AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Une nouvelle chape [ft Chad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 173
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Une nouvelle chape [ft Chad]   Mar 28 Avr - 23:26

Premier coup de pioche




hrp:
 

Mafdet disparait avec Fhury. Noah hésite longuement avant d’accepter de me laisser seul avec Chad. Il est protecteur et notre relation est…ce n’est pas de l’amour, pas CET amour. Son regard est trompeur à ce sujet, mais il ne m’aime pas comme ça. Plus maintenant. Son cœur été capturé par un autre depuis. Oui, il m’aime, et je l’aime, mais c’est un amour singulier. Pas celui que l’on porte à un amant, ni celui que l’on porte à un frère. C’est plus semblable à un lien entre âmes-sœurs. Souvent, les humains font l’amalgame entre « âmes-sœurs » et amour. Mais la réalité, c’est qu’il arrive qu’une connexion ait lieu entre deux âmes. C’est le cas pour nous, je pense. Mais je conçois que ce soit difficile à comprendre.

Je fuis son regard. Je ne sais pas comment faire, comment agir avec lui. Je m’approche d’un banc et sans parvenir à prononcer le moindre mot intelligible, je lui fais comprendre qu’on pourrait s’y assoir. Je m’y assois. De toute façon mes jambes ont bien du mal à me soutenir. Comment faire ? Comment avancer ? Comment oublier et pardonner ?

«  Je ne serais jamais elle, Chad.

Voilà une entrée quelque peu brusque en la matière, mais tourner autour du pot ne nous apportera rien de toute façon. Et il n’y a pas de bonne façon de commencer à démêler ces nœuds dans notre relation, il faut juste attraper un bout et doucement le faire passer dans les boucles pour les défaire.

« Comment peux-tu me pardonner sous prétexte que nous sommes parents alors que tu ne le pouvais pas avant de le savoir, Qu’est-ce que ça change au fait que je puisse être un monstre ou non ?

Pourquoi ne serais-je pas un monstre ? Être de son sang ne me protège pas de la pénombre….Je plonge mon visage dans mes mains puis je les passe dans mes cheveux en inspirant profondément pour tenter de garder le contrôle.

— «  Je suis désolé…


© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 829
Réputation : 68
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Une nouvelle chape [ft Chad]   Sam 2 Mai - 11:22











Point of view


Quand mon telephone a sonné et que cette fille affolée m’a dit de venir, j’ai tout laché sans réflechir. Ce numéro que je garde précieusement dans mon téléphone ne m’avait pas appelé depuis des lustres, depuis des siècles. J’avais foncé, remerciant le V8 de la Maserati et sa maniabilité. J’avais eu si peur d’arriver trop tard, de le trouver agonisant ou mort. Cet appel m’avait fait comprendre que je devais arrêter d’attendre, et de me cacher derrière l’idée de lui laisser du temps. A Boston dans l’urgence, je m’étais imposé à lui, je l’avais contraint et dominé pour contrer Shadowscat. Je pensais naïvement l’avoir tué, effacé cette personnalité de l’esprit de Miya. Mais nos retrouvailles derrière la maison de Ruby, m’avaient prouvé mon erreur. Je l’avais certes stoppé, mais pas effacé. Cette personnalité que Miya avait forgée pour survivre, était toujours là. Oui, ce jour-là chez Ruby, je l’avais haï pour ce qu’on m’avait fait subir. Je l’avais détesté pour la profanation de mon corps et de mon intégrité. Il avait fallu toute la persévérance de Mick pour me faire admettre que j’étais encore digne de lui.  

Naïf, je l’étais. J’avais pensé qu’il suffisait que je lui parle, que je fasse acte de présence, me réclamant être toujours son ancre. Pourtant quand son regard a basculé avec l’ordre de me tuer, je n’ai pas révélé ma nature. Résistant avec ma force, certes plus élevée que celle d’un homme simple, mais loin d’être à son apogée sous cette forme, et largement insuffisante pour contrer Miya. La blessure qu’il me fait à l’épaule n’est rien face aux mots en lame de rasoir de cette fille, ou de la froideur méprisante de Noah. Étrangement, je me rends compte que c’est la première fois de ma vie que je me fais rejeter, réprouver… haïr. La douleur du cœur est violente et brulante. J’écoute les conversations qui se passent de moi et dont pourtant je suis le point central. Quel piètre comédien est ce pâlichon glacial. Il ne croit pas ce qu’il dit, c’est si… évident. Pourtant, il arrive à calmer Miya, à le faire revenir.  Une autre jalousie m’anime, elle est bien différente de celle que j’avais pu éprouver à Boston, car elle met en jeu un autre sentiment, tout aussi profond que l’amour que je pensais éprouver pour lui.

Je soupire, prêt à me résigner à tenir ce rôle. Je me disais intérieurement que j’étais prêt à tout pour ce cousin qui m’échoit du ciel. Dont acte, j’accepte ce rôle de goujat qu’on veut me coller sur les épaules, si cela peut aider Miya à aller mieux. Dans le fils des discussion,je comprends que Nathan et Noah seraient ensemble. J’ai envie de crier à la mauvaise blague. Les hommes étaient pour Nath plus une curiosité, une envie de violer les tabous, qu’un réel penchant de sa part. Et ce… faiseur de glaçon aurait su le charmer ? Je suis inutile et ça me blesse.  J’ai envie de sortir de la boutique et ne plus être sous le regard de fouine de mon oncle.  Mais Miya s’approche de moi et… déballe ce que j’essaye de cacher à tout prix à Elias. Le fait-il exprès ? Ne comprend-t-il pas les raisons qui m’ont fait garder mes crocs et mes griffes rangés au risque d’y perdre la vie ? Veut-il se venger en m’offrant ainsi en pâture aux chasseurs? Il s’excuse mais en même temps me livre à l’ennemi.  Pire ! Il entraine Mick là-dedans en le citant. Je serre les dents, ma liaison avec lui n’est pas secrète, mais là je préfèrerai qu’il se taise, qu’il n’allume pas un phare sur la tête de Mick. Son discours est ambivalent, il parle d’avenir, d’enterrement de vie de garçon et en même temps me colle une belle cible sur le front pour son grand père. Je ne sais que penser, mon cœur est perdu. Je ne suis pas vraiment prêt à tout, et certainement pas d’accord pour mettre la sécurité de Mick en jeu.

Ses derniers mots me choquent. Si c’est ce qu’il pense, que moi je pense de lui… Alors cela signifie qu’il ne m’a jamais cerné, ni vraiment compris celui que je suis. Je sors de la boutique sans un regard pour Elias qui jubile, ni pour les deux autres ardents défenseurs de Miya. Si Elias creuse un peu… je ne suis plus en sécurité, et Mick non plus, car son passé est mêlé aux Argent. Je croise Maf’ en me dirigeant vers ma voiture. Toujours là quand il le faut elle... Je suppose qu’elle vient pour l’autre chat qui ne m’aime pas du tout. Entre loup et félin c’est en fin de compte normal. Je n’aime pas qu’on ne m’aime pas. Encore ce sentiment de rejet qui me plombe le cœur. Miya m’avait déjà quitté une fois, ce n’était pas à cause de moi, mais pour une quête personnelle.

Avant que j’atteigne ma voiture, Miya me fait comprendre qu’il veut me parler, je le suis donc. Il m’a coupé la parole jusque à présent, me sortant sa vérité et son point de vue. Décidément, on ne doit pas vivre dans la même dimension. Car, je n’ai pas la même vision que lui de ce que je ressens ou de ce que je fais. Et je pense être plus à mène que lui de savoir ce qui se passe dans mon cœur. Il s’assoit sur un banc, je le rejoins toujours silencieux car j’ai l’impression que quoi que je dise, il refusera d’entendre mon point de vue. Il est bloqué sur ses sentiments et ressentiments. Ça l’empêche de comprendre mon évolution dans l’affection que j’ai pour lui, ça l’empêche d’avancer…

-  Je ne serais jamais elle, Chad.

Encore ça… Non il ne sera jamais Emy. Comment le pourrait-il, ils sont si différents !

- Je le sais, et ce n’est pas ce que je cherche. Miya, personne ne peut remplacer Emy. Ma sœur était unique et le restera. Cela serait tromper sa mémoire que de penser que quelqu’un puisse la remplacer. Tu es mon cousin, le seul que je connaisse, tu comptes beaucoup pour moi, vraiment beaucoup.

- Comment peux-tu me pardonner sous prétexte que nous sommes parents alors que tu ne le pouvais pas avant de le savoir, Qu’est-ce que ça change au fait que je puisse être un monstre ou non ? Je suis désolé…

Je soupire, va-t-on arriver à faire coïncider nos vérités ? Un monstre ? Sans blague… Est-ce la haine que j’ai sentie de la part de cette fille et de Noah, ou encore d’Elias qui s’est délecté de la situation et de mon désarroi. Mais j’en ai assez qu’on me dise ce que je pense !

- Le monstre comme tu dis, je l’ai accepté dès notre première rencontre Miya. Et j’en suis également un. J’ai eu plus de chance que toi dans mon passé pour arriver à la personne stable que je suis maintenant. Je ne te reproche pas ce qu’il t’a fait subir, dis-je en désignant la direction de la boutique. Oui, découvrir que nous sommes du même sang m’a aidé à démêler ce qu’il y avait dans mon cœur. Juste aidé, car c’était déjà là, le vrai sentiment que j’éprouve pour toi. Ça m’a permis d’admettre ma liaison exclusive avec Mick, du rejet de toi sur ce point… de… comprendre que nous deux, c’était… c’est tout aussi fort, mais différent. J’ai mal de te sentir mal…

Les coudes posé sur les genoux, je cherche son regard qui est fuyant. Je devine son débat intérieur. Il est perdu, les murs qu’on avait bâtis ensemble se sont écroulés. Je comprends que l’idée de tenter de reconstruire quelque chose avec moi, l’effraye. Il a bien assez souffert. J’aimerais tant lui faire partager ma stabilité. Lui donner une maison et pas seulement les plans de celle-ci.

- Miya, à la maison de Ruby, ce n’est pas le monstre que j’ai haï, mais bien toi, l’humain. Toi qui leur as cédé, toi qui as accepté Rob, toi qui as admis ce conditionnement que tu es pourtant capable de repousser. Tu viens de le prouver il y a quelques minutes à peine. Je t’ai détesté pour ta faiblesse, pour avoir laissé volontairement Shadow prendre les commandes… Alors oui, là tu peux dire qu’un lien de sang permet de pardonner plus facilement à son couillon de cousin ses faiblesses. Pour le reste… t’es plutôt mignon et je pense être pas trop mal foutu. Comme nous sommes gays tous les deux, c’était un peu couru d’avance… Mais je pense que mon loup, avant que je fusionne à Boston, savait et t’avais reconnu comme étant de ma famille et je suis persuadé que Nineko aussi… Nos monstres respectifs savaient Miya, c’est notre part humaine qui s’est méprise sur la nature de nos sentiments l’un pour l’autre.

Une voiture passe un peu vite dans la rue, nous la regardons filer. Un enfant court après un ballon, l’école est fine. La journée est plus qu’ordinaire. Arriverons nous un jour aussi à vivre de manière ordinaire, ou de s’y rapprocher le mieux ?

- Pour l’enterrement de la vie de garçon de Mick… N’imagine pas une seule seconde que je vais te laisse me l’emmener vers quelques tentations ! A moins que tu ne tiennes pas à la vie des « amuseurs » que tu vas recruter. Sinon pour moi, je te permets de me faire gouter tes saletés à fumer, vu que je n’ai jamais testé… Tu pourrais te marrer.

J’essaye une note d’humour ou colorer un peu ce moment intense. Je sens sa réticence. Il est toujours attaché à moi d’une manière amoureuse. Il m’a fallu du temps pour comprendre et admettre. Tu temps pour oser revendiquer Mick comme seul et unique compagnon. Mais Miya part avec un handicap avec sa nature profonde et ce qu’il a vécu, le manque d’affection dans son enfance.

- Ah au fait, j’espère qu’Elias na va pas faire le lien entre moi et le loup qui a été torturé au Mexique, ni s’intéresser de trop près à Mick dont le passé est blindé d’Argent. Je ne sais pas si tu le sais, mais des étudiants meurent au campus, victimes d’essais génétiques pour les transformer en loup. J’ai le sentiment d’être impliqué là dedans…

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 173
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Une nouvelle chape [ft Chad]   Mar 5 Mai - 13:17

Un terrain planifié?



Le doute est grand. Le regard de chad est rempli d’émotions et alors que je lui parle de Mick et du Mexique, je vois qu’il n’est plus au lien qu’il voulait rétablir avec moi. Toutes ses pensées sont à Mick et pour la première fois depuis notre rupture…depuis l’arrivée de Mick, cela ne me brise pas le cœur. En fait, c’est triste à dire, mais je me sens désolé pour eux et surtout pour tous ceux qui les entourent. Pour la première fois, je suis presque heureux de ne pas faire partie de cet amour. Je ne supporterais pas de voir quelqu’un mourir sous prétexte que je dois vivre, qu’on me choisit. Je suis du genre à laisser exploser ma colère quand on touche un de mes proches, mais oublier mes proches pour une personne… Je l’ai déjà fait pour Chad quand il a été enlevé par les ennemis de Mick et ça a déclenché tout le reste…Leur amour est magnifique, mais il est aussi effrayant d’une certaine manière car il éclipse tout. Si j’en crois ce que m’a raconté Stiles, c’est exactement comme cela qu’agissait Scott par rapport à Allison…

Son regard change à nouveau. Nous sommes étrangers. Je comprends aussi que nous nous trompions tous les deux. Nous n’avons jamais compris l’autre. Comment en sommes-nous arrivé là ? Je connais mes erreurs. J’ai cru aimé alors que je ne faisais qu’obéir. Je me suis accroché quand j’aurais dû laisser partir. J’ai eu peur et j’ai agi comme un imbécile parce que je ne pouvais supporter d’être seul, de ne pas être choisi… de n’être rien. Mais je ne pensais pas m’être fourvoyé autant. Peut-être que la solution est là finalement. L’homme que j’ai aimé n’est plus, peut-être même n’a-t-il jamais été. Cet homme, mon cousin, n’a rien à voir avec celui qui était mon ancre.

Moi aussi j’ai changé et pas seulement physiquement. J’ai appris à reconnaître mes erreurs, à faire confiance aux autres. J’ai appris à mettre un pas devant l’autre et à accepter l’humanité en moi. J’ai appris à vivre avec l’absence de Shadowcat, à accepter ce qu’il avait…ce que j’avais fait. J’ai encore beaucoup à apprendre et alors que nous sommes assis sur ce banc et que je livre ce que je me sens capable d’avouer à Chad, j’’ai le sentiment qu’il n’en a pas conscience. Je ne l’en blâme pas. je crois bien que moi-même je ne comprends tout cela que maintenant.

Contrairement à ce que je pensais, je n’ai pas besoin de lui pour vivre. Il n’est plus mon ancre. Il n’est plus cette ancre qui me gardait dans le passé, accroché à cette facette de moi, cet ado qui veut devenir libre, qui cherche à s’émanciper mais qui n’ose pas lâcher la main pour traverser. Il était mon ancre. Il était mes chaînes. Je ne sais pas s’il on peut dire qu’il a changé car je ne suis pas certain de l’avoir vraiment connu un jour, mais moi j’ai changé et je me demande s’il est vraiment prêt à l’accepter. Moi qui étais si dépendant de lui, j’ai su avancer sans sa présence. Et même s’il ne ressent pas d’amour moi, ses mots dans la boutique sont une certaines preuve de cette hypothèse. Il ne me pensait pas capable d’avancer sans lui, moi non plus d’ailleurs, et pourtant je l’ai fait. Pas après pas, je suis allé de l’avant, sans lui, sans même m’en rendre compte.

Je finis par parler à nouveau d’Emy. Ce que je dis peut paraître évident car j’ai bien compris qu’elle et moi étions radicalement différents, mais Chad aime sa sœur et sa disparition l’a anéanti. Et là, pouf, il se découvre un cousin, une famille… je ne veux pas qu’il fasse d’amalgame. Il m’assure qu’il ne confond pas, mais je lui rappelle que ce simple lien lui a fait changer d’avis sur mon compte, d’un claquement de doigts. Je reparle du monstre en moi. Il me dit qu’il a accepté le monstre dès notre première rencontre mais c’est faux, seulement nous n’avons pas la même définition de ce qu’est un monstre. À mes yeux, Nineko n’a rien de monstrueux. Seul l’humain l’est. Voilà pourquoi nous ne nous sommes jamais compris. Il pensait qu’il m’aimait comme personne ne m’avait jamais aimé en aimant l’animal, mais ils ont tous aimé l’animal et ils se sont assuré d’enterrer l’humain. Chad l’a déterré et…

Il me dit que savoir pour notre lien l’a simplement aidé à démêler les nœuds dans son cœur mais qu’il savait déjà. Je lève les yeux au ciel et soupire.

— «  Envisage cela de mon point de vue : tu t’éloignes avec un regard empli de haine et l’âme blessé et quand tu reviens, tu es fiancé, ton âme a cicatrisé et tu veux qu’on redevienne proche parce que tu as découvert qu’on est cousin. Hallelujah ! Sauf que pendant ce temps-là, j’aurais été seul sans Fhury et Noah. Je me suis éloigné de la meute pour permettre à ton âme de se soigner. Ne me dis pas que tu n’as rien demandé, tu sais très bien pourquoi j’ai fait cela. J’ai vécu ce qu’il t’a fait vivre. Je savais qu’en restant proche de la meute, en gardant le lien, j’aurais été comme du sel appliqué sur une plaie béante. Je ne pouvais pas t’infliger cela, et je ne pouvais pas non plus l’infliger à Ruby. Tu aurais été capable de quitter la meute juste pour ne pas sentir cette douleur….

J’inspire profondément et je sais qu’il peut sentir mon cœur s’accélérer parce que ce que je vais dire, je ne l’ai dit qu’à Noah. Quelle ironie. Noah déteste Chad mais il fait tout pour que moi je ne le déteste pas…

— «  Je sais aussi que c’était ma décision de te faire croire que j’étais un monstre. Mais il fallait que je le fasse. Parce que je sais qu’au fond tu savais que je n’étais pas coupable. Je savais que tu n’aurais pas eu la force de me quitter. Mais tu en avais besoin. Tu avais besoin d’être loin de moi pour enfin comprendre ce que tu ressentais vraiment et pour soigner ton âme. Haïr Rob ne pouvait pas t’aider à cicatriser, tu devais aussi haïr quelqu’un que tu pouvais frapper si tel était ton souhait, pas un fantôme insaisissable. Je le sais trop bien, parce que je l’ai vécu au retour de Boston. C’est pour cela que je n’y arrivais pas…je savais que tu n’y étais pour rien, mais j’avais peur…s’il me retrouvait, il allait à nouveau me…

Mes yeux me piquent. J’ai toujours refusé de lui dire parce qu’il n’y est pour rien, mais si nous voulons avancer, nous devons être honnête… Si j’avais su passer outre au retour de Boston, peut-être que je ne me serais pas senti moins aimé….si j’avais su me détaché, peut-être que j’aurais compris plus tôt que je les freinais…

«  Nettoyé…C’est ce qu’il répétait sans arrêt… qu’il devait effacer toute trace de ta présence… Je…ne te trompe pas, je ne te blâme pas. Je sais que ce n’est pas de ta faute, que tout cela est juste une autre manipulation de ce fou. Mais mon corps ne pouvait pas….Je ne voulais pas en parler à Jaycee, parce qu’elle serait allée te voir et je ne voulais pas. C’était de ma faute, je devais régler ça sans toi parce que tu te serais senti coupable et que c’était exactement ce qu’il cherchait. Elle a même essayé de me faire parler par le lien, mais elle n’a pas réussi. Aujourd’hui, je comprends que j’étais encore lié à mon grand-père. Goran, Ruby et même Jaycee ne sont que des maîtres remplaçants… Enfin tout ça pour dire que je comprenais parfaitement ce que tu vivais et que je savais ce dont tu avais besoin. Je le savais sans doute depuis longtemps d’ailleurs, mais je refusais de l’accepter, j’avais peur d’être seul…

Je passe une main dans mes cheveux en soupirant une fois de plus avant de me redresser.

«  J’ai pris la décision de me faire passer pour un monstre, mais je dois avouer que je ne m’attendais pas…non, disons plutôt que j’espérais que ça ne fonctionne pas aussi bien. Lorsque tu t’es enfin décidé à me parler à nouveau, ça n’a été que pour me dire qu’après toutes ces années, j’étais toujours un pantin et que tu avais bel et bien avancé dans ta vie. Évidemment, c’est tout ce que je souhaitais pour toi, mais je ne pensais pas que vous avanceriez si vite. Aujourd’hui, je suis même préparé à vous entendre parler d’adoption. Si vous n’aviez pas à faire avec toutes ces affaires sordides, je suis presque sûr que les papiers seraient déjà faits.  Alors, honnêtement, tu ne crois pas que je suis en droit de me demander si tu ne transposes pas l’image de celle que tu as perdue sur moi et ce malgré nos différences ? Au moins, ça expliquerait comment tu peux pardonner si facilement à un monstre alors que sans cette information tu aurais arraché son cœur sans remord à la moindre menace envers Mick. Quoi que, je dis ça, mais tu m’arracherais encore le cœur même avec cette information.

Je dis ça comme un simple fait parce que ça ne me touche plus comme avant. Je comprends très bien son point de vue. Aujourd’hui, j’en suis capable. Mais je veux qu’il comprenne le mien. Mon raisonnement n’est pas celui d’un fou, il est celui d’un être brisé en pleine reconstruction, un garçon seul qui ne pense pas mériter l’attention d’une personne aussi dévouée que Chad, qui n’est pas sûr de la vouloir. Il ne m’a jamais réellement compris. La preuve ce jour-là, chez Ruby. Il m’avait reproché mon comportement par rapport à Mick et lui, moi le soi-disant libertin. Mais d’une part, le libertinage ça marche dans les deux sens, ce qu’il avait déjà enfreint en grognant sur Noah et d’autre part, je n’ai jamais demandé à ce que notre couple soit libre. Je n’ai simplement pas été capable de me séparer de lui, mais ses regards envers Mick, ses contacts… le comportement est bien plus important que tous les mots qu’ils auraient pu échanger. À ce moment-là, même s’il n’y avait pas d’amour, si j’avais insisté sur l’exclusivité, je me serais retrouvé seul, cocu ou avec un compagnon malheureux, hors, je n’aurais supporté aucune de ces solutions. Chad avait déjà passé tous mes boucliers et il avait commencé à déterrer l’humain en moi.

Chad m’explique qu’il n’a pas haï le monstre mais bel et bien l’humain. Il m’avoue également avoir détesté ma faiblesse, celle d’avoir cédé à Shadow, à Rob, à l’organisation. Il haïssait l’humain et non le monstre, dit-il. Il ne fait que confirmer qu’il ne m’a jamais compris. L’humain est le monstre. L’humain est Shadowcat. C’est celui qui a laissé la marionnette faire son œuvre, celui qui a empêché l’animal de se libérer par peur de perdre les siens. Il ne m’a jamais aimé, il a aimé ce qu’ils ont mis en moi. Il est bon, mais par certains aspects, il leur ressemble. Il a démoli les barrières et a retiré la terre pour découvrir l’humain, puis quand il a découvert combien il était mutilé, laid, il a voulu le faire disparaître. Quand il a tué Shadowcat, il m’a retiré tout ce que je savais de comment être humain. Si en soit, ce n’est pas forcément un mal vue ce qu’était Shadowcat, le fait est que ça n’a laissé qu’un ado aussi évolué qu’un nourrisson et déjà terrorisé par la vie, entouré d’une marionnette et d’un animal, et il l’a laissé ainsi. Je ne lui en veux pas. Je n’ai rien échangé de ce que je ressentais, mais comment aurait-il pu en être autrement. La marionnette n’a pas le droit de ressentir, l’animal a toujours été réduit au silence et l’ado révélé ne savait simplement pas encore parler… Jaycee n’aurait pas pu approcher cet adolescent à cause de son statut de maître. Elle avait à faire avec le kanima. Peut-être que Chad ne le pouvait pas non plus. En tant qu’Argent, il avait sans doute à faire avec la marionnette. Je ne lui en veux pas. Et je comprends qu’il ne puisse pas comprendre.

Il continue sur sa lancée, certains que « nos monstres » savaient avant nous. Il doit avoir raison, même s’il ne parle pas du bon « monstre » dans mon cas. Il songe à Nineko, mais je sais que s’il avait su, il ne m’aurait jamais laissé me fourvoyer dans ce sens, c’était trop risqué. N’est-ce pas Nineko ? Il ne répond pas. J’ai l’impression qu’il s’est enfermé dans un cocon. La rencontre avec Elias a dû être éprouvante à ses yeux. En revanche, je pense que Shadowcat savait, le monstre…Je comprends mieux pourquoi il parlait de Chad avec tant de dégoût. Je pensais qu’il le faisait pour m’énerver ou parce que ça l’horrifiait de voir que j’avais trouvé l’amour. Mais en vérité, il était vraiment dégoûté…

Je me mets à rire. C’est à cent pour cent nerveux. C’est bien plus triste que drôle en vérité. C’est même pathétique.

«  Finalement, tu ne m’as jamais vraiment compris et l’inverse est sans aucun doute vrai également. Et malgré cela, tu as probablement raison. Le monstre en moi devait l’avoir deviné, ce lien, mais Nineko n’est pas le monstre. Nineko est l’animal. Toute ma vie, je n’ai vécu que comme une marionnette et un kanima. Shadowcat était ma part d’humanité, celui qu’ils avaient tenté de faire disparaître et qui s’était retrouvé enterré vivant, métaphoriquement parlant… Il était le seul à savoir oublier la cage, à savoir agir avec libre arbitre, à pouvoir haïr sans se retrouver assailli par la douleur du conditionnement. Nineko est le kanima lié au maître et je ne suis qu’un pantin conditionné. Tu as abaissé toutes mes barrières et tu as déterré l’humain. Manque de bol, ce que tu as découvert ne t’a pas plu et tu as préféré détruire ce monstre sans te soucier des conséquences. Ne le prends pas comme une critique. J’aurais certainement fait la même chose. Tout ce qu’il restait de mon humanité, c’était un enfant terrorisé et sans défense, entouré d’une marionnette reconditionnée pour avoir peur de toi ou plutôt de ce que ton contact pouvait entraîner et d’un Kanima qui se sentait naturellement menacé par l’homme-loup que tu étais devenu. Encore une fois, ne le prends pas pour toi. On peut dire ce que l’on veut, la nature de Nineko, surtout après ce qu’il s’était passé, n’aidait pas vraiment à la proximité. Il ne restait qu’un enfant effrayé et seul dont la seule défense était d’éviter que les gens l’approchent… Tu ne pouvais pas savoir…tu as cru que je préférais rester seul pour me soigner…je ne savais simplement pas comment faire autrement. La solitude c’est tout ce que l’on m’a appris.

L’enfant a grandi maintenant. Au contact de Fhury et de Noah, il a appris à se défendre, à se manifester, à comprendre…

«  Quand tu es revenu du Mexique, quand j’ai…prétendu être à nouveau ce monstre parce que c’était ce dont tu avais besoin pour enclencher la guérison, je pensais que très vite tu comprendrais, que tu reviendrais, pas pour te remettre avec moi — je savais que ça n’arriverait pas même si ça faisait mal— mais pour me pardonner d’avoir joué au monstre, pour me montrer que tu savais que ce n’était pas ce que j’étais. Je pensais que tu comprendrais enfin pourquoi je ne t’avais pas laissé approcher au retour de Boston. Aujourd’hui, je comprends que tu n’as pas haï l’animal, mais l’humain faible…Tu as haï un gosse de seize ans parce qu’il a préféré agir seul plutôt que de voir sa sœur être… touchée à nouveau, son meilleur ami battu à mort, l’homme qu’il aime être torturé…Ne te trompe pas, c’est ce qu’il serait arrivé, ce qui est arrivé en partie. Ils allaient venir. Ils savaient que j’étais là depuis ton premier enlèvement. Oui, je l’ai aussi fait pour la vengeance et j’en ai profité pour aider Goran et finalement Mick, mais s’il n’avait été question que de vengeance, j’aurais coupé les couilles de Rob dès le premier soir. Tu as haï un gosse humain que tu as déterré de tes mains. Et le plus fou, c’est que je ne t’en veux absolument pas. Tu ne m’as simplement jamais compris et je ne sais pas si tu as vraiment essayé et ce pour la même raison que je n’ai jamais essayé de te faire comprendre. Tu aurais découvert que tu ne m’aimais pas. Tu aurais eu à dire non. Tu aurais dû me blesser et tu n’en étais pas capable. Et je n’étais pas capable de vivre sans toi, marionnette dépendante que je suis…manque de bol, ça a été pire. Je pourrais m’en vouloir, mais ça n’y changerait rien à part faire évoluer l’humanité vers ce qu’était Shadowcat. Et je ne t’en veux pas, parce que tu ne pouvais pas me comprendre. Toi qui n’es plus pourvu de cette dualité, tu n’as plus grand-chose d’animal en vérité. Et l’animal qui t’accompagnait t’a toujours paru monstrueux. Comment pourrais-tu comprendre quelqu’un comme moi, chez qui le monstre est l’humain ?

Cette discussion est douloureuse mais elle est nécessaire. Elle me fait du bien. Toutes ces paroles sont dites, parfois avec difficultés, mais toujours sans haine. Il n’est plus question de se plaindre. Il est temps d’avancer, d’évoluer, de grandir. Pour lui, il est plus facile de pardonner à un parent, pour moi, il est plus acceptable de pardonner à un étranger car il n’est pas supposé vous connaître et qu’il a le droit d’être hâtif dans ses jugements. Je regarde autour de moi, et je sais que cette page a été tournée. Il ne me comprendra peut-être jamais, mais ce n’est pas si grave, ce n’est qu’un cousin.

À son tour, il utilise le sujet fiançailles et enterrement de vie de garçon pour ouvrir le chemin vers ce nouveau lien qui s’offre à nous. Je souris à sa petite menace et à son idée.

«  Oh, aller ! Un petit Channing Tatum en tenue de charpentier, Et puis ce n’est pas comme si j’avais quelque chose à craindre. Un : Mick ne se laissera jamais tenter. Deux : S’il ose se laisser tenter, je lui fais bouffer sa chemise ! Oh ! J’ai une idée !!

Je laisse échapper un rire machiavélique. Je suis sûr que ça leur plaira ! Je fais un signe de tête pour signifier que je ne dévoilerais rien puis je le regarde. Évidemment, mes sentiments sont toujours là. Comme je l’ai déjà dit, ils ne disparaîtront pas d’un claquement de doigts. Mais cette discussion m’a fait comprendre quel chemin je devrais prendre. Je ne pourrais jamais me lier à lui si je pars du principe qu’on se connaît déjà parce que ce n’est pas le cas. Et c’est sur cette base que nous devons construire la suite.

Je me suis décrispé. Je crois que lui aussi. Il nous faudra du temps pour mettre le train en route et atteindre une vitesse de croisière, mais nous finirons pas y arriver. Les rails sont visibles, c’est déjà ça. Chad aborde un autre sujet. Je fronce les sourcils, pas tout à fait certain de comprendre.

«  Attends, tu penses qu’il n’est pas au courant ?

Mon expression change. S’il a raison, je viens juste de les livrer, Mick et lui, à Elias. Mon regard s’emplit d’effroi à cette idée puis je secoue la tête. Non, Chad sous-estime Elias, je…

« Tu le sous-estime, Chad. Je veux dire, tu portes une alliance mon vieux. Vous ne vous roulez peut-être pas des pelles dans la rue, mais ce n’est pas vraiment difficile de découvrir qui porte l’autre.

Là-dessus, il pourra difficilement me contredire. Ils sont possessifs l’un avec l’autre. Ils sont la drogue de l’autre et ils ne peuvent pas le cacher.

«  Et pour le Mexique…Je pensais qu’il…Rob travaille sans doute encore pour lui. Tu penses vraiment qu’il n’est pas au courant ? Ce n’est pas un simple vieillard avec un nom connu. Il sait agir dans l’ombre sans jamais vraiment se salir les mains. Et il a des yeux partout. Je pense que tu le sous-estimes. Surtout que même si tu n’as pas sorti les griffes dans la boutique, il sait parfaitement de quoi je suis capable, et tu es un peu trop résistant pour un simple humain. D’ailleurs, ça va ton épaule ? Je suis désolé. Et si vraiment j’ai livré des informations dont il n’avait pas connaissance, alors je suis sincèrement désolé, vraiment. Mon grand-père m’a toujours semblé tout puissant. J’ai toujours la sensation qu’il sait tout et je combats son conditionnement, mais ça ne fait jamais que cinq minutes. J’ai mobilisé tout mes efforts pour refuser l’ordre de vous tuer, je n’étais pas vraiment en capacité de réfléchir autant.

Je sens déjà son regard se lever sur moi.

«  Non! Pas la peine de faire une remarque sur mes capacités de réflexion en temps normal.

Peut-être que nous y parviendrons finalement, à avancer, à évoluer. Il me parle ensuite d’évènements tragiques ayant eu lieu sur le campus. Je fronce les sourcils et secoue la tête.

«  Non, je n’étais pas au courant. Tu penses que c’est lié à ce qu’il s’est passé au Mexique ? Tu penses qu’Elias est impliqué ?



© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 829
Réputation : 68
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Une nouvelle chape [ft Chad]   Lun 11 Mai - 21:56











Une nouvelle Chape


La discussion est difficile et bien plus délicate que je ne le pensai. Au début j’avais peur que nos ressentiments réciproques ressortent et empêche un dialogue constructif et sans haine entre nous. Mais le problème n’est pas là, n’est plus là. Car en écoutant Miya je comprends que justement on ne se comprend pas. Nous avons chacun une vision bien différente de ce que nous avons vécu ensemble. Si différente que je me demande si on a vraiment été ensemble. Je sais bien que je suis fautif de son mal être. J’ai eu la lâcheté de croire à son faux libertinage nous amenant ainsi à une situation extrême, dans laquelle j’ai blessé deux personnes. La fracture s’est amorcée quand Mick m’a récupéré en miette après le départ de Miya du bal masqué. Ma douleur avait été réelle, car à ce moment-là mon amour était sincère. Il peut chipoter sur quelle facette de sa personne j’ai aimé, mais à ce moment-là je ne connaissais qu’un seul Miyavi Kyomu, celui que j’avais croisé un soir dans les bois. C’est notre épopée à Boston qui m’a dévoilé la partie cachée de l’iceberg qu’est sa personnalité.

La fracture amorcée s’est propagée dans mon esprit, nous menant à ce jour fatidique chez Mick. Miya qui l’attaque, le choix qui s’impose de lui-même sans que j’aie besoin de le préméditer. Le loup savait, il a agi. Première rupture où j’écarte également celui que j’ai protégé, celui que j’aime vraiment d’amour.

Miya m’explique son attitude après le Mexique, je hoche la tête, car oui j’ai fini par comprendre, avec un temps de retard et j’en suis désolé. Désolé de n’avoir pas tenté de reprendre contact avant. Qui peut me blâmer d’avoir préféré avancer avec Mick, que de me replonger dans les souvenirs de ce viol ? Miya a joué un rôle et me reproche d’y avoir cru. Il oublie que lors de la fête de la ville, j’ai souhaité lui parler et que là c’est lui qui a fui. Chacun ses lâchetés, je n’ai pas la palme du plus couard, même si cela ne m’excuse en rien.

Il met en mots ce que j’ai compris récemment. Oui, son attitude a été altruiste pour me permettre d’avancer. Je l’en suis reconnaissant. Mais elle le devient de moins en moins au fur et à mesure qu’il me reproche d’avoir marché dans son jeu. C’est comme donner une pièce à un mendiant, pour finalement lui reprocher d’aller s’acheter à manger avec. Je veux bien reconnaitre et accepter mes tords, mais refuse qu’on m’habille d’autres qui m’apparaissent comme de la complaisance au mélodrame. Je suis là pour reconstruire quelque chose, pas pour me faire blâmer de ce qu’il croit être et qui ne l’est que dans son esprit. J’admets ne pas avoir compris ce qui entravait Miya. Mais est-ce que pointer chaque détails, et en rajoutant d’autres qui ne sont que les conséquences d’un point de vue subjectif va nous faire avancer ?

-Alors, honnêtement, tu ne crois pas que je suis en droit de me demander si tu ne transposes pas l’image de celle que tu as perdue sur moi et ce malgré nos différences ? Au moins, ça expliquerait comment tu peux pardonner si facilement à un monstre alors que sans cette information tu aurais arraché son cœur sans remord à la moindre menace envers Mick. Quoi que, je dis ça, mais tu m’arracherais encore le cœur même avec cette information.

- Arrête ça Miya, dis-je doucement.

Je ne sais comment m’exprimer sans le blesser plus que je ne l’ai déjà fait. Et comme depuis le début dans le magasin, il ne m’écoute pas, il s’écoute parler. Il vide son sac, se satisfaisant d’énoncer une vérité subjective qu’il croit universelle. Peu importe quelle partie de lui il considère être un monstre. Peu importe qui je désigne avoir haï. Ne comprend-il pas qu’il doit arriver à se considérer comme un tout. C’est tellement calme dans ma tête depuis Boston, plus de dualité, juste moi. Je ne suis pas meilleur ou pire de celui que j’étais avant. Je suis un tout avec ses qualités, et ses défauts. Je comprends que ce qu’a subi Miya dans sa jeunesse, son conditionnement à rejeter la morsure, les sévices et le reste ont fait ce qu’il est et son ambivalence. Mais ne comprend-il pas que peu importe quelle partie de lui est le monstre et qui est le gentil. Tout ça cohabite dans le même corps. Je viens de lui dire que j’ai haï l’humain pour sa lâcheté, mais c’est faux, c’est lui tout entier que j’ai rejeté et pas seulement une de ses personnalités. J’écoute son plaidoyer qui ne me laisse aucune chance d’en placer une. Je note tout de même dans ce qu’il me dit, la confirmation de ce que je pressentais. Je m’en veux de n’avoir pas compris plus tôt que je m’égarai sur mes sentiments. Je comprends aussi que je ne peux lui balancer ce que je trouve erroné dans ce qu’il pense de moi, ou du moins de prendre des gants et peut être de passer l’éponge sur certains détails qu’il comprendra peut-être plus tard. J’ai perdu de vue une chose essentielle qu’on oublie avec sa maturité précoce. Miya est encore un gosse. Il n’a pas pu vivre son enfance, alors une relation amoureuse…  Enfin un blanc dans cette litanie incessante, il reprend son souffle, j’en profite pour enfin en placer une.

- Tu te trompes pour Emy. Sans vouloir te vexer, elle avait quelque chose de spécial que toi, cousin ou pas, tu n’auras jamais. Et oui tu as raison, si jamais tu devais t’en prendre de nouveau à Mick, je m’interposerais. Et plaques de métal ou pas, Shadow et la clique de tes personnalités, je ne te laisserai pas passer. Mais je te stopperais sans te tuer. Je ne suis pas certain que l’autre fois, si tu avais continué, j’aurais eu le courage d’aller jusqu’au bout… Toujours cette différence entre vouloir et pouvoir. Notre corps fait bien parfois ce qu’il veut en dépit des ordres que tu lui donnes. Une inconscience qui sait mieux que ta conscience ce qu’il faut faire ou pas.

Alors qu’il ouvre de nouveau la bouche, je pose un doigt sur celle-ci. Va-t-il se taire un jour ce chat bavard !

- Tu t’obstines à mettre un facteur de valeur sur le pourquoi que je souhaite renouer avec toi et pardonner le passé. Tout ça n’est qu’une question de points de vue qui seront toujours différents Miya. Tu ne penses pas que l’important c’est ce qu’on va reconstruire et non pas le facteur déclenchant qui nous y amène ? L’important est le feu qui nous réchauffe, pas l’allumette qui l’a allumé.

J’enlève mon doigt pour le laisser poursuivre. Je ne sais pas s’il a entendu mes arguments. S’il les a intégré ou balayé car non conforme à sa réalité. Miya réagit sur ce qu’Elias peut savoir.

- Tu le sous-estime, Chad. Je veux dire, tu portes une alliance mon vieux. Vous ne vous roulez peut-être pas des pelles dans la rue, mais ce n’est pas vraiment difficile de découvrir qui porte l’autre.

Il me dit ne pas être au courant pour les étudiants. Je lui explique plus en détail ce que je sais, ce que je pressens. Je dois aller à la morgue avec Maxence. Ce que j’ai peur de trouver, ce sont des traces de mon propre sang ou de mon ADN plutôt.

- Miya, si Elias savait, il ne t’aurait pas donné l’ordre de me tuer. Je suis bien trop précieux. Il sait peut-être pour ma liaison avec Mick mais à ses battements de cœur, il ignorait que j’étais un loup. Ne t’inquiète pas, on se débrouillera. Nous sommes deux maintenant pour lui tenir tête et même si tu t’en es éloigné, y a la meute pour nous protéger.

Je lui dis que j’aimerai qu’il reprenne son lien avec nous et que je suis content qu’il ait trouvé auprès de cette fille le réconfort dont il avait besoin et que j’ai été incapable de lui fournir. Je souhaite qu’il refasse parti d’un tout et lui demande de ne pas s’inquiéter pour Elias et ce qu’il pourrait me faire, nous faire. J’en profite pour lui shampooiner la tête pour sa gaffe.

- Ecoute, ce n’est pas que je veux nier le passé, mais nous l’avons ressenti de manière si différente, nous blessant ainsi mutuellement. On a exprimé ce qu’on a éprouvé, il nous faudra du temps pour intégrer le point de vue de l’autre. Or, je ne veux plus attendre Miya. Tu es mon cousin, mais avant ça tu es celui que j’ai croisé un soir de pleine lune. Je ne regrette pas ce qu’on a fait ce soir-là, ni les autres nuits. Et si cela n’arrivera plus, ce n’est pas à cause de notre lien familial, mais bien que pour ce genre d’amour, tu l’as déjà compris, il n’y en a qu’un qui comble vraiment cette place particulière du compagnon.

Je lui dis qu’il n’en a pas moins de valeur à mes yeux. Le fait d’être cousin, ajoute encore une couche à l’existant, mais ne comble pas un vide. Cela donne un prétexte de plus pour se voir, de s’aider. Mais que ces valeurs étaient déjà là avant. C’est de ça dont je veux le persuader. Que devenir mon cousin, ne le rend soudainement pas plus important. Il l’est déjà à mes yeux. On est tous deux issus d’une famille de chasseurs et sommes tous deux des surnaturels. Je veux l’aider à grandir, je souhaite être moteur dans son déconditionnement et l’encourager à se faire de nouveaux amis comme cette fille-chat qui m’a si bien lacéré avec ses mots. J’en mérite certains, pas tous je crois. Je ne me vois pas si salop…

- Miya, j’ai refait les plans de ta maison, avec l’aide d’un artiste. Matthias a vraiment de bonnes idées et il a su comprendre ce que j’ai décri de toi. Je… j’espère que ma vision de ta maison n’est pas erronée, j’aimerai te montrer ces plans. Ça serait le prétexte de… se revoir tous les trois avec Mick…

J’hésite, je ne sais pas s’il est vraiment prêt à revoir Mick. Mais il vient de me reprocher d’avoir attendu. Alors je prends le risque et met un pied vers le futur.

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 173
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Une nouvelle chape [ft Chad]   Mar 9 Juin - 23:59

Terrain délimité




Cette discussion me fait comprendre bien des choses. Nous ne nous connaissons pas. C’est la plus triste des vérités, la plus douloureuse, mais aussi la plus libératrice. J’expose mon point de vue à Chad et se faisant, je prends conscience de toutes mes erreurs. Et ce qui est certain, c’est qu’elles sont nombreuses.  Tout ça, ce mélodrame, ces quiproquos, ces manques de communication…Je peux me cacher autant que je le souhaite derrière mon éducation, si on peut appeler cela ainsi, mais ça ne change rien à mes erreurs.

Il avait raison, je n’étais qu’un gamin égoïste et égocentrique. J’ai choisi de faire croire que j’étais d’accord pour ce couple à trois. J’ai choisi de les quitter pour me mettre aux ordres de Goran. J’ai choisi de me taire après la disparition de Shadowcat. J’ai choisi de ne laisser voir qu’un monstre après le Mexique et j’ai choisi de fuir quand il m’a annoncé notre lien de parenté. Tout ne résulte que de mes chaînes et de mes erreurs et il est grand temps que j’assume mes décisions comme un grand.

Chad n’y est pour rien. Nous n’étions simplement pas faits pour être ensembles. Il est bien plus posé que moi, mais aussi bien plus impatient d’une certaine façon. J’ai attendu treize ans pour comprendre le terme liberté, quatre de plus pour me l’approprier, il me faudra sans doute encore quelques années pour apprendre à communiquer correctement. Mais Chad n’y est pour rien. Tout cela, c’est sur ma conscience que cela doit peser. Si ça n’a pas marché, c’est avant tout à cause de moi. Lien ou non, ça ne change rien. Lui, il est emplit de gentillesse, et de bonté, là où je ne suis que….Bref…Qu’importe ! Cela est passé désormais.

Chad a avancé et je suis heureux pour lui et Mick. Je ne suis pas certain de pouvoir construire le lien qu’il désire, ou plutôt, je ne suis pas certain de le vouloir, mais je vais faire en sorte de m’en approcher. Nous sommes cousins après tout. Ce n’est pas quelque chose que je peux ignorer. Je sens une petite pointe d’exaspération dans son souffle. Je comprends que j’ai exposé mon point de vue, que je me suis écouté dire ces choses que j’avais sur le cœur, sans doute sans l’écouter, mais au moins elles sont dites, et je sais que je suis coupable de ce qu’il nous arrive. Les dire m’aura remis les idées en place. Je trouve seulement dommage qu’il n’envisage pas véritablement mon point de vue. Il se contente de voir que c’est faux selon lui. Je le sais. Je sais que mon point de vue est erroné. Mais j’aimerais juste qu’il comprenne comment je me sentais. J’aimerais, mais cela n’arrivera jamais. Il ne pourra jamais comprendre comment je me sentais, il ne pourra jamais me comprendre et il ne le souhaitera jamais. Ce serait lui montrer ce qu’il aurait pu devenir si son père n’avait pas eu le courage de le confier à un autre… Même s’il aurait été considéré comme un digne héritier et non comme un bâtard….

J’ai essayé de lui faire comprendre mon point de vue sur ma…mes personnes…mais ça ne passe pas. Je le sens bien. C’est normal. Il n’y a plus de dualité en lui alors que je n’ai jamais vécu que comme cela. Mais sa vision est incontestablement la bonne. Bien plus calme et sereine. Tout comme lui. Il a toujours était bien plus posé et sage que moi. Alors il a raison. Il a raison sur beaucoup de choses. Sur tout.  Mais ce n’est pas étonnant. Sans même parler d’âge, il a toujours été plus adulte. Peut-être qu’un jour je parviendrais à être aussi sage. Enfin, ce n’est pas gagné, il faut être réaliste.

Shadowcat n’est plus. Je ne suis plus une marionnette. L’humain est déjà plus complet. Et Nineko ? Il est bien silencieux en ce moment. Je sens à peine sa présence. S’est-il terré pour se ressourcer ? Sans doute, oui. Je parle, j’expose et Chad n’a pas besoin de mots. Je comprends certaines choses dans son regard, dans ses mimiques, dans son souffle…comme quoi, certaines choses ne changent pas. Et ce que je comprends rien qu’avec ça, je sais. Je sais qu’il a raison. J’ai commis beaucoup d’erreurs et s’il a fait quelques pas de travers, il n’en a fait aucun de mauvais. Il n’a rien à se reprocher et probablement moins que ce dont il s’incrimine lui-même. Je suis seul fautif. J’étais un gamin. Cela n’excuse rien, mais c’est la vérité. J’ai grandi, je crois.

Il me parle d’Emy. Je le crois. Je me trompe sans aucun doute. Je l’ai bien compris la première fois qu’il a démentie à ce sujet. Je n’ai rien à voir avec Emy. Je ne mérite même pas d’oser me comparer à elle. Elle devait être incroyable. Mais je voulais juste qu’il comprenne mon point de vue, quoique celui-ci soit parfaitement ridicule, comme toujours. Il me confirme que si je devais m’en prendre à Mick, il me stopperait, mais il prétend qu’il le ferait sans me tuer, tout comme il ne m’aurait pas tué la dernière fois. Il aurait voulu, mais il n’aurait pas pu. Voilà qui se révèle douloureux…douloureux parce que cela m’aurait anéantis avant…douloureux parce que cela ne me fait plus rien. Il aurait voulu…n’est-ce pas pire que de pouvoir ? Mais il semble persuadé qu’il ne serait pas allé au bout.

J’espère qu’il dit vrai. Pas pour moi. Sincèrement, même avec ce qu’il me reste des sentiments que j’éprouve pour lui, je m’en fiche. Il pourrait vouloir et pouvoir me tuer que ça ne changerait pas grand-chose à mes yeux, car ce n’est jamais qu’un cousin de sang. À mes yeux, ce lien n’a pas tellement d’importance vu ce que certains de mes cousins m’ont fait. Non, ça ne me toucherait pas vraiment je pense. Bon, ça me blesserait surement dans mon égo vu notre passif, mais vu notre passif justement, j’y survivrai, enfin façon de parler puisque s’il veut me tuer, il y parviendra sans mal. Bref, je me garde de toute remarque et je prie intérieurement pour qu’il dise vrai pour les autres qui tôt ou tard pourraient être victime de son amour pour Mick. Je prie pour que personne n’ai jamais l’idée tordue de jouer sur ce terrain.

Il m’empêche de parler. Il a raison. Je m’obstine à vouloir savoir pourquoi et je m’étonne de voir qu’il ne voit pas pourquoi. L’important c’est le feu et non l’allumette ? Je ne peux pas rester silencieux sur un tel commentaire. Je ne peux pas pour plusieurs raisons. La première, c’est que je n’ai pas pour habitude d’être maître de mes mouvements, je veux être sûr qui je ne suis pas manipulé une fois de plus. La seconde…

— «  Tu ne crois pas que si on avait prêté un peu plus d’attention aux allumettes on aurait évité tout ça ? Si on avait creusé un peu plus au lieu de fermer les yeux sur tout ce qui clochait au bénéfice de notre pseudo-amour, au lieu de nous complaire dans cette chaleur, on aurait peut-être arrêté d’avancer, on ne se serait peut-être pas brûlés.

Je hausse les épaules. Ce qui est fait est fait. Et puisqu’il souhaite se concentrer sur ce que nous pouvons construire, alors c’est ce que je ferais. De toute façon, je ne suis pas en capacité d’admettre l’existence de cette allumette alors je peux au moins en accepter les effets. Ai-je vraiment le choix ? En ai-je vraiment envie ? Yo, Nineko, ça te convient ? Allez, vieux, je n’y arriverais pas sans toi… Non, il ne répond pas. Il lui faudra surement du temps à lui aussi.

Chad souligne ensuite ma bêtise. Mais quel abruti. Je n’aurais jamais imaginé qu’Elias n’était pas au courant. J’apprends ce qu’il se passe sur le campus. Oui, vu comme ça, c’est sûr que tuer Chad n’a aucun sens. Mais j’étais supposé le savoir comment moi ? Aux dernières nouvelles, ils l’avaient torturé à cause de moi. Je n’ai pas été mis au courant qu’en fait il le cherchait à cause de son statut unique, car il est unique…Oui, Chad est vraiment incroyable. Et il y a cette puissance qui se dégage de son être, incroyable. Il pourrait sans aucun doute devenir alpha par son simple désir. Il est vraiment puissant….sans parler de cette non-dualité, ce statut particulier…qu’il a obtenu à cause de moi in fine, mais passons.

Oui, nous lui tiendrons tête. Je peux déjà sentir la meute à nouveau, même si les impressions me parviennent différentes, et Chad est un membre de cette meute. Bien entendu que je me battrais à ses côtés. Personne ne fait du mal à la meute sans craindre les représailles de ses membres. Je me battrais pour lui, comme pour Derek et les autres membres. Chad me shampooine la tête après m’avoir assuré être content que j’aie trouvé Fhury. Il ne me souhaite que du bien comme je lui souhaite du bonheur. C’est vrai quoi, il fait partie de la meute et tant que j’en serais membre, je refuse de laisser quiconque dans ce cercle souffrir.  

Chad me dit qu’il ne regrette rien de nos nuits passées ensembles. Lui aussi a compris que tout en étant ensemble nos expérience ont été radicalement différentes. Oui, il nous faudra du temps et non, le lien qu’il veut créer ne vient pas que du sang. Il me parle d’amour avec un grand A, de comment il ne peut être qu’unique. Je hausse les sourcils et le regarde avec cette expression qui signifie « T’es sérieux là ? Tu me dis ça à moi ? »

— «  Rassures-moi, tu es bien conscient que je m’en suis rendu compte longtemps avant toi ?! »

Mon ton est plaisantin. Je me moque, même si au fond, c’est un peu triste car je l’ai compris bien avant de me l’avouer et que si j’avais été plus sage, ceci n’aurait pas lieu. Il veut me persuader qu’être cousins ne fait que renforcer un lien déjà existent, l’amitié…C’est probable en effet. J’ai bien compris son point de vue et ce dont il veut me persuader, mais je me demande s’il a compris que je n’éprouve peut-être pas le désir d’approfondir ce lien ? En fait, je ne sais pas moi-même ce que je veux. Je voulais juste mettre les choses à plat avec cette discussion. J’y suis parvenu, je pense. Et puis j’ai compris qu’il ne me comprendrait jamais et surtout que cela ne me gênait pas tellement. J’ai compris aussi qu’il avait raison sur toute la ligne. Je suis en tort. Alors il a certainement raison là encore, sur cette histoire d’amitié. Il a raison, sans nul doute, car il a toujours raison. C’est le fardeau de l’âge.

— «  Ça va, ça va. Arrête de te répéter, tu radote, Papy ! J’avais compris la première fois ! C’est pas parce que je ne suis pas complètement débile que ça rend les choses plus faciles. C’est même parce que je ne suis pas complètement débile que j’essaye de te faire comprendre le point de vue qui m’animait. Je n’essaye pas de t’en convaincre, je sais que tu as raison, c’est bon ! Je n’aurais pas besoin de m’écouter parler si tu m’écoutais un peu plus…

Il voit cette nouvelle relation comme logique à ce que nous avons vécu, à ce que nous sommes et il a raison, encore une fois. Je n’ai jamais prétendu que mon raisonnement était juste, ni même que je voulais raisonner comme ça, mais c’est comme ça et ça pourrait être pas mal qu’il le prenne en compte. Je ne demande pas qu’il pense comme moi, mais qu’il comprenne comment je pense…Et voilà, j’attends encore une fois qu’il comprenne, mais je dois me mettre en tête que cela n’est pas une possibilité. Nous sommes trop différents pour qu’il puisse ne serait-ce qu’envisager mon point de vue. Je suis bien trop gamin et lui bien trop posé et réfléchi.

Enfin, il a raison. Pourquoi je devrais continuer à penser ainsi puisqu’il a raison, je dois apprendre à penser comme lui, c’est plus sage et plus juste. Non, il n’est pas stupide. Il a surement compris ce que je lui ai dit. Il est malin, il a compris mon point de vue. Il a sans aucun doute saisi toutes les subtilités. Je suis idiot de croire qu’il n’en est pas capable, de croire qu’il ne m’écoute pas. Bien sûr qu’il m’écoute. Et bien sûr qu’il a raison. Pas la peine d’insister sur mon ressenti, il va encore croire que je veux juste m’entendre parler…mais encore une fois, j’arrêterais peut-être de parler s’il m’écoutait vraiment… Non ! Il m’écoute, c’est certain, il est sage et intelligent, c’est un adulte.  Il a raison ! Et puis de toute façon, ça n’a pas vraiment d’importance. Les choses sont dites. Le reste, on verra.

Il me parle des plans de la maison et de l’artiste qui l’a aidé : Matthias. Ah, oui, c’est vrai, le dessinateur m’avait parlé d’un projet en commun avec Chad. C’était donc ça. Au moins, je sais que les nouveaux plans seront à mon goût. Matthias a parfaitement saisi ce que j’attendais de mon tatouage. Mieux que moi-même en vérité. Il veut qu’on les revoit ensemble, et avec Mick.

— «  Ouais, ça marche.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, revoir Mick ne me dérange pas, surtout que nous nous sommes déjà croisés depuis la séparation. Et puis il n’y est pour rien lui. Ce n’est pas lui qui a manqué l’occasion de faire un choix judicieux, c’est moi. Je n’ai rien à lui reprocher, pas plus qu’à Chad d’ailleurs. Contrairement à moi, Mick et Chad ont eu les couill*s d’affirmer leur possessivité.

— «  Dis-moi quand, et je m’arrangerai.

Ah, voilà Fhury et Mafdet qui reviennent. Je me lève et je salue Chad d’un geste de la main avant de courir vers Fhury. Un dernier regard vers lui me fait comprendre que peut-être, si nous ne nous comprenons pas, ce n’est pas un mal et que je n’ai probablement pas envie de grandir si vite. Être un ado, ça peut être bien aussi, pour une fois. Enfin, les choses se feront comme elles doivent se faire. J’en ai assez des ficelles, je vais laisser la vie vivre.



© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 829
Réputation : 68
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Une nouvelle chape [ft Chad]   Ven 12 Juin - 9:30











Nouveau départ


Cette discussion était necessaire. Nous sommes tous deux encore gênés car on ne connait pas encore vraiment quelle va être notre relation dans le futur. Je comprends mes tords, j’en suis désolé. Cependant, je parie que si je pousse l’analyse, avec les données que j’avais, je ne pouvais pas agir autrement. Je ne sais pas dire non, aux autres comme à moi-même semble-t-il. Mes sentiments pour Mick sont maintenant clairs et exclusifs. Je me suis berné moi-même en voyant quelque chose avec Miya. Mais en fait je ne voulais pas le faire souffrir. Mon incapacité à trancher aura eu les conséquences inverses. J’espère apprendre de mes erreurs. Dois-je devenir plus égoïste dans mes choix et me faire plus ferme ? Ne l’étais-je pas déjà cet égoïste qui voulait l’attention de Mick et de Miya ?

Il est difficile de savoir ce qu’il faut faire si on ne se parle pas. Je suis attristé de ne comprendre que maintenant qui est vraiment Miya. Et encore c’est plus une interprétation car personne ne pourra jamais vraiment le comprendre sans avoir vécu ce qu’il a subit. Il aura beau dire et expliquer, mais il faut avoir subi ces souffrances pour comprendre son état d’esprit. Il s’enflamme et se contredit il a raison, j’ai raison. On a en gros tous les deux tords mais nous y sommes pour rien. Je lui dis qu’il doit être indulgent pour nous. Je sens avec un pincement au cœur, qu’il n’est pas prêt à s’ouvrir de nouveau et que ce lien familiale n’a à ses yeux pas la valeur que j’y vois. Jusqu’à présent, avant de connaitre mon ascendance, la famille était et est toujours un refuge et une valeur sure. Alors que pour Miya, c’est synonyme d’ignominie.

Il semble content que je m’occupe toujours des plans de sa maison et que je m’y investisse. Si je ne peux avoir une présence physique à ses côté, je peux mettre tout ce que j’ai envie de faire pour lui dans ce toit que je conçois pour lui. Cela sera ma manière indirecte d’être présent. Lui aménager un endroit qui lui ressemble. Maintenant, j’espère ne pas avoir tout faux dans ses gouts…

Le silence s’est installé, les choses ont été dites. Ce n’est pas forcément agréable de s’entendre dire ses torts. Mais Miya a trop d’importance pour moi pour que cela m’éloigne de lui. J’ose timidement évoquer une rencontre futur avec la présence de Mick, le cœur de Miya ne s’affole pas. Cela me rassure. En me redressant, je lui ébouriffe les cheveux. Il râle comme à son habitude. Mais nous sommes heureux de ce geste anodin mais pourtant si complice.

- A bientôt Miya.

[HRP] : RP clôt

© Fiche par Mafdet Mahes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une nouvelle chape [ft Chad]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FINI - Nouvelle vie dans une nouvelle ville - avec Chad Wilder
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Comment créer sa nouvelle équipe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Dans la rue-
Sauter vers: