AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
14 octobre 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄br />
Maxine Evans


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
30 septembre 2017

Caracole O'brient


►►►◄◄◄br />
Ruby & Peter


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Ven 29 Mai - 21:33

Rencontre féline

Je me remets de ma rencontre avec Mason, je pars faire un jogging pour me vider les idées et découvrir les environs. J’avais découvert que faire un jogging avec de la musique me permettait de penser à autre chose et d’arrêter de réfléchir. C’était le premier que je faisais à Beacon Hills. J’allais donc courir dans la forêt, je réalisais que celle-ci est beaucoup plus grande que ce que j’imaginais, elle doit faire au moins la moitié du domaine de Beacon Hills. En plus, il me fallait ma dose de sport et vu que je n’avais pas trouvé de salle de muscu ici, fallait que je me trouve autre chose pour me dépenser. Je restais tout de même sur la lisière de la forêt, l’expérience avec Mason m’avait suffi.

D’ailleurs, après mon jogging il faudra que j’aille au bureau du sheriff pour parler de Mason avec les agents. Le problème c’est que je ne sais pas vraiment comment dire que j’ai surpris un homme pouvant se transformer en serpent géant et aspirant de l’énergie d’un pauvre homme dans la rue. Je ne savais pas vraiment ce que je devais faire. Si j’avais été à leur place il n’y aurait eu aucun moyen de me convaincre qu’une telle chose existait, je suis coincé… Il est aussi possible qu’ils soient au courant mais qu’ils veulent juste ne pas ébruiter ce qui se passe ici. De toute façon, je devais aller leur parler, il faut que je trouve des réponses !

Je rentrais alors dans ma modeste, très modeste chambre je pris une bonne douche froide pour me décrasser, après m’être séché je sors quelques habits de mes bagages que je n’ai pas eu le temps de vraiment déballer. Je mets une chemise bleu pâle cintrée que je recouvre par mon inséparable veste en cuir, je mets finalement un jean sombre assez simple. Une tenue en bref assez sobre mais qui reste présentable pour un rendez-vous. Je prends alors un petit bloc-notes  que je range dans ma poche de veste avec un stylo et un peu d’argent puis je sors dans la rue en direction du poste du sheriff. A vrai dire, je ne savais même pas où il se trouvait, généralement c’est indiqué et au pire je demanderais.

Il fait une température plus qu’agréable ce qui me fait penser que ma veste était peut-être de trop. Je demande alors à une dame que je croise en sortant la position du poste et m’indique assez lentement les directions que je devrai prendre, elle les répète même plusieurs fois me croyant sûrement stupide. Je me rends compte que le poste est en fait assez éloigné de moi et que la location d’une voiture va vraiment devenir essentielle, je me presse donc essayant d’arriver le plus tôt possible pour discuter avec les agents du poste. Je passe devant de nombreux commerces, la ville est beaucoup plus vivante le jour visiblement. Et alors que j’arrivais devant un bar dont la terrasse était pleine à craquer, une serveuse déboule à toute vitesse, moi arrivant aussi en trombe, la collision est inévitable. Son plateau se renverse évidemment de mon côté, elle, tombe à terre et moi je reste droit tirant ma chemise et essayant de deviner ce que le mélange de liquide brûlant qui laisse une énorme tâche brunâtre peut-être. Je serre les poings de colère quand je vois que j’ai passé 30 minutes à parcourir la ville tout ça pour me faire percuter par une pauvre serveuse qui m’a foutu ma tenue en l’air.

Je lève la tête lorsque j’entends des excuses d’une voix hésitante, ma fureur est interrompue lorsque mes yeux croisent la femme qui ramassait les morceaux de tasse qui jonchaient le sol. Une chevelure ondulée d’un rouge éclatant, une peau blanche qui n’est pas habituelle vu le climat de la Californie et une poitrine qui paraissait assez généreuse de mon point de vue. Mais je fus réellement impressionné quand lorsque la fille se releva mon regard froid alla se poser sur les yeux vairons de la jeune femme qui devait sûrement avoir mon âge. Un œil perçant d’un vert émeraude que l’on ne pourrait trouver dans la nature et un autre œil doré rayonnant par la couleur ambre comparable aux rayons du soleil. Si Mason n’avait rien d’une créature surnaturelle sous forme humaine la femme que je voyais, elle, n’avait rien de banale. Je soupirais pour dire sans répondre aux excuses et d’un ton franc :
"Y a pas une laverie ou un endroit où je pourrais laver ma chemise ?"

Je ne pouvais pas me permettre de refaire la route en sens inverse l’hôtel était trop loin il fallait que je trouve un endroit pour avoir de nouveau une tenue acceptable pour aller au poste. La chance est vraiment de mon côté dans cette ville.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Ven 29 Mai - 23:39






Bousculade au bar




Feat : Seth grey


Ma journée avait plutôt bien commencée : mes chamailleries habituelles avec mes colocataires, les deux parties, j’avais donc fait le ménage et la vaisselle en fredonnant des airs de générique pour enfant. Puis vers dix heures, j’avais courus prendre une douche et me faire jolie pour le boulot. Evan étant absent pour quelques temps, je faisais aussi bien serveuse que barmaid. Même si pour moi être serveuse relevait du miracle, je faisais de mon mieux pour en casser le moins possible. J’avais été embauchée barmaid, pas serveuse !!! Bref, j’enfilais donc la jupe tailleur noire et le chemisier blanc avant de descendre mettre mes talons noirs. Un dernier coup d’œil dans le miroir me tira un sourire. J’étais… Potable. Je sortis de chez moi sans veste et fermais la porte pour partir tranquillement et fredonnant vers mon lieux de travail. Je n’aurais jamais crus que ce boulot, loin de mes jours de lycée, me ferait autant de bien.

Dehors, il faisait franchement beau, presque chaud. Pour une fois, les rues n’étaient pas dessertes et je vis des couples, heureux, se tenir par la main. Mon cœur se serra à leur vue et je baissais la tête pour regarde l’asphalte défiler sous mes yeux. Je fis tout mon possible pour ne pas penser à Jake, mais bien évidement, ce fut peine perdu. Il me manquait. Bien que j’ai passé peu de temps avec lui, je le revoyais comme un idiot avec son bouquet de fleur, avant notre double date, un sourire gêné et cette petit lueur dans son regard quand il me regardait. Je m’étais sentie… Jolie. Pour la première fois depuis plus de quatre ans. Mais tout cela pour découvrir qu’il se foutait de moi depuis le début, qu’il n’en avait rien à faire de moi. Je sentis mes yeux me brûler, les larmes menaçant de couler. Je m’arrêtais quelques secondes pour fermes les yeux et inspirer profondément. Lorsque je les rouvris, je ne pleurais plus. Je devais être plus forte. Pour moi, pour Miya, pour ma survie. Je repris la route et arrivait une trentaine de minutes avant l’heure d’ouverture habituelle du No Man’s Land. J’entrais avec ma clé et fis la mise en place après avoir donné un coup de balais. Je mis la musique et à onze heures pile, j’ouvris le bar pour trois heures. Ce n’était pas les heures d’affluences du bar, mais cela nous fournissait tout de même une clientèle régulière non négligeable.

Le bar était calme et la musique rock irlandaise en fond donnait une atmosphère très sympathique, me faisant oublier la douleur que j’avais dans la poitrine. Je souris et écoutais les habitués qui me parlaient de leurs problèmes personnels. Je fis tout un tas de cocktail et de mélange alcoolisé, conseillant du mieux que je pouvais les clients. Je préparais la dernière commande, quinze minutes avant la fin de mon service, en saluant Kaylia d’un sourire. Elle était jolie la blonde, et surtout, elle s’occupait mieux du service que moi. Et évidement ma dernière commande ce constituait d’un café, d’un cocktail et d’une demi pinte de bière pour la terrasse. Merdouille. Je fis le tour du bar et pris le plateau en souriant. Je montais lentement les trois marches qui menaient à dehors, regardant où je mettais les pieds et non ce qu’il se passait devant moi quand je finis les fesses par terre, la commande renversée sur un homme. Oh merde. Je rougis d’un coup, redevenant la gamine timide que j’étais. Je me mis à baragouiner des excuses en ramassant les bouts verres en faisant attention de ne pas me couper quand il me coupa sèchement la parole, me faisant légèrement trembler. Il avait la même voix que Jake quand il m’avait lâchement et salement jetée. Je me relevais donc face à lui en réfléchissant.

-Euh…. Non désolée… Mais si vous attendez cinq minutes, j’ai fini mon service et j’habite juste à côté… enfin, pas loin quoi, je pourrais vous la nettoyer et vous prêter autre chose en attendant… Je suis sincèrement désolée…

Je rougissais de plus belle alors que je voyais enfin son visage. Il était beau. Du genre ténébreux, sûr de lui, froid… Terriblement attirant. Il avait un je ne sais quoi de particulièrement dangereux, comme un chasseur. Mais bien plus, froid, direct. Je baisais rapidement les yeux tandis que son odeur fraîche et propre emplit mes narines. J’avais envie de ronronner, mais je doute que ce soit une bonne chose. Alors qu’il me répondait, j’hochais la tête et partis rapidement chercher mes affaires.

-Je… Appelez-moi Fhury au fait. Enchantée…. Et terriblement désolée… Oh mon dieu… je vous ai fait mal ?!!!

Et bien Fhu, tu as un temps de retard blondasse ! Je lui fis signe de me suivre en saluant les habitué d’un sourire heureux et pris la direction de chez moi, à la lisière entre ville et forêt. Je relevais la tête pour saluer Braise qui sortait de là, il ne fit aucun commentaire et haussa simplement un sourcil en saluant Seth d’un coup de tête avant de me prévenir qu’il devait retourner à la fac pour donner ses cours. J’hochais la tête en tenant la porte à mon accident pour qu’il puisse entrer.

-Venez dans la salle de bain, je vais empreinte une chemise a un de mes colocataires, posez la vôtre devant le porte en attendant.

Je montais l’escalier et le laissais dans la salle de bain, en face de ma chambre pour aller directement dans la chambre de Miya en toquant. Aucune réponse, j’entrais donc et ressortis quelques secondes plus tard avec une chemise propre pour finalement toquer à la porte de la salle de bain. Pitié qu’il n’ouvre pas en grand… Je ne tenais pas à passer pour une vierge effarouchée… Chose que je n’étais plus vraiment…




© Fiche par Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Sam 30 Mai - 14:42

Situation compliquée

Je regarde la fille devenue couleur pivoine à l’énonciation de ma question. Elle me répond en bégayant qu’il n’y a pas d’endroit où je pourrais laver ma chemise mais qu’elle n’habite pas très loin et qu’elle pourrait me la nettoyer. Ça m’embête vraiment d’aller chez elle, je n’ai pas envie de lui parler, je n’ai pas envie de la connaître, j’ai juste envie de rencontrer le sheriff ou une personne qualifiée qui pourrait répondre à mes questions. Mais bon, de toute façon, je n’ai pas le choix je n’ai qu’une chemise et le temps que je rentre, que je la lave et que je revienne, il sera trop tard. Je me contente juste de lui dire oui en hochant la tête. Elle baissa la tête comme si je l’intimidais, généralement c’est le sentiment qu’ont le peu de gens à qui j’adresse la parole mais elle, elle avait l’air plus sensible, ses pommettes blanches avaient tourné au rouge et elle fixait le sol pour ne pas croiser mon regard. Je regardais mon poignet, un bout de verre avait sûrement du érafler ma peau. Puis elle se présenta d’une voix toujours aussi hésitante, elle regarda rapidement ma tenue puis posa son regard sur mon poignet et devint encore plus rouge quand elle aperçut le sang qui en coulait. Je repoussai la main qu’elle avait approché pour s’assurer que ça allait puis lâcha un simple : « Ca va ! ».

J’avais donc affaire à Fhury, un nom assez originale ce qui correspond bien à son physique. Elle rentra dans le bar puis je me disais que je devrais essayer de rendre la situation plus simple et de moins troubler la demoiselle, je tentais alors de me calmer et d’essayer d’être moins nonchalant. Après quelques minutes, je la vis ressortir d’un pas vif et la suivi sans dire un mot lorsqu’elle me fit un signe. La situation était gênante pour moi aussi, c’était aussi ma faute si l’on s’était percuté, je ne voulais pas lui faire de mal. Après quelques rues parcourus, nous arrivâmes devant une sympathique maison en bois de laquelle sortit un homme qui se contenta de me faire un signe de la tête, de dire quelques mots à Fhury et de repartir en voiture. Je lui renvoyais la pareille puis entrais dans la maison comme elle m’avait invité à le faire.

La déco était assez moderne, on voyait tout de suite qu’elle ne vivait pas toute seule ici et à peine à l'intérieur, elle me fit entrer dans la salle de bain et me demanda d’attendre le temps qu’elle aille chercher la chemise d’un de ses colocataires. Donc elle vivait bien avec plusieurs hommes, je ne compris pas bien pourquoi elle voulait me faire entrer dans la salle de bain, ça ne me dérangait en rien de me changer devant elle… Elle ferma la porte puis s’empressa d’aller chercher ce qu’elle voulait. C’était quand même bien gentil de sa part, rien ne lui empêchait de me nettoyer ma tenue. J’enlevais alors ma veste et ma chemise que je posais délicatement sur le lavabo, il faisait vraiment très chaud ça me fit du bien de sentir un peu d’air frais sur ma peau. Très vite, elle revint et toqua à la porte, j’ouvris la porte, pris ma chemise maculé et lui tendis puis je m’aperçus que sa figure avait repris une couleur rougeâtre. Pourtant, là je n’avais pas été agressif, je pris la chemise blanche qu’elle me tendait sans vraiment comprendre sa réaction puis dit en essayant d’avoir un ton conciliant :
« Je vous remercie mais je ne sais pas si elle va m’aller »

J’enfile donc la chemise puis la boutonne, je ne peux m’empêcher de regarder ses yeux, c’est vraiment magnifique, ces couleurs sont hypnotisantes, on pourrait les regarder pendant des heures. J’arrive alors aux derniers boutons mais je sens que la chemise se tend, je préfère donc lui dire :
« Hum la chemise me paraît trop courte, pour éviter de l’abîmer je vais vous la rendre, si vous le permettez, je pourrais rester le temps que ma chemise soit propre. »

Je me dévêtis une nouvelle fois pour lui rendre la chemise que je replie. Puis pour éviter de paraître grossier, j’enfile ma veste que je ferme à moitié. J’ai toujours l’impression qu’elle est mal à l’aise, j’ai pourtant essayé d’être un peu sociable. Elle va déposer la chemise puis revient avec une compresse imprégnée de ce que j'imagine être du désinfectant. Elle s'approche de moi et tamponne mon poignet gauche avec. Je suis très réticent et j'ai d'abord envie de la repousser mais elle est assez embarrassée comme ça sans que j'intervienne. Je la laisse juste faire et lance un sourire de coin essayant de la réconforter puis espère que ma chemise sera propre assez rapidement.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Sam 30 Mai - 15:41






Pitié, pas de torse!!!




Feat : Sethounet


Il prenait sur lui alors que l’agaçais franchement. Mais que pouvais-je y faire ? Ce n’était pas ma faute si j’étais ainsi ! Le chemin jusqu’à la maison ce fis dans un silence gêné, limite pesant et cela me mis d’autant plus mal à l’aise. Je trouvais un certain réconfort à être dans la chambre de Miya. L’odeur de mon chaton avant tendance à m’apaiser rapidement et après avoir choisi une chemise large pour ce… Cet homme qui était enfermé dans ma salle de bain, j’allais toquais à la porte, suppliant qui de droit pour qu’il ne se montre pas torse nu. A croire que même Dieu aimait à ce foutre de moi car la porte s’ouvrit d’un coup et je me retrouvais nez à nez avec un torse viril et puissant qui me fis rougir, assortissant mon visage à mes cheveux. Il était beau ! Je pris sur moi pour lui tendre la chemise en récupérant la sienne tandis qu’il me remercie en mettant un doute quant çà la taille. Chose que je comprends tout à fait, Miya est très fin et androgyne alors que lui était… Incontestablement masculin. Je me retourne rapidement et ouvre un placard qui se trouvait à côté de nous et dans lequel se trouve une machine à laver. Je mer sa chemise dedans, avec d’autre affaire de la même couleur et lance une machine rapide de trente minutes. Je me retourne alors vers lui au moment où il reprit la parole.

-Hum la chemise me paraît trop courte, pour éviter de l’abîmer je vais vous la rendre, si vous le permettez, je pourrais rester le temps que ma chemise soit propre.

J’hochais la tête mais il se remit lentement à défaire les boutons devant moi, ni une ni deux je me cachais les yeux, ne pouvant rougir plus sans menacer de finir anémiée. Grâce à mes sens j’entendis le déplacement de l’air alors qu’il me tendit à nouveau la chemise que je récupérais pour filer comme un lapin dans la chambre de Miya pour la ranger. Me rappelant sa blessure, j’allais dans ma chambre chercher le désinfectant et une compresse stérile. Une chance pour moi que je sois véritablement maladroite.

Lorsque je revins dans la salle de bain, il avait enfilé sa veste, cachant partiellement sa nudité mais le rendant franchement sexy, me rendant le rouge aux joues. Quand m’habituerais-je à voir un homme à moitié nu ?! Sans lui demander la permission, je lui prends le poignet et décale lentement sa montre avant de commencer à le désinfecter. Hors de question qu’il se choppe une infection par faute. Alors que je relève timidement les yeux vers son visage, il esquisse un sourire en coin qui me tire un sourire gauche et timide. Une fois les soins prodigués, je me recule et le regarde franchement dans les yeux, bien que toujours intimidée.

-Vous voulez boire quelques choses ? Ou… vous préférez que je vous indique le salon et vous foute la paix ?

J’étais sans doute un peu trop franche mais je sentais qu’il n’appréciait nullement ma présence et je détestais par-dessus tout m’imposer. Il me répondit et j’hochais la tête en redescendant dans la cuisine. Je jetais la compresse usagé et du me mettre sur la pointe des pieds pour atteindre le meuble ou était rangé les verres. Je devais ressembler à une enfant voulant faire sa grande. Super. Mais ce n’est pas de ma faute si, une fois les talons enlevés, je n’atteignais même pas le mètre soixante. Je lui servis ce qu’il m’avait demandé en le regardant, perdant momentanément le contrôle de mes pupilles qui se fendirent comme un chat. Un clignement de paupière plus tard, ils redevinrent normaux. Je souhaitais de tout cœur qu’il n’est rien remarqué…




© Fiche par Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Dim 31 Mai - 15:14

Une petite discussion?



L’ambiance était toujours aussi calme, ses soins étaient très doux je sentais à peine le coton toucher ma peau, comme une caresse. La plaie propre, elle alla jeter la compresse dans une autre salle. Elle revint puis brisa le silence en me disant :
« Vous voulez boire quelques choses ? Ou… vous préférez que je vous indique le salon et vous foutre la paix ? »
Sa franchise me parût assez étrange vu le comportement qu’elle avait depuis notre rencontre. Peut-être qu’elle est plus rassurée, bon la deuxième option me plairait plutôt bien mais ce n’est pas vraiment la meilleure façon de la remercier. En plus, si elle habite ici depuis un certain moment peut-être qu’elle sait quelque chose, rien ne m’empêche de lui demander des renseignements, optons pour la boisson. Je lance alors avec un très léger sourire qui marque mes fossettes :
« Je veux bien un petit rafraichissant, une bière m’irait. »
La voyant partir, je me rappelle que je ne me suis pas présenté
« Au fait ! Je m’appelle Seth… Seth Grey. »

Elle tourna la tête et sourit puis me dit de m’installer dans le fauteuil le temps qu’elle aille chercher les boissons. Je déteste les conversations, pourvu que ma chemise soit propre rapidement. Ceci dit ça pourrait être intéressant si elle savait quelque chose. La pièce est plutôt spacieuse, bien rangée, rien ne traîne, tout est à sa place presque comme si on avait placé les objets au centimètre prêt. La déco est assez moderne, plutôt cosy, on voit qu’une femme habite ici. D’ailleurs, il y a un parfum assez agréable, comme un mélange de fleurs et de noix de coco. Elle revint alors avec les boissons, me tendit mon verre en me regardant droit dans les yeux. Et ses yeux étaient différents, ses pupilles n’avaient pas la même forme, elle cligna des yeux et ses yeux avaient une forme normale. Je me dis qu’il fallait vraiment que je dorme si je commence à halluciner, je me contente de prendre son verre et de la remercier d’un hochement de tête.

Elle s’installe dans le fauteuil en face du mien et boit une gorgée de son verre, elle fixe son verre et un long silence s’installe. Il faut que je commence à parler sinon ça va devenir bizarre, mais je ne sais pas vraiment quoi lui dire, il serait bien de lui parler des événements surnaturels mais elle va me prendre pour un gros taré, j’ouvre alors ma bouche à contrecœur, la regarde dans les yeux et lui lance :
« Vous habitez à Beacon Hills depuis beaucoup de temps ? Car je viens d’arriver en ville et je me pose quelques questions. En fait, j’ai remarqué qu’il y avait des choses…différentes ici. Vous n’avez rien remarqué d’étrange depuis que vous êtes ici ? »

Je prends alors le verre et boit une grande gorgée de la bière fraîche qui réhydrate ma gorge sèche. Je le pose et regarde la jeune femme en attendant sa réponse. Son caractère est étrange, les jolies filles sont souvent provocatrices, avenantes, séductrices, elle, restait juste muette parfois ses joues rougissaient comme une petite fille timide, en fait elle était vraiment différente des autres femmes et je ne sais pas pourquoi sa sensibilité, sa fragilité attisait ma curiosité, j’avais envie qu’elle me parle. La phrase étant sorti j’étais soulagé mais je n’avais tellement pas l’habitude de parler avec quelqu’un surtout une fille, la dernière et seule personne avec qui j’entretenais des discussions était mon professeur de psychologie que j’aimais aller voir à la fin du cours pour lui poser des questions. J’hésitais à sortir mon bloc-notes quand je vis qu’elle allait me répondre mais là aussi elle m’aurait pris pour un taré.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Lun 1 Juin - 22:04






Des bizarreries a Beacon Hills? Jamais...




Feat : Sethounet ♥


Il m’intimidait. Non pas qu’il me fasse peur, mais son air sévère, en colère, me faisait me sentir comme une enfant fautive prit en flagrant délit de bêtise. Pourtant, il avait tout du beau gosse charmeur sûr de lui. A croire qu’il ne s’en souciait pas. Je le soignais en silence, ne voulant pas lui imposer mon babillage inutilement. C’est donc le rouge aux joues que je levais un regard surpris vers lui, quand il parla. Seth Gray. J’aimais se prénom… Je souris timidement en prenant cet effort à sa juste valeur. Je lui apportais par la suite sa bière, frissonnant encore en me rappelant le son de sa voix, douce avec un ton un peu sec.

Au final nous nous retrouvions face à face sans un mot. Je finis par poser mon verre sur la table et remonter mes genoux contre ma poitrine, en maintenant ma jupe en place pour ne pas me dévoiler devant lui. Je ne voulais pas qu’il est l’impression que je l’aguiche alors je ne le faisais aucunement. Certes je le trouvais charmant, mais Jake m’avait immunisé contre toute envie de créer un lien autre que de l’amitié avec un homme. Pourtant, je savais que Seth n’avait rien en commun avec Jake. Il ne cachait pas son exaspération où le fait qu’il aurait préféré être ailleurs qu’ici, avec moi. Oui, je n’étais pas jolie, mais en y réfléchissant bien, je préférais être en compagnie d’un homme qui ne cache rien de ses sentiments, plutôt qu’avec celle d’un homme qui manipulait les miens au gré de ses envies.

-Vous habitez à Beacon Hills depuis beaucoup de temps ? Car je viens d’arriver en ville et je me pose quelques questions. En fait, j’ai remarqué qu’il y avait des choses…différentes ici. Vous n’avez rien remarqué d’étrange depuis que vous êtes ici ?

Il me regardait, attendant une réponse. Comment dire… ? Evidemment qu’il y avait des choses étranges ici. Pour commencer, il y avait des loups garous. Des Kanimas. Des Chasseurs. Des jaguars garou sociopathe… Autant dire que niveau bizarrerie, on battait tout le pays. Même la zone 51 à côté de nous, c’est de la gnognotte. Mais je me voyais mal lui dire cela. Il me prendrait pour une folle. Sans compter les attaques de mère complétement folles au lycée et le fait que je sois moi-même un chat garou… Même avec une démonstration, il en perdrait la boule le pauvre homme ! Donc oui, j’avais remarqué des choses étranges, et que non, je ne le lui dirais pas. Alors, après un temps de réflexion, à peser le pour et le contre, je lui souris, innocente.

-Non, à part les attaques de puma régulières ou encore les meurtrier en série… Rien. Mais je répondrais avec joie à vos questions, quelles qu’elles soient !!!
Je m’étais agitée en parlant, pas à l’aise à l’idée de mentir. Mais Miya m’avait clairement ordonné de ne faire confiance à personne, un chasseur pouvait se cacher sous n’importe quel visage. En levant les yeux vers lui, je constatais qu’il me regardait étrangement. Avait-il seulement écouté ce que je venais de lui dire ? Le silence se prolongea et je fini par me lever pour aller chercher de quoi grignoter. Je revins les bras chargés de chips, de cacahuètes et de cerises. Elles m’avaient fait envie lorsque je les avais vues. Alors que je croquais dans une de ses merveilleuses boules rouges, je lâchais un long ronronnement félin tandis que le jus sucré vint titiller mes papilles. Je compris mon erreur et ouvrit précipitamment les yeux au moment où Barja, mon chat noir, sauta sur mes genoux. Dieu bénisse ce chat ! Je le caressais en souriant, profondément heureuse de son retour.

-Bah alors Barja, où étais-tu passé ?!

Je déposais un bisou sur la truffe de mon compagnon félin quand il décida que les genoux de notre invité étaient franchement mieux, ronronnant pour quémander des caresses. Je me retins de rire en voyant ce chat faire du charme pour quelques papouilles. Je reportais mon attention sur Seth.

-Vous savez, si vous souriez un peu plus, vous auriez beaucoup de succès.

Je rougis d’un coup en me rendant compte de ce que je venais de dire. Merde. Je devais vraiment me contrôler. Surtout face à un humain !!! Je demanderais à Miya de m’apprendre à mentir… Ou à Mafdet… Au choix. Au final, ma vie avait pris un sacrée tournant depuis mon arrivée ici, trois mois plus tôt. Même si j’avais toujours un peur de ce que j’étais, je savais désormais que je n’étais pas un monstre ou maudite par le ciel, que je n’étais pas la seule. Il y avait des personnes prêtes à m’aider, sans rien attendre en retour. Je pouvais enfin avancer, sans regarder mon passé. Regarder vers l’avenir était mon nouveau but dans la vie.

Pour la première fois depuis ma morsure, quatre ans plus tôt, je ne regrettais pas d’être devenue celle que j’étais. Ce que j’appelais autrefois ma malédiction était devenu un don précieux qu’il fallait que j’apprenne à maitriser sans peur et en toute confiance. Je souris à nouveau à Seth, le regardant en constatant encore une fois à quel point il était beau, attendant la suite de ses questions…




© Fiche par Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Mer 3 Juin - 19:25

Après le calme vient la tempête



Elle se contenta de me sourire. Mais bien sûr qu’il se passait des choses étranges dans cette ville, toutes ces affaires non élucidées, tous ces meurtres, même au Mexique ça paraîtrait bizarre. Comment pourrait-elle être aussi aveugle ? Les gens ici ne sont tout de même pas tous idiots ?
« Non, à part les attaques de puma régulières ou encore les meurtriers en série… Rien. Mais je répondrai avec joie à vos questions, quelles qu’elles soient !!! »

Des attaques de puma ? Vraiment ? J’haussais un sourcil tellement sa réponse était insensée, c’était juste l’excuse que donnait la police pour étouffer leurs affaires, pour ne pas ébruiter leur incompétence. Des pumas ne tuent pas des gens par dizaine et on en a seulement retrouvé un dans la région. Mais à y réfléchir Mason ne pourrait pas causer ce type de blessure, peut-être qu’il existe d’autres types de créatures à apparence humaine qui peuvent se camoufler dans la foule. J’étais déçu qu’elle ne sache rien, elle avait même l’air idiote avec son sourire comme si on parlait du prochain film qui allait sortir, rester chez elle était donc une perte de temps. Je n’avais même pu envie de lui adresser la parole, pour qu’elle me sorte une autre réplique stupide, il restait donc un long silence.

Elle brisa le silence, apparemment gênée par ma présence froide, elle revint deux minutes après, les bras portant toute sorte de nourriture salée et grasse. Je ne suis pas friand de ces biscuits plein de gras et d’agents chimiques sensés les rendre addictifs il n’y avait que les cerises rouges luisantes qui d’ailleurs s’accordait à lenta couleur de ses cheveux. Elle en attrapa une et la coinça entre ses lèvres avant de la croquer complètement. A ce moment, un léger ronronnement se fit entendre. Je fronçai les sourcils me demandant alors d’où venait ce bruit jusqu’à ce qu’un fin chat noir vint se poser sur les cuisses de Fhury. Elle ouvrit les yeux et s’étonna :
« Bah alors Barja, où étais-tu passé ?! »

Elle se mit à le câliner, à l’embrasser, elle s’amusait avec lui. Puis elle remarqua de nouveau ma présence et me dit :
« Vous savez, si vous souriez un peu plus, vous auriez beaucoup de succès. »

Quoi ?! C’est ce qu’on appelle une évolution, au moins je sais que je me suis amélioré sur le plan du relationnel, elle qui au début rougissait rien qu’à me regarder maintenant ose me parler comme à une connaissance. Bon ma réjouissance fut de courte durée quand ses joues reprirent une couleur groseille. Mais j’avais enfin trouvé une utilité à cette discussion : améliorer mon tact. Je fus aussi étonné qu’elle me fasse un compliment, je lui faisais peur depuis notre rencontre et elle arrivait quand même à me trouver de bons aspects. Je lui répondis par un sourire de coin :
« Je ne cherche pas le succès, je fuis les rencontres. Je ne suis pas de bonne compagnie, je t’assure. »

Bon en fait, mon habileté au dialogue était toujours aussi chaotique. Elle me renvoya une sourire donc ça va, ma pitoyable réplique ne devait pas être aussi mauvaise que ça. Mais je ne suis pas ici pour parler de moi, je déteste ça. Le tutoiement n'était peut-être pas le mieux venu mais au pooint où j'en étais. Ah ! Peut-être que ses colocs étaient des… choses aussi.
« Et du côté de tes colocs, ça va, ils n’ont pas des comportements étranges ? »

Je me rendis compte que ma question sonnait vraiment bizarre et de toute façon elle m’aurait soit répondu une chose inintéressante soit une chose inventée. Je m’efforçais de rester calme, mais mon calme cessa brutalement quand son chat vint trouver un meilleur nid sur mes jambes. Ce contact m’électrisa, instinctivement je me levai. Et puis merde, je risque quoi, je m’en fous qu’elle me prenne pour un fou, qu’elle ait peur ou quoique ce soit, je m’améliorerai plus tard. Je pris un air sérieux et lui lançai sans qu’elle ait le temps de répondre à ma précédente question :
« Bon je sais rien de cette ville mais soit vous êtes tous aveugles soit vous le cachez tous mais je sais qu’il se passe des trucs louches ici, j’ai déjà eu la grande chance de croiser un mec qui pouvait se transformer en reptile et bouffer une personne comme un biscuit. J’ai plus la patience d’attendre ici de te regarder rougir sans te dire ce que je pense donc prends moi pour un fou si tu veux mais moi je peux plus faire semblant. Merci de m’avoir reçu. »

Attendre et faire semblant c’était pas mon truc, je m’en fiche de ce qu’elle en pense. Je fermai ma veste jusqu’en haut pour cacher le haut de mon torse tant pis pour la chemise, je me dirigeai vers la porte d’entrée, je ne pouvais rien obtenir d’elle et je ne veux pas démarrer une conversation, avoir une relation, devoir être agréable, devoir faire face à mes sentiments. Elle était gentille mais je ne suis pas prêt.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Mar 9 Juin - 14:16






La vérité?




Feat : Seth Grey


Bon, il ne me croyait clairement pas, ou me prenait pour une idiote de première. Mais je ne pouvais pas lui dire la vérité comme ça, de but en blanc. De plus, je ne devais pas me montrer si… Si amicale avec un inconnu si peu enclin à parler et qui me soumettait à un véritable interrogatoire. Et puis même, il ne me croirait jamais et je finirais enfermée dans un asile, dans une jolie salle capitonnée. Je crois que je l’avais vexée, il avait senti que je ne lui disais pas la vérité, je ne savais pas mentir. Finalement, me lever pour aller dans la cuisine avait était une super idée. Si je n’avais pas ronronné. Heureusement Barja était apparu pile au bon moment, et avait sauvé la situation, déjà bien délicate. Mais là encore, le côté félin de mon être prit le dessus et je lâchais une phrase conseille sur son physique. Qu’elle idiote Fhury ! Mais qu’elle idiote !!! De fait, je redevins cerise. Mais il ne semblait pas trop s’en formalisé, comme ayant soudain découvert une utilité à ma présence. Alors évidemment quand il sourit en coin, je le dévorais des yeux, il était franchement séduisant !

-Je ne cherche pas le succès, je fuis les rencontres. Je ne suis pas de bonne compagnie, je t’assure.

-Je peux comprendre. Je suis plutôt pareille en règle générale… Enfin, on me fuit tout aussi bien. Et puis moi, je te trouve de bonne compagnie. Froid et directe certes, mais au moins tu ne cherches pas à me manipuler…

Je lui souris, contente que nous puissions parler. Je tentais en même temps de ne pas trop rougir alors que mon chat décida de se lever pour aller sur les genoux de notre invité. Il me demanda si tout allait bien du côté de mes deux colocataires et je réfléchis un peu. Mais le temps que je puisse lui donner une réponse il enchaîna, me laissant sur le cul.

-Bon je sais rien de cette ville mais soit vous êtes tous aveugles soit vous le cachez tous mais je sais qu’il se passe des trucs louches ici, j’ai déjà eu la grande chance de croiser un mec qui pouvait se transformer en reptile et bouffer une personne comme un biscuit. J’ai plus la patience d’attendre ici de te regarder rougir sans te dire ce que je pense donc prends moi pour un fou si tu veux mais moi je peux plus faire semblant. Merci de m’avoir reçu.

Je restais quelques secondes comme une idiote à ne pas bouger, puis je me levais et lui attrapais le bras, usant de la force que me conférait mon rang de garou pour le faire se retourner. Je plantais mon regard dans le sien, laissant mes pupilles se fendre. Lentement, mon corps se couvrit d’un doux et immaculé duvet blanc, mes membres changèrent et je devins un félin sur deux pattes, avec oreilles et queue. Je lui laissais le temps de bien me regarder avant de redevenir humain, resserrant les pants de mes vêtements autour de mon corps, déchiré par endroit. Je me reculais pour le regarder et me déplaçais pour le laisser retourner dans le salon s’il le souhaitait.

-Nous ne sommes pas des montres. Nous n’avons jamais demandé à être ce que nous sommes, mais nous essayons de survivre dans un monde où tout le monde veut nous tuer. Tu veux des réponses ? Soit, je te dirais ce que je sais. Mais je mettrais aussi mes connaissances au courant de tout. Ils auront ton nom et ta description. Maintenant calme toi, je ne te ferais  aucun mal, j’en suis incapable.

Je luis tournais le dos et allais dans le salon, réajustant mes vêtements comme je le pouvais. Tant pis s’il s’enfuyait, mais au moins j’allais parler de ce que je connaissais. J’étais faible et inoffensive mais je ne voulais pas qu’on le prenne pour un fou, je l’aimais bien moi…



© Fiche par Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Jeu 18 Juin - 20:06

Discutons un peu plus

J’étais sur le point de sortir du foyer, je m’énervais beaucoup trop rapidement, pauvre Fhury, au moins elle connaît mes pensées maintenant. En plus de me prendre pour quelqu’un d’irrespectueux elle doit me prendre pour un fou qui croit aux fantômes et aux contes pour enfant. Formidable première rencontre… Tant pis je trouverai sûrement quelqu’un à force de chercher de toute façon je savais que chercher une personne qui connaît vraiment les secrets de cette ville allait être dur mais tenir des conversations était vraiment une tâche compliqué pour moi. Elle était souriante m’avait écouté, accueilli, elle avait même proposé de laver ma chemise et moi je la remerciais en partant chez elle en la traitant comme une pauvre ignorante. C’est pas comme ça que je vais avancer mais de toute façon je n’ai pas le choix, je suis comme ça, je n’y peux rien.

Décidé à repartir chez moi sans chemise et marchant vers la porte d’un pas décidé, mon avant-bras se fit attrapé assez fortement pour que le haut de mon corps ne suive plus le bas, je reculai alors de quelques pas et me retournai pour libérer mon bras. J’eus du mal à croire que Fhury se tenait devant moi, elle devait faire une tête de moins que moi et minimum 20 kilos de moins, et à l’allure de ses bras je doute qu’elle ait pu me retenir d’un seul bras. Je regardais juste ses yeux qui m’étonnaient toujours autant puis les pupilles noires au centre de ces couleurs éclatantes changèrent soudainement de forme, elles devinrent ovales, des ellipses puis devinrent aussi fines que celles d’un chat. Puis des poils blancs sortirent de sa peau pour lui faire comme une fourrure, la voyant se métamorphoser, j’eus le réflexe de regarder ses mains qui s’apparentaient maintenant à des pattes dont de longues et fines griffes sortaient.  C’était incroyable j’étais impressionné par le spectacle, la deuxième fois que je voyais une transformation, moi qui croyais que Mason était bizarre, il existait donc bien différents types de métamorphes, c’était magnifique.

Ses vêtements n’avaient pas supporté la poussée subite de cette fourrure, ils étaient craqués par endroit laissant passer de longs poils blanchâtres. Puis me vint l’idée qu’elle pouvait très bien m’enfoncer l’une de ses griffes dans le crâne même si ça me semblerait plutôt difficile à croire de la part d’une fille aussi timide et gentille à moins qu’elle soit juste une très bonne actrice. Je vis alors son corps reprendre ses formes ses poils se rétracter pour disparaître complètement puis ses griffes rétrécir jusqu’à redevenir de banales ongles humains. Ces vêtements déchirés laissaient percevoir ses formes pulpeuses, sa peau pâle contrastant avec ses cheveux chatoyants. Elle remit sa tenue du mieux qu’elle put puis repartit vers le salon et me lança :
« Nous ne sommes pas des montres. Nous n’avons jamais demandé à être ce que nous sommes, mais nous essayons de survivre dans un monde où tout le monde veut nous tuer. Tu veux des réponses ? Soit, je te dirais ce que je sais. Mais je mettrais aussi mes connaissances au courant de tout. Ils auront ton nom et ta description. Maintenant calme toi, je ne te ferais  aucun mal, j’en suis incapable. »

Enfin ! J’avais ce que je voulais ! J’en étais sûr, maintenant je vais pouvoir continuer mes enquêtes. Et si maintenant elle se propose de me répondre autant en profiter. Je la vis s’asseoir sur le canapé dos à moi, je me demandai rapidement si je devais vraiment rester, la situation serait encore plus gênante qu’avant mais bon l’ambiance de la conversation m’importait peu tant qu’elle était intéressante. Je la suivis donc dans le salon puis m’assis dans le canapé face à elle, un sourire s’affichait sur mes lèvres, content d’avoir enfin obtenu ce que j’attendais.
« Je ne te considère pas comme un monstre, tu es doté de dons et ta transformation n’a rien de repoussant au contraire. De toute façon je ne suis pas venu pour avoir un scoop ou te nuire de quelques manières je veux juste me renseigner, j’ai besoin de certaines informations c’est tout. »

Je repensais à Mason, la marque que sa griffure m’avait laissé persistait comme une cicatrice, le col de ma veste la cachait partiellement heureusement pour moi.  Il faisait une chaleur écrasante, j’étais pourtant habitué au climat du Texas généralement  plus aride que celui de la Californie mais aujourd’hui la température atteignait des plafonds. Je rouvrais légèrement ma veste histoire que je n’empeste pas comme un fou.
« En fait je cherche aussi des sources d’informations, des personnes qualifiées, des personnes qui savent comment se défendre contre certaines créatures, des personnes qui savent ce dont ces créatures sont capables, enfin il faut que j’en sache un maximum. Je me demandais aussi s’il existait de différents types de créatures ici ? Par créature j’entends des personnes qui peuvent se métamorphoser bien sûr »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Ven 19 Juin - 15:00






Parlons...




Feat : Sethounet


Son regard brilla. Non pas de haine ou de dégout comme je m’y attendais, mais d’une lueur curieuse, victorieuse. Il avait eu ce qu’il voulait, ce pour quoi il m’avait parlé. Si jusqu’à maintenant il avait été réticent à me parler, ce fut mon tour de l’être. Etait-ce une bonne chose ? J’en doutais, mais il avait été agressé et s’il tombait sur un chasseur pour avoir ses informations, il finirait lui aussi par nous chasser en nous prenant tous pour des monstres. Alors oui, bien l’idée en elle-même soit mauvaise, je pouvais lui montrer qu’il y avait des créatures pacifiques, comme moi, Braise, Miya ou encore ma grand-mère, Mafdet. Ou même comme Scott et Liam… Je me détournais de lui pour aller dans le salon, faisant fi de ma semi-nudité pour une fois. Je ne l’intéressais pas, donc pas de problème. Je doutais même qu’une femme, si belle soit-elle pouvait l’intéresser. Alors moi… J’étais bien trop petite, trop pâle, trop rousse avec des yeux horribles pour pouvoir intéresser qui que ce soit. Sauf pour être le jouet d’un jaguar garou sociopathe. Je fini par me blottir dans mon fauteuil alors qu’il prenait place face à moi, un sourire digne d’un gladiateur victorieux sur le visage.

-Je ne te considère pas comme un monstre, tu es doté de dons et ta transformation n’a rien de repoussant au contraire. De toute façon je ne suis pas venu pour avoir un scoop ou te nuire de quelques manières je veux juste me renseigner, j’ai besoin de certaines informations c’est tout.

-Tu tiens le discours du parfait chasseur… Avant de nous détruire.

J’avais dit cela de façon triste, connaissant les risques. Alors qu’il semblait perdu dans ses pensées, il se mit à rouvrir sa veste, dévoilant son torse à nouveau. Oh certes, beaucoup moins qu’auparavant, mais assez pour me faire monter le rouge aux joues et détourner les yeux. Ouais. Il était vraiment superbe. Seigneur, pourquoi ne pouvais-je pas ne rien ressentir en voyant un bout de peau nu ? Comme une fille ou femme normale ? Je n’étais plus vierge bon sang !!! Et penser à cela… Me fit rougir encore plus. J’enfouis mon visage entre mes mains en lâchant un petit feulement de dépit. Un jour, je le jure, j’arriverais ç regarder le corps d’un corps sans rougir ou défaillir. Mais pour le moment, je devais me reconcentrer sur ce que me disait Seth.

-En fait je cherche aussi des sources d’informations, des personnes qualifiées, des personnes qui savent comment se défendre contre certaines créatures, des personnes qui savent ce dont ces créatures sont capables, enfin il faut que j’en sache un maximum. Je me demandais aussi s’il existait de différents types de créatures ici ? Par créature j’entends des personnes qui peuvent se métamorphoser bien sûr.

Je pris le temps de bien réfléchir avant de lui répondre. Il n’y avait que deux catégories de personnes, à ma connaissance, capable de l’aider. Mais je ne savais pas si je devais tout lui dire où enjoliver la vérité. Bien que cela ne me plaise pas du tout. Mentir, pour sauver les gens comme moi était en soit une bonne chose. Mais si il apprenait la vérité, rien ne me prouvait qu’il ne changerait pas de camp par la suite après avoir eu la sensation d’être trahis. Alors, et même si je n’aimais pas cela, je décidais de lui dire toute la vérité, telle que je la connaissais.

-Il y a deux catégories de personnes qui pourront t’aider. Mais avant tous, sache que tu viens d’entrer dans une… Guerre si je puis dire. Il n’y a ni bon ni méchant. Chaque camp fait ce qu’il fait pour la survie des siens. Je vais essayer de t’expliquer cela sans te dire que mon camp est bon et gentil. Les deux se valent au final. D’abord, parlons du côté des créatures : il y a des humains qui nous aident et nous guident, nous protègent, nous soignent et nous rappellent à l’ordre, ce sont des druides. Je n’en connais qu’une, mais je pense qu’elle pourrait accepter de te rencontrer, pour t’aider. Les druides savent presque tout de nous, nos faiblesses, nos forces. Ils ne nous tuent pas. A contrario, il y a les chasseurs. Ce sont le plus souvent des familles où des clans, qui connaissent eux aussi tout de nous, mais nous chassent, nous torturent et nous tuent. Le plus souvent parce que des membres de leurs familles sont mort, tués par une minorité des nôtres qui se prennent pour des dieux suite à leurs pouvoir. Comme il y a des créatures mauvaises, il y a des chasseurs bons, qui ne chassent que ceux qui le méritent vraiment…

Je repensais à Zack. Premier chasseur rencontré. Il m’avait renversé en voiture alors que je dissociais encore cat et humain. Il m’avait sauvé et avec l’aide de Miya, m’avait fait comprendre que je n’étais pas le monstre que je pensais. Puis me revint ma rencontre avec le grand père de Miya. Elias Argent. Lui m’avait mis dans la catégorie « à tuer » sans même me connaître. Il m’avait accusé d’avoir tué des humains alors que c’était faut. Au final, dans le monde il n’y avait ni bon ni gentil. Tout le monde avait une idéologie différente. Maintenant que je prenais le temps d’y réfléchir, je comprenais que je n’en avais aucune, je faisais simplement confiance à tout le monde et j’en souffrais le plus souvent…

-Je suis novice dans ce monde-là. Mais j’ai rencontré des loups garous, des panthères garous, des kanimas, des druides, des chasseurs, des télépathes, des jaguars garous et… Un Phoenix… La plupart son inoffensif, d’autres sont des sociopathes…

Je regardais le sol, quelque peu honteuse d’en savoir si peu alors que je devrais être au courant de beaucoup plus…



© Fiche par Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Lun 29 Juin - 14:47

Le jugement de Seth

J’étais tellement impatient d’apprendre des choses je devais être encore plus brusque avec elle qu’avant peut-être que mon relationnel s’améliorerait avec le temps. Je sortis le calepin de la poche arrière de mon jean, j’avais pris l’habitude de l’emporter partout au cas où je tomberais sur des pistes intéressantes ou que j’avais l’occasion de questionner une personne qui s’y connaissait. Et je ne sais avec quelle chance j’ai réussi à trouver une personne en plus de savoir des choses sur les événements de Beacon Hills était elle-même une surnaturelle. Je ressentais enfin la sensation d’avancer dans mes recherches, je trouverai qui sont les responsables de tous les crimes qui sont commis ici et je restaurerai la justice. Je m’en fait la promesse. Ça devait sûrement la surprendre que je sois si à l’aise pour l’interroger mais j’étais surtout ravi d’obtenir ce que je voulais. Je m’attendais à devoir faire de longues recherches avant de tomber sur une personne dans son genre et finalement voilà que je bouscule Fhury dans la rue.

C’est étrange je ressentais une certaine satisfaction comme un léger sentiment de bonheur, j’avais eu ce que je voulais. Mais au lieu d’en profiter, cela me rendit plutôt mal, je ne ressentais plus le bonheur mais ce que j’éprouvais en ce moment s’en rapprochait. Mais ne pouvais-je plus ressentir que des bons sentiments en accomplissant des objectifs, j’étais absorbé par le non-humain depuis la découverte du surnaturel mais je ne m’étais même pas demandé si moi-même je faisais preuve d’humanité. Mon désespoir d’autrefois s’était transformé en une rage qui me consommait sans cesse. Je prônais le nom de justice mais ne me voilais-je pas la vérité, n’était-ce pas seulement de la vengeance? Je ne pouvais pas attraper le meurtrier de ma sœur alors je défoulais mon inépuisable haine sur ceux qui à mon sens devait payer. Elle me répondit, m’expliqua avec détail ce qui habitait Beacon Hills mais je ne réagis même pas, ma main resta tendu, le stylo prêt à déverser son encre et à écrire tous les secrets dont j’avais besoin. J’étais paralysé, le regard vide planté sur la table basse. Je remettais tout en question, mon seul but qui était devenu ma seule raison de vivre : la justice.

Tout ce dont je rêvais n’était-il pas une utopie ? Etais-je vraiment capable de sauver des vies alors que moi-même ne pensais qu’à punir ? Je pensais être l’un des seuls à comprendre ce qu’était réellement la justice car j’avais vécu une terrible injustice. Je pensais être maître de toutes mes émotions mais je n’en maîtrisais même pas une seule, je pensais être intouchable mais j’étais tout ce qu’il y avait de plus faible. Je n’entendis que des mots isolés sans aucun sens, je ne m’y intéressais même pas. J’étais terrorisé, mes mains tremblèrent, le sentiment que je pensais le plus pathétique m’envahissait, mes souffles devinrent irréguliers et vassillants. Je n’avais qu’une peur : moi-même.

J’étais incapable de me gérer alors que je me pensais capable de gérer le destin des autres. Je ne méritais même pas le titre d’humain, je ne valais pas mieux que Mason finalement puisque lui comme moi ne pouvions gérer nos pulsions profondes. J’étais perdu, je ne savais plus qui j’étais, plus ce que je devais faire. Je me souvins de mon arrivée chez Fhury, j’étais l’incarnation de l’assurance et de la détermination, je n’étais maintenant qu’un simple pantin manipulé par toutes les émotions qu’il s’efforçait de dissimuler depuis des années. J’étais bien plus dangereux que certains criminels, j’étais à la merci de ma colère, n’importe quel incident pourrait me rendre incontrôlable. J’étais incapable de sortir ne serait-ce qu’un mot, je ne savais plus du tout où j’en étais et j’avais une discussion profonde avec moi-même. Je réalisais mon propre jugement dont la réelle question était : devais-je continuer à me battre contre les fantômes de mon passé et tenter sans cesse de comprendre ce qu’est la vraie justice et d’essayer de la répandre autant que je puisse ou alors devais-je me laisser aller laisser toutes mes émotions m’envahir et laisser s’effacer peu à peu mon humanité pour ne devenir qu’un corps sans âme ni but.

Je pensais tout d’abord que la meilleure option serait de me laisser mourir, ce que j’avais réussi était que personne ne tenait à moi, j’avais écarté de ma vie le peu de famille qu’il me restait, j’avais évité toute relation, je ne manquerais à personne et j’éviterais à tout le monde d’être en contact avec une potentielle bombe à retardement dont personne ne connaît le décompte. Mais tout ce que j’avais entreprit était alors vain, je m’étais battu si longuement pour finalement me laisser envahir par mes démons intérieurs, sombrer dans la démence et finir comme un cadavre errant. J’avais tout fait pour ma sœur, tout ce que je voulais c’était qu’elle soit fière de moi, ma pauvre sœur, la vérité était que j’étais incapable de faire son deuil. Je me refusais de la voir partir comme je me refusais de laisser tomber l’injustice qu’elle avait subie. Mon regard sans vie fixa toujours le même point pourtant une larme s’épaissit sur ma paupière inférieure et s’écoula le long de ma joue pour terminer sa course sur le sol. Je ne pouvais pas l’abandonner, je ne pouvais pas me permettre de me laisser abattre, je dois continuer mon combat, je dois apprendre et comprendre la justice et continuer de soulever le poids de mes émotions pour sauver les innocents. Je dois me battre contre ce qui me domine, je dois surpasser ma haine, voilà ce qu’elle voudrait. Je suis loin d’être la personne parfaite pour faire régner la justice mais au moins le fait de vouloir le devenir me ramène à mon humanité. Un large et vrai sourire apparut sur mon visage, mon jugement était terminé et je savais ce que je devais faire, ce que je devais être. Je ne suis pas un monstre, je ne suis pas une personne forte mais je suis un homme qui mène un combat contre lui-même. Je tournai alors mon regard vers Fhury qui devait réellement s’inquiéter vu la tête qu’elle faisait.
« Je suis désolé, je réfléchissais à beaucoup de choses et je tenais à m’excuser pour le comportement que j’ai eu tout à l’heure et si vous voulez que je parte, je le ferais sans soucis, je comprendrais. »

Je n’avais rien compris sur ses explications si ce n’est l’existence de « chasseurs » et une sorte de guerre entre deux camps et je ne sais pas ce qu’elle voulait dire en m’accusant d’en être un mais si je suis mon raisonnement la justice est neutre je n’appartiens donc certainement pas à l’un des deux.
« Et je ne suis pas un chasseur ou quoique ce soit d’hostile, tout ce que je veux c’est restaurer l’équité et la justice. Je ne suis pas du tout une menace pour vous, je ne veux que des renseignements »

C’est bien la première fois que je suis aussi honnête mais il faut que je la mette en confiance même si je n’étais pas moi-même certain de la dernière phrase, je sens qu’avec elle je pouvais me contrôler et je voulais faire des efforts. Et peu importe ce qu’elle allait répondre je voulais juste lui dire :
« Je vous remercie pour tout ce que vous faites pour moi et je ferais tout ce que vous voulez pour me faire pardonner. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Lun 13 Juil - 18:25






Pulsion et Changement




Feat : Seth


Il y eu un gros blanc... Comme s'il était perdu dans ses pensées où je ne sais quoi... De fait je me sentais un peu seule là. Mais bon que pouvais-je faire ? Je me rendis compte qu'il venait de m'utiliser. Comme Shawn, Jake... Oui, j'étais des plus pathétique en fait. Y a pas à dire, tu ne sert a rien pour l'humanité Fhury Haime, retourne voir cet antiquaire pour qu'il te tue que l'on en finisse. Ma vie ne se limitait donc qu'à cela: être faible et manipulable. Soit. Il ne tenait qu'à moi de changer, mais pouvais-je changer si littéralement et si profondément ce que j'étais ? Où allais-je devoir porter un masque pour me cacher et passer pour une femme, chose que j'étais, et non plus une gamine, chose que je paraissais être. Je trouverais quelqu'un qui m'aidera à m'endurcir. Je manipulerais les autres. Je ne voulais plus être douce et gentille, à aider tout le monde. A quoi ça servait ? Je finissais toujours par en souffrir. Dès maintenant, je ne compterais sur personne d'autre que moi même, ni Braise, ni Miyavi, ni personne d'autre. Pour ne plus souffrir il suffit de se détacher de ses sentiments ? Alors soit, je les étoufferais.

Un rage naquit de plus en plus en moi tandis que je me laissais aller à réfléchit sur ce que j'étais. Oui... Pour perdre toute douceur, seul un meurtre pourrait m'aider. Arracher la vie d'une personne innocente briserait celle que j'étais, ainsi, je pourrais renaître et ne plus jamais souffrir. Tuer ne devais pas être aussi difficile que ça, j'avais déjà tué après tout. Rien ne m'empêcher de recommencer. J'avais été abandonnée de tous, de ma famille, de mes amis. Pourquoi devais je donc rester cette cruche sans avenir ? Pourquoi aimais-je les gens ? Par inutilité. Quand on ne sert a rien, aimer les autres et les aider est notre seule option. Alors oui, je comptais changer, ne plus être cette fille et devenir quelqu'un que l'on crains. Je n'avais rien a perdre. Eux tout.

-Je suis désolé, je réfléchissais à beaucoup de choses et je tenais à m’excuser pour le comportement que j’ai eu tout à l’heure et si vous voulez que je parte, je le ferais sans soucis, je comprendrais.

Je relevais les yeux vers lui. Il souriait sincèrement pour la première fois depuis notre rencontre. Avant, j'aurais eu le cœur à lui rendre son sourire mais là... J'étais vide. Je ne ressentais plus rien, comme si j'étais... Morte ?  Alors ma vie sera ainsi... Aussi incipide ? Mais je ne souffrirais plus ? Soit.

-Et je ne suis pas un chasseur ou quoique ce soit d’hostile, tout ce que je veux c’est restaurer l’équité et la justice. Je ne suis pas du tout une menace pour vous, je ne veux que des renseignements. Je vous remercie pour tout ce que vous faites pour moi et je ferais tout ce que vous voulez pour me faire pardonner.

-Te faire pardonner de quoi ? Tu m'as simplement utilisée, comme tout les autres, ne vient pas me faire croire que tu en es désolé. Je suis peut être conne mais pas totalement idiote non plus. Maintenant tu peux te barrer et essayer de restaurer une pseudo justice qui n'existe pas. Désolée de te dire ça mais dans notre monde il n'y a aucune justice, sinon tu ne m'aurais pas autant manipulée et traitée comme une merde pour que je parle en me sentant fautive. Tu peux te barrer si tu veux je m'en balance, je quitte la ville.

Je me levais, prédatrice et non plus jeune femme adorable. Je lâchais les pans de mes vêtements réduits en charpie, me retrouvant à moitié nue et le regardais de haut avec un sourire en coin, pas mauvais mais tout autant prédateur que le reste de mon attitude. Puis je lui tournais le dos pour aller dans la buanderie ou la machine venait de finir le temps de séchage. J'ouvris le bac et en sortie une chemise propre et encore un peu chaude avant de la ramener a son propriétaire et de la lui rendre. Je le regardais encore un peu avant de monter dans ma chambre pour ôter les loques que je portais, puis je sortie une robe moulante, rouge sang et la mit. J'étais déchirée en deux. D'un côté la furie douce et calme, totalement peinée de ce changement d'être et de l'autre la chatte, puissante et sensuelle qui était satisfaite de cet état. Je ne pouvais plus rester ici, je devais sortir, me changer les idée... Chasser un humain.



© Fiche par Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]   Mar 4 Aoû - 13:12

Volte-face

« Te faire pardonner de quoi ? Tu m'as simplement utilisée, comme tous les autres, ne vient pas me faire croire que tu en es désolé. Je suis peut être conne mais pas totalement idiote non plus. Maintenant tu peux te barrer et essayer de restaurer une pseudo justice qui n'existe pas. Désolée de te dire ça mais dans notre monde il n'y a aucune justice, sinon tu ne m'aurais pas autant manipulée et traitée comme une merde pour que je parle en me sentant fautive. Tu peux te barrer si tu veux je m'en balance, je quitte la ville. »

Sa réplique résonna dans ma tête comme une gifle, comme pour me réprimander, me réveiller d’un délire. Je me repris instantanément regrettant déjà ce moment de faiblesse et de sensibilité. Je ne sais pas ce qu’elle voulait dire et je m’en moquais à présent. Rien ne pouvait plus m’apporter quelque chose ici, elle n’était plus en état de me répondre ou de m’apporter des informations utiles et je n’avais plus envie d’essayer de comprendre ses sentiments. Je me sentais de nouveau perdu c’était comme si en une seconde la fille qui se tenait en face de moi avait perdu la tête, comme si une autre âme venait de s’installer en elle. Quant à moi, je revins à mes esprits, plus question d’être aussi vulnérable, le seul bon point de cette discussion était que j’avais appris une nouvelle manière de détruire une potentielle relation social. En ce moment c’étaient les seuls enseignements que je tirais de mes approches. Il faut dire qu’à ce niveau c’était plutôt désastreux. Même sa façon d’être, elle avait adopté une autre attitude, une autre façon de se tenir, de se déplacer, comme si quelque chose avait changé au plus profond d'elle-même. Je repris la chemise maintenant propre qu’elle me tendait puis la remerciai d’un bref signe de tête. Je me hâtai d’enfiler ma chemise que je recouvris de ma veste puis me déplaçai vers la sortie. Une énième fois, je partis en silence sans expression ni salutations. Je ne pouvais pas l’aider même si je le voulais. Arrivé devant la porte, je l’ouvris, fis un pas vers l’extérieur, tournai légèrement la tête afin de jeter un dernier regard à la femme que je laissais blessée, afin de voir à travers ses yeux le seul résidu de mon passage : la douleur.


Revenir en haut Aller en bas
 
Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chute d'un chaton dans la recherche de la justice [PV Fhury & Seth]
» Changements tant attendus dans la Diplomatie Haitienne.
» trois petits jack russel perdus , volés en seine et marne ?
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Dans la rue-
Sauter vers: