire remarquer. Par lui du moins. Hors de question qu’il se sente suivi. Ou traqué. Pauvre loup.
Sous le couvert des arbres et malgré la musique qui permet à mon esprit de s’évader, je ne manque pas de remarquer une forme sombre un peu plus loin. Ni une, ni deux, je fonce à sa découverte.
Un manoir. Vétuste. Et seul au milieu du bois. Étrange. Mais ça n’est pas ça qui m’interpelle le plus. En l’observant mon instinct m’exhorte de ne pas m’en approcher. Je tourne le regard en me promettant silencieusement de revenir.
Sur le retour, je choisis un autre chemin et découvre comme la nature peut être belle en Californie. Les arbres sont parés de couleurs enchanteresses. Un souvenir remonte dans ma mémoire. Mais je le chasse. J’arrive bientôt aux marches taillées dans la roche qui descendent dans une ruelle, près du centre-ville. Je marche plus lentement en rejoignant mon appartement. La rue est plus animée qu’à mon départ.
J’entre, monte encore en petite foulée et file directement à la salle de bain. Je suis dans la douche et je laisse l’eau chaude couler sur moi. Je me rends compte que je n’ai rien mangé depuis la veille, dans l’avion. J’arrête de rêvasser, ma journée est chargée. Je ressors vite. J’ai une simple serviette autour de la taille mais je me dis que les voisins doivent être sortis. En réalité, cela m’importe peu. Je ne suis pas exhibitionniste mais je suis loin d’être timide. Je m’habille aussi vite, tenue adaptée : jean et veste à la mode, histoire d’être comme tout le monde. Je ferme la porte derrière-moi et je redescends les marches jusqu’au rez-de-chaussée. Les allers et venues ça me connait. Dans le petit hall, je lève les yeux sur la boite aux lettres qui ne porte pas encore mon nom. La grande porte de bois grince et claque alors que je suis déjà loin. J’ai toujours eu le pas rapide. Question d’habitude. Et j’avais cruellement besoin d’un petit déjeuner. D’ailleurs, la première boulangerie sera la bonne. L’odeur du pain frais m’a vite guidé jusqu’à ma destination. C’est une jeune fille plutôt jolie qui me sert. Elle semble me regarder sans trop de discrétion. J’aime plaire et me mettre en avant. Mais ce matin, je ne suis pas d’humeur à assumer mon côté « bogoss » comme on me le dit souvent. Et puis, ce cliché m’a toujours agacé. Je redresse le col de ma veste en retournant dans la rue. Et j’alterne un croc dans le gros cookie et une gorgée dans le mug encore fumant. Ça fait un bien fou. Un mec marche dans mon dos, clope au bec. Une odeur qui m’a gêné jusqu’à ce qu’il passe devant moi et s’éloigne. Le petit déjeuner englouti, je laisse mon côté encore ado fouiner les vitrines de magasins. J’entre dans la première. Je sais exactement ce que je veux. Le vendeur me présente quelques jeans et je ne loupe pas le vendeur qui matte le galbe de mes fesses. Apparemment ce modèle me va bien. Je sors la carte bancaire. Sa couleur dorée renseigne sur mon budget. Le vendeur passe derrière la caisse et valide mes articles pour finir par m’adresser un compliment à peine dissimulé.
« - De bons bras musclés pour porter ce sac »
Je n’ai même pas pris la peine de répondre mais j’ai lâché un sourire radieux qui coupe souvent la parole à bon nombre de personne. Le temps qu’il referme sa bouche qu’il avait laissé entrouverte en me regardant sortir, j’étais déjà hors de sa vue. Une femme, les cheveux longs, bruns, plus âgée que moi mais dégageant une aura forte, manque de me bousculer. Elle avait l’air soucieux et semble très occupée. Un geste de la main plus tard et elle repart à bon rythme dans la direction opposée.
Une rue plus loin je trouve une boutique encore à mon goût. J’y trouve des sweats et une paire de chaussures. Tout ce qu’il me fallait. Mon téléphone vibre dans ma poche. Un geste souple je parviens à la récupérer. Le message reçu me satisfait. Réponse rapide et efficace. Toujours le cas avec James. Je le remercierai plus tard. Je dois déposer tous ces sacs à l’appartement.

========================================================

Un deuxième message fait taire ma bonne humeur. La journée avait bien commencé mais cette nouvelle me contrarie. Je laisse mes affaires étalés sur le lit et sors en vitesse. Il fallait que je me change les idées et sans comprendre pourquoi, le challenge m’occupe l’esprit plus qu’une autre activité. Je dois mettre la main sur le mec qui est venu hier soir. C’était dans mon programme de toute façon. Je pianote sur mon téléphone, télécharge un plan de la ville et des alentours et je repère facilement l’université à la sortie de la ville. Un bus passe tout près d’ici dans 5 minutes. C’est donc sous le soleil que je descends l’avenue et me retrouve parmi quelques jeunes à l’arrêt de bus. Le trajet est court et j’aperçois bientôt les bâtiments de brique rouge de l’université. Je saute le marchepied, enfile mes mains dans les poches du sweat que je venais d’acheter et me dirige vers le hall d’entrée. Je sais déjà comment je vais m’y prendre. C’est pas la première fois que je pars en quête d’information. Et certaines de mes missions étaient nettement plus périlleuses qu’une excursion dans une université. Une femme aimable me remarque quand je mime de découvrir le bâtiment. Si elle peut me mâcher le travail, qu’elle le fasse. Je n’ai pas la nécessité d’être discret parmi les jeunes de mon âge.

- Vous cherchez quelque chose ? Je peux peut-être vous aider.

- Oui, merci. Le département d’architecture, s’il vous plait.

- Dans le bâtiment Forbes, de l’autre côté. Vous pouvez sortir par là.

Encore un sourire courtois et je m’éclipse.
Effectivement des élèves avec des tubes à plan identiques à celui de l’inconnu d’hier soir s’engouffrent à l’intérieur. Je laisse de la distance entre eux et moi, et je finis par entrer à leur suite. Mon instinct, qui a fait ses preuves, me souffle de les suivre encore un peu. Lorsque la porte de la salle de classe se referme, je tourne à l’angle du couloir pour m’y approcher. J’entends le professeur se plaindre des retardataires puis les féliciter de venir pour la dernière heure de la matinée. L’ironie employée me fait sourire. Je tourne la tête sur le mur d’à côté. Miracle, la tâche n’a jamais été si facile. Des visages et des noms y sont épinglés. Des groupes ont été formés pour un projet de CAO/DAO et la liste me fournit l’information précieuse que j’étais venu chercher. Je me souviens parfaitement du visage du gars qui m’a rapporté l’enveloppe hier soir. Parfait. Encore une information gravée dans ma mémoire. Je ne m’attarde pas plus mais j’ai quand même envie de faire un tour dans cette université. Loin de regretter mon parcours atypique, certaines choses me font sourire. Les vitrines à trophées, les casiers qui renferment parfois plus que des livres, et les brouhahas qui résonnent parfois dans certains amphithéâtres. Mon grand tour me ramène sur la pelouse extérieure. Juste avant que tous les élèves sortent. Un coup d’œil à ma montre m’indique l’heure du déjeuner. J’observe la foule.
Et soudain, je le vois. Sans vouloir qu’il devienne une cible, je l’observe en détail. Sa démarche, les personnes qu’il salue, son attitude entière. Autant de détails qui me renseignent sur lui.
Je m’appuie contre un arbre pour le regarder au loin. Il s’est installé sur la pelouse pour entamer le sandwich qu’il venait d’acheter dans la boutique face au campus. Il regarde autour de lui, décidément toujours le nez levé, mais il semble manger à la hâte. Il chasse un pigeon du bout de sa paille, et ça le faire rire. D’autres personnes s’approchent et viennent à ses côtés. Je ne vais pas aller vers lui pour l’instant. Je le laisserai venir à moi, parce que je sais que nous nous recroiserons.

Maintenant je sais qui il est. Chad Wilder. Mais une question subsiste : ami ou ennemi ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 16:58

What do you want from me

Ceux de ma classe ont finalement decidé de faire pareil. Si on voulait pouvoir « glouter » quelque chose dans un temps raisonnable. En plus le soleil est de la partie. Cela babille autour de moi, j’écoute distraitement. Je tends mon visage au soleil. Mode chat, même si intrinsèquement je suis un loup. Il me reste vingt-cinq minutes avant de reprendre. Je m’étire, fait une grimace à un pote de la classe qui me charrie sur ma chemise « toujours bien sapé ». Ben quoi ! Moi la mode « fout ta cagoule », très peu pour moi. Je n’ai rien d’ostentatoire, juste une chemise haut de gamme de bonne coupe grise avec un col blanc et un jean de toile noire. Un pull dans les mêmes tons de gris sur les épaules. Je n’ai pas froid, alors qu’on est fin novembre. L’animal en moi, a de la chaleur à revendre. Être lycan, n’a pas que des inconvénients. Une légère brise s’est levée. Les gens se couvrent un peu. L’air est tout de même frais.

Je n’en laisse rien paraitre mais avec la brise, arrive l’odeur, son odeur. Celle-ci je l’ai assez reniflée pour la reconnaitre : le type au sac de sport ! Je ne crois pas aux hasards et aux conneries du destin. Je me concentre, l’air de rien. Direction du vent, effluves, niveau de l’odeur, distance. D’un coup je pivote sur moi-même en me levant. Je sais exactement où porter mon regard. Autre truc sympa de loup. Me surprendre est difficile. Il me regarde. Je plante mon regard droit dans ses yeux. Un loupé de son cœur m’indique que oui, il était bien en train de m’observer. Mais il se reprend immédiatement, rythme régulier. Mais trop tard j’ai mon info. Ce type passe de la catégorie de potentiellement louche, à louche avéré, voir une menace plus ou moins immédiate. Sa silhouette, sa façon de se tenir, il est alerte, sportif. Cela pourrait être aussi bien un chasseur que… Si s’était un loup, je l’aurais senti. Avec aucune preuve, je le colle dans les chasseurs. M’a-t-il en chasse ? Je dois m’assurer de son armement. Ici, il ne peut pas m’attaquer ouvertement.

Je m’avance donc dans sa direction. Pas besoin de causer, il a vu que je l’ai repéré. Il n’esquisse aucun geste. Ce type m’a assez pris les méninges hier pour que je l’ignore. Il se trouve à une trentaine de mètre. J’avance tranquillement vers lui. Je maitrise les battements de mon cœur au cas où il les entende. Je m’arrête à un mètre de lui, légèrement décalé à sa gauche. Mon pied d’appel étant le droit, je serais bien placé au cas où ce gars pète un câble.

« - Bonjour. Un souci ? » Dis-je en ne le lâchant pas des yeux.

Le reste de mon corps reste attentif à ses changements d’appuis. Mon odorat marche à fond. Je ne sens pas de trace d’aconit, l’after shave préféré des chasseurs. Pas de bosses suspects autour de son sweat. A la rigueur, il peut planquer une lame le long de son mollet. Je le regarde, je ne suis pas menaçant, juste prêt à me défendre. En face, il n’est pas dupe. Ami ou ennemi ?

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1334
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 16:58

Deuxième contact

Il n’aura pas fallu plus de cinq minutes pour qu’il me remarque. J’aurais peut-être dû m’éclipser avant qu’il ne détecte ma présence. Mais je ne sais pas pourquoi, j’ai eu envie de précipiter la situation. Et de le laisser venir à moi. Je sais qu’il est loup. Et à quoi sont sensibles les loups ? Aux odeurs évidemment. Entre autres choses. La brise se lève mais je ne bouge pas de mon poste d’observation. Son regard est furtif, cherche où je suis, et me trouve. Il se pose rapidement sur moi.
Dans la foulée, il se relève pour s’approcher. Soit il est idiot, soit sacrément sûr de lui. Il ne me connait pas et me rejoint. Derrière l’air figé qu’il affiche, je le sens sur ses gardes. D’ailleurs, arrivé à ma hauteur, je remarque son geste. Position de combat. Du moins, il se prépare à une éventuelle attaque. J’ai suivi assez d’entrainement pour comprendre que son pied d’appel est le droit. Et suffisamment pour trouver la parade idéale. Il me fixe dans les yeux.

- Bonjour. Un souci ?

Ma réponse se veut sûre d’elle. Et naturelle.

- Non. Aucun.

Il fronce les sourcils. Ma réponse ne suffit pas. Évidemment. Il a remarqué que je l’observais. Et je n’explique pas la raison. Je dois être franc.

- À vrai dire, je voulais tout simplement te remercier de m’avoir rendu cette enveloppe hier. Je passais par là et j’ai croisé des étudiants. J’ai supposé que tu suivais des études d’architecture. Je t’ai aperçu quand tu sortais.

Je ne peux pas me montrer plus honnête. Il n’a peut-être pas envie de s’éterniser. Mais j’en doute. Pourtant, je suppose qu’il n’a pas que ça à faire. Mais j’ai une autre idée si jamais il coupe court à cette discussion. Je baisse très légèrement le menton. Imperceptiblement, je sais qu’il se sent en position de force. Je suis sur son territoire. Je dois me soumettre, juste un peu, pour le laisser venir à moi.
Alors, est-ce qu’il va se détendre ?

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 16:59

Le type au sac de sport


Le type me répond de manière sybiline.

«- Non. Aucun. »

Alors pourquoi tu me mattes ? Faudrait pas me prendre pour un idiot, non plus ! Je suis venu vers lui pour désarmer tout problème pouvant l’être et affronter directement ce qui doit l’être. Ne jamais remettre à…

« - À vrai dire, je voulais tout simplement te remercier de m’avoir rendu cette enveloppe hier. Je passais par là et j’ai croisé des étudiants. J’ai supposé que tu suivais des études d’architecture. Je t’ai aperçu quand tu sortais. »

Mouais… Oui en effet j’avais mon tube à dessin hier. Son argument colle. Mais je ne peux m’empêcher, d’être méfiant. Je le dévisage, je l’envisage comme un mec qu’il n’est pas.
[HRP]:
 
Il doit avoir mon âge, un étudiant ? Ce qui pourrait mieux expliquer sa présence ici. Je regarde ma montre, encore dix minutes avant le cours de DAO.

« - De rien pour l’enveloppe, cela pouvait être important… C’est parfois embarrassant de perdre des documents. Je suis effectivement en dernière année d’architecture. Tu es inscris ici aussi ? »


Je me décale légèrement, histoire d’être hors d’atteinte pour un coup porté sans déplacement. Certes, les autres étudiants me font une couverture. Mais on n’est jamais trop prudent. Ce gars sait que je suis un loup. Je ne sais pas comment, ni pourquoi. Il n’est pas là par hasard. Et ne peut rentrer que dans deux catégories. Ami ou ennemi. Neutre, n’est désormais plus possible. Est-ce un loup qui cherche à trouver un frère, mais dans ce cas, pourquoi je ne perçois pas son aura ? Un oméga ? Soit c’est un chasseur et je devrais en aviser mon alpha Joshua et sa peut-être petite amie (vu que je ne sais pas comment a tourné leur diner aux chandelles) Ruby. Avec mes deux alphas, si ce gars est un chasseur, il va avoir mal aux fesses. Ils sont un peu spéciaux mes deux alphas, des flics en plus ! L’autre fois, lors de l’attaque des chasseurs, j’avais eu l’impression d’être avec Starsky et Hutch avec ces deux-là.

Bon en revenant vers le gus au sac de sport, il n’a pas un autre nom d’ailleurs ? Sa position a imperceptiblement changé. Et ne semble pas vouloir me foncer dessus. Tant mieux !

« - Ah mince c’est l’heure, je dois y aller ! Salut.»

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1334
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 16:59

Quelle carte jouer ?

Je n’ai même pas eu le temps de répondre qu’il avait déjà pris la décision de repartir. Est-ce que sa venue était un avertissement ? Ou bien s’est-il conduit comme il l’aurait fait avec n’importe qui ? Je ne sais pas comment jauger ce gars. Et ça me perturbe. Notre dialogue a été court. Mais intense. On était tous les deux sur nos gardes. Et je sais qu’il l’a perçu aussi. Il ne sait pas comment agir avec moi. C’est exactement ce qu’il me faut pour m’immiscer dans sa vie. Et laisser paraître ce que j’aurais décidé. Drôle de façon de se faire des amis. Même si pour le moment, je ne sais pas dans quel camp le situer. Cette première journée commence sans grabuge. J’en oublierais presque la mauvaise nouvelle que m’a annoncée James. Que faire maintenant ? Et si…

- Attend !

Je l’ai interpellé sans élever la voix. Mais le loup m’a entendu. Et Chad s’est retourné.

- Quoi ?

- Je m’appelle Mickael. Mickael Wayne. Au cas où tu retrouverais encore du courrier à moi.

Sourire charmeur et note d’humour. Je teste la sincérité. J'enchaine :

- J’ai envie de sortir ce soir. C’est la fin de semaine, il doit bien y avoir quelque chose à faire dans le coin mais je ne connais personne…

La perche est tendue. J’ai baissé les armes. J’espère qu’il en fera autant.


(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:00

Are you ready to rock

Je m’en vais. Je lui tournais le dos, mais mes sens restaient en alerte. Toutefois, je ne sens pas de menace immédiate. Sinon, je ne lui aurais pas tournée le dos. Je ne suis pas suicidaire. C’est parti pour trois heures de DAO. Et vive Photoshop et Illustrator ! Alors que je suis déjà tournée vers mon prochain cours, je l’entends m’appeler.

« - Attend !
- Quoi ?
Dis-je en me retournant.
- Je m’appelle Mickael. Mickael Wayne. Au cas où tu retrouverais encore du courrier à moi.
- C’est un test ? Il n’y avait pas d’adresse sur l’enveloppe. »


Je n’ai plus peur de me griller, il sait que je suis un loup et donc la manière dont j’ai pu trouver le propriétaire de ce courrier sans l’ouvrir. Il me sourit en parlant. Sourire charmeur, presque sincère. Mais moi qui ai apprit à sourire sur commande pour les séances de shooting, je me méfie des airs angéliques. Cela peut souvent cacher le pire des démons ! Es-tu un démon Mickael Wayne ?

« - J’ai envie de sortir ce soir. C’est la fin de semaine, il doit bien y avoir quelque chose à faire dans le coin mais je ne connais personne… »

Quelque chose me dit que je vais « encore » me faire enguirlander par la prof pour mon retard. Et je vais encore une fois, devoir payer de ma personne et jouer au petit ange… Pour l’heure, je regarde Mickael et me demande si c’est du lard ou du cochon sa demande. Son cœur bat à un rythme normal, pas de ratées quand il a parlé. Je ne dis rien, l’étudie, prends mon temps pour me décider. Je baisse un peu la tête et l’observe en levant les yeux. Réfléchit à sa question, puis soudain une idée m’illumine. Je lui souris, sourire joueur, malicieux. Il veut sortir ! J’ai bien un plan pour ce soir justement. Moi je sors, mais aura-t-il le culot, le cran de venir ? C’est peut-être la mise en situation parfaite pour juger le bonhomme.

« - J’ai un pote musicien qui joue ce soir. Il a un style de Visual Kei et de J-rock, si tu aimes ce genre musical, tu es le bienvenu. Il s'appelle Miyavi et est très connu au Japon»

Je vois à son hochement de tête, qu’il est intéressé. Je savoure d’avance sa réaction. Quelle qu’elle soit ! Il ne me connait pas, donc ne peut pas préjuger de mes gouts.

« - Cela se passe au Jungle, une boite du coin. Si tu veux, je passe te prendre, puisque je sais où tu habites et on y va ensemble. »

Il semble toujours d’accord sur l’idée. Je sens que je vais revoir son intérieur jaune pisseux !

« - Ah au fait, c’est une boite gay. Je préfère te prévenir. »

Alors toujours mon ami ?
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1334
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:00

Tomber la chemise

J’accepte son invitation. Qu’est-ce que je pourrais faire d’autre puisque je me suis volontairement imposé ? Cette fois-ci, je le laisse retourner en cours. En prenant le chemin du retour, je repense à sa réponse au sujet de l’enveloppe. Il sait que je le teste. Donc j’ai toutes les raisons de croire qu’il se demande qui je suis et ce que je viens faire ici. C’est un secret que je compte bien garder. Il n’a aucun moyen d’en découvrir davantage sur moi. Il ne saura que ce que j’aurais choisi de lui apprendre. Mais c’est tellement plus amusant quand la personne en face de moi croit flairer quelque chose sur lequel je n’aurais pas été prudent. Ça serait mal me connaître.
Je continue mon tour dans le centre-ville. En observant une jeep se garer maladroitement, je me dis qu’il faudrait que je trouve une voiture. Une coupée sport. Surement une Camaro. À voir ! À penser à ça, mon esprit s’alerte. Il est hors de question que je monte dans la voiture de ce Chad en étant désarmé. Quand bien même qu’il se soit montré sympathique de me proposer de m’emmener à cette soirée. D’ailleurs, ai-je raison de penser qu’il semble proche de ce musicien dont il m’a parlé ? Peut-être me présentera-t-il quelques-uns de ses amis. Et je ferais peut-être une avancée majeure. James ne m’a envoyé qu’un nom. Mais je ne poserai pas de question. J’attendrai que quelqu’un en parle. Et avec subtilité j’obtiendrai un premier contact.
Je passe par une boutique spécialisé et ouvre une ligne téléphonique et surtout une connexion internet digne de ce nom. Une chance que l’appartement soit situé à une adresse bien desservie. Le vendeur m’assure que la ligne sera effective rapidement. Ce que je constate en rentrant, à peine installé, le matos fournit déjà internet sur mon smartphone. Je sors mon ordinateur du sac de sport et l’ouvre sur la petite table située sous la fenêtre circulaire. Je lance une playlist en choisissant avec soin la tenue que je porterai ce soir. Une boite gay d’après ce qu’il a dit. Pas de problème, je suis à l’aise avec ça. Quand mon téléphone vibre, je ne doute pas que ça soit à nouveau James. Je décroche.

- C’est moi.

- Je sais, James.

- Bon. J’en ai trouvé.

- Combien ?

- Difficile à dire pour le moment. Je dirais trois ou quatre.

- Très bien.

- Ton arrivée s’est bien passé ?

- Pour le moment, pas d’anicroche. Mais je sors ce soir.

- Ah.

- Je sais ce que tu penses. Il ne m’arrivera rien.

- Je préfère que tu ne le dises pas. C’est souvent comme ça que ça commence avec toi.

- Pas cette fois-ci. Pas ici. Je ne saurais pas te dire pourquoi mais je crois que c’est bien ici que je devais aller.

- Prend soin de toi.

- Comme toujours !

Il a raccroché. Entendre sa voix m’a fait du bien. Pas que je me sente seul ici. Question d’habitude. Mais ça m’a fait du bien. Je pianote sur mon ordinateur, effectue quelques recherches et ajoute à ma playlist quelques titres de ce Miyavi, histoire de ne pas le découvrir tout à l’heure. Le style est pas mal. Il faut aimer le rock japonais. Mais l’ambiance ce soir risque d’être bonne. Je mets de côté ce avec quoi je pars ce soir. Vêtement y compris.

Chad ne devrait plus tarder. Et même si j’ai inscrit mon nom sur l’interphone de l’entrée, il n’aura pas besoin de sonner. J’ai laissé un mot lui demandant de monter directement. Que l’interphone fonctionne ou pas, je pense qu’il montera. Je file à la douche. L’eau chaude détend mes muscles et je réfléchis à quel masque afficher pour la soirée. Chad me connait légèrement plus que les éventuels inconnus que je vais croiser. Je dois rester le plus sincère possible.

Il sonne à la porte de l’appartement. Première phase du test. Ou devrais-je dire du jeu, puisque jusqu’à présent nous nous jaugeons mutuellement. J’enfile mon jeans mais je reste torse nu en sortant de la salle de bain pour lui ouvrir. J’observerai ses gestes et son regard. En attendant que je finisse de me préparer, je lui proposerai de m’apporter des idées pour refaire entièrement la décoration.
Chad, ce soir, je compte bien en apprendre plus sur toi.

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:00

De jaune pisseux à gris classe

Après les cours, j’étais repassé au centre commercial dans le magasin de luxe pour homme. L’avant dernière fois que j’y avais mis les pieds, je m’étais pris une balle dans la cuisse avec ce hold-up. Bon, je n’avais pas pu acheter la chemise que je voulais, mais j’avais trouvé mon alpha ce jour-là. La dernière fois, j’y avais fait un shooting pour leur catalogue. Le patron m’avait proposé de repasser pour me choisir une chemise que sa boutique m’offrirait. Je repassais donc en coup de vent à la boutique et jetais mon dévolu sur une chemise blanche, coupe slim. Mon autre chemise blanche était foutue à cause d’un étudiant qui avait renversé son plateau à la cantine. J’avais rencontré Miya cette semaine-là d’ailleurs. Semaine pourrie, sauf ce fameux vendredi soir. J’étais heureux d’aller écouter mon chaton jouer ce soir.

Je récupérais ma Toyota dans le parking souterrain et repartais en direction de mon appart. Je me fis un repas rapide, mais qui tenait au ventre. Il fallait tenir toute la nuit. Puis direction la douche. En passant je déposais mes affaires sur mon lit. La douche à jet me fit le plus grand bien. Je restais dix plombes sous les jets massant, me prélassant comme une princesse. J’hésitais en prenant le rasoir, puis le reposais. Ma tenue était assez classe, il fallait une touche de négligé. Je sortis de la salle de bain à poil, gouttant sur le parquet. Je n’avais pas de vis-à-vis. J’avais soigneusement choisi l’exposition de mon loft. J’enfilais mes affaires, nouais le nœud pap. Un coup d’œil sur le réveil me dit que j’étais largement dans les temps. Je restais très léger sur le parfum. Mon odora de loup ne supportait pas les fragrances trop fortes. Je pris mes clés, mon portefeuille et une clé USB. Et contrairement à certains, j’avais mes armes intégrées.

Arrivant dehors, je vis que la nuit était claire. Pas de nuage, je devinais quelques étoiles malgré les lampadaires. J’ouvrais ma voiture, mis le moteur en route et pris la direction de l’immeuble paquebot de Michael. Le trajet ne me prit pas beaucoup de temps. J’arrivais même à me garer pile devant sa montée. Dans le hall, je notais immédiatement un changement. Son nom apparaissait sur une des boites aux lettres. Dommage, je n’avais pas d’enveloppe vide, je lui aurais bien fait la blague… Un mot sur l’interphone m’invite à monter. Il voulait que je fasse quoi d’autre, le siffler d’en bas ? « Yo ! Tu descends ? » Je monte directement au deuxième et écrase la sonnette. Il m’ouvre… torse nu. Monsieur n’est pas prêt ! Il m’invite à entrer et je fais enfin connaissance avec l’intégralité de son appart jaune pisseux.

Je me retourne vers lui, il continus de s’habiller sans gêne. Hum. Le ferait-il exprès ? Il le fait exprès, je sens qu’il attend une réaction de ma part. Ok ! Ben matons donc ce qui s’offre à moi ! Il est finement musclé, bien foutu. Ses muscles roulent doucement sous sa peau quand il enfile sa chemise sur son jean. Hanches étroites, mais fesses musclées. Rien ne gâche son esthétisme. J’apprécie le style sobre de sa tenue. Tout en s’habillant, il me parle de son appartement, il veut refaire la décoration, me demande des idées. Sans rien dire, je lui tends ma clé USB. Devant sa question muette, je dis :

« - Répertoire Michael Wayne. »

Puis, je lui tourne le dos, examinant le reste de l’appart. La rénovation, ne devrait pas lui prendre trop de temps. Les murs sont sains. Le sol est à changer. Il y en a pour une semaine de travaux, grand maximal. Je l’entends allumer son ordinateur. Je regarde par la fenêtre. On voit les voisins en face et inversement. Il faudrait qu’il installe des stores. Sur la gauche, le coin cuisine pèche par son côté vieillot. Cela va demander un petit budget de ce côté-là. Vue l’exposition, je rajouterai bien une touche de orange dans les couleurs dominantes que je lui propose. Afin de donner un côté ensoleillé. Je me retourne enfin vers lui. Il me regarde étonné. Et oui petit père, j’ai tracé les plans de ton appart, juste en étant resté sur le palier, sans même y entrer ! J’ai tout fais par déduction de ce que j’ai entre-aperçus et la façade de l’immeuble. Dans le dossier, il y a même un devis d’évaluation, hors électro-ménager. Je ne pouvais pas deviner l’état de sa cuisine.

« - Mais ne compte pas sur moi pour venir tenir un pinceau, les seuls que je tienne sont sur Photoshop ! »

Je tends la main pour récupérer ma clé USB. Je ne vais pas lui dire que j’ai dessiné tout ça le soir même de notre rencontre. Il me prendrait pour un dingue. Enfin, je suis dingue, je crois… Mais je ne pouvais pas m’empêcher de l’associer à ces couleurs sobres et harmonieuses et à ces lignes pures. Ce n’est pas un gars à aimer les chichis. D’un certain côté, nous sommes pareil. J’aimerai bien savoir ce qu’il cache, non pour savoir. Je ne me mêle pas de la vie d’autrui. Mais juste, pour savoir où je me situe par rapport à tout ça. Je crois que j’aimerai le coller dans la catégorie amis. J’ai bien des amis atypiques, dont deux chasseurs, deux alphas flics… Et lui, il est quoi ? J’ai le sentiment que cela peut-être assez tordu aussi. Je n’ai pas d’apriori du moment qu’on ne cherche pas à me tuer. Il doit trouver que je ne suis pas très bavard. Ce qui est vrai. Comment va-t-il régir au fait que j’ai déjà anticipé à sa demande ?
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1334
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:01

Alors, amis ?

Je crois qu’il a compris que je cherchais à en savoir plus sur lui. Mais ça n’est pas tout ce que je découvre. Il me tend une clé USB dès l’instant où je lui parle de refaire la déco de l’appart. Est-ce qu’il a anticipé ma demande parce qu’il trouve lui aussi ce jaune pisseux dégueulasse ? Sa conscience professionnelle l’a sans doute poussé à imaginer un nouvel espace. Pourtant, il n’a vu l’appartement que depuis le palier. Chapeau ! Il me tourne le dos et j’en profite pour lancer discrètement un scan anti-mouchard sur la clé USB. Hors de question de me faire avoir comme un bleu par son soudain intérêt pour mon intérieur. Sa prévoyance parait suspecte. Bref. Il me propose une ambiance vraiment sympa. J’adhère. Et lui, il marque quelques points dans mon estime. Je vois qu’il a même réalisé un devis. L’aspect financier n’est vraiment pas un problème. Si j’aime, j’achète.

- Vraiment bien ce que tu me proposes. Tu as eu un bon coup de griffes sur ces plans. Et toi tu mets la main à la patte ?

Je tente un jeu de mot ouvert sur son statut de loup-garou. Il ne réagit pas vraiment. Par contre, je comprends clairement que les travaux ça n’est pas son truc. Et moi je n’ai pas envie de me taper tout ça seul. Je verrai cette question plus tard. Je lui rends sa clé après avoir copié ses idées sur mon ordinateur.
Je termine de boutonner ma chemise. Je me trouve vraiment bien habillé ce soir. Parfait pour ce genre de soirée où, quoi qu’on en dise, la première impression est très importante. Je pense pouvoir caser Chad dans la catégorie des amis. Du moins pour un temps. Je ne sais que trop bien que les choses changent vite. Et Beacon Hills ne fera pas de différences. Bien au contraire. Si cette ville tient sa réputation, un grand nombre de choses peuvent arriver en peu de temps. Je suis prêt et je le lui signale. Il me précise s’être garé juste devant l’immeuble. Je referme la porte derrière nous et le suis dans les escaliers. Il est déjà en bas. Ça ne m’étonne pas. Il fait du zèle. S’il savait combien je peux surprendre aussi, il pousserait le défi plus loin. Pour le plaisir de me tester. Une autre fois peut être. Je descends tranquillement en imaginant les différentes situations particulières auxquelles je pourrais faire face ce soir. Par situations particulières j’entends dangereuses. Et je réfléchis à l’avance à des parades efficaces. Je suis prêt et sors sur le trottoir. Il est immobile, près de sa voiture.
Moi aussi j’ai entendu ce bruit. Un bruit sourd provenant du bout de la rue.

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:01

Doubt & Trust

Je souris en voyant son reflet dans la vitre de la fenêtre que je contemple. Ou plutôt le reflet de l’écran de son ordinateur affichant une barre d’un logiciel anti trojan. S’il voyait l’installation numérique que j’ai à l’appart… Je suis né avec un clavier dans les mains. La palette graphique est venue après. Tous ces antivirus, anti-trucs, ne scannent que les malveillants. Hors, je ne suis pas malveillant, même que son ordinateur marchera surement mieux après mon passage. Éliminant tout ce dont son logiciel est aveugle.

Je veux juste savoir si tu as l’intention de me tuer Mickael Wayne. Le reste je m’en contre fiche.

Il semble satisfait de mon pré-travail. Lance une allusion sur mon état de loup. Une perche ? Pourquoi j’avouerai, même si tu le sais. Alors que toi-même reste si hermétique. Enfin Miss Michael est prête ! C’est que j’ai mon Miya à aller voir moi ! Je suis déjà en bas, qu’il en est à peine à la troisième marche ! Cela sert à quoi, d’avoir un corps musclé, si c’est pour avancer en mode petit vieux ! Il baisse dans mon estime le Mickael ! Je veux aller écouter Miya, enfin plutôt qu’il me voit l’écouter. Je n’ai jamais eu le cœur de lui dire que le J-Rock n’est pas ma tasse de thé. Il serait capable d’essayer de changer de style rien que pour me plaire ! Alors que je souhaite qu’il reste lui-même.

Je m’avance devant la voiture. Je l’ai déverrouillée avec la télécommande, quand j’entends un bruit. Je m’immobilise, les sens en alerte pour en identifier l’origine. Enfin, Mickael arrive dans mon dos. Je ne bouge toujours pas. Je n’aime pas ce que le vent m’amène. Vraiment pas. J’ouvre la porte passager et fais un signe à Mikael pour qu’il s’installe. Je ne sais pas s’il a conscience de ce qui se passe. Il est peut-être même complice. Dans le doute, je ne le veux pas dans mes pattes. Alors qu’il s’installe et referme la portière, je contourne la voiture par l’arrière et m’arrête pour ouvrir le coffre. Mickael se retourne sur son siège pour voir ce que je trafique. Je dépose délicatement ma veste sur la plage arrière. Quand mon nœud pap et ma chemise suivent, il me lance un regard étonné.

« - Ma chemise est neuve et le blanc ça se tache facilement… Et surtout, j’en ai marre qu’on fasse des trous dans mes vêtements à tout bout de champ ! »

Je referme le coffre et verrouille la voiture. Par cette action, soit je le protège d’un danger, soit je coince le danger. Sans attendre, je m’élance à quatre pattes et remonte la rue entre les voitures. L’heure n’est plus aux faux semblants. Surtout quand le parfum de l’aconit vole dans l’air. Je m’excuserai plus tard s’il est un ami. Dans le cas contraire… Désolé Miya, je vais être en retard. J'espère juste arriver... un jour.

Hikari no moto Yami wa umare
Shinjitsu wa itsuwari ni yureru
Kokoro o tsukisasu
Fureta yoru o koorasete mo
Yume to iu yokubou no kage o
Yobitsuzukeru

Traduction ;p:
 
.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1334
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:02

Dancing in the dark



Il ne semble pas réagir au bruit. Au coup de feu devrais-je dire. J’ai l’ouïe fine et je saurais reconnaitre une détonation d’un bruit plus anodin. Il m’ouvre la porte côté passager. Que dois-je faire ? Comme si de rien n’était ? Je le suis des yeux quand il contourne la voiture. Il prépare quelque chose. Je le sens.
Je me retourne pour l’interroger du regard. Pourquoi est-ce qu’il se déshabille en pleine rue ?

- Ma chemise est neuve et le blanc ça se tache facilement… Et surtout, j’en ai marre qu’on fasse des trous dans mes vêtements à tout bout de champ !

C’est bien ce qu’il me semblait. Les sens que lui confère son statut de loup-garou ont bien décelé quelque chose. Lui aussi est toujours en alerte. Il referme le coffre et se retourne. Je ne vais pas le laisser seul. Un cliquetis métallique retentit. La voiture est verrouillée.
Trop tard. J’avais déjà actionné discrètement la poignée. Je peux sortir, mais est-ce que je dois le suivre ? Est-ce que c’est un test ? Je ne crois pas. J’ai la nette sensation qu’il va se fourrer dans quelque chose de trop gros pour lui. Je suis seul dans la rue. Il est déjà loin. Mais il en faut peu pour que je le rattrape. Une odeur particulière m’interpelle. Pourquoi est-ce qu’ils utiliseraient cette espèce d’aconit. Quasi inoffensive. Il n’empêche que je ne peux pas le laisser se mettre en danger. Au coin de la rue, conscience professionnelle oblige, j’analyse la situation d’un rapide coup d’œil. Deux possibilités de sorties, quatre types le visage dissimulés par des capuches. Et Chad, au milieu. Il a de l’allure le petit génie. Tout croc et griffe dehors. Mais ce qui m’inquiète c’est l’un des autres types. Lui aussi a la démarche d’un loup face à sa proie. Pour la première fois, je me demande si Chad est un béta ou s’il possède la force d’un alpha. Je n’ai pas le temps d’attendre la réponse. Un des types cherche à le prendre en traitre. Par derrière. Et la lame qu’il tient habilement dans sa main ne me dit rien qui vaille.
Jambe droite. Je soulève mon jeans. Un geste que j’ai exécuté un nombre incalculable de fois. Je saisis le poignard que je gardais au mollet. Un mouvement rapide du poignet. Presque surnaturel. Et mon bras, dans un arc de cercle, qui projette l’arme. Le poignard atteint sa cible. L’inconnu crie de douleur en observant ma lame plantée dans sa main. Je m’élance.

Quand on sera sorti de ce merdier, Chad, j’espère que tu me remercieras et que tu garderas tes questions pour plus tard.

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:03

Where is my Mind ?

Alors que je me faufile entre les voitures, je me concentre sur le nombre de cœurs que j’entends battre. Quatre, ils sont quatre. Ah merde, un cinquième arrive, Mickael est sorti de ma voiture. Sans casser de vitre ou il a été très discret. Mais pour l’instant c’est d’autres chats à fouetter que l’état de ma caisse. Ces types ne sont pas surpris de me voir, j’étais donc bien la cible. A savoir si j’ai bien fait de foncer dans le tas ou de me lancer dans un road movie comme l’autre fois avec Joshua… Je crois que je n’avais pas envie de mêler Mickael à mes soucis de loup, dans l’hypothèse qu’il soit dans mon camps, ou du moins pas contre moi.

Un versus quatre, pas d’autre choix que de me transformer totalement. La bête surgit. Je la laisse passer au premier plan sans crainte. Sans peur de la voir me dominer. C’est encore plus vrai depuis que j’ai reconnu Josh comme mon alpha. Je suis plus fort et me maitrise encore mieux. La lune peut briller, elle ne me donne que plus de force. Si je reste attentif, j’ai moyen de les neutraliser. Je reste souple et toujours en mouvement. Les obligeant à feinter, se découvrir. J’ai quelques égratignures, rien de trop grave. Mais je sens que leurs lames ont été enduites d’une substance bien néfaste pour le lycan que je suis. Je cicatrise, mais plus doucement. Je dois à tout prix éviter toutes blessures profondes. Je montre les crocs, l’adorable étudiant en architecture fait place à un être plus sauvage. Mon loup a pris le contrôle et contrairement à l’humain, lui sait dire non ou stop ! C’est grâce à lui que je suis encore en vie d’ailleurs. Moi, je fais trop cas des autres pour faire attention à ma propre survie.

Les chasseurs se concertent et plongent sur moi ensemble. Je bascule sur les mains et avec un 360° avec les jambes les balaie tous. Je me remets sur les pieds d’un coup de rein. Position d’attaque. Je change d’appuis constamment. Soudain, mon attention est attirée sur ma droite… le cinquième homme. Je vois briller un éclat dans sa main. Un poignard. Avec un pincement au cœur, je le vois le lancer dans ma direction. Ok, je me suis donc planté sur son compte. Tout en étant méfiant, j’espérais ne pas avoir à le ranger dans la catégorie ennemie.

Un cri dans mon dos, je me retourne. La lame est fichée dans la main du chasseur qui était en train de m’attaquer sans que je m’en sois aperçu. A partir de ce moment-là, je crois que je poursuivis le combat avec un sourire niai sur le visage. Quoi que je ne sais pas si on peut parler d’un sourire avec mon faciès plutôt bestial pour le moment. Mon nouvel ami semble savoir très bien se battre et cela sans crocs, ni griffes. Je suis presque déçu de ne pas voir apparaitre quelques poils supplémentaires sur son visage, ses mains. Il pourrait faire un loup honnête. La séance de bourre pif qui suit devient presque ludique. Avec Mickael, on ne se gêne pas. Ma première meute, dans laquelle j’ai été intégré de force, m’a suffisamment fait participer à des combats violents pour que je sois rodé au combat en groupe. De la même manière que j’avais trouvé mes marques avec Joshua quand on se battait amicalement contre Ruby, là j’arrive à anticiper les gestes de Mickael pour soit ne pas le gêner, soit compléter son action.

Les quatre types finissent par abandonner lorsqu’ils comprennent qu’ils n’auront pas le dessus. Je les regarde s’éloigner alors que je reprends contenance et mon apparence humaine. Je réfléchis un moment avant de me retourner vers mon compagnon de bataille. Quelle contenance prendre ? Ce gars cache quelque chose, mais il m’a aidé. Je tais le milliard de question qui me monte à l'esprit. C'est bien parce que Miya m’attend !

« - Bon, si on se grouille, y a moyen d’être presque pas en retard ! » Dis-je en souriant.

Je crois que je vais devoir conduire torse nu, le temps que toutes mes balafres cicatrisent. Faudrait que je pense à stocker une chemise noire dans la voiture. Le blanc c’est vraiment trop salissant….

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1334
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:03

Même pas mal

Je suis surpris de la façon dont nos gestes parviennent à s’accorder. J’ai vu son sourire quand il a compris que je ne venais pas contre lui, mais bel et bien pour lui prêter main forte. Je le laisse botter le cul du dernier des agresseurs et je suis presque déçu quand ils prennent la fuite. Avant qu’il ne se tourne vers moi, je ramasse quelque chose que j’ai vu tomber de la poche de l’un de ces types. Chad reprend peu à peu forme humaine mais son visage se crispe. On dirait que ses blessures mettent plus de temps à cicatriser qu’il ne l’aurait cru. Pourtant, il me sourit encore. Puis il m’invite à regagner la voiture. On était presque à la bourre. En remontant la rue jusqu’à mon appartement, je cherche comment amorcer la discussion. Tâche difficile. Si je parle, il va forcément vouloir en savoir plus. Tant pis.

- Je ne pense pas qu’ils venaient que pour toi.

En disant cela je lui tends ce que j’ai trouvé quelques minutes auparavant. Adossé contre sa voiture, il regarde avec surprise. Un cliché de moi, prit sur le campus, plus tôt dans la journée.

- Ces types ont dû nous voir ensemble. Soit ils t’avaient pour cible et se sont demandé qui j’étais. Soit l’inverse.

Il me rend la photo sans dire un mot et s’apprête à prendre place au volant sans avoir pris le temps de se rhabiller. Je vérifie rapidement ma tenue. Ma chemise est à peine froissée. Pas de traces de sang. Tant mieux. Je me vois mal entrer sans dans une boite gay. Rien de tel pour faire une entrée remarquée. D’ailleurs, je me demande la tête que feront ses amis s’ils nous voient arriver. Lui torse nu et moi, parfait inconnu. Au pire, j’aurais pu remonter me changer vu qu’on est devant chez moi. Mais je ne veux pas le faire attendre.



(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:03

Chaude ambiance

En retournant vers la voiture Mickael lache un semblant d’aveux.

- Je ne pense pas qu’ils venaient que pour toi. Me dit-il.

Admettant ainsi, que ces types pouvaient en avoir après lui. Pour étayer ses dires, il me tend une photo ramassée sur le sol, à l’endroit de l’affrontement.

- Ces types ont dû nous voir ensemble. Soit ils t’avaient pour cible et se sont demandé qui j’étais. Soit l’inverse. Rajoute-t-il.

En effet, sur le cliché on apparait tous les deux. On se fait face, c’est juste avant que je parte en cours. J’ai vu tellement de photo de moi, que l’impression que j’ai, est immédiate. L’angle de vue, les contrastes, le plan de netteté, le cadrage. Ce n’est pas moi qui suis ciblé par celui qui a pris la photo. C’est Mickael qui est centré. Je lui rends la photo sans rien dire. S’il veut ajouter une information qui pourrait m’être utile il le fera, sinon, c’est que cela ne me regarde pas. Je me colle derrière le volant toujours torse poil. Ça picote un peu ces blessures. Foutue napel !

Nous fîmes la route en silence et me garais dans le parking du Jungle. Il était déjà bien plein. Il y avait du monde çà et là. Des gars trainaient dehors attentant des connaissances ou fumant tout simplement. Évidement quand je sortis de la voiture, j’eus droit à un véritable concert de sifflets des protagonistes présents sur le parking. Me dirigeant vers le coffre, je levais le bras en souriant. Geste insouciant, calmant les ardeurs de tous ces mâles, saluant l’hommage explicite. Je lorgnais du coté de Mickael pour voir sa réaction. Le fait d’être arrivé avec moi en petite tenue, l’impliquait expressément sur la responsabilité du peu de vêtements sur mon dos. C’est là que j’allais savoir s’il avait beaucoup d’humour ou pas. J’enfilais ma chemise, la boutonnait calmement, tout en souriant à deux gars appuyés sur une voiture non loin. J’enfilais ma veste, fermais le coffre et me dirigeait vers mon nouvel ami. Avec un sourire coquin je lui tendis mon nœud papillon.

- Tu m’aides, sans glace je vais avoir du mal, à le faire correctement.

Je me plantais face à lui, relevant le col de ma chemise. Je le vis faire un sourire en coin, il acceptait le défi. Donnant l’illusion d’une quelconque appartenance au public du parking. Il ne se dégonflait pas. Une fois enfin habillé et présentable, je me dirigeais vers l’entrée. Saluant au passage une connaissance… d’un soir. Arrivé devant la porte, je me retournai.

- Prêt ? Si quelqu’un t’embête, ne frappe pas, dis juste « non merci » ok ?

Michael m’assura qu’il saurait bien se comporter. En le regardant de la tête au pied, j’espérai qu’il n’avait rien contre les gays, car avec un physique pareil, nouveau en plus… il allait faire un carton ! Bon j’entendais Miya brailler dans le micro, on entre. Comme je le prévoyais, le beau brun de la caisse, eut du mal à détacher son regard de Mickael.

- Tu me présentes ton ami Chad ?
- Mickael, je te présente Georges, de son faux nom, Georges, voilà Mickael de son peut-être vrai nom.
- Salut Georges.
- Bienvenue Mickael, amuse-toi bien. Ce soir on a une pop star du Japon, mignon comme tout. Mais ce Chad de malheur se l’accapare !
- J’y peux rien s’il préfère les blonds élancés aux bruns taillés au burin.


Je partis en riant avant de me faire botter les fesses par Georges.

- Il s’appelle Timothée en vrai. Dis-je à Mickael. Mais appelle le Georges.

On eut du mal à se faufiler, la foule était dense, les mains au fesses aussi. Je vis le regard de Mickael virer plusieurs fois. Je crois que j’arrivais devant la scène, presque hilare. Ce gars allait déclencher une émeute vu son succès. Miya m’avait senti venir dès que j’avais posé un pied dans la boite. Je lui fis un clin d’œil alors qu’il chantait. Je le vis hausser un sourcil interrogatif, agrémenté d’une mimique de son cru. En gros il me demandait qui était le beau gosse à mes côtés. Là, j’eus du mal à contenir mon hilarité. Même mon petit ami était sous le charme. La question de la jalousie ne se posait pas entre nous.

Sur le ton de la conversation, alors qu’il chantait, je lui fis un résumé de ma rencontre avec Mickael. L’enveloppe qui nous avait mis en contact, sa venue au campus et la séance de bourre pif de ce soir. Son kanima avait l’ouïe aussi fine que la mienne, et m’entendait malgré la sono à fond. De plus, il était largement capable de chanter jouer la comédie et m’écouter. Mickael, qui était resté à côté de moi, avait bien sur tout entendu. Je me penchais vers lui pour lui parler, bien que je sache qu’il m’entendrait sans cela.

- Alors lui là, dis-je en désignant Miya, pas touche. Les autres amuse-toi ! On va danser ? Ah et si tu sens que tu auras du mal à gérer la série des slows, vient te réfugier vers moi. Miya est coincé sur la scène. Je te servirais de chevalier servant. Je garderais mes mains dans les poches promis.

Je m’enfonçais dans la foule, non sans l’avoir regardé avec un grand sourire.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1334
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:04

HOT



Il me tend le nœud pap’ en me regardant droit dans les yeux. Qu’est-ce que tu peux bien penser, Chad ? Me crois-tu mal à l’aise ici ? Ou cherches-tu à savoir de quel bord je suis ? Et bien tu vas pouvoir t’amuser tout comme je sais moi aussi le faire.
On approche ensemble de l’entrée où il esquisse un bonjour poli à une connaissance. Il marque une courte pause dans son mouvement pour me parler.

- Prêt ? Si quelqu’un t’embête, ne frappe pas, dis juste « non merci » ok ?

Qu’est-ce qu’il croit ? Je ne suis pas un bourrin et crois moi je sais être subtile.

- T’inquiètes, je sais me tenir. Et j’ai assez cogné pour ce soir. Je ne suis pas un loup que tu fais entrer dans une bergerie.

J’accompagne ma dernière phrase d’un clin d’œil complice. Et nous entrons.
Le mec derrière la caisse salue Chad et me regarde de haut en bas. Deux fois de suite. Puis ses yeux se posent sans discrétion au niveau de ma ceinture. Il est plutôt mignon mais pas mon style de mecs. Si seulement j’avais un style de mec, dis-je intérieurement. Avec cette remarque personnelle, j’en viens à penser que je n’ai pas croisé de jolies filles non plus.

- Tu me présentes ton ami, Chad ?

- Mickael, je te présente Georges, de son faux nom, Georges, voilà Mickael de son peut-être vrai nom.

- Salut Georges, répondis-je sans relever la boutade de Chad.

- Bienvenue Mickael, amuse-toi bien. Ce soir on a une pop star du Japon, mignon comme tout. Mais ce Chad de malheur se l’accapare !

- J’y peux rien s’il préfère les blonds élancés aux bruns taillés au burin.

Chad s’éloigne de l’entrée et je reste à ses côtés. Il semble s’amuser de la situation. J’avoue qu’elle ne me dérange pour le moins du monde.

- Il s’appelle Timothée en vrai. Mais appelle le Georges.

La révélation me fait sourire. Pourtant ce Timothée a quelque chose que je ne saurais définir.
En traversant la foule, j’évite quelques mains au fesses ce qui semble attirer encore plus l’attention. Qu’ils me prennent pour une cible difficile à décrocher et on va bien s’amuser. En arrivant près de la scène, j’entends Chad se lancer dans des explications avec son petit ami. Je ne suis pas idiot, je comprends vite que lui non plus n’est pas humain. L’humour que Chad glisse dans son récit calme un peu ma suspicion. Puis il se penche naturellement vers moi.

- Alors lui là, dit-il en désignant Miya, pas touche. Les autres amuse-toi ! On va danser ? Ah et si tu sens que tu auras du mal à gérer la série des slows, vient te réfugier vers moi. Miya est coincé sur la scène. Je te servirais de chevalier servant. Je garderais mes mains dans les poches promis.

Sa remarque me fait sourire. Disons qu’encore une fois, je t’accorde mon amitié. Mais s’il s’avère que tu n’es pas sincère, crois-moi tu le regretteras. Mais je ne sais pas encore tout à fait qui tu es. Et tu es loin de me connaître. Je crois qu’on se laisse chacun le bénéfice du doute. Advienne que pourra !
Chad s’enfonce dans la foule. Et je suis sur ses pas. La musique est bonne et bien que je garde toujours un œil discret autour de moi, je me prends au jeu. Et l’ambiance m’y aide fortement. Miya, jette des regards amusés à Chad. Très complice ces deux-là. Une information précieuse qui s’enregistre dans un coin de ma tête. Et que dirait ce gars si je me rapprochais encore de son petit ami ? Peu importe, parce que j’ai décidé de passer une bonne soirée.

========================================================

Trois heures se sont déjà échappé. C'est lui qui est venu vers moi pour le premier slow. En étant proche, quelques choses est passé entre nos regards. Mais on l'a laissé s'échapper dans l'euphorie de la soirée. De longues minutes après que la musique ait repris un rythme endiablé, je suis encore avec Chad sur la piste de dance. Juste après une courte pause qui nous a permis d’échanger deux mots, avant que des mecs un peu éméchés viennent nous draguer maladroitement. J’avais tiré Chad gentiment par la manche pour retourner nous trémousser.
Je danse maintenant collé serré à lui. Les autres mecs semblent le jalouser. Je me rapproche encore. Et c’est presque à l’oreille que je viens lui murmurer.

- Maintenant qu’on est clairement plus proche, tu vas me dire ce que tu as compris en regardant la photo tout à l’heure ?


(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:04

So hot



”Pas un loup qui entre dans une bergerie”. Tient donc, serait-ce une réponse sibylline à une de mes questions muettes ? J’avais compris que je n’aurais aucune réponse, si je lui posais une question directe. Bon, à situation inverse je ferais de même. Je ne pouvais pas lui reprocher sa réserve. Déjà, il a promis de bien se tenir et je le crois. Depuis le début que je l’ai croisé, il a toujours eut une attitude sobre et contrôlée. Je le sens bien plus redoutable qu’il ne le laisse présager. Pas de démonstration de supériorité. Alors qu’il s’est sorti de notre bagarre sans une tache. J’aime cette sobriété.

On a dark desert highway
Cool wind in my hair
Warm smell of colitis
Rising up through the air


Les heures passent. Miya est brillant. Il a vraiment un don pour mettre de l’ambiance. Je le rejoins lors de ses courtes pauses. A cause de son maquillage de scène, il ne peut pas se lâcher sur moi. Je ris de son air de chat battu et frustré, mode Chibi. Il me promet une vengeance terrible pour ma moquerie et repart sur scène hilare et satisfait de l’idée qu’il a en tête. Je rejoins la foule des danseurs.

Up ahead in the distance
I saw a shimmering light
My head grew heavy, and my sight grew dim
I had to stop for the night


J’aperçois Mickael qui semblait s’amuser sur la musique et éviter habillement les plaquages trop insistants. Un vrai challenge en se déhanchant de cette façon avec tous ces célibataires à l’affut.

There she stood in the doorway
I heard the mission bell
And I was thinking to myself
This could be Heaven or this could be Hell


Avec un grand sourire, il m’invita à me rapprocher. Après tout, il ne connaissait que moi dans cette foule bigarrée. Je ne pouvais pas décemment le lâcher. Mais c’est qu’il se rapproche le bougre !

Then she lit up a candle
And she showed me the way
There were voices down the corridor
I thought I heard them say


La série des slows arrive, les propositions aussi. Certains n’ont pas oublié mon numéro torse nu sur le parking ! Ah !! Help ! Du coin de l’œil j’aperçois Miya hilare. Grrr sale matou lubrique ! Où il est ?! Lui au moins devrait pas trop me tripoter ! Tout penaud, c’est moi qui rapplique pour le premier slow. Mais je préfère rabaisser ma fierté que de me faire quasi violer sur la piste de danse.

Welcome to the Hotel California
Such a lovely place
Such a lovely face
Plenty of room at the Hotel California
Any time of year
You can find it here


Alors qu’on se colle pour danser, Miya engage sa basse vengeance. Le salaud devait attendre et calculer son moment. La musique change brusquement et nous colle un titre des Eagles. La manière dont il appuie sur les paroles, je comprends l’idée du matou. Pousse-moi à la faute ! Il sait que j’adore cette chanson !

Her mind is Tiffany twisted
She's got the Mercedes bends
She's got a lot of pretty, pretty boys
That she calls friends
How they dance in the courtyard
Sweet summer sweat
Some dance to remember
Some dance to forge
t


Je lève les yeux vers Mickael, je n’aurai pas du. Il est vraiment attirant là ! L’ordure de chat, il va souffrir plus tard. Mon cœur fait une ratée au grand plaisir de ce Japonais qui exulte de chanter la sensualité alors que j’ai un putain de beau mec dans les bras !

Mirrors on the ceiling
Pink champagne on ice
And she said
We are all just prisoners here
Of our own device
And in the master's chambers
They gathered for the feast


Gna ! Vas-y rajoute en ! Oui je suis coincé là ! Et je me demande si Mickael n’a pas compris le manège de Miya. Je le trouve bien collant d’un seul coup ! Pas que cela me déplaise. La musique repend enfin un rythme normal. Et moi une contenance. Je m’aperçois qu’on est un peu le centre d’attraction. Faut croire que le couple que l’on forme en fait fantasmer plus d’un. D’ailleurs deux gus nous arrivent dessus, un peu éméchés.

They stab it with their steely knives
But they just can't kill the beast
Last thing I remember
I was running for the door
I had to find the passage back to the place I was before
Relax said the nightman
We are programmed to receive
You can check out any time you like
But you can never leave


Mickael me tire habillement hors de leurs pattes pour me coller dans les siennes ! Et merde, je trouve cela diablement agréable ! Ok ! Vous voulez jouer à ce petit jeu tous les deux ! Bien vous allez être servi ! Faut être prêt à éteindre les incendies qu’on allume volontairement les loulous. Lequel des deux s’y colle ? Cette fois je m’abandonne à Mickael. J’entends le cœur de Miya réagir. Gnac !

- Maintenant qu’on est clairement plus proche, tu vas me dire ce que tu as compris en regardant la photo tout à l’heure ? Me demande mon compagnon de danse en me léchant quasiment l’oreille.
- Que c’est toi leur cible et non moi. Dis-je de la même manière et sans faire semblant. D’ailleurs si tu as besoin d’un coup de main, je te filerai mon numéro.

Si mon matou lubrique de petit ami ne réagit pas, je me fais moine !

Hors RP:
 

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:05


> Pleasure is mine<



La soirée se passe plutôt bien. Les clients aiment l'animation que j'apporte. Ils aiments ma voix et mon style. C'est d'ailleurs pour ça que je suis là toute la soirée. Habituellement, je ne joue que quelques morceaux, principalement des titres tirés de mes albums, mais c'est du J-Rock et ça ne plaît pas à tout le monde. Je peux les comprendre. Je suis passé par tellement de styles différents que moi-même j'aime écouter autre chose...

Du coup, ce soir, j'interprète certains de mes titres mais aussi des chansons que j'aime bien en ce moment et même des titres sur demande...tant qu'on ne me demande pas du Céline Dion, tout va bien!

Et puis je suis heureux parce que Chad doit venir me voir ce soir. Je sais qu'il n'est pas vraiment fan du J-Rock...Ça ne m'étonne pas. Il aime le sobre, le classique, les choses plus posées. Du coup, un peu en cachette, je travaille sur une nouvelle composition. Être avec lui me donne envie de me surpasser. Pas de changer. J'aime ce que je fais tout autant que mes fans, mais depuis mes débuts, je change régulièrement. Je me lasse de ce que je fais, j'aime tenter de nouvelles choses, et là, c'est vraiment quelque chose de nouveau. Enfin, je veux que ce soit bien donc ça va me prendre un peu de temps et il devra faire avec la J-Rock en attendant.

Il tarde un peu à arriver d'ailleurs mon louloup!!! Je ne laisse rien paraître devant le publique, mais j'espère qu'il ne lui est rien arrivé. Je suis bien vite rassuré quand je le sens entrer dans la boîte. Tiens, il n'est pas seul. La vache, il est canon celui qui l'accompagne! D'ailleurs, je ne suis pas le seul à le remarquer. Je hausse un sourcil et affiche un sourire amusé et interrogateur. Qu'est-ce que tu nous as ramené là mon loup.

Chad m'explique sa rencontre avec ce gars et ce qui les a amenés ici. Ma relation avec Chad est difficile à décrire. Nous sommes ensemble, et je peux le dire honnêtement, je serais brisé s'il venait à me quitter, mais je n'éprouve pas de réelle jalousie. Et plutôt que de faire une scène, dans le cas où j'en éprouve, j'ai plutôt tendance à le taquiner. Ma façon à moi de lui dire que je le vois, que je le regarde, mais qu'il est libre. Parce qu'il l'est. C'est un peu le maître mot. La liberté. Jamais je n'emprisonnerai Chad, ni personne, même avec les lien invisible d'une relation, je m'y refuse.

Son explication me rassure un peu cela dit car je comprends pourquoi je sens l'odeur de son sang. Il n'a pas du tout essuyer après la cicatrisation. Sans complètement le perdre de vue, je retourne mon attention vers le publique. Je repère aussi Danny et Ethan. Avant l'arrivée de ce dernier, j'avais un peu flirté avec Danny, mais nous étions plus des amis tactiles que des amants. Ce qui m'étonne en revanche, c'est la réaction d'Ethan. Je termine ce morceau, le sourire aux lèvres.

- "Est-ce que vous êtes chaud au Jungle ce soir?"

Ils me répondent. Ils sont motivés. Mais pas encore assez chaud à mon goût.

- "Certains parmi vous commencent à bien me connaître. Mais depuis que je suis ici, je n'ai interprété que des titres de mes albums rock. Et si on changeait un peu de registre?

Je regarde mes musiciens et souris avant d'entamer Señor, Señora, Señorita. Un rythme de fond inspiré de la musique latine qui fait changer un peu l'ambiance. Après ce morceau, je commence à sentir de la chaleur dans cette boîte.

- "Ouais, c'est déjà mieux...La prochaine, vous la connaissez bien, mais je vous sens enfin d'attaque pour l'apprécier ce soir!

J'entame alors Secret, un morceau assez sensuel. Un pas de plus vers ce qui les attend pour la suite. Tout en faisant le show, je garde un oeil sur Chad et son ami. Je ne leur facilite pas la tâche. Ces chansons sont vraiment propices à un collé-serré. Et Chad se venge bien, surtout que l'autre se laisse prendre au jeu. Attendez mes petits lapins, le meilleur est à venir.

A la fin de ce morceau, je reprends le micro. J'ai le sourire vissé aux lèvres. C'est une assez bonne soirée. Je regarde en direction de Jay et je vois qu'elle a repéré Chad et son nouvel ami. Ma soeur est aussi protectrice qu'un cerbère, mais je la rassure d'un petit signe de tête. Telle que je la connais, il est quand même bon pour un petit sermon gentillet, mais elle sait que notre relation ne fonctionne pas tout à fait comme les autres. Elle sait comment je fonctionne. J'ai besoin d'amour, mais d'aucune chaîne...

- " Est-ce que vous êtes chauds les gars?! Ça y est? Je vous sens chauds! Je vois des torses nus et des hanches qui ont le rythme. Mais est-ce que vous êtes prêts?"

Des oui retentissent mais je fais l'une de mes mimiques.

- "Là ce que j'entends, c'est que vous êtes prêts à aller vous coucher!!

Des non me répondent.

- "Alors est-ce que vous êtes prêts?"demandè-je plus fort.

Là c'est la cohue! Bien mieux! Oui, ils sont chauds!!

- "Ah!!!Là, je vous sens prêts!!! Ce soir, je vais vous faire les titres du moments et même des titres à la demande. Mais je ne suis pas le seul chanteur dans la place. Il est arrivé hier du Japon messieurs, il a fait parti d'un groupe de six mecs tous plus beaux les un que les autres, mais c'était mon préféré...nous avions tous les deux un goût prononcé pour l'excentricité capillaire..quoique le blond très court ne t'allait pas très bien...

Dis-je en me tournant vers mon ami qui me fais un doigt d'honneur.

- "Messieurs, je vous demande d'accueillir Koki Tanaka!

Les habitués connaissent au moins de nom car j'ai déjà interprété l'un de ses morceaux... Il est applaudi même si tout le monde ne sait pas encore à quoi s'attendre.

- " Alors, pour ceux qui ne connaissent pas. J'ai déjà interprété quelques titres de son groupe ici, et surtout un titre qu'il chante habituellement: Make U Wet. Et ce soir, nous allons vous chanter, le chapitre 2!

Quelques exclamations retentissent. Certains salivent d'avance.

- "Mais ce soir, je suis d'humeur joueuse. Et j'ai décidé que nous ferons participer deux d'entre vous à cette chanson. Et j'ai déjà trouvé qui! Jay, s'il te plaît.

Ma soeur est déjà à deux pas d'eux. Elle souffle une mise en garde à Chad et je lève les yeux au ciel. Ils se retrouvent sur scène, assis.

- "Tous les regards se sont tournés sur toi bel inconnu. Il faut dire que tu es diablement sexy! Alors, voilà, je te souhaite la bienvenue au Jungle! dis-je à Michael.

-"Et toi, tu l'as amené, donc tu subis aussi!! dis-je à Chad non sans lui mettre une main aux fesses!

Et nous voilà, Koki et moi-même entamant Make U Wet chII, en jouant avec les deux apollons que nous avons fait monter sur scène. Nous alternons et je joue autant avec Chad qu'avec Michael. Le premier parce que de toute façon, je ne peux m’empêcher de le toucher, le deuxième, pour taquiner le premier! Au cours de la musique, Mary-Jaycee leur explique qu'elle va leur faire boire un baiser du Diable. Il doivent prendre l’alcool d'un verre de shooter...que Koki et moi leur donnons, se faire un bain de bouche puis pencher la tête en arrière et ouvrir la bouche, sans avaler le liquide! On enflamme alors l'alcool. La flamme se voit bien d'ailleurs. Puis ils referment la bouche et avalent avant de redresser la tête.

Le morceau terminé, je les félicite, leur fait avoir des applaudissements et Mary-Jaycee leur offre quelques tickets de boissons gratuites.

J'interprète quelques morceaux plus pop et RNB pour le bonheur des danseurs puis laisse place à la techno le temps d'aller me rafraichir!

J'arrive au bar et leur souris.

-"Ça va? Vous ne m'en voulez pas trop?
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1334
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:06

Kiss the Devil



Le baiser du Diable. Pourquoi pas ?! Chad se retourne vers moi. Bien sûr que je joue le jeu ! Et d’ailleurs…je lui adresse un clin d’œil complice et il comprend que je lui propose de faire la même chose que moi. Pour faire monter l’ambiance, on commence à bouger sur la scène en déboutonnant sensuellement notre chemise respective. Le baiser du Diable. Pour deux garçons enflammés. Voilà qui allait échauffer les esprits. Exactement ce qu’il me fallait pour oublier la mauvaise nouvelle transmise par James. Et pour me défouler après la pseudo-agression dont on a été victime. Avec le recul, mon côté sauvage s’est retrouvé frustré de ne pas avoir collé une vraie raclée à ces inconnus. Chad sait s’amuser et je remarque les aller et venus perpétuels entre lui et Miya. Pas de jalousie entre eux. Mais beaucoup de complicité. L’alcool descend lentement au fond de ma gorge sous les cris déchainés de la foule. De cette manière je n’en sens même pas les effets. Miya réclame des applaudissements. Et le public ne tarde pas à réagir. Chad vient me murmurer à l’oreille.

- Il faut soigner notre sortie de scène, Mick…

Puis il se tourne vers les mâles en chaleur qui nous ont pas quitté des yeux.

- Puisqu’elle est ouverte, autant s’en défaire non ? Demande-t-il à la foule en saisissant ma chemise au niveau de mon bassin.

- Tu n’as pas chaud, Mickael ? Continu-t-il d’une voix plus forte.

Je me laisse faire car je vois une lueur d’amusement au fond de ses yeux. Demain, on aura oublié qui je suis. Alors profitons. J’approuve d’un sourire.
Et les mecs se jettent sur ma chemise que Chad venait de lancer dans la foule. Dans la cohue, il me prend par la main et me tire hors de la scène. Jay nous amène au bar et nous offre un deuxième verre. Le barman nous félicite de l’ambiance qu’on a mise ce soir.
Pour la première fois, Chad et moi discutons sans nous masquer l’un et l’autre. Je ne dis rien de personnel. Et lui non plus. Pourtant, j’ai la nette sensation que quelque chose s’est libéré entre nous. Il y avait toujours cette méfiance inconsciente, surtout quand on sait dans quel monde on vit. Mais, on était clairement enclin à devenir amis.

Miya nous rejoint au comptoir. Il a l’air ravi de retrouver Chad et je remarque la main aux fesses qu’il lui colle.

- Ça va ? Vous ne m'en voulez pas trop ?

- Chad me doit une chemise ! Dis-je en faisant mine de râler.

- Je vois que le shooter t’a inspiré !

- Très chaude cette soirée, répond le fautif.

Je regarde Chad. Et je me colle suffisamment pour que le courant passe à nouveau entre nous. Miya nous fixe. Je me rapproche des lèvres de son petit ami dangereusement. Puis je m’en détourne en riant.

- Moi, ça m’a ouvert l’appétit !

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:07

Nouvel Ami

Je pensais que son massacre du slow des Eagles était là sa vengeance. Mais Miya sait être excessif. Et me voilà carrément entrainé sur scène ! Il sait que j’ai horreur de me trouver sur le devant de la scène, sauf si c’est une volonté de ma part. Le pire est que Mike joue le jeu. La pression des autres danseurs est telle, que je n’ai pas le choix. Saloperie de matou ! Ma vengeance sera terrible. Tu n’as pas fini de miauler le chat ! On verra cela plus tard entre quatre yeux. Je me demande d’ailleurs, s’il ne pousse pas le bouchon un peu loin un peu pour ça. Il est très joueur et assez tordu d’esprit pour cela. Bon, le ridicule ne tue pas. Et ce qui ne tue pas rend plus fort… Autant éviter de faire le timide complexé. Et autant le dire, ce maudit Mike m’a quand même bien chauffé en se collant comme ça à moi. Miya en rajoute, OK ! Le troisième lubrique entre donc en scène ! Je suis le jeu de Mickael pour le déboutonnage de chemise. Là, je suis un pro avec mes séances de shooting. Parlons crûment, cela bande dur dans la foule. Mike se démerde pas mal. Faudra quand même que je lui demande un minimum de curriculum vitae ! L’alcool s’embrase dans ma bouche, j’avale cul sec. L’avantage ou l’inconvénient d’être un loup : pas moyen de se souler. Miya n’arrête pas d’aller de l’un à l’autre. Ne se gênant pas pour tâter Mike. Et j’ai comme l’impression que ce qu’il trouve sous ses doigts, lui plait. Tss matou lubrique ! Son anima colle bien à sa personnalité. Il ne cherche absolument pas à me provoquer, ou me rendre jaloux. Notre lien n’est pas là.

Pour contrer un peu Miya, je reprends un peu la main, et propose à Mike une belle sortie. Je lui retire sa chemise, non sans laisser trainer mes doigts sur son dos, laissant quelques marques légères, là où mes ongles ont frotté sa chaire. Je balance sa chemise au publique. Adieu chemise qui sentait le neuf…

Jay nous conduit au bar où on nous offre des boissons. Je bois un verre d’une traite, J’ai une de ces soifs ! Je souris à Mike. Sa façon, d’agir ou de réagir ma plait. Je crois qu’il a bien situé ma relation avec Miyavi. Faite d’un lien fort, mais sans chaines. Il a suffisamment été prisonnier pendant sa jeunesse pour que je l’emprisonne dans une pseudo fidélité et inversement. Ce n’est pas comme si on avait l’intention de fonder une famille. Le fait d’être du même sexe, simplifie pas mal de chose, de préconçus sociaux.

On engage la conversation sur des banalités. Je n’apprends rien de personnel. Mais tout compte fait je m’en moque. J’aime ce qu’il dégage, une force tranquille. Mon loup est en confiance près de lui. Je me fie à son instinct. C’est un homme mystérieux, mais je ne me sens pas en danger vis-à-vis de lui. Clair que sa vie ne doit pas être bien nette. Il n’a fait aucune réflexion quand il m’a vu en loup, ni râlé sur le fait que j’ai essayé de le bloquer dans la voiture. Il est au fait de ce monde-là. Regardant son torse, mon regard est attiré par son collier. Le dessin du médaillon est étrange. Instinctivement, Mike met sa main dessus quand il voit mon regard. Quelque chose à laquelle il tient…

Je sens une main sur mes fesses et l’odeur de Miya m’envahit. Il s’assoit à côté de nous, non sans m’avoir lécher le coin de la lèvre, comme il aime bien le faire. P’tit matou !

- Ça va ? Vous ne m'en voulez pas trop ? Demande Miya.
- Chad me doit une chemise ! Dit Mike.
- Je vois que le shooter t’a inspiré ! Me dit le chat.
- Ouais très chaude cette soirée…


Clair je suis en nage. D’ailleurs j’ai toujours ma chemise déboutonnée. Je regarde de nouveau le collier de Mike. Sans rien dire, j’enlève ma chemise et la tend à Mike.

- Pour me faire pardonner.

Je ne crois pas qu’il en est à une chemise près, mais sans le toucher j’ai envie de protéger ce médaillon. Il me semble important, alors autant qu’il soit à l’abri des regards. Mike se penche pour la saisir, plus que nécessaire. Il est très près et son regard insistant vers mes lèvres augment encore d’un niveau ma température corporelle. Il se détourne juste à temps. A jouer avec les allumettes, tu vas te bruler mon petit Mike ! J’entends le kanima de Miya ronronner. Il adore me voir perturbé… Avec ces deux-là à côté de moi, je vais entrer en combustion instantanée ! Ils ont un style radicalement différent, mais sont diablement sexy tous les deux. Je fais signe au barman de me servir un autre verre. J’ai soif !

- Moi, ça m’a ouvert l’appétit ! Dit Mike.

C’est vrai que j’ai la dale aussi. Je lance un regard à Miya. Il me répond par un signe de tête. On ne sert pas à manger ici. Lui est coincé jusqu’à la fermeture. Il y a un bouiboui à kebab ouvert toute la nuit à 200 mm de la boite. Je vois Mary Jaycee qui nous observe. Toujours inquiète pour son petit frère. Contrairement à lui, elle a besoin de voir des signes extérieurs de ma part vis-à-vis de Miya. Je l’attrape par le cou et l’embrasse, mordillant son piercing de la lèvre. Il adore quand je fais ça. Je mine un téléphone avec ma main à l’adresse de Miya et entraine Mike dehors.

Sortir de la boite fait un bien fou. Déjà au niveau décibel, mon loup soupire d’aise. L’air frais sur mon torse me fait aussi du bien. J’avais chaud et pas uniquement à cause du chauffage…

- Je vais me chercher un tee-shirt dans la voiture je reviens. Le restaurant est de l’autre côté.

En revenant, je me dis que Mike devrait faire du mannequina. Il a la pose parfaite pour un shooting là. Je passe devant lui et le dépasse. Plus loin, un groupe de gars discute bruyamment et nous lorgnent. Ils m’ont certainement vu sortir torse nu. J’anticipe les emmerdes en tendant la main à Mike. Il comprend à mon regard, me rattrape et au lieu de me prendre la main, colle carrément son bras autour de ma taille. Je passe donc mon bras autour de son cou et en profite pour lui voler ce baiser qu’il m’a refusé à la dernière seconde, il y a dix minutes. Le gout de ses lèvres est agréable. Il ne fait rien pour me repousser, je n’en suis pas étonnée. Après tout il a joué à ce jeu toute la soirée. Je le pense capable d’assumer ses actes. On se restaure, en s’asseyant sur les hauts tabourets.

- Si tu veux, on se retrouve demain au centre commercial. Y a une boutique homme qui devrait te plaire. Je te rachète la chemise qui te plait et interdiction de refuser. Tu me rendras la mienne comme ça. Je te ramène ?

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:07


> Calm down<




Chad et son nouvel ami, Mickael se prêtent au jeu avec joie et j'adore ça. Chad n'est pourtant pas le genre à se mettre en lumière de lui-même, mais puisque je l'y ai poussé, il ne se gêne plus pour briller!

Koki s'amuse aussi comme un fou. Il n'est plus avec son groupe et le retour sur scène lui fait du bien. Alors je le laisse prendre le relais le temps d'aller voir mon petit loup et son ami. Mickael a perdu sa chemise et Chad lui offre la sienne pour se faire pardonner.

Quand je vois Mickael se pencher pour un baiser de Chad, je tique un peu, mais pas de jalousie. C'est comme ça, nous sommes libres. Je n'éprouve pas de jalousie, parce que ce que je partage avec Chad, il ne le partagera avec personne d'autre. Et si je tique, c'est plus pour MJ, que pour moi en réalité. Jay est plus...radicale. Elle a été élevée dans l'idée d'un amour unique et exclusif pendant cinq ans après tout alors que je n'ai connu que l'esclavage. Mais ce n'est pas ça qui la gêne...pas vraiment

Elle menace Mickael d'un regard assassin et enclenche son allume gaz avec un sourire vengeur en regardant Chad.

-Jay! Arrête ça. Je t'ai déjà dis que...

- "Votre relation est différente, et blabla...bah ça veut pas dire qu'ils doivent se bécoter devant toi...On ne force pas...

Sa voix s'étrangle et elle grogne.

- "Jay, ça n'a rien à voir avec cette époque..."
Et merde...je la sens perdre le contrôle... - "JAY!

Elle se reprend soudainement et me regarde alors que je tiens sa main. Je sais pourquoi elle est en colère. Quand ils avaient découvert qu'elle et Draven étaient proches, ils l'avaient forcée à regarder notre ami me faire l'amour...me violer... J'avais vécu bien pire, et Draven avait été doux même s'ils l'avaient forcé à être un peu brutal...c'était toujours plus doux que ce à quoi j'étais habitué. Mais elle s'en est toujours voulue...

Elle plonge ses yeux chocolat pailleté d'or dans le mien et soupire.

- "Nous sommes libres Jay. Nous sommes libres et Chad aussi est libre. je ne l'entraverai pas. Il fait ce qu'il veut, c'est notre choix, mon choix, alors respecte le, s'il te plaît et cesse de te faire autant de soucis.

Elle s'excuse auprès de Chad et Mike et s'éclipse pour aller servir d'autres clients. Je m'excuse à mon tour et promets à Chad que je lui expliquerai une autre fois le pourquoi de cette perte de contrôle avant de le laisser partir manger avec Mike. Je me contente de lui souffler un "fais attention" avant de retourner sur scène.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1334
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]   Lun 17 Nov - 17:10

La suite Ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» D'un pas décidé, j'entre dans la ville. [PV Mickael et Chad]
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]
» un loups dans la ville ainsi que des pirates et un chasseur sans m'oubliez moi ainsi que les civils...
» Enlevez l'homme devant le labo de recherche
» Batista & John Cena vs Orton & Ryback

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Dans la rue-
Sauter vers: