AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Le bal d'hiver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 760
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:26




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 458
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:29




Le bal d’hiver

Les professeurs avaient été réquisitionné pour le bal dont l’organisation en revenait à Finstock. Et à ce que je voyais des préparatifs en cours, il n’y avait pas de récession budgétaire. Je me demandais quelle torture psychologique le coach avait imposé au proviseur pour obtenir de tels moyens. A moins qu’il avait promis une gloire au lycée par l’intermédiaire de l’équipe de lacrosse.

La seule chose dont j’étais certaine : il allait y avoir du grabuge. De toute façon, il y a toujours des ennuis à Beacon Hills. Sinon, cette ville ne serait pas ce qu’elle est. Je tournai autour des différents stands, tel un électron autour de son atome. Lié, mais fortement éloigné. La masse de neutrons et de protons que constituait Finstock semblait proche de la fusion. Je me contentais de tourner, trainant ma charge négative. Observant, cherchant une liaison incomplète. Je pressentais le drame sans en deviner la nature. Ce soir, les réactions se promettaient exothermiques.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
avatar

Messages : 760
Réputation : 9
Date d'inscription : 14/11/2014

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:29




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4592
Réputation : 194
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:31




Bal d’hiver

J’arrivais devant le parking du lycée, et eus du mal à trouver une place. Scott et Stiles m’avait cassé les pieds pour que je vienne “me détendre” et “m’amuser”… Soit ! J’avais craqué devant les yeux plein d’espoir de Stiles. Après tout, je lui devais bien ça. Je en sais pas où on allait nous deux. Mais oublier, le temps d’une soirée, nos problèmes ne pouvait pas être un mal. Je devais aller chercher Stiles chez lui, puis il m’avait envoyé un SMS me disant qu’il devait aider son père à je ne sais quoi et que du coup, on se rejoignait directement au gymnase.

J’entrais, il y avait déjà une bonne ambiance. La musique était entrainante. De loin j’aperçus Scott qui était avec Allison. J’étais loin de voir le couple quasi fusionnel qu’ils étaient avant. Mais au moins, de loin ils paraissaient au moins amis. Je cherchais Stiles, mais je ne sentais ni son odeur, ni les ratées si spéciale de son foutu cœur. Je m’avançais vers le bar, pour patienter et me mettre un peu dans l’ambiance. J’observais la foule des danseurs.



I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1340
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:33

Vroum, vroum !

Je termine de boutonner la chemise bleue que Chad m’avait acheté. Après avoir jeté la mienne dans une foule éméchée, il me devait bien ça. Je suis en avance cette fois-ci. Deuxième soirée que l’on allait passer ensemble. Même si on allait être plongé dans un aquarium plein de lycéens, ça pouvait être sympa. Chad voulait que je vienne le chercher avec ma voiture. À croire qu’il veut faire un bel effet alors qu’il n’a pas besoin de ça.

- Tu préfères jouer au cavalier ou au bel étalon ? Me demande Chad par sms.

Je ris de sa blague et me remémorant qu’il était presque nu dans mon lit, quelques heures auparavant.

- Ton cavalier, peut-être. Si « chaton » ne voit pas d’inconvénient, écris-je en retour.

Il m’envoie son adresse et je sors illico, les clés à l’insigne Chevrolet dans une main.

J’arrive à destination à l’heure malgré la circulation dense. Le quartier est chic et même son « oui ? » transmis par l’interphone à l’entrée semble avoir été prononcé par un ministre assis devant son bureau. Je grimpe les étages en petites foulées en faisant attention à ne pas froisser ma tenue. Je toque deux fois contre la porte blanche et j’entends les pas feutrés de Chad qui arrive m’ouvrir. Et m’inviter à entrer.

L’appart est superbe. Sobre et classe. Reflet de sa personnalité. Les lignes sont épurées et délicates. Pourtant quelques détails atypiques rajoutent encore au charme du lieu. Des effets de miroir, des babioles colorées, des livres aussi. Le tout dans une ambiance grise mais chaleureuse. Je me doutais qu’il n’avait pas de soucis d’argent et certains objets luxueux me le confirment. Surtout lorsqu’il m’explique que tout son équipement high-tech est contrôlé depuis son salon au centre duquel est fixé un écran géant. Je trouve sa précieuse palette graphique sur la table basse. Je l’imagine toujours fourré dessus et je suis sûr de ne pas me tromper.
Il me parle tout en passant de sa chambre à sa salle de bain pour finir de se préparer.

Je regarde le banc de musculation dans un coin quand il me rejoint enfin.

- T’as pas besoin de ça, me dit-il en passant sa main sur mon ventre.

- Héhé, c’est bon, la diva est prête ?

Il ronchonne gentiment en me disant que c’est lui qui m’attend, la main sur la poignée de la porte d’entrée.

Dans la rue, je le vois admirer la Camaro.

- Elle est encore plus belle dans la nuit. Un peu comme toi quand on ne peut qu’entrevoir les détails de la carrosserie.

On s’installe à l’intérieur, je tourne la clé d’un cran et le moteur gronde. Chad se délecte du bruit. Il aime les voitures de sport. C’est bien un mec !

Sur le chemin, il me parle des personnes présentes. Des jeunes qu’il connait mais surtout des amis de Miya. Certains amis d’amis aussi et des « invisibles » comme je les appelle. Des lycéens sans histoire que l’on oublie aussitôt après avoir posé le regard sur eux. On dit qu’il faut se méfier de l’eau qui dort. Et s’il y a bien des endroits où il faut avoir l’œil ouvert, c’est bien dans ce genre de soirée.

Je garde dans un coin de ma tête ma méfiance habituelle et entre sur le parking du lycée. Pas mal de regards se tournent vers nous. Enfin vers la Camaro. Ils doivent se demander qui est assis derrière les vitres légèrement teintées. Je trouve une place à côté d’une autre Camaro. Coïncidence ou bien personne n’a osé se garer ici ? Tant mieux ! Sûrement un type qui fait attention à ses affaires. Moins de risque qu’on abime ma voiture. Je claque la portière, synchro avec Chad. Comme deux mecs mystérieux, on se dirige vers le grand bâtiment de briques rouges.

Je détaille la plaque fixée sur le mur d’enceinte.

Beacon Hills
High School

On avance sur le chemin pavé, décoré de quelques sapins faussement enneigés. Quelque uns, clopes au bec et verre à la main, nous regardent arriver.

Les deux portes s’ouvrent devant nous.

Je vois et analyse de nombreux visages, certains que je reconnais pour les avoir vu au Jungle. Ou en pleine forêt. Mafdet me faisant un signe de la tête. J’aperçois Ashlyn au loin avec d’autres filles. Je devrais d’ailleurs m’excuser pour avoir été une brute l’autre soir. Ou peut-être laisser couler. Il y a aussi ce gars qui a renversé tous les cartons qu’il était venu livrer à la boutique de prêt-à-porter.
Beaucoup de monde rassemblé sous les bannières qui font mention du « Bal d’Hiver ».

Chad et moi traversons la foule.


(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:34

The brave

Mick avait accepté de venir au bal, j’en étais heureux. Je pense que cela allait nous permettre d’évacuer les dernières tensions de notre séance de bourre pif. Pas qu’on s’en voulait, et nos câlins avaient transformés la nature de notre excitation. Puis j’avais surtout envie de m’amuser, tout en le gardant pas loin de moi. Depuis quand, je deviens possessif comme ça ?! Pas possessif, non, je voulais juste l’avoir pas loin. Je lui avais fait mon caprice pour qu’il vienne me chercher avec sa caisse. Le plaisir suprême de deux beaux gosses, d’arriver dans ce genre de voiture devant une assemblé de gus fauchés car trop jeunes. C’était totalement puéril, vénal. Mais, moi le discret, le timide, j’avais brutalement envie d’extravagance. D’aguicher toutes les filles et de rouler un patin ensuite à Mick histoire de bien les dégouter. Ou bien est-ce Miya qui me déteint dessus ? On s’en moque, on a qu’une vie… et la vie des loups est souvent brève. Je ne me fais pas d’illusions. En trois semaines je me suis fait déjà fait tirer trois fois dessus. Et j’ai le sentiment que côtoyer Mick va augmenter la cadence. Un jour, une de ces maudites balles enduites d’aconit fera mouche. C’est ainsi, je l’accepte. Enfin, si je peux avoir un peu de rab, je prends quand même.

Je lui file mon adresse par SMS, il arrive peu de temps après. Comme j’ai pinaillé devant mon armoire, je ne suis pas prêt. Et j’ai surtout fini un projet d’immeuble qui est encore affiché sur l’écran. Euh… J’ai sauvegardé au moins ? J’enregistre de nouveau quand l’interphone sonne. Je réponds d’une voix hautaine, quel est le manant qui me demande ? Quand il arrive, je ne peux m’empêcher de me vanter sur mon installation. Faut dire que le système est efficace et pratique. J’enfile ma chemise et reviens dans la pièce principale, pour m’apercevoir que je n’ai pas mis de chaussettes ! Je retourne dans ma chambre sous le rire de Mick. J’ai soigné ma tenue. Comme il a mis la chemise achetée la veille, je m’assortis à lui, choisissant une chemise d’un gris sombre avec des boutonnières filées de bleu. Sur un jean noir ajusté, cela ira très bien. J’attrape mes chaussures de cuir et ma veste. En revenant, je vois Mick qui matte mon banc de muscu.

- T’as pas besoin de ça, dis-je.

J’en profite pour tapoter les abdos. J’enlève ma main sinon on n’est pas prêt de partir…

- Héhé, c’est bon, la diva est prête ? Me demande-t-il.

Je râle, lui montant la porte du doigt. Arrivé dehors, je ne peux m’empêcher de baver sur la camaro. En fait, je me demande si je ne colle pas Mick rien que pour sa caisse ! En bleue nuit elle est bien plus classe qu’en noir qui parait du coup galvaudé.

- Elle est encore plus belle dans la nuit. Un peu comme toi quand on ne peut qu’entrevoir les détails de la carrosserie. Dis-je.

Il me fait un geste sans équivoque. Mais c’est qu’il me ferait presque rougir. Je le regarde et lui lance un baiser en l’air. Allume-moi encore et je te transporte illico sur mon dos te montrer la taille de mon lit à défaut d’avoir une voiture classe. Il met le contact, le bruit du V8 est une superbe mélodie. Même le léger cliquetis quand il passe les vitesses est un délice aux oreilles. En chemin, je lui fait un bref résumé des gens que je connais. Je connais Mick et sa méfiance. Je lui donne le maximum d’info. Pour qu’il ne se sente pas trop en territoire inconnu. Bien que je sais qu’il restera sur ses gardes. Je fais ce que je lui ai proposé. Je l’informe, pour l’aider. Je ne demande rien en retour. Comble du hasard, il se garde à côté de la camaro d’un lycan issu d’une famille historique de Beacon Hills. Comme d’un seul homme on sort de la voiture. Le corps souple, l’allure assurée et sauvage. Mick sait parfaitement jouer de son corps, on avance, les regards se retourne. Petit plaisir mesquin d’auto satisfaction personnelle.

Je vois Mafdet Mahes nous faire un signe. Cela me rassure de la savoir là. Cette femme est une vraie tornade. Et c’est ma druide. Je crois bien qu’elle a pris Mick en charge malgré lui. Je cherche Miyavi des yeux, du nez. Où est ce sale matou ? Il va encore nous arriver sur le dos à l’improviste. Comme d’habitude. Jamais là où on l’attend mon chaton. J’ai hâte de le revoir. De calmer toutes les inquiétudes qu’il m’a exprimé en saturant mon phone de SMS. J’aperçois quelques membres de sa classe, Scott McCall qui a l’air de se remettre avec sa chasseuse, Isaac qui drague sec ! Le pire est de voir le fameux Derek Hale qu’on semble avoir forcée à venir sur la piste de danse avec un sort d’envoutement. De loin j’aperçois le coach, il a l’air malheureux. Pourtant sa fête me semble très réussie. Bon pas de Miya pour l’instant. On ne va pas attaquer tout de suite par le bar ! Alors qu’on est environ au centre de la piste bondée de danseurs, j’attrape la main de Mick et d’un geste du poignet le fait pivoter vers moi. Sous le regard dégouté d’une jeune femme juste à côté, je l’invite clairement à danser. Je n’allais pas laisser passer ce slow des Scorpion ! On ne se parle pas. Alors que Mick referme ses bras sur moi, je colle une de mes mains dans la poche arrière de son jean. Je vois le sourire de Mick se faire carnassier. Je pose mon menton sur son épaule et m’imprègne de sa fragrance… Diesel, Only for the brave ? Probably because we are the brave… Not I’m sure…


::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:35


Miaoute moi ça!






Je trépigne d’impatience!!! J’ai tellement hâte d’y être et de voir Chad !!! Il faut dire que je m’inquiète. Nous devions nous voir et il a annulé. Du coup, je l’ai carrément harcelé de message. Je sais, ce n’est pas bien ! Je m’inquiétais moi ! Enfin, il a dit qu’il venait ! Et je suis sûr qu’il va ramener Mick ! Tant mieux ! Je l’aime bien ce type. Il est mystérieux et ma sœur, elle, est carrément méfiante, mais il est sexy, alors pour l’instant, je ne cherche pas à en savoir plus !
Ce soir, je décide de relever mes cheveux en une sorte de queue de cheval. Oui, j’ai les cheveux assez longs…depuis hier en fait. Comme j’ai un concert bientôt, j’ai fait un petit tour chez le coiffeur et du coup, j’ai un côté rasé et le reste plus longs et avec des mèches de pleins de couleurs différentes. J’aime bien l’effet que ça rend quand je les noue en queue de cheval, et puis ça sera plus simple si je dois monter sur scène ce soir !
Koki étant dans les parages, je sais qu’il a été engagé pour assurer une partie de la soirée en tant que chanteur. Je le rejoindrai pour une ou deux compo.
J’enfile ensuite une chemise en satin noire à reflet améthyste et une veste en velours aubergine sombre à revers noir. Pour le bas un pantalon de costume noir fait amplement l’affaire. Je la joue presque sobre. Ma coiffure tranche et j’adore ça !
Jay va au bal en voiture ce soir, mais moi, j’ai envie de prendre ma moto…même si je laisse mon casque dans sa caisse du coup. Elle est magnifique ce soir. Si elle n’était pas si méfiante envers les hommes, ils seraient tous à ses pieds. Mais comment lui en vouloir. J’arrive cependant à lui faire promettre de ne pas être méchante avec Chad et Mick ce soir. Je me doute qu’ils viennent ensembles et ça me va ! Il faut qu’elle l’accepte !

Une fois arrivé à la salle, je ne peux que siffler devant le travail abattu par l’équipe organisatrice.
J’aperçois alors Chad et Mick sur la piste à danser coller-serrer…accrochés même ! Mais je ne ressens pas de jalousie. C’est plutôt une sorte de fierté en fait, parce que Chad est avec moi malgré tout. Il reste avec moi malgré ce qu’il sait de mon passé, malgré la présence de Mick. Chad est peut-être avec lui aussi d’une certaine manière. Je ne m’en offusque pas. C’est un loup et je suis un félin. Une part de nous n’est pas vraiment « en harmonie ». Mais il est avec moi. Sa partie humaine l’est ! Il ne me laisse pas tomber. Une lueur de défi nait dans mes yeux alors que je regarde Mick. Il faut avouer qu’il est vraiment sexy !
Je m’approche d’eux tout en discrétion et annonce ma présence en leur pelotant les fesses à pleines mains.
- « Meow ! C’est ferme et musclé tout ça ! Ca donne envie de croquer dedans ! »
Je regarde alors Chad et tire la langue en affichant un sourire taquin.
- « Prends-en de la graine Chad ! Va falloir trouver des exercices pour raffermir tout ça ! Le banc de muscu’ ne fait pas tout ! »
Petite vengeance personnelle pour ses moqueries sur mes bras maigres. Quand Chad me fais remarquer mon retard, je hausse les épaules et affiche mon plus beau sourire.
- « Je me faisais beau pour vous deux ! Tu m’as manqué Chad ! Pourquoi tu ne répondais pas ?! Je me suis fait un sang d’encre !!
Et à ce moment-là, cette andouille m’avoue qu’il s’est battu avec Mick. Je m’insurge et me tourne vers Mick. Ok, il est sexy, mais qu’il n’ose pas attaquer mon Chad ! Mais l’architecte m’explique le fait et je soupire.
- « Jay avait raison…on fait la paire des pas doués…
Je regarde l’un puis l’autre et j’éclate de rire ! Décidément ! Je sens que la relation entre nous trois va faire des étincelles mais pas qu’en mal !



© Halloween sur Never-Utopia



(Petite Maj, pas de différences dans le fond, juste un peu mieux brodé^^)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:36

Retrouvailles

Alors que Mick me faisait remarquer que certaines filles autours de nous, nous mataient comme des gourmandes, j’observais, son visage, son allure. Bien que je sache qu’il était sur ses gardes, il n’en laissait rien paraitre. Se permettant même de faire des sourires aguicheurs aux dites gourmandes. Quel joueur ce mâle ! Ma main droite quitta sa hanche et remonta doucement, suivant un chemin tortueux jusqu’à sa pomme d’Adam. Il me regarda, se demandant ce que j’avais l’intention de faire. Avec un sourire et trois doigts agiles, je lui défis les deux premiers boutons de sa belle chemise.

- A jouer à l’étalon en parade nuptiale, tu vas surchauffer.

Je laissais redescendre ma main, pour poser ma paume au droit de son cœur. Le mince tissu irradiait de sa chaleur corporelle. Une légère adhérence sur sa peau, m’indiquait une légère transpiration. Je m’imaginais sa peau perlée de sueur. Je laissais mon odorat chercher sa senteur personnelle sous la fragrance de son eau de parfum. Il avait une odeur épicée, un peu poivrée avec un fond boisé. Une senteur sauvage, presque animale. Avec l’action conjuguée de ma main chaude, du fait que l’on soit serré l’un contre l’autre, la chemise s’humidifia un peu plus. Je sentais les pulsations de son cœur. Un rythme fort, puissant. Quelques heures plus tôt, j’avais entendu ce cœur changer de rythme, quand je l’avais laissé faire, quand je m’étais laissé faire. Jusque-là, il avait joué un jeu de séduction légère, presque frivole. Des actes, des gestes sans engagements. Maintenant, je savais qu’il était dangereux pour lui de s’engager ou, sans aller sur quelque chose de formel, de créer un quelconque lien. Alors qu’il était voué à une vie de solitaire tant qu’il n’aurait pas éliminé la menace qui pèse sur lui, il avait lâché ses barrières. J’étais sa faiblesse, j’aurais peut-être dû le repousser… pour son bien. Mais j’en étais bien incapable. L’humain avait Miya, le loup voulait Mick. Je sentis ses bras se resserrer un peu sur mes reins, m’obligeant presque à me cambrer pour continuer à l’observer. Oui, il était aussi beau et racé que sa voiture dans la pénombre. Ce que je percevais de lui, ce que je devinais dans la pénombre du mystère qui l’entourait, ne faisaient que m’attirer d’avantage. A la différence du papillon de nuit qui se jette vers la lumière, j’avais envie de foncer dans son obscurité. Je sentais le danger de cette ombre, mais n’étais-je pas moi-même un animal sauvage ? Le timide étudiant en architecture cachait une bête féroce que je ne pouvais renier, que Mick ne pouvait ignorer. Hier, si je n’avais pas fait ce bocage qui m’avait laissé la patte cassée. L’issue du combat aurait été différente. Je sais que Mick s’était également retenu. Ses coups de couteaux auraient pu être plus dangereux. Il n’avait visé aucun point vital. Mais je me souviens de la bête que j’étais à Boston. De l’état des cadavres que j’ai laissé derrière moi. La seule consolation était de me dire, si j’avais toujours les yeux dorés, est qu’aucune de mes victimes étaient innocentes. Triste compromis de ma conscience.

Je cédais à la pression de ses bras, remontais ma main vers sa nuque et me laissais aller contre lui. Mon loup sentit l’odeur de Miya au moment pour il me tripota les fesses. Et celle de Mick, vu le sursaut de mon cavalier. Je devrais peut-être dire au chat d’éviter de surprendre Mick, un jour on risque l’accident.

- « Miaou !!! C’est bien musclé tout ça !!! S’exclama le Japonais, nous tombant dessus comme un Zéro en mode kamikaze sur un porte-avion américain.

Je souris, heureux qu’il soit enfin là, ce sale matou que j’adorais. Ma main droite lâcha le cou de Mick pour attraper Miya. Tient, il a l’air plus féminin avec ses cheveux attachés ainsi. Je n’eus pas à me pencher qu’il s’incrusta entre moi et Mick, me roulant une pelle si intrusive que je crus qu’il voulait vérifier s’il ne me manquait aucune dent. J'avais peur qu'il fasse de même à Mick. Non par jalousie, mais par crainte de la réaction de mon bel étalon.

- Miya ! Enfin tu te pointes !
- Je me faisais beau pour vous deux ! Dit-il avec une moue adorable. Tu m’as manqué Chad!
- Désolé… Je… On s’est battu avec Mick. Dis-je penaud.
- Battus ?! Dit Miya en regardant Mick soupçonneux.
- C’est moi qui ai commencé, hein ! Expliquais-je, sentant le drame arriver. Et j’ai perdu, pour ça que je n’ai pas pu venir te voir, je pouvais plus bouger… Mick a dû me soigner. Bref…

Miya nous regardait à tour de rôle, puis éclata de rire. Je fis une mine boudeuse. Quoi ! C’est bon, c’est déjà assez difficile d’avouer que Mick avait eu le dessus. Pas besoin de se moquer en plus.
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1340
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:36

Loin des yeux...

Que Miya débarque en nous pinçant les fesses semble amuser Chad. Mais moi je guette les réactions du japonais quand il apprend ce qui nous a occupé son copain et moi. La situation s’avère moins catastrophique que prévu. Miya éclate littéralement de rire. Surtout parce qu’il imagine Chad en louveteau pommé. Il ne sait pas en revanche qu’on était allongé l’un contre l’autre dans mon lit. Je m’esquive pour laisser le « couple » tranquille. À peine éloigné, des filles se faufilent vers moi.

- Tu es nouveau ici, tu viens d’où ?

- Tu es accompagné ?

- J’ai entendu dire que tu étais arrivé en voiture de sport ?

- Tu connais Chad depuis longtemps ?

Les questions fusent et je réponds ce qui me passe par la tête. Tout sauf la vérité. Et surtout pas en ce qui concerne Chad. Je lance un sourire charmeur qui les fait glousser. Juste assez pour que je m’éclipse à nouveau. Je fais un tour par le buffet, me serre une coupe de jus de fruit, pas d’alcool pour les gamins ici, j’écoute quelques mots de la conversation entre le livreur et la fille qu’il dévore des yeux. Une brune s’approche de moi, me fixe, son gobelet porté à ses lèvres. Elle y passe délicatement sa langue. Son geste est très aguicheur. Qui est cette fille qui me tourne autour sans me quitter des yeux ? Elle donne son verre à un type niais qui est derrière nous. Puis rejoint ses copines postées plus loin.

J’observe quelques lycéens lorsque Mafdet, arrivée dans mon dos, me parle doucement.

- Je suis intriguée de voir que ce genre de soirée t’intéresse.

- Et moi de te voir y jouer la nounou.

J’apprécie le franc-parler de cette femme sauvage. Et j’aime lui répondre avec le même entrain. Elle semble deviner que je ne me sens pas à ma place ce soir. Mais la voir en face de moi fait resurgir toutes les questions que James a soulevé en m’apprenant certains détails sur cette druide. La musique change de rythme. Une idée me vient. Mafdet a du vécu. De l’expérience. Mais pas seulement pour le combat. C’est certain.
Je lui tends la main et elle lit dans mes yeux mon invitation à danser. Moi aussi j’ai beaucoup voyagé. Et j’ai appris autre chose que le maniement des armes. L’art de mouvoir son corps est une discipline aiguisée mais aussi sensuelle.

Notre prestation attire les regards. Chad est interloqué. Voilà qu’il apprend quelque chose sur moi qu’il ignorait. Des murmures se propagent. Les lycéens ce demande qui est le type qui danse avec leur prof. Et les gloussements se font plus bruyants quand nous rapprochons nos corps. Juste assez pour je lui parle et qu’elle soit la seule à entendre.

- On t’a déjà dit que tu ne faisais pas ton âge ?

- En général, la politesse veut qu’on ne parle pas de ça à une femme.

- Et bien, moi j’en parle. Je ne doutais pas de ta puissance mais je me demande quand même quelle force mystique t’empêche de prendre une ride.

Elle fronce légèrement les sourcils en me disant qu’on achèvera cette conversation plus tard. Nous continuons à danser en augmentant le rythme. Le final est grandiose, Mafdet est vraiment une jolie femme. Une femme fatale même. Les spectateurs applaudissent. "Bravo Mick tu te fais toujours remarquer" : c’est ce que je comprends dans le regard scintillant de Chad. Il cherche à me rejoindre.

Mais j’ai envie de jouer. Me cacher dans la foule, m’éloigner de lui, le laisser me chercher. L’esquiver. Il se prête à cette partie de cache-cache puisque Miya se prépare à monter sur scène pour déchainer l'ambiance. Puis d’un côté et de l’autre du gymnase nos regards se croisent. Jusqu’à ce qu’il soit bousculé par un type et sa copine.


(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 458
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:37




Le chat et la souris

Depuis le début de la soirée je tourne de manière d’être toujours aux antipodes du coach. Ce type est littéralement flippant ! Je peux le tuer rien qu’en le regardant, mais il me fait quand même flipper… Je vois que Scott tente de renouer avec sa chasseuse de petite amie. L’affection d’un être cher peut l’aider à surmonter les épreuves qui l’attendent. Je vois avec amusement Derek aux prises avec des éléments féminins. Où est donc passé Stiles ? C’est alors que je vois arriver les deux autres loustics. Avoir leur mine de conquérants, j’ai bien envie de me plonger dans mes dons, remonter le passer et faire ma voyeuse. Ils sont proches, vraiment proches car ils entament directement une danse ensemble. Leur façon de se coller, de se regarder me laisse penser qu’ils sont intimes. Que va penser Miyavi de tous cela ? Si son kanima se rebelle, je crains le carnage dans la salle. Je n’avais pas réussi à le maitriser l’autre soir dans le parc. Sans l’intervention de sa sœur Mary-Jaycee, j’aurais été obligée de le tuer. Je me poste pas très loin du couple, en prévision de l’arrivée du Japonais.

Quand je l’aperçois à l’entrée, je vois qu’il cherche illico son copain. Je suis soulagé de voir sa mine réjouie et encore plus de voir la grimace que fait Mick quand le chat lui colle une main aux fesses. Pas de kanima furieux à gérer pour ce soir. Je repars vers le bar, Finstock s’approchant trop près d’où je suis. J’observe la foule, aperçois Mick qui a laisser Chad et Miya dans un slow… rapproché, le chat s’est entortillé autour du loup ! Mick subit le second effet kiss cool de « je suis un beau gosse ». Une nuée de filles œstrogènées s’intéresse à sa petite personne, ses petites fesses et sa grosse voiture. A moins que ce ne soit l’inverse… Je ne sais pas s’il a repéré ma présence, mais j’aime faire des arrivées surprenantes. Je me sers donc de la foule pour me masquer et arrive dans son dos.

- Je suis intriguée de voir que ce genre de soirée t’intéresse.
- Et moi de te voir y jouer la nounou.
Répond-t-il.
- Je fais la nounou pour beaucoup de monde et pas que pour des gamins.

Mon regard insistant explicite clairement de qui je parle. Même s’il fait le paon, je le sens pas à son aise aux milieux de ces lycéens beaucoup plus jeune et immatures que lui. Alors que j’allais lui en faire la remarque, il me tend la main. L’invitation est explicite. Un besoin de femme mature mon joli ? Je prends sa main, je sens qu’il y a moyen de s’amuser. Même les chaperons ont droit de se détendre. S’il me marche sur les pieds, je lui brise les reins ! Mais je suis rassurée à sa première prise, forte énergique. Ses gestes sont précis et me rappellent les pas d’un tango. Le rock qui passe s’y prête ou du moins je sens que Miya s’adapte à notre prestation. Je sais que le jeune homme a le sens du spectacle. Je calque mes pas sur les siens, le laisse mener la danse.

Voyant que je suis, que je le colle comme une deuxième ombre, il s’enhardit, choisit des figures plus complexes. Un cercle s’est formé autour de nous. J’avoue qu’il vaut mieux, sinon c’est risquer de se prendre mon pied dans la figure lors des portés-jetées que Mick exécute à la perfection. Cela fait une éternité que je n’avais pas été dans les bras d’un si bon danseur. Et quand on parle d’éternité…

- On t’a déjà dit que tu ne faisais pas ton âge ?
- En général, la politesse veut qu’on ne parle pas de ça à une femme.
- Et bien, moi j’en parle. Je ne doutais pas de ta puissance mais je me demande quand même quelle force mystique t’empêche de prendre une ride.
- Si tu le souhaites, je te donne la marque de ma crème antiride


La musique arrive à son terme, notre danse acrobatique aussi. Mick me fait à peine un signe et me lâche pour se fondre dans la foule. Je comprends vite qu’il veut jouer avec Chad. Hey là ! Minute papillon. On ne me fais pas le coup du « je connais tout sur ta vie » pour aller faire le gigolo la seconde suivante. Assume la provocation que tu as lancée. Je me faufile à sa suite, évitant souplement les danseurs. Dans le même temps, je capte le regard de Miyavi et dans un langage de la main digne d’un Naruto et forcément connut de la part d’un japonais, je lui fais le symbole qui signifie calme et désigne Mick du doigt. Le clin d’œil que je rajoute lui fait comprendre ce que je veux : le truc le plus lent et langoureux possible.

Alors que le Jap attaque d’une voix de velour un slow torride, j’attrape la main de Mickaël et d’un geste habile le fait pivoter pour qu’il me tombe dans les bras… presque tout cuit… Je ne prends pas mon cavalier à la légère.

- Moi aussi je sais jouer monsieur Michaël Wayne.

Cette fois, c’est moi qui le plaque. Il va sentir chaque courbe de mon corps. Une main sur sa nuque, l’autre juste sur ses reins. Dans son dos, je vois Chad qui nous regarde, je lui fais un clin d’œil. Je crois que le louveteau s’inquiétait que je fasse passer un mauvais quart d’heure à son presque amant. Si ce que je vois en étant au contact de Mick est correct.

- Qu’est-ce que cela fait d’être battu jour après jour, sans pouvoir se défendre, ni éviter les coups ?

Je sens Mick se tendre, sensuellement je lui mordille l’oreille, laisse mon souffle couler dans son cou.

- Tu ne sembles pas avoir fâché les plus inoffensifs des chasseurs…

Qu’est-ce que cela fait d’être la cible des renseignements ? Et non plus être à l’origine de la source d’information. A sa mâchoire serrée je vois que j’en sais déjà beaucoup.

- Cette pièce était vraiment noir… humide…

Je sens son cœur accélérer. Je me cambre, ma main droite se perd dans ses cheveux. Je rapproche mon visage du sien et fait luire mes yeux de leur vert émeraude. Il n’y a que lui qui peut les voir. J’effleure ses lèvres d’un baiser léger qui se veut taquin. Cela reste un homme, je le sens réagir malgré lui. Mais puisqu’il cherche des renseignements… Le seul sur Beacon Hills à avoir eu droit à cela est Alexis. Je pense que Mick arrivera à encaisser ce que je vais faire. Je me rapproche de nouveau de ses lèvres, il tente de s’écarter, de m’esquiver. Mes bras se font d’acier, de granit. Il est bloqué. Cette fois-ci le baiser est plus ferme. Pendant deux seconde, il croit encore que je l’aguiche, puis le lui lâche tout. Lui envoi ma mémoire, cinq mille ans de vie. Cinq mille ans de combats, de tueries. Je le sens vaciller et dois le retenir pour qu’il ne s’effondre. Absorber cinquante siècles de mémoire en cinq secondes. Il a vu les images délier à une vitesse vertigineuse. Vu les différentes époques et lieux où j’ai vécu. Il a vu la grande Mafdet, Bastet la déesse de la guerre du temps de son règne.

- Je crois que Chad te l’a déjà dit. Parfois il suffit de demander... Sinon, reste prudent ce soir. Je sens un désordre, mais je n’arrive pas encore à mettre le doigt dessus. Et pense que même si cela te parait inconcevable, nous sommes au moins deux ici à pouvoir t'aider.

Sans attendre sa réponse, je m’éclipse, le laissant avec son jeu avec Chad. Enfin, s’il a encore envie de jouer bien sûr.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:38

Télescopage

Je sentis l’étreinte de Mick se desserrer , il s’éloigna un peu. Je lui lançais un regard inquiet. Miya s’était jeté sur moi comme un gamin sur un gâteau. J’espérais que Mick ne le prenne pas mal de se faire subtiliser son cavalier de façon aussi cavalière. D’un signe des yeux, il me rassura. Miya qui avait suivi l’échange muet fit également un geste à l’intention de Mick. Le remerciant de me laisser tout entier à son inquisition. Du coin de l’œil, je vis un troupeau de nanas se refermer sur Mick. Il allait avoir matière à jouer au mâle dominant. J’entendais les gloussements, leurs questions indiscrètes, ses réponse farfelues. Rhah ! Il allait me faire passer pour quoi encore !! Rassuré, je me concentrais sur mon matou. Celui-ci me scrutait, je sentais qu’il voulait en savoir plus sur cette histoire de bagarre avec Mick. Ses mains baladeuses, exploraient tout ce qu’il pouvait décemment tâter dans cette foule sans qu’on se fasse éjecter par les nounous de service. Il me sentait aussi. Même en ayant pris une douche, j’exhalais l’odeur de Mick. Je ne pouvais rien lui cacher. Je n’avais pas l’intention de lui cacher quoique ce soit. Notre lien est basé sur la confiance, non sur l’appartenance. Je lui attrapais le menton et l’embrassais tendrement. Jouant avec son piercing. Je connaissais par cœur ses points sensibles. Miya se transforma en poulpe. Ses pieds ne touchaient presque plus le sol, je devais presque le porter.

- Nous ne sommes pas seuls Miya, c’est bondé de mineurs…
- M’en fout, j’ai trop attendu…
- Je sais, encore désolé pour hier, on se rattrape tout à l’heure, viens dormir à l’appart…
- Je comptais bien te coller jusqu’à ce que je tombe mort de fatigue !


Je ris de bon cœur. J’appréciais qu’il ne me bombarde pas de questions, ne me demande pas des comptes. Qu’en gros il me fasse une scène. C’était censé acquis, mais cela me soulageais de voir que notre lien unique fonctionnait bien ainsi. Toute sa personne m’importait beaucoup. Je ne voulais pas le faire souffrir. De toutes les façons, si je m’y risquais, sa sœur m’avait fait clairement comprendre qu’elle me fendrait le crane. Je ne lui dis rien de cette rencontre dans les toilettes pour hommes de la fac avec Mary-Jaycee. Elle aimait et protégeait son frère. Je ne m’en offusquais pas. Au contraire, cela me rassurais que Miya avait quelqu’un sur qui compter. Même si à présent, je m’incrustais dans cette liste si réduite. Nous dansions, collé au possible. J’avais aperçu le regard désapprobateur du coach, mais avais laissé Miya « poulper » à son aise. J’aimais son exubérance, son indécence. Au bout d’un moment, il me posa la question qui lui brulait les lèvres depuis qu’il nous avait rejoints.

- Il est bon ?

Clair qu’il ne parlait pas de mon dernier repas, mais clairement des performances de Mick. Je souris en le regardant. Sa question, ne demandait ni plus ni moins ce qu’elle exprimait. Sans arrière-pensée d’une quelconque comparaison ou compétition.

- Hum… Je n’ai pas vu toute l’étendue de ses capacités. Mais pour ce que j’en ai…, je choisis mon verbe, …gouté. Je dirais qu’il est particulièrement bon.

Ma réponse eut l’air de satisfaire le chat. Je lui grattais le haut du dos, il se mit à ronronner. Puis Miya me lâcha, il devait jouer un morceau. A peine il avait quitté mes bras, qu’une fille s’y installa sans complexe. Aller, je devais bien payer le prix de mon coup de frime en arrivant. Je lui souris et commençait à danser avec elle. Un peu plus tard, nous nous fîmes bousculer, les gens s’écartaient devant deux danseurs qui semblaient mener large. La musique avait radicalement changé de genre pour se caler sous le tempo… d’un tango. Tango qu’exécutaient de mains de maitre mon Mick et Mafdet ! J’ahurissais, où avait-il appris à danser ainsi. Pour Maf’, je me doutais bien que son « grand âge » lui permettait d’avoir multiples expériences. Mais j’avouais là que Mick me bluffait de tant de maitrise. La jeune femme, le collait comme une deuxième peau. A aucuns moments, ils ne s’embrouillaient malgré les pas compliqués qu’ils exécutaient. Hu ! J’étais presque jaloux d’une telle coordination. La foule les encourageait. C’est vrai qu’ils étaient magnifiques et brillants. Le comble pour un gars qui cultive le secret et la discrétion comme Mick. Mais quel badasse celui-là! Je souris quand je l’entendis la questionner. Pauvre Mick, si toi t’es le roi des mystères, Maf’… Quand ils eurent fini leur numéro, je le vis planter la jeune femme et disparaitre dans la foule non sans un clin d’œil dans ma direction. Alors que Miya attaquait un autre morceau, je tentais difficilement de le rejoindre. La foule des danseurs me le masquant par moment. Grr ! C’est alors que je vis Maf’ lui remettre la main dessus. Je me disais bien que cela n’avait pas été une bonne idée de planter la druide de cette manière. Elle échangea des signes avec Miya que celui-ci sembla comprendre. Il attaqua un slow langoureux. Je vis Mafdet se coller à Mick. Je crois, qu’il n’avait pas le choix. Pour avoir déjà gouté aux coups de Mafdet, j’espérais qu’elle serait clémente avec lui. Elle dut comprendre mon inquiétude, car elle me fit un signe rassurant. Je me rapprochais quand même du couple. Et saisit leurs paroles. Enfin surtout celle de la druide.

« Qu’est-ce que cela fait d’être battu jour après jour, sans pouvoir se défendre, ni éviter les coups ? Tu ne sembles pas avoir fâché les plus inoffensifs des chasseurs… Cette pièce était vraiment noir… humide… »

Etait-ce le passé de Mick ? De quelle pièce parlait-elle ? Qui s’était fait battre ainsi ? Mickaël je suppose. Et ce sont donc des chasseurs qui le poursuivent. Je lui avais bien dit que je connaitrais sa vie malgré lui ! Mick, tu es en danger… Soudain, la druide l’embrasse. C’est rapide mais semble totalement le déstabiliser. Il lui faut plus qu’un simple baiser, même volé pour l’émouvoir. Qu’a donc fait cette femme ? Mafdet rajoute :

« Je crois que Chad te l’a déjà dit. Parfois il suffit de demander... Sinon, reste prudent ce soir. Je sens un désordre, mais je n’arrive pas encore à mettre le doigt dessus. Et pense que même si cela te parait inconcevable, nous sommes au moins deux ici à pouvoir t'aider. »

Mais bordel, comment sait-elle que j’ai dit ça ! Et bien sûr que j’offrirai mon aide à Mick, même si je sais que par principe il la refuserait. Comme si j’allais lui donner le choix. D’ailleurs, j’allais commencer immédiatement, car je le voyais tituber dangereusement. J’arrivais pile avant qu’il ne s’écroule, lui ceinturant la taille de mes bras. Il passa les siens autour de mes épaules, cherchant un appui.

- Mick ? Ça va ?

Il me répondit par un murmure, il fermait les yeux comme si son esprit allait éclater. Pesant de tous son poids sur moi, je le portais presque. Vu de l’extérieur, on semblait danser, lui ayant l’air un peu saoul. Doucement, je le poussais vers un coin de la salle. Il n’y avait qu’un couple amoureusement collé à cet endroit, centré sur eux-mêmes. Ils ne feraient pas attention à nous. Pas de chaise, pour l’assoir. Je ne voulais pas le laisser glisser au sol, pour ne pas attirer l’attention. Je le plaquais donc contre le mur, le calant au mieux le temps qu’il se ressaisisse. Foutue Mafdet Mahes ! Faut toujours qu’elle fasse la brute. Mais, je devais reconnaitre que grâce à elle, ce soir, j’en savais un peu plus sur le passé de Mick. Passé sombre et douloureux semble-t-il. Doucement je mis mes doigts sur ses tempes. Sa douleur semblait provenir de par là. J’essayais de pomper un peu de son mal, mes veines devinrent noires. Collés l’un contre l’autre, nous étions trempés de sueur. Brutalement je vis des flashes devant les yeux. Comme des réminiscences de souvenirs. Des images défilaient. La vie de Mick ? J’eus des soupçons quand je voyais les tenues vestimentaires qui rappelaient une époque révolue depuis des siècles. Je ne comprenais pas le sens de ce que je voyais. Au bout d’une vingtaine de minutes, je le sentis reprendre pied, il se faisait plus léger sur mes épaules.

- Évite de la vexer la prochaine fois. Cette femme c’est de la dynamite !


::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickael Wayne
Administrateur
avatar

Humeur : Observateur
Messages : 1340
Réputation : 200
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Assigné à domicile

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:39

Mauvaise idée, très mauvaise idée !
Le contact avec la main de Mafdet est plus ferme. Elle mène nos pas. Et fait bien plus que ça. Ses yeux emeraudes sont durs. Et ses mots encore plus.

- Qu’est-ce que cela fait d’être battu jour après jour, sans pouvoir se défendre, ni éviter les coups ? Tu ne sembles pas avoir fâché les plus inoffensifs des chasseurs… Cette pièce était vraiment noire… humide…

La garce d'avoir violé mon intimité. Je serre sa main et conserve notre rythme forcé. Personne d'autre que nous ne saisit la réelle tension dans nos gestes. Cette femme m'inquiète. Pourtant Chad m'a dit que je pouvais lui faire confiance. Je reste très méfiant.
Et son attitude est vraiment particulière. Voilà que ses yeux fixent mes lèvres. Et que sa bouche s'y précipite.

Le choc ne vient pas de son baiser. Mais de ce qu'elle y insufle. Quantité indénombrable de souvenirs, des lieux et des visages, des sensations. Elle partage sa vie avec moi. Entièrement. Sans limite. Le flot de sa mémoire me submerge. Je n'ai aucun barrage pour arrêter ça. Je titube, le savoir acquis se plaçant difficilement dans ma propre tête. Mon esprit était aiguisé. Elle le savait. Sinon elle n'aurait pas pris le risque de me tuer de la sorte.

Le décor tourne. Les bruits deviennent.désagréable. Je perds l'équilibre...et deux bras puissants m'attrapent par la taille. Les yeux de Chad plongent dans les miens. Je me concentre sur lui. Reprend peu à peu le dessus sur la vague qui avait manqué de me faire tomber à la renverse. Chad m'aide à évacuer la douleur. La mémoire de la druide prend place dans ma tête. Se distingant parfaitement de mon propre vécu. Un baiser puissant. Je saurais en tirer partie. Je n'oublies rien.

Je reprends contenance. Et une posture moins ridicule. Toujours aux cotés de Chad qui me parle doucement.

- Évite de la vexer la prochaine fois. Cette femme c’est de la dynamite !

- Je crois que j'ai saisi. Même très bien compris qui elle est.

Je fais réfèrence à ses souvenirs. Et Chad m'avoue en avoir reçu des brides lorsqu'il tentait de me soulager. Décidemment on ne s'ennuie jamais ici. Même dans une soirée pour étudiants.

Chad me dirige à l'écart. Miya descend de la scène pour nous rejoindre. Je regarde autour de moi. Mafdet doit nous observer. Je le sens.

La soirée prend un tournent plus amical. Miya est vraiment un mec sympa. Et il n'a pas froid aux yeux. Nous nous sommes isolés avec quelques autres lycéens et je ne freine que légèrement mes gestes envers Chad. Lequel collait l'autre ? On ne savait pas vraiment. Seule certitude, je me sentais bien avec lui. Et j'avais envie de me laisser aller. De baisser mes gardes. Juste un peu.

Je n'aurais pas du. Une odeur significative se propage dans le secteur oú nous nous trouvons. Les premiers signes apparaissent. L'aconit est d'une meilleure essence que celle que j'ai pu affronter lors des précédentes agressions. La musique augmente en même temps que la tension de mes muscles. Les lumières vacillent. Alors que tous croient à un effet prévu pour la fête, je sais qu'il n'en est rien.

Puis l'obscurité gagne subitement me gymnase. Seuls les blocs lumineux aux sorties de secours éclairent la foule. Ma vue s'habitue rapidement. Mon ouïe se tend. Un sifflement fend l'air. À peine audible. Mais le tir atteint sa cible. Il faut absolument sortir d'ici.

- Chad, on bouge de là !

Pas de réponse. Je me précipite. Croise Miya dans la foule. Lui aussi est paniqué. Il a senti quelque chose.

Les lumières se rallument. Je donne un coup d'épaule vif dans une porte de secours. La fraicheur extérieure entre en trombe dans le gymnase. Je sors à la hâte dans un nuage de buée. Le japonais est sur mes talons. Un certain Scott est interpellé par le livreur de cartons. J'apprends enfin son nom. Isaac. Deux personnes s'échappent aussi par la porte ouverte. Une femme et une lycéenne que j'avais déjà aperçue. Je sens des loups dans le groupe. Et d'autres sensations étranges qui me renseignent sur un point en particulier. D'autres personnes "spéciales" vivent à Beacon Hills.

Je fais volteface et plante mes yeux dans ceux de Miya. C'est la première fois que l'on se regarde rééllement. Étrangement, la même inquiétude nous relie.

- Miya, oú est Chad !?
(c) fiche par ocean lounge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafdet Mahes

avatar

Humeur : Féline
Messages : 458
Réputation : 144
Date d'inscription : 17/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:39





Le bordel commence.

J’avais laché Mickaël titubant sur place. Chad arrivait juste derrière. Le contact avec l’ami du loup m’avait encore donné une impression furtive que le bal allait mal se terminer. Je me concentrais sur la foule. Cherchant d’où pourrait venir la menace. Le coach surveillait toujours sa fille et ne semblait pas vouloir trucider Geenberg, du moins pas ici. Scott était toujours en discussion avec sa chasseuse, cela s’annonçait… lent ! Derek Hale dansait avec une grimace qu’il devait prendre pour un sourire. Il n’était pas à son aise. Je le comprenais sa partenaire avait semblé énervé pas mal de monde à Beacon Hills. Mes visions la concernant la montraient en perpétuel conflit avec les gens de Beacon Hills. Personne à éviter pour prise de tête assurée. Plus loin Isaac semblait en détresse avec sa belle Lymnade. L’amour semblait faire peur au jeune bêta. D’où viendrait la menace ? De l’alpha qui observait la salle, Aaron ? Ce fut le cri strident qui retentit qui m’alerta. Dieu que les lymnades pouvaient me casser les oreilles. Madame mère venait faire son esclandre et récupérer sa marmaille de manière assez sauvage. Je vis Isaac, comme tous les loups autours se boucher les oreilles. Puis se relever. Allait-il s’intercaler ? Il était bon pour devenir l’esclave de cette femme. Tout en me tenant les oreilles je me faufilais vers la mère D’Isabella. Je devais stopper cette furie avant qu’elle envoute tous les mâles de la salle. J’arrivais dans le dos de la Lymnade, je la saisis par l’épaule. J’avais bien l’intention de la virer de là, manu militari. Elle se retourna, furieuse d’être interrompue. Je la toisai, mes yeux luisaient de leur vert émeraude.

- Ne croit pas avoir le dessus, poisson d’eau douce ! Crachai-je.

La femme n’eut pas le temps de me répondre que les lumières s’éteignirent. L’odeur reconnaissable d’aconit ne présageait rien de bon. Je pensais avoir trouvé la source du chaos que je pressentais avec cette Lymnade en furie, mais je me trompais. Des chasseurs attaquaient. Avec le nombre de loups présents je craignais le pire. Dans le noir, je sentis la femme m’échapper et Isabella crier. Je les laissais partir, il y avait plus urgent. Eviter un carnage. L’image de la cible des chasseurs m’étaient apparue brutalement : Chad Wilder allait passer un mauvais moment. Mais là, je ne pouvais rien pour lui. Mick et Miya devaient se débrouiller tout seul pour l’instant. Car je devais contenir tous les loups présents, énervés par l’aconit. J’espérais qu’Aaron gérerait ses deux bêtas.

D’un œil, je vis Mick sortir, suivi de Miya. J’entends Isaac qui appelle Scott .

C’est de nouveau le bazar à Beacon Hills. La routine quoi !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby Hale

avatar

Messages : 162
Réputation : 29
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:40


Une danse ou un combat?





J’arrive chez le Shérif et déjà je pouffe de rire car je peux l’entendre sommer Stiles de se dépêcher. Je peux entendre son indécision d’ici et je me décide à aller le chercher. Je sors donc de ma Shelby GT 500 rouge et vais sonner à la porte. Quand le Shérif ouvre, il reste bouche bée un instant. La dernière fois que j’étais chaperon, c’était à halloween, un bal costumé auquel j’étais allée dans ma tenue d’époque. Cette fois, il s’agit d’un bal de noël, avec tenue de soirée. Je porte donc une robe, rouge, comme toujours, mais de circonstance. C’est une robe bustier en base, couleur rouge sombre avec du flocage velours et des strass. Par-dessus, un voile rouge vif s’accroche au niveau de mon épaule droite, revient sur la base pour entourer mes anches et retomber jusqu’au sol par endroit. L’effet voluptueux accorde un air robe longe à cette tenue qui me permettra de me battre sans heurts si besoin est.

- « Shérif, vous bavez. »

Je souris et il me laisse entrer en me complimentant. Il m’explique ensuite que Stiles se prépare depuis déjà plus de deux heures mais que pour une énigmatique raison, il n’est toujours pas près. Enigmatique ? Je n’en suis pas si sure. Avec la permission du Shérif, je monte le chercher. Je le trouve la tête dans les mains et toutes ses chemises sur le lit. Je balaye des yeux le choix. La grande majorité est neuve et elles sont toutes superbes.

- « Lydia t’as aidé à faire tes achats, n’est-ce pas ?!

Elle a du coup cette petite. Je souris à son air désespéré et je soupire avec amusement avant de fondre sur une chemise que j’ai repéré sans mal. Noir avec un dépassement col et manche bleu. Il me dit que le bleu ne fait pas ressortir ses yeux.

- « Tu sais que ça fais très nana ce que tu viens de dire, n’est-ce pas ? Et ce n’est pas avec tes yeux que je l’accorde ! »

Je souris. C’est tellement évident qu’il ne prend même pas la penne de paraître offusquer. Je sélectionne un pantalon cintré et une veste et lui ordonne d’être prêt dans trois minutes. Et après trois minutes, nous partons…bon d’accord, sept…deux pour qu’il se prépare vraiment et deux minutes de compliments de la part de son père.

Nous arrivons à la salle et à nouveau il essaye de se défiler mais c’est hors de question mon petit père. Nous entrons juste après une espèce de furie…une lymnade. L’odeur est proche de celle des sirènes…reconnaissable donc.

Un balayement et je repère tout ce qu’il faut repérer. Scott et Allsion, Isaac et la fille lymnade, même odeur…d’ailleurs je le sens moyen l’intervention de la mère…Mafdet, Chad et un gars dont je ne sais pas encore grand-chose. Je sais juste qu’il « fréquente » Chad et qu’il est mystérieux. Je ne suis pas l’alpha de Chad, mais je suis suffisamment proche de la meute et puissante pour qu’il me confie au moins avoir rencontré quelqu’un qui n’est pas juste un humain sans problème. Je l’ai senti à l’un des entrainements, et je ne lui ai pas posé d’autres questions. Je veux juste être prévenue, pour être préparée. Je repère aussi Aaron, un autre alpha, Lilith, une de ses bêtas et Dylanne, que je sens désormais liée. Une simple déduction me permet de comprendre qu’elle est sous la protection d’Aaron. Bien, elle lâchera peut-être Derek, ou pas…

Je sens stiles se débiner et je soupire.

- « Arrête ! Tu vois bien qu’il ne souhaite absolument pas être là, alors vas-y et sauve-le ! A ton tour d’être Batman ! »

Mais c’est à cet instant que la lymnade pète une durite. Aoutch ! Violent ! maf’ va vite la calmer, mais la menace éclate ailleurs. Des chasseurs. Et merde.

- « Ils balancent de l’aconit ! »

Je me tourne vers Stiles, mais déjà il est parti rejoindre Derek…une attaque peut tout changer et rendre téméraire même le plus peureux ! Je lance un regard à Derek. je sais qu'il prendra soin de l'hyperactif.Je cherche Chad et fronce les sourcils. Je ne le sens plus. Je regarde Mafdet et son regard en dit long. Nous irons le sauver, aider les deux hommes qui semblent partager sa vie, mais d’abord, nous devons gérer les bêtas qui s’affolent et devienne incontrôlables ! Moi, je m’approche des loups et leur impose ma puissance pour qu’ils se calment et sortent de là et je reste en garde pour contrer les attaques éventuelles. Mais les attaques ne viennent pas que des chasseurs. La fille de l'eau perds la tête. Je vais donc vers elle.

- "Calme-toi ou c'est Isaac que tu vas noyer avec tes pouvoirs!"

Le nom du loup la ramène suffisamment à la raison pour me laisser le temps de la neutraliser en l'assommant. Désolée miss, mais je n'ai pas le temps pour ça. Tu ne te contrôle pas assez pour que je te laisse faire et tu viens déjà de tous nous mettre en danger en agissant ainsi. le secret doit le rester...en tout cas en ce qui concerne les humains. Je la confie à un bêta assez calme que j'ai aidé peu après mon arrivée en ville, puis je retourne au combat pour neutraliser les chasseurs et calmer les loups.



© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stiles Stilinski

avatar

Messages : 431
Réputation : 45
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:41






Le Bal D'Hiver
J'y vais ou j'y vais pas?






Sérieux, j’étais pathétique. Incapable de choisir une simple tenue. Incapable même de savoir si vraiment j’allais me rendre à ce foutu bal ! Qu’est-ce que j’allais bien pouvoir faire là-bas ?! Ok, entre Derek et moi, c’était carrément ambiguë, mais ça, c’était avant l’arrivée de miss Angleterre. C’était clair qu’un pauvre gringalet humain comme moi ne faisait pas le poids face à une louve-née de sang pur avec une allure de mannequin doublée d’une bombe sexuelle. Je ne pense pas qu’elle fut bête non plus….elle n’avait pas inventé la poudre, si je me fiais à son altercation avec Rubis au commissariat, mais elle n’était pas idiote.
Du coup, quand Rubis débarqua dans ma chambre, vêtue d’une robe qui m’aurait bien fait redevenir hétéro, j’étais désespéré, la tête dans mes main et à moitié à poil. Le pire c’est que je crois bien qu’elle se foutait de moi. Elle ne tarda pas à trouver comment m’habiller dans tous ce que Lydia avait choisi pour renouveler ma garde-robe, je cite « pourrie et datant de l’âge « geekomochetboutonneu ». Du bleu, mais ça n’est pourtant pas l’idéal avec des yeux marron. Quand je lui fis remarquer elle me remballa avec une taquinerie. Je me laissai prendre au jeu en pliant mon bras, exagérant à outrance une parodie des manières féminines ou gay.

- « Je sais, en passant tu n’aurais pas un bon fond de teint à me conseiller, le mien m’assèche la peau, c’est une horreur ! »


Je ne sais pas comment elle faisait, mais elle parvenait toujours à me dérider. Puis elle m’avoua que de toute façon ce n’était pas pour aller avec mes yeux à moi. Je n’eus même pas le courage de feindre l’étonnement ou l’incompréhension. C’était inutile avec elle. D’ailleurs, même si elle m’avait assuré qu’entre elle et Derek il n’y avait qu’un lien fraternel, je me disais qu’ils auraient pu faire un superbe couple. Ca me rassura un peu d’ailleurs parce que si Derek ne voulait pas sortir avec Rubis, peu de chance pour qu’il tente avec Dylanne. Rubis était bien plus compatible avec ce qu’était devenu Derek, bien plus libre et forte que l’anglaise…du moins, c’est ce qu’il me semblait.

Quand je fus enfin prêt et que mon père accepta enfin de me fixer avec ses yeux larmoyant de père fier, Rubis me traina jusqu’à sa voiture et m’emmena au bal. Elle voulait que je me détende ce soir. De toute façon, j’avais le choix pour trouver un conducteur au retour : Scott, elle ou Derek…

Arrivés là-bas, je repérai mon meilleur pote, isaac et quelques autres, mais je repérai surtout Derek…qui dansait avec Dylanne. J’aurais dû rester chez moi…ou pas…Rubi m’attrapa par le col et me força à rester. Je regardai Derek à nouveau. Il était vraiment magnifique ce type.
Comment j’avais pu rester dans son environnement sans me rendre compte avant de ce que je ressentais ? Ses yeux clairs lançaient des éclairs, sa mâchoire était contractée…Non, il ne passait pas vraiment un bon moment, mais il restait magnifique.

Elle me taquina en me disant qu’il était temps que je devienne Batman. Je souris car elle savait que j’affectionnais cette image. Pourtant, j’hésitais encore. Nous fûmes alors interrompus par la crise de la mère d’Isabella. Cette fille qui ne parlait jamais n’était pas humaine, du moins c’est ce que m’avait dit Aiden. Je n’avais pas mis longtemps avant de trouver ce qu’elle était probablement : une lymnade. Pas cool la maman, mais ce n’était pas le pire.

Le gymnase fut soudainement attaqué et Rubis m’annonça qu’ils balançaient de l’aconit. Bande d’enflure qu’ils étaient ! Je m’élançai sans réfléchir pour rejoindre Derek. Au milieu de la foule, je me pris quelques coups et je crus l’avoir perdus mais je percutai un torse musclé à l’odeur de sapin. Derek !

- « Derek, est-ce que ça va ? Ils attaquent à l’aconit. Il faut sortir d’ici !

Dans un geste automatique et irréfléchis, j’attrapai sa main et pris la direction de l’air frais !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Wilder

avatar

Humeur : En colère
Messages : 856
Réputation : 74
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:42

Black Out


Avec soulagement je vis Mick reprendre du poil de la bête. Ne semblant même pas trop en vouloir à la druide. Que lui avait donc fait Mafdet ? Il m’avoua qu’avant de se faire rattraper par elle, il pensait me jouer un mauvais tour en jouant à cache-cache.

- Tss ! Fis-je amusé. Je connais trop ton odeur pour te perdre dans une foule.

En lui disant cela, je fis remonter mon nez le long de son cou, humant son odeur corporelle mélangée à son parfum. Je sentis son bras passer sur mes reins et m’attirer contre lui. Miya a fini son show et vient vers tout joyeux. La soirée s’annonçait sous les meilleurs hospices. J’étais aux anges. J’avais les deux mecs que je trouvais craquants près de moi. La musique n’était pas trop mauvaise. L’organisation était au top. Je ne savais parfois pasà qui appartenait les mains qui me frôlaient. Je me demandais si Miya et Mick ne jouaient pas un peu avec moi. Je m’en moquais, j’étais content que ces deux-là s’entendent. Nous discutions de choses légères entre nous, tout en nous taquinant. J’aimais cette ambiance informelle, sans question, ni à priori. Une main s’empara de la mienne, nouant nos doigts. En regardant je compris que s’était Mick. Miya fit son pitre et recommença à faire le poulpe, laissant juste ma main de libre à Mick. Loin d’un jeu sexuel, il s’amusait en faisant le clown, me faisant rire aux éclats. Mick en rajoutait. J’étais cerné avec ces deux-là !

C’est à ce moment de bonheur paisible et partagé, qu’un son horrible me vrilla les tympans. Miya et moi nous nous plions en deux sous la douleur. Le cri de la mère d’Isabella que je voyais non loin de nous, nous tétanisait. Je sentais mes os vibrer. Quand le cri s’arrêta enfin, je vis Maf’ tenir l’épaule de cette femme. Je me redressai, soulagé. La druide maitriserait cette furie. Seulement à ce moment-là les lumières baissaient d’intensité pour s’éteindre totalement. Des cris me parvinrent de la foule qui nous entourait. Alors que ma vision s’adaptait à l’obscurité et que je me retournais vers Mick et Miya, j’entendis un bruit de tir, quelque chose m’atteint au cou. J’allais pour crier de faire attention, mais ma vision se troubla, j’avais la tête qui tournait. Le sol se mit à tanguer comme sur un bateau prit par une tempête. Je sentais l’iode, la mer, l’aconit. Puis je me sentis partit en arrière. Des bras puissants me retinrent. Je sombrais dans l’inconscience.

Je me réveillais par intermittence, mais ma vue était obstruée par je ne sais quoi. Je n’arrivais pas à m’éclaircir l’esprit. Sombrais de nouveau.

Je me réveillais assis sur une chaise. Je tenais assis car j’étais ligoté. J’avais le visage en feu, un gout de sang dans la bouche. Le reste de mon corps semblait avoir passé sous un rouleau compresseur. Où étais-je ? La pièce était sombre. Seulement éclairé par une lampe très faible, jaunâtres, au-dessus d’une porte en fer qui me faisait face. Au bout d’un temps indéfinis quelqu’un entra, je ne voyais pas son visage en contrejour. Mes sens lupins étaient altérés, je ne sentais presque pas son odeur. Qui était-ce… La seule réponse fut une pluie de coup de poing.

- P… pourquoi ? Qui ?....

Un coup au sternum me coupa la respiration, je manquais de m’évanouir. Je vis des flashs. Le gars prenait des photos. Cette fois-ci, je ne cherchait pas à poser... Le type partit sans rien dire. Je sombrais dans une pseudo inconscience. Mes pensées s’emmêlaient. Mick, Miya… Emy, mes parents, une demande de rançon ? Ma famille était aisée.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4592
Réputation : 194
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:42





Aimable

Aimable! Mais pourquoi j’ai promis cela à Scott ! Ne me dites pas que c’est son alpha embryonnaire qui a su me faire plier ! Bref, je danse toujours avec Lady Dy. Elle se tait. Elle serait presque agréable ainsi. Mais, j’ai beau faire, je ne suis pas naturel. Je sais bien que mon sourire est faux. C’est une chose qui ne se commande pas chez moi. C’est vrai que je souris peu. J’ai oublié. Ou plutôt personne ne le provoque plus ce sourire.

Alors que je rumine mes pensées, tentant de ne pas écraser les pieds de Miss Angleterre. Un cri horrible remplit la salle m’obligeant à me plier en deux et de me boucher les oreilles. Je vois la druide dont Scott m’a parlé s’occuper de la furie qui a déclenché ça. C’est à ce moment-là que je l’aperçois, lui ! Courant vers moi. Ruby le regarde courir vers moi en souriant. Y a pas à dire, c’est peut-être le premier moment sympa de la soirée, enfin pour moi.

- Derek, est-ce que ça va ? Ils attaquent à l’aconit. Il faut sortir d’ici ! Me Crie Stiles.

Je n’ai pas le temps de faire ou dire quoi que ce soit, qu’il m’attrape la main et me force à sortir. Dans la cohue et la panique, personne ne le verra. Mais je crois que je fais mon premier vrai sourire depuis…. longtemps. Une fois dehors, je regarde autour de moi, à l’intérieur Ruby, la druide et Aaron, un alpha tente de mettre de l’ordre. Je ne vois pas Scott, mais l’entends parler à Isaac. La cible des chasseurs serait un ami d’un de leur copain de classe. La menace des chasseurs est dont ciblée. Nouveau coup d’œil à l’intérieur, les deux femmes se débrouillent à merveille. Ruby vient d’assommer une lycéenne qui avait « débordé ». La méthode n’est pas douce mais a le mérite d’être efficace. Bref, pas de raison que je vienne mettre mon grain de sel. Et de plus, je n’ai plus l’aura d’un alpha. Même s’il persiste en moi, mon ancienne puissance. Certainement parce qu’on ne m’a pas pris mon aura, car je l’ai donnée pour sauver Cora. Je reste donc plus fort qu’un bêta, mais bien sûr, moins qu’un alpha. Pour l’heure je les gênerais plus qu’autre chose. Et surtout, j’ai d’autre chat à fouetter surtout un en fait.

- J’ai failli attendre ! Tu étais passé où encore ?! Dis-je d’un ton bourru.
- D… Désolé d’avoir interrompu ta danse avec cette belle fille, mais les chasseurs…
- Tu viens donc de me sauver la vie deux fois alors ! Oh ! Mais ?


Je levais sa main qui n’avait toujours pas lâché la mienne et observais les manches de sa chemise noire. Ce bleu… Je me recule un peu et matte sa silhouette. Le pantalon cintré lui va à merveille. L’odeur qui vient des vêtements m’indiquent qu’ils sont neufs. Je perçois même le parfum capiteux de Lydia et de Ruby. Je souris de nouveau, c’est l’overdose de vrai sourire ce soir ! Mon Stiles s’est offert de sacrées stylistes pour s’habiller pour la soirée. Sa chemise est coordonnée à mes yeux, même le mâle néandertalien que je suis, l’a remarqué immédiatement. Perspicaces les filles !

C’est un peu le chaos autour de nous. Les lycéens quittent le bal de manière anarchique. Bienvenu à Beacon Hills. Mais tout ce tintamarre ne m’arrive qu’atténué. Une seule personne me préoccupe, une personne qui a fait des efforts pour moi. Des efforts qui me touchent. Un étudiant bouscule Stiles en sortant. Je passe ma main libre dans son dos entre sa veste et sa si belle chemise. Et l’attire doucement contre moi, posant mon menton sur son crâne. Bulle de calme au milieu de la tourmente.

- Tu es tracassé, qu’est-ce qui te chagrine ? Les chasseurs sont repartis, je ne les sens plus.
- Ça va ? Y a rien qui me tracasse…
- Tu mens, dis-je en soupirant. Stiles ?
- Je… cette fille au poste, elle semblait dire que toi et…


Je resserrais mon étreinte.

- Les Chade prennent leurs rêves pour des réalités, sans se préoccuper de l’avis des autres. Ma famille était bien alliée à ces gens. Mais loin d’être amie avec eux. Leur racisme sur les loups mordus a toujours ulcérer les miens, où beaucoup des nôtres étaient liés à un humain. Un humain comme toi. Bien que très jolie, cette Anglaise n’a aucune chance avec moi. Son éducation est bien trop ancrée pour qu’elle change. Sa manière de s’ingérer dans la vie des autres m’irrite. Ce soir j’avais promis à Scott d’être aimable, à toi aussi. Mais t’es arrivé en retard. Si c’était pour te faire aussi beau, je te pardonne.

Qui a dit que je ne savais pas parler, pas m’ouvrir… C’est tellement plus facile avec lui. Je ne sais à quel moment ses bras se sont refermés dans mon dos. Je suis déçu que le bal soit fini, là j’aurais dansé avec joie et envie.





I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Stiles Stilinski

avatar

Messages : 431
Réputation : 45
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:43




le Bal d’Hiver
Happy





Je ne laissai pas le temps à Derek de réagir. Je n’avais qu’une seule chose en tête le sortir de cet endroit où l’odeur de l’aconit envahissait l’air et menaçait de le faire souffrir ! Il souffrait bien assez comme ça pour ne pas avoir à en rajouter une couche. Dylanne s’était retrouvée entraînée dans notre sillon. Elle était hors de danger, tant mieux…si Derek l’appréciait, ça aurait été dommage qu’elle clams comme ça.

Mais à peine sommes-nous dehors que Derek me pousse un peu plus pour semer l’anglaise. Je jubilais. C’était idiot. Sans doute n’avait-il pas fait exprès, mais je jubilais.

- J’ai failli attendre ! Tu étais passé où encore ?!

Je l’avais mis en colère. Ce n’était pas mon intention. Peut-être bien qu’il préférait être avec Chade finalement, et que mon intervention avait fait capoté ses plans.

- D… Désolé d’avoir interrompu ta danse avec cette belle fille, mais les chasseurs…

Je rougissais comme un enfant pris en faute, un coupable, jaloux et maladroit. Quel idiot. Il n’avait certainement pas besoin de moi. C’était lui Batman, pas moi…

- Tu viens donc de me sauver la vie deux fois alors ! Oh ! Mais ?

Euh, lui sauver la vie ? Moi ? Deux fois ? Les chasseurs à la limite, mais…je repensai alors aux mots de Ruby. Il ne désirait pas danser avec elle ? Non, sans doute, qu’il n’avait simplement pas voulu danser ou soyons fous, se montrer ridicule devant la femme qu’il convoitait. J’aurais pu le croire ; Je cru un instant à cette excuse, et puis il leva mon bras et observa ma tenue. Non, pardon, soyons franc et directe, il me mâta ! Derek Hale me matait !!! Il me reluquait, et il aimait ce qu’il voyait !

Et ça ! Je rêvais ! Il venait juste de sourire ! Mais genre un vrai sourire ! C’était la première fois que je le voyais sourire comme ça. J’étais tellement subjugué par la beauté de ce sourire, que j’en oubliai tout ce qui nous entourer. Le bordel à Beacon Hills ? Quelle importance, il souriait. Des chasseurs ? Je m’en fichais, il me regardait. Je sentis à peine le type qui me bousculait ans sa panique, en revanche je sentis parfaitement la main de Derek se glisser dans mon dos. Il dégageait une telle chaleur, un tel réconfort. Je me retrouvais bientôt contre lui, son menton sur ma tête. J’inspirai profondément son odeur. C’était si bon d’être ici, dans ses bras.

- Tu es tracassé, qu’est-ce qui te chagrine ? Les chasseurs sont repartis, je ne les sens plus.

Il le sentait donc. Décidément, j’étais bien trop transparent.

- Ça va ? Y a rien qui me tracasse…

- Tu mens. Stiles ?

Etait-ce mon cœur ou juste que j’étais un très mauvais menteur ?!

- Je… cette fille au poste, elle semblait dire que toi et…

Je ne terminai pas ma phrase et baissai les yeux. Je me sentais bêtes et insignifiant. Mais comme toujours, il ne me laissa pas tomber. Au contraire, il resserra son étreinte et me donna son opinion sur Dylanne Chade. Je me sentis revigoré. Ce n’était pas bien, j’aurais dû être peiné pour elle, mais je ne l’étais pas. Et alors qu’il me rappelait qu’on lui avait fait promettre d’être aimable, il me sort une bombe. Euh, il avait bien dit « beau », n’est-ce pas ?

Je relevai la tête vers lui et le regardai dans les yeux, ses magnifiques yeux hypnotisant.

-« Attends, t’as dit « beau » ? Tu me trouve beau ? »

Je souris, presque au bord des larmes tant je suis heureux et referme, sans même m’en rendre compte, mes bras dans son dos. J’étais arrivé trop tard pour profiter d’un moment avec lui au bal mais ça ne signifiait pas comme nous n’allions pas profiter.

- « Peut-être qu’on…on devrait aider Ruby à calmer tout ce monde…Et…euh…tu pourrais dormir chez moi ce soir…Parce que tu… enfin, c’est loin d’ici là où tu loge en ce moment non ? Et puis ça sera plus confortable et…je…tu…

Me voilà petite vierge effarouchée !!! Je me sentais tellement bête et tellement bien en même temps.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4592
Réputation : 194
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:44





L’oeil du cyclone

Je crois que la situation était tout simplement surnaturelle. Nous étions là, tous les deux dans notre bulle, alors qu’autour de nous c’était la panique. J’avais presque l’impression que ce qui était en dehors de notre cercle, était soumis à une sorte de ralentit.

- Attends, t’as dit « beau » ? Tu me trouve beau ? Me dit-il avec les dérapages de rythmes cardiaques qui vont bien. Quand va-t-il arrêter de douter de lui ?
- Oui c’est ce que j’ai dit. Je te trouve beau dans cette chemise… sans aussi…
- Peut-être qu’on…on devrait aider Ruby à calmer tout ce monde…Et…euh…tu pourrais dormir chez moi ce soir…Parce que tu… enfin, c’est loin d’ici là où tu loges en ce moment non ? Et puis ça sera plus confortable et…je…tu…


Je resserrais mon étreinte. Cela me touchait qu’il joue ce rôle protecteur avec moi. Et je crois que pour une fois, j’avais envie de me lâcher dans toutes mes faiblesses. Mais uniquement devant les gens qui comptaient pour moi. Je pensais à Scott, Isaac,… Ruby. Je crois qu’on avait tous dépassé le stade, où on devait se prouver quelque chose. Je sentais la puissance de Scott s’installer. C’est énorme les progrès qu’il avait fait depuis que cet idiot de Peter l’avait mordu et lâché dans la nature. Je pensais à ce que venais dire Stiles. Aider Ruby. La louve rouge pouvait se débrouiller solo, mais elle apprécierait l’aide. Puis cela me faisait penser qu’avec mon nouveau statut de bêta, j’allais devoir un jour composer avec un alpha. Je ne suis pas assez idiot où trop imbu de moi-même pour savoir l’importance d’une meute. Je ne pensais pas me joindre à Scott pour plusieurs raisons. Notre passif risquait de ressortir un jour de tension, puis la différence d’âge. J’avais envie de dire, laissons les jeunes avec les jeunes et les vieux… J’avais compris que Ruby formait une pseudo meute avec son co-équipier et le bêta de celui-ci, Chad. Je ne me mettrais jamais sous les ordres de ce flic, qui suivant ce que m’en avait dit Ruby, avait du mal à gérer son statut d’alpha et imposait une domination trop implacable. Jeune loup alpha qui ne savait pas encore doser son autorité.

Sans vouloir formellement me mettre à son service, ce dont je pense elle se passait bien. Je me demandais de plus en plus, si on pouvait elle et moi, faire une sorte d’association, une meute informelle ? Ce qui est sûr, est que Scott pourra toujours compter sur mon aide. Même si je ne suis pas directement dans sa meute. Les liens qui nous lient, n’ont pas besoin d’être plus marqués. Cela suffit pour qu’il soit assuré de ma loyauté. Je pris la main de Stiles et repartit en direction du gymnase.

- On va aider et toi tu me colles comme mon ombre, Ok ? Je ne veux pas servir de couverture chauffante à un mec tout démoli !

Je lui fis une grimace comme un gamin. Je crois que le cœur de Stiles manqua de s’arrêter de me voir autant out of character.




I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Mary-Jaycee Winchester

avatar

Messages : 13
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:47



Un bal écourté









Je n’étais pas certaine d’être d’humeur à aller au bal d’hiver, mais comme toujours, Miya a su trouver les mots pour me motiver ! Il me fait cependant promettre d’être gentille envers Chad et Mick. Soit, je serai gentille et je détournerai les yeux !

Je porte une robe bustier longue en velours indigo ouverte à deux endroits au niveau du ventre, et fendue sur le devant pour une plus grande liberté de mouvement. J’ajoute un ras le cou et remonte mes cheveux en un chignon soigné. J’enfile des escarpins noir, sobres, mais qui vont très bien avec cette robe et je prends le volant de l’Impala. Miya, lui, y va en moto, mais à l’arrivée, il met son casque dans ma voiture.

Une fois dans le gymnase, Miya m’abandonne bien vite pour aller retrouver les deux beaux gosses. Bah, je commence à me faire à cette relation bizarre. Ce n’est pas mon idée d’une relation intime, mais, Miya a sa façon de faire. Je dois bien l’accepter. Et puis, il me semble que Chad est un homme bien.

Pendant le bal, je me laisse inviter par quelques garçons. La robe leur a fait oublier que je ne suis pas toujours de bonne compagnie, et ce soir, je suis un peu plus de bonne humeur…même avec les hommes. J’observe ce qu’il se passe tout autour. Grenberg et Finstock, ce n’est une surprise que pour le coach je crois, Isaac et Isabella….cette fille semble gentille, mais est-ce qu’ils vont vraiment finir ensemble. J’admire Isaac, il a su remonter la pente malgré ce que lui a fait vivre son père…. Scott et Allison, Derek et une louve qu’il ne semble pas apprécier, Littih qui parle avec Lexie. Oui, je connais les noms, c’est mon devoir de surveiller les loups et les créatures surnaturelles !

En parlant de ça, la mère lymnade se ramène et fou le bordel. Et ce n’est pas la plus grande menace de ce soir ! Des chasseurs ! C’est la panique dans le gymnase ! Ruby et l’alpha Aaron sont aidés du professeur Mahes pour gérer les bêtas qui deviennent fous. Moi, j’ai subis ce genre de chose tant de fois qu’il en faut plus pour me faire perdre le contrôle. Je les laisse faire et vais retrouver mon frère, mais il y a un problème…je l’ai rarement vu aussi en colère. J’entends Mick signaler que Chad a disparu et je comprends ce que nous allons devoir faire. Je rejoins les garçons, juste après Scott et Isaac. Miya n’est plus l’insouciant chanteur, il est le chasseur sans pitié et ses ennemis n’ont qu’à bien se tenir. Le problème, c’est que dans cet état, il peut perdre le contrôle à tout moment.

- « Amenez-vous, nous n’avons pas de temps à perdre.

Nous nous dirigeons sur le parking et j’en profite pour donner quelques points.

- « Mick, si j’ai bien compris, tu sais peut-être comment trouver ces types. Miya est en mot, je prends ma voiture et toi la tienne, on embarque les passagers !

Arrivée à l’Impala, j’ouvre le coffre et me tourne vers Mick. Je sens ma robe s’accrocher sur la voiture et je grogne. Cette robe est magnifique mais vraiment pas faite pour une situation de ce genre ! Je demande à Mick et Allison de nous briefer sur ceux qui nous ont attaqués. Ils semblent tous les deux avoir des informations. Peut-être même que Miya et moi en avons aussi si ces chasseurs sont de la même branche que celle qui nous a gardés enfermés.
Je suis passée en mode chasse, et ma louve efface ma pudeur. J’ai quand même la décence de m’écarter un minimum, mais je me fiche d’être en train de me changer sur un parking. Exit la superbe robe haute couture offerte par Miyavi, bonjour la tenue de combat noire résistante et souple ! Je troc les escarpins contre une bonne paire de botte plates. J’attrape ensuite une boîte dans le fond de mon coffre et la tend à Miya, elle contient ses armes. Je dégage un peu le coffre et soulève le faux fond dévoilant notre arsenal. Le nom des Winchester, je l’ai choisi après avoir été épargnée par les frères chasseurs.

Je sors mon arc et j’enfile mes Beretta dans leurs holster. D'évidence, Scott, Miya et Mick iront en première ligne et Isaac, Allison et moi-même assurerons leurs arrière...du moins, de base, la stratégie était encore à définir.

- « Allons chasser les chasseurs et retrouver le mec de mon frère !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Hale
Administrateur
avatar

Humeur : Tourné vers l'avenir
Messages : 4592
Réputation : 194
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Au manoir

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:48




Foutu bal terminé.

J’ai attrapé la main de Stiles et l’entraine à l’interieur du gymnase. C’est une belle panique. Je vois Mafdet calmer des élèves, Aaron gérer un bêta particulièrement excité. Au milieu de ce bazar j’aperçois Ruby et me dirige vers elle. Je tiens toujours la main de Stiles. Pas question qu’il disparaisse.

- Un coup de main Ruby ? Dis-je.

Pour toute réponse, la louve rouge me balança une jeune fille inconsciente. J’eus juste le temps de lâcher Stiles et de la réceptionner dans mes bras. Je regardais Ruby avec un froncement de sourcil. Elle me répondit par un éclatant sourire. Toujours aussi douce…

- C’est Isabella, me dit Stiles, c’est une Lymnade.
- Une Lime quoi ?
- Une Lymnade, une nymphe des lacs si tu préfères !
- Oh ! On a ça aussi à Beacon Hill ? Repris-je.


Je me mis accroupi pour faire reposer la jeune femme sur mes genoux et chercher une éventuelle blessure. Je trouvais rapidement une bosse sur sa tête. Elle était assommée. Je mis ma main sur sa joue et pris un peu de sa douleur et de son mal. Elle finit par papillonner des yeux au bout de quelques instants. Revenant à elle. Elle semblait paniquer, regardant autour d’elle.

- Isaac ?
- Il va bien, il est dehors et aide Scott.
Dis-je rassurant.

Puis je vis son regard se poser sur un type allongé sur le sol, mort. A sa tête, on dirait que le gars était mort noyé. Je compris en voyant le regard troublé d’Isabella.

- C’est lui ou toi qui a attaqué le premier ? Lui demandais-je.
- Lui, souffla-t-elle d’une voix faible.
- Alors, il n’a eu que ce qu’il méritait. Ta mère, c’est la furie qui a crié ?


Elle me répondit par un hochement de tête.

- Alors, on va aller lui expliquer ma façon de voir les choses. Dis-je en me relevant sur mes genoux, la portant toujours.

Alors qu’elle mit ses bras autour de mon cou pour se stabiliser, je vis Stiles faire une grimace. Je lui fis la même grimace, ce qui le rassura. Il n’allait tout de même pas me faire une crise de jalousie, chaque fois que j’approchais une fille ! Bien, que le voir réagir en possessif me plut. Nous sortîmes du gymnase à la recherche de la mère d’Isabella. Celle-ci était devant l’entrée dans un état catatonique, comme envoutée. Isabella m’expliqua en être la cause. Je lui demandais si elle m’entendait ainsi et si je pouvais lui parler. L'idée que sa mère ne puisse pas m’interrompre, me plaisait. Isabella répondit par l’affirmative. Je la redéposais doucement sur le sol. Stiles la retint, alors qu’elle vacillait légèrement, pas tout à faite remise de son choc sur la tête. Je me collais face à sa mère.

- Je vais être très clair le poulpe ambulant. Vous recommencez avec votre sifflet à toutous, je viens vous écailler, écailles par écailles et vous fait cuire avec un filet de citron.

J’entendis Stiles glousser dans mon dos. Il devait s’imaginer la scène.

- D’autre part, nous sommes aux states ici. Où la liberté individuelle prime ! Je crois que vous avez une sérieuse discussion à avoir avec votre fille. Et écouter ce qu’elle ressent et à envie de vivre… ou de ne plus vivre. Si votre considération pour votre fille, ne change pas, même méthode que précédemment : écaillage et friture !

Je regardais Isabella, elle semblait se remettre de ses émotions et la laissait remballer sa mère. Je cherchais la présence de Scott et Isaac. Mais ils avaient disparu. La prof de chimie aussi manquait à l’appel ainsi qu'Allison. Et les deux gars qui se tripotaient aussi. Cela me fit penser à ce que m’avait dit Stiles. Visiblement, je ne pouvais plus être utile. Autant déguerpir avant l’arrivée des flics, du père de Stiles… Je me retournai vers celui qui avait fait un effort vestimentaire pour me plaire.

- Ta proposition d’un endroit confortable pour dormir ce soir, tient toujours ? Dis-je.

Je le vis changer de couleur, son embarra m’attendrit. Il répondit simplement par un hochement de tête. Je lui attrapais la main et l’entrainai vers la Camaro.








I want answers. Did you ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blogfantasystories.wordpress.com/
Miyavi Kyomu

avatar

Messages : 175
Réputation : 6
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:49


Une belle soirée qui tourne au drame






Alors que je viens les déranger pendant leur danse, Mick a la gentillesse de nous laisser un moment Chad et moi. Je me demande un instant si c’est parce qu’il craint ma réaction, mais je comprends bien vite qu’il n’a pas peur de me voir jaloux de leur relation, il respecte simplement la nôtre. Il a visiblement très vite compris comment Chad et moi considérons notre lien et je commence à me dire que je me plairais aussi à jouer avec eux deux en même temps un de ces quatre.

Du coin de l’œil je vois Mick assailli par toutes ces filles en chaleur. Elles ne perdent pas une seconde. Mais en même temps, il est clair qu’il ne vaut mieux pas être à la traîne avec un canon pareille dans les parages. Mick se retrouve sauvé par Mafdet et je me permets de ne plus me sentir coupable d’accaparer Chad. Miss Maf’ est puissante et un peu flippante, mais je l’aime bien, peut-être parce que c’est un chat….un félin….un fauve surpuissant !

Moi, en attendant, je n’ai pas perdu mon temps ! J’en ai profité pour palper ce si magnifique corps, vérifiant son état et profitant….de sa magnificence !! Oui, je me répète et alors ?! Je sens l’odeur de Mick complètement accrochée à Chad. Je ne m’en offusque pas, c’est juste un peu étrange. Et puis, Chad sait parfaitement comment me faire oublier mes questions ! Arggg, j’adore quand il fait ça !!! Miaou !!! Je suis accroché à lui comme un koala à son arbre et il a beau essayer de me rappeler que nous ne sommes pas seuls, je n’en ai que faire. Ca n'a jamais gêné mes tortionnaires et comme je n'ai jamais vécu que ça, ce n'est pas quelque chose qui me dérange. Non. Je dis ça, mais Chad sait bien que ce n'est qu'une image, que lorsque je baisse mes barrières, j'ai honte. J'exècre mes cicatrices et je ne tolère les marques que je me suis moi-même imposées que parce qu'elle les dissimulent. Mais, devant tout ce monde, mes barrières sont dressées, même si Chad est tout contre moi, même si je me sens plus en sécurité, je reste toujours sur mes gardes.

Il s’excuse encore pour la veille. Il sait que je me suis inquiété, que je crains toujours le pire. Il ne s'excuse pas d'avoir passer du temps avec Mick parce qu'il sait bien qu'il n'a pas à le faire. Il me propose de dormir chez lui pour se faire pardonner. Mais qu’est-ce que tu crois mon petit loup ? C’était déjà prévu ça !!! Et je continue de jouer le poulpe ! J’ignore complètement Finstock, et j’embrasse mon chéri sans retenue. Puis au but d’un moment je lui demande comment il est. Je parle de Mick, évidemment. Oui, je suis persuadé qu’ils l’ont fait et ça ne me dérange pas du tout, mais si c’est un bon coup, j’aimerais bien en profiter aussi moi !!! Et il n’était pas mauvais du tout apparemment. Miaou !!

Rrroaaaa !!! Il me gratte le dos ! C’est le bonheur ! Décidément, je suis trop facile à neutraliser pour lui ! Mais il est temps de monter sur scène. Je laisse mon loup à regret et vais enflammer la piste. Je commence à me faire un nom en Amérique et ça me plaît bien. J’entame ensuite un tango pour Mafdet et Mick puis change à nouveau de rythme ! Je veux que les élèves et leurs invités passent une super soirée ! Alors que j’entame le morceau suivant je vois que Maf’ fait quelque chose à Mick et vu comment il se décolore j’ai une petite idée de ce qu’elle lui a montré. Je sens même Nineko gronder à ce souvenir ! Non, pas ce soir mon vieux ! Ce soir, c'est pour moi, toi tu resteras couché et sage.

Quelques instants plus tard, Chad soutient Mick dans un coin de la salle à aspirer son mal être pour qu’il soit de nouveau sur pied. Je ne tarde pas à laisser la place à Koki pour rejoindre ces deux loustics. Mon ami chanteur n'aura aucun mal à assurer, et il est sexy ! C'est vrai que ça facilite les choses ! Je m’approche d’eux, inquiet pour Mick et tout en posant une main dans le bas du dos de Chad, je pose le dos de ma main sur le front de Mick.

- « Ca va toi ? T’es tout pâle. Ca dérange, hein, quand elle fait ça ?! »

Je lui souris. Oui, moi aussi j’ai déjà sentis qu’elle est bien plus qu’une professeure de chimie, tellement plus. Je me colle à Chad mais aussi à Mick. Je sais bien que ce n’est pas ce qu’il y a entre Chad et moi ou entre Chad et Mick, mais ça ne doit pas nous empêcher de nous amuser un peu, si ? J’embrasse Chad, le laisse jouer avec Mick, je joue avec Mick aussi, un peu, des effleurements, quelques attouchements, juste pour le jeu, et puis, il y a ce cri. Je miaule et me tourne vers la lymnade ? Je l’ai déjà remarquée au lycée, elle qui joue si bien de la harpe ! Mais sa mère, je la boufferais si je pouvais tiens ! Le problème, c’est que ça ne s’arrête pas là. Mais le danger ne provient pas réellement de ces créatures. Les chasseurs attaquent.


La panique est totale, et quand je me redresse à la recherche de Mick et Chad après avoir repéré ma sœur, je me rends compte qu’il manque une odeur : Chad !! Quand je sors du gymnase aux côtés de Mick, je suis déjà animé par la rage. Nineko gratte. Il veut sortir, et je le comprends ! Nous sommes bientôt rejoints par Scott, Isaac et ma sœur. Même Allison vient nous donner quelques trucs, mais je ne suis attentif à tout cela que parce que Mary-Jaycee me force à rester calme par le lien du maître au kanima. J’entends aussi très relativement Scott annoncer que Ruby lui a envoyé un message et qu’elle nous rejoindra très vite. Ruby hein ? Je trouvais qu’il y avait un petit quelque chose de différent chez Chad, mais c’était l’odeur du lien qui avait changé. Sa meute, si tenté qu’on puisse appeler un alpha, une meute, avait changé, et déjà je le sentais plus fort. En entendant ça, je comprends, que c’est grâce à Ruby, même si, de toute évidence, le lien n’est pas officiel, il le sera bientôt.

M-J se change sans aucune pudeur, mais je n’y prête pas attention. C’est un comportement normal pour moi. J’y suis habitué. Elle est juste en mode chasseuse activé. Tout comme moi. Fini le chanteur excentrique et insouciant. Je suis la bête qui chasse les monstres, et je ne ferai preuve d’aucune pitié. Jay ouvre le coffre et me tend mon équipement. Je retire ma chemise et enfile un haut plus adapté puis ma veste en cuir. J’accroche mon sabre dans mon dos. Ce sabre est un héritage de mon défunt père. J'aurais pu lui en vouloir de m'avoir laissé, mais il n'y étais pour rien, ni ma mère d'ailleurs. En tout cas, ce sabre m'étais destiné. Un peu plus long que la moyenne, il a tout pour être en ma possession. Le kashira, cette décoration au bout de la poignée, est la gravure d'une tête de panthère. La tsuka (la poignée est recouverte de peau de requin pour rigidifier la tsuka puis, pour la préhension, d'un tressage de soie et de cuir. Le tsuba est percé laissant apercevoir une panthère qui s'enroule autour de la lame. Enfin le saya (le fourreau, est en bois de magnolia noire avec des reflets nébuleux, comme le pelage de Nineko. Il est également gravé d'une panthère. Jusqu'à ce que j'hérite de ce sabre, j'ai toujours pensé que l'apparence de mon kanima venait de l'aversion envers les lycans qu'on m'avait inculqué et que j'avais pris leur ennemi naturel, mais aujourd’hui, je me demande si ce n'est pas seulement...dans mon sang. Je dissémine mes armes à distance un peu partout sur mon corps : shuriken, kunaï, senbon, shaken, ces armes se sentent à peine là où je les place. J'ajoute une paire de Sai au niveau de mes omoplates, trois stylets à ma cuisse gauche, et j'accroche un tessen à chacune de mes bottes. Une dague dans le bas du dos, et une à ma cuisse droite vienne compléter le tout. Ce qui pourrait, pour beaucoup, paraître encombrant, n'est que ma tenue de chasse habituelle.
Je m’approche de ma moto en même temps que Mick de sa voiture. Je sens son regard sur moi et je me tourne vers lui. Mes yeux n’ont plus rien d’humain. L’iris, plus grande que la moyenne est d’un violet profond avec des nuances améthyste et bleu et ma pupille est fendue, très fine à cause de la colère. Mes crocs commencent déjà à sortir mais je les garde serrés.

- « Je les tuerai. Je les tuerai tous. Et s’ils osent lui….oh oui, je les tuerai…lentement. Ils rencontreront Agonie, je l’apprivoise depuis longtemps maintenant !

J'enfile alors mon casque, dissimulant ma rage derrière la visière teintée et je me mets en route. Ma conscience ne persiste que parce que Jay influe sur moi, mais je ne sais pas si ça marchera longtemps.


© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruby Hale

avatar

Messages : 162
Réputation : 29
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:50


Le Bal est terminé







J'assomme la jeune Isabelle à regret mais je n'ai pas vraiment le choix. Je n'ai pas le temps d'essayer de la raisonner, de la calmer, ni même de la maîtriser en la laissant alerte. Trop de bêtas sont à gérer en ce moment. Je la confie à une jeune bêta que j'ai sauvé il y a quelques temps et, voyant Derek arriver, je lui demande de la confier à l'ancien alpha. J'ai confiance en lui, je sais qu'il saura quoi faire. Il est fort et ne craint pas réellement de se mettre en danger pour sauver la vie d'autrui. Je retourne me charger des gosses pile au moment où Hale prend la lymnade en charge.


Je retourne donc vers les jeunes bêtas qui deviennent incontrôlables à cause de l'aconit. La majeure partie évolue sans meute, sans alpha et donc sans possibilité de se calmer. Il suffit simplement de les soumettre légèrement pour les inciter à sortir. Ça ne suffit cependant pas pour tous surtout que certains chasseurs se sont invités à la fête. Pourquoi diable ne se sont-ils pas barrés comme leurs collègues?


Je sens soudainement une attaque derrière moi et je me retourne vivement, mais il est déjà trop tard. Le chasseur est à terre. Je soupir de soulagement. Je n'aurais probablement pas pu la contrer celle-là. Aaron est face à moi, au-dessus du chasseur et me sourit. Je lui en dois une belle apparemment. Sa remarque me met en confiance…un peu. Je n’accorde pas ma confiance aussi facilement, mais de ce que j’en ai vu, ce jeune alpha vit selon des valeurs honorables. Ainsi, il connaît Adam. Adam est encore un alpha sans meute. Il aurait beaucoup à apprendre d’Aaron. J’espère seulement que mon jeune ami ne se croira pas plus puissant qu’un alpha qui gère une meute, seulement parce qu’il a reçu la morsure de Lycaon. Nous verrons bien. Je remercie Aaron d’un signe de tête. Je sais que je n’ai pas besoin d’en faire trois tonnes. Nous sommes tous les deux alphas et nous nous entendons bien avec notre loup. Ils savent, et nous aussi, que pour le moment, nous ne sommes pas ennemis et qu’en temps utiles nous pourrons être alliés.


Avec son aide, celle de Derek et celle de Maf’, nous ne mettons pas tant de temps que cela à calmer tous ces bêtas en furie. Dès que je perçois une seconde de répit, j’envoie un message à Scott, au numéro que Stiles m’a donné quelques minutes auparavant. Scott sait qu’il peut compter sur moi, même si nous ne connaissons pas vraiment. Certes, il y a eu cette soirée à mon arrivée et celle organisée pour les élèves où j’ai prouvé à ce jeune loup promis à un grand avenir que j’étais digne de confiance, que j’étais de son côté. Mais de toute manière, il peut le sentir à travers son loup. Je lui demande de m’envoyer les coordonnées de leur position pour que je puisse les rejoindre par la suite. Je retourne à mon travail de chaperon le temps que le Shérif et le reste de l’équipe rapplique pour disperser définitivement la foule. Une fois qu’il a donné ses ordres, le Shérif s’approche de moi avec une mine inquiète.


- « Ruby, est-ce que tu sais où est Stiles ? »



Je hausse les sourcils puis les fronce. La dernière fois que j’ai vu l’hyperactif, il était collé à Derek comme une ombre à midi. Je sais qu’ils nous pas suivi les autres à la recherche de Chad. Pourquoi l’auraient-ils fait ? Déjà, Scott s’est lancé la dedans plus par son âme de héro que par réel lien, alors Derek ?! Du moins…par pour l’instant, mais il se pourrait bien que cela change bientôt…En attendant, j’ai avis que Derek et Stiles vont passer une excellente soirée et cette idée m’arrache un grand sourire.


- « La dernière fois que je l’ai vu, il était avec… »


Il reçoit un message et soupire à la fois de soulagement et d’exaspération.

- « Derek ? »
termine-t-il.
- « Oui. Rassuré ? »
- « Je ne sais pas trop. »
- « Shérif, Derek est quelqu’un de bien. Il prend soin de Stiles. Et croyez-moi, s’il fait un faux pas, je serais la première à l’en punir. »
- « Je ne comprends pas encore tout très bien. Ces choses sont encore un mystère pour moi, mais…tu es en train de te former une meute ? »
- « Non…enfin, je…je n’en suis pas certaine…les choses ont évoluées, et… »
- « Tu ferais une très bonne alpha. Tu es très appréciée au bureau, en tant que chef et en temps qu’amie. Comme je te l’ai dit, je ne comprends pas tout, mais j’ai l’impression que certains loups dans cette ville ont besoin d’une meute, d’un chef qui respecte certaines valeurs…de toi ; Tu dis toi-même que parfois, la famille ne se compose pas de gens qui sont du même sang que toi. Pourquoi ne te formerais-tu pas une famille de loups ? »


Je souris alors que je suis confrontée à ces mots que je répète à chaque nouveau membre. Ils font partie de la famille. Je leur fait confiance pour assurer mes arrières en mission et ils peuvent me faire confiance pour assurer les leurs ? Je crois en la famille du cœur. Après tout, j’ai sacrifié ma mère de sang pour sauver ma sœur de cœur. Je ne dis pas qu’il faut renier sa famille de sang, bien au contraire, mais il faut chérir sa meute, sa famille de cœur d’autant plus que les liens ne tiennent que grâce à cela.


Au bout d’un temps certain, le gymnase est presque désert. Je prends quelques instants avant de partir à la recherche de Chad, pour m’approcher d’Aaron, le remercier et surtout me présenter officiellement, je l’intercepte alors qu’il s’approche de ses bêtas.


- « Ruby Volpha, ravie d’avoir pu agir à tes côtés Aaron Lawford. Je suis tes actions depuis quelques temps et je dois avouer que je suis très impressionnée. Pour un loup qui ne l’est pas depuis la naissance, pour un homme si jeune, tu fais preuve d’une maîtrise et d’une sagesse très appréciable dans une ville troublée comme Beacon Hills. Ta meute commence à s’agrandir et le moins que l’on puisse dire c’est que ses membres ne sont pas les plus calmes. Aussi, si tu as besoin d’aide un jour, n’hésite pas à m’appeler. Lexy est un cas vraiment mystérieux. Si tu parviens à la faire se sentir mieux, je....c'est une fille bien, mais son passé l'a marquée, l'a blessée...si tu as besoin, donc n'hésite pas. Sauf pour Dylanne. Elle semble vraiment avoir envie de se défaire de ses doctrines, mais ça ne va pas être facile pour elle, même si elle semble croire que ça peut se faire d'un claquement de doigts. Pas que je ne veux pas l'aider, mais mes propres souvenirs me font devenir quelque peu irritable en présence de nobles...alors, je crains de ne pouvoir t'être d'une grande aide avec elle. Enfin, sinon, n'hésite pas...même pour elle, je ne refuserai pas mon aide à un alpha qui me la demande pour de bonnes raisons. »


Je lui souris, laisse ma carte puis me tourne vers la sortie. Il est temps de rejoindre le petit groupe de sauveurs.



© Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stiles Stilinski

avatar

Messages : 431
Réputation : 45
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 17:51




Le Bal d’Hiver.
Rentrons.





Derek ne semblait avoir d’yeux que pour moi. Je me sentais important, désiré et c’était diablement bon. Quand il me serra contre lui, tout le reste n’eut plus aucune importance, C’était juste lui et moi. Finalement, nous y étions arrivés à nous mettre ensemble. Bon, ok, il était clair que ce n’était pas encore gagné. Il ne fallait pas rêver de miracles plus grands encore non plus ! C’était déjà pas mal ; Entre lui qui avait été victime de psychopathe et moi qui n’avait aucune expérience, nous n’étions pas encore sortis de l’auberge ! Mais c’était un début.

Lorsque je proposai à Derek de venir dormir chez moi, j’eus le droit à un sourire. Un vrai sourire. De ceux qu’on ne contrôle pas. Il était tellement beau quand il souriait. Ses yeux se mettaient à briller, mais pas genre « briller comme le bleu électrique, le rouge rubis ou l’or liquide des loups-garous », non, c’était plus genre « briller d’amour ou d’excitation », et c’était trop craquant ! Kate, Jennifer et, au fond, même Paige, étaient des criminelles pour lui avoir retiré toute envie de sourire. Enfin, évidemment je n’en voulais pas à Paige. Elle n’y était pour rien elle et puis, elle s’en voulait certainement de le voir ainsi. D’ailleurs, je me demandais ce qu’elle en pensait de nous et de tout ça. De ce que j’en avais compris, elle l’aimait alors elle était sans doute heureuse qu’il ait trouvé quelqu’un qui l’aime vraiment. Sans doute aussi heureuse que nous.

J’étais encore rouge de gêne par rapport à ma proposition mais je tentais de changer de sujet en notant qu’ils avaient peut-être besoin d’aide à l’intérieur. Je pensais surtout à Ruby parce que je la connaissais. J’avais déjà croisé Aaron au lycée et puis, il y avait Maf’.

Derek acquiesça et m’entraîna à l’intérieur en me demandant d’être son ombre et de ne pas le quitter d’une semelle. Pas de problème ! Avec plaisir. En repartant à l’intérieur je fis quand même le tour de l’assemblée d’un regard. Dylanne était hors de danger. Même si je ne l’aimais pas, enfin, disons plutôt que je ne l’appréciais pas, je ne tenais pas à la voir morte. Ca ne m’aurait pas gêné outre-mesure qu’elle soit dans un avion pour l’Angleterre, mais elle morte, ça voulait dire une paperasse monstrueuse à remplir pour mon père, encore un cas non résolu, et surtout le sang d’une fille de plus sur les terres de Beacon Hills. Je vis aussi Miyavi et sa sœur avec Scott, Isaac et un autre type. Ils semblaient sur le point de partir en guerre. Contre les chasseurs à l’origine de l’attaque ? Ca m’inquiétais un peu, mais l’instant d’après, j’étais à l’intérieur du gymnase. Je repèrai Littih, que j’avais déjà vu traîner en ville, et puis Derek m’en avait parlé, et Lexy, une fille un peu bizarre et associable. Greenberg et Autumn parvinrent à sortir sans encombres alors d’autres étaient encore à maîtriser quand nous arrivâmes auprès de Ruby. Elle en devait une à Aaron.

Elle fit un signe à un jeune bêta, ses yeux luisaient d’or, de confier la jeune fille qu’il avait dans les bras à Derek. J’expliquai à ce dernier qu’il s’agissait d’une lymnade, une nymphe des eaux, et il la prit en charge. Il commença par lui retirer un peu de son mal puis il la rassura quant au sort du chasseur et de la culpabilité qu’elle n’avait as à ressentir. Après cela il la porta et à cette action, je ne pus retenir une grimace qu’il me rendit pour me rassurer. Sans être véritablement jaloux, je devais avouer que j’aurais bien aimé être à sa place. Quelques instants plus tard, nous étions dehors et Derek expliqua les choses très clairement à la mère d’Isabella. Encore un truc du genre, et elle allait finir en poisson pané la furie !!! Je ne pus m’empêcher de sourire et de le fixer avec un regard d’amoureux transit. Mais ce n’était pas de ma faute s’il était encore plus sexy quand il se montrait protecteur, si ?!

Derek aida encore un peu Ruby et les autres à calmer les bêtas puis quand il estima qu’ils n’avaient plus besoin de lui pour gérer les choses, il se tourna vers moi avec un sourire qui aurait même fait tomber Harris sous le charme. Il me demanda si la proposition tenait toujours et je e mis à rougir puis à hocher de la tête. Juste avant de partir, je donnai le numéro de Scott à Ruby puis je redevins l’ombre de Derek le temps qu’il me mène à sa voiture.



la suite ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stiles Stilinski

avatar

Messages : 431
Réputation : 45
Date d'inscription : 17/11/2014

MessageSujet: Re: Le bal d'hiver   Lun 17 Nov - 18:07

Suite Stiles & Derek ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le bal d'hiver
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Le nouveau thème d'hiver !
» Design - Hiver 2011 | IMPORTANT |
» Le parfum des roses d'hiver
» prévisions pour l'hiver!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Lycée :: Gymnase-
Sauter vers: