AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Trophées


Classement au
15 septembre 2017

Therence Garnet


►►►◄◄◄br />
Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
2 septembre 2017

Éris Blackmoon


►►►◄◄◄

Mafdet Mahes


►►►◄◄◄

Merisha Gunder




Classement au
23 août 2017

Mathieu Lamy


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
5 août 2017

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Merisha Gunder


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro




Classement au
07 juillet 2017

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Ashling McLan


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
26 juin 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alex & Derek


►►►◄◄◄

Nick O'Sullivan




Classement au
10 juin 2017

James MacAulay


►►►◄◄◄

Caleb Lockhart


►►►◄◄◄

Mickael Wayne




Classement au
27 mai 2017

Jaimie O'Sullivan


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
13 mai 2017

Les Admins


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Jaimie O'Sullivan




Classement au
28 avril 2017

Gwen W. East


►►►◄◄◄

Caracole O'brien


►►►◄◄◄

Therence Garnet




Classement au
15 avril 2017

Civet


►►►◄◄◄

Stiles & Derek


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
1er avril 2017

Vos 2 Admins


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman


►►►◄◄◄

Kada'an Ravewood




Classement au
19 mars 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Alessandro Amaro


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
4 mars 2017

Derek Hale


►►►◄◄◄

Pia Abramov


►►►◄◄◄

Matthias Lunsford




Classement au
18 février 2017

Kada'an Ravewood


►►►◄◄◄

Stiles Stilinski


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman




Classement au
4 février 2017

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Maxine Evans


►►►◄◄◄

Brian O'Conner




Classement au
21 janvier 2017



►►►◄◄◄

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
7 janvier 2017

Liam Dunbar


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Alex Cormier




Classement au
24 décembre 2016

Mick & Derek


►►►◄◄◄

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Arès Kye Coleman





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez | 
 

 Les vieilles connaissances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alex Cormier

avatar

Humeur : Perplexe
Messages : 844
Réputation : 156
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Les vieilles connaissances   Mer 17 Juin - 13:38

Les Vieilles Connaissances


Il était relativement tard, le diner s'était déjà bien vidé quand Alex y mit les pieds.  Il n'avait pas eu envie de partager le repas avec son père, ce soir.  Il recherchait un peu de solitude, après une autre journée trop longue au travail.  Il l'avait avisé de ne pas l'attendre.  Vivre à deux adultes était toujours un peu difficile, même à l'intérieur de la famille.  Peut-être même surtout à l'intérieur de la même famille.  Un peu de répit serait certainement apprécié du côté paternel aussi.  Alex avait même pensé à vérifier que ce n'était pas une soirée de pleine lune, sachant que son père pourrait lui demander de l'assistance dans ce cas.

Assis sur une banquette en face de la porte des cuisines et des toilettes, le jeune druide passa sa commande, un club sandwich, à la serveuse, qui alla nettoyer une table qui venait de se libérer avant de transmettre la requête aux cuisines.  Dans l’entrebâillement de la porte, il crut voir quelqu'un qu'il connaissait probablement.  Il n'avait vu qu'une silhouette, il ne saurait trop dire.  La porte s'ouvrit de nouveau sur la serveuse qui apportait leur dessert à d'autres clients, mais cette fois, le cuisinier n'était pas derrière. Alex se cala plus confortablement dans le coin de sa banquette et continua d'observer.  Lorsque, cette fois, ce fut son assiette qui sortit de la cuisine, Alex vit le cuistot de front, cette fois.  Ils étaient dans les mêmes cours, à Phoenix.  Comment diantre avait-il échoué ici?

-Joe? Jack? Chad? Jay? Liam? murmura Alex pour lui même, en mangeant nonchalamment ses frites, dans la tentative de retrouver le nom du garçon ou d'un autre des voyous de sa bande.

-Terry?  Charlie?  Charlie, oui!

La serveuse passa de nouveau et, sous une impulsion qu'il regretta aussitôt, Alex lui demanda de s'approcher pour lui faire une requête.

-Vous pourriez m'envoyer le cuisinier, s'il-vous-plaît?

Pourquoi diable avait-il fait ça?  Il n'avait jamais apprécié ces voyous qui se mettaient à plusieurs pour casser les lunettes des autres enfants.  Ou du moins, c'était ainsi qu'il se les rappelait. Il prit une première bouchée dans son club. Autant pour la tranquillité...
©City pub
©Nausicäa Kaer
© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!


Dernière édition par Alex Cormier le Mer 1 Juil - 18:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 150
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Les vieilles connaissances   Dim 21 Juin - 17:32


Les vieilles connaissances






Charlie s’appuya sur le plan de travail et du plat de la main, essuya son front ruisselant. La cadence commençait à ralentir, enfin. L’ours avait une bonne endurance mais lorsque la pression retombait, il était toujours ravi de voir la fin de son service arriver. Il irait bien boire une bonne bière après. Un truc frais. Et peut-être traîner un peu sous la lune et le couvert des arbres, avant d’aller se coucher. C’était une bouffée d’oxygène quotidienne à laquelle il s’était habitué, et bien le seul avantage qu’il voyait à ce trou à rats. Autant en profiter.

Eddy avait pris une énième pause et le jeune homme se trouvait seul en cuisine. Malgré un léger ralentissement, il y avait peu d’interruptions dans le ballet des commandes et comme pour confirmer son impression, Jenny interrompit le nettoyage de son poste de travail :

« Un club sandwich !

— Ça roule. » Répondit laconiquement le cuisinier.

La routine. Sortir les ingrédients, toaster les tranches de pain, découper les tomates, griller le bacon… En quelques minutes l’assiette était montée et le garou y ajouta une généreuse portion de frites qu’il renvoya par l’entremise de la jeune femme. Il allait peut-être enfin pouvoir souffler un peu et nettoyer ce foutu grill avant qu’il ne s’écroule sous le poids de sa propre crasse. Le jeune homme n’en eut malheureusement pas le temps : un écho soudain lui fit dresser l'oreille :

« Charlie, oui ! »

Détail « amusant » dont il s'était aperçu peu de temps après sa transformation : son ouïe, au contraire de son odorat, ne s'était pas améliorée. Sauf dans un cas : lorsque l'on prononçait son nom. Et la personne qui venait de jeter cette exclamation était tout proche d'ici. Le jeune homme fronça les sourcils et se détourna de son ouvrage, son regard perçant fixé sur la porte, comme s'il avait pu voir à travers. Juste à ce moment, Jenny fit à nouveau irruption dans la cuisine :

« Club sandwich veut te voir ! »

Charlie grimaça :

« Hein ? Qu’est-ce qu’il veut ? Encore un qui se plaint parce sa dinde est pas noyée dans la mayo ? »

Absorbée dans la préparation des boissons d’une autre table, la jeune femme se contenta de hausser les épaules :

« J’en sais rien, il m’a pas dit… »

Est-ce que ça pouvait être lui ? Méfiant, le cuistot essuya sommairement son visage dans son tablier puis le dénoua pour le poser sur un coin de table. Il allait pousser la porte quand sa collègue l’arrêta :

« Hey Charlie ? Soit gentil hein, tu sais ce que le patron a dit… En plus j’en ferai bien mon quatre-heure de celui-là…

— Ouais ouais… »

Le battant se referma sur l’expression gourmande de la jeune femme et Charlie secoua la tête. Alors, où était cet enquiquineur ? Son regard parcourut la salle à moitié vide où il nota seulement deux hommes dînant en solitaire. Comme l’un, attablé au bar, frisait la cinquantaine bedonnante, il opta pour le second, plus jeune, qui picorait dans ses frites à une table près de la fenêtre. Se plantant à côté de lui, le cuisinier se fit la remarque que ce visage lui disait vaguement quelque chose. Cela confirmait sa théorie mais il n’eut pas la curiosité de pousser plus loin : si ce type voulait lui parler, il finirait bien par clarifier la situation de lui-même. Peu de chance de toute façon qu’il ait fini par identifier son ancien condisciple : il ne s’était jamais montré très attentif aux élèves qui ne faisaient ni parti de sa bande, ni de ses souffre-douleurs.

« Vous vouliez me parler ? » Lui lança-t-il d'un ton égal, contredit par son regard méfiant, alors qu'il repoussait une mèche trempée de sueur de son front.

© Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Cormier

avatar

Humeur : Perplexe
Messages : 844
Réputation : 156
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Re: Les vieilles connaissances   Lun 22 Juin - 3:41

Les Vieilles Connaissances


Alex déglutit cette première bouchée en songeant qu'elle était peut-être un peu sèche.  Tant pis, de toute manière il n'aimait pas vraiment la mayonnaise et ajouter du beurre aurait été inconcevable pour notre druide.  Perdu à son vague regret, Alex piochait dans ses frites du bout des doigts en se demandant quelle mouche l'avait piqué.  Il n'avait jamais eu de trouble avec ce Charlie ou sa bande, ses capacités athlétiques le plaçant officieusement à l'écart des autres élèves studieux, doués, timides, myopes, frêles ou encore peureux, mais il avait été témoin de leur attitude pernicieuse et, s'il la désapprouvait à l'époque, en bon adolescent qui voulait se tenir loin des problèmes, il fermait les yeux et se rendait complice dans son silence.  Et s'il n'avait aucun souvenir particulier de Charlie intimidant un autre enfant, il se souvenait de son allégeance à cette bande de brutes.

Pourquoi alors lui chercher des noises?  Il ne lui avait rien fait.  Il n'avait aucune idée de ce que l'autre était devenu, outre un cuisinier dans un petit resto paumé et, autant qu'il sache, il pourrait être en possession d'une arme et menacer Alex, sinon pire.  Et si pire arrivait, il savait suffisamment se défendre pour ne pas trop craindre pour sa vie, du moins l'espérait-il.  Et le voilà qui tirait encore des plans sur la comète.  Peut-être qu'au fond de lui, Alex ne cherchait qu'à racheter son silence et taire les remords qui commençaient à se multiplier en lui : il n'avait pas été une mauvaise personne pour avoir laissé du mal se faire sans en prendre part, impossible.  Il savait qu'il était quelqu'un de bien.

Si la serveuse était efficace pour leur ramener rapidement des plats chauds, elle l'était autant pour ramener des serveurs qui semblaient aussi avoir chaud, à en juger par l'eau qui perlait à leur front.  Pris avec une frite en milieu de sa course, il la reposa dans son assiette en levant la tête vers le cuisinier.  Il tentait encore, inutilement, de sauver du temps.

-Charlie, c'est ça?  T'as deux minutes?  J'aimerais discuter un peu.

Au diable les politesses à n'en plus finir et les marques de respect s'éternisant sur trois siècles.  Ils étaient d'anciens camarades de classe, et le ton qu'Alex employait en était tout à fait conséquent.

-Ça fait longtemps que tu bosses ici?  C'est ton boulot étudiant?

L'apprenti-druide cessa de le bombarder de questions, attendant une ou plusieurs réponses, et engouffra finalement la frite qu'il avait reposée.
©City pub
©Nausicäa Kaer
© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!


Dernière édition par Alex Cormier le Mer 1 Juil - 18:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 150
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Les vieilles connaissances   Mar 23 Juin - 6:25


Les vieilles connaissances






Quoique la confrontation le poussa à la méfiance, Charlie n'était pas mécontent d'avoir une occasion de quitter son antre. A cette heure tardive, après une longue journée de labeur, la température de la cuisine devenait infernale. En comparaison, la salle de restaurant, avec son air tiédi mollement brassé par les ventilateurs, lui semblait agréablement fraîche. Qui aurait cru qu’il envierait un jour les serveurs et leur boulot merdique ?

Son expression avait beau sembler  peu concernée, son regard soupçonneux, lui, ne mentait pas. Rien à faire, il était incapable de remettre un nom sur ce visage large, ou même sur ses yeux couleur mousse qui venaient de se tourner vers lui. A voir la carrure du jeune homme, Charlie songea qu’il n’avait pas dû faire partie des gamins qu’ils avaient pu harceler avec ses potes de l’époque. Et encore. Certains gosses surprenaient parfois, et passaient de la crevette au rugbyman en un clin d’œil, fort d’une petite poussée de croissance bienvenue. Qu’est-ce qu’il en savait finalement ?

« Charlie, c'est ça ? T'as deux minutes ? J'aimerais discuter un peu. »

— … Mouais. »

Il jeta un bref coup d’œil vers la cuisine avant de revenir à son interlocuteur, enfonçant les mains dans ses poches sans faire mine de s’asseoir.

« Pas plus, chuis tout seul derrière. »

Jenny le sonnerait à la première commande venue mais il y avait toujours matière à s’occuper derrière des fourneaux, entre deux cuissons. Charlie haussa un sourcil aux questions du jeune homme. Visiblement, s’ils se connaissaient, ce n’était pas très bien. S’imaginer en étudiant aurait presque pu lui tirer un sourire mais il se contenta de dévisager son vis-à-vis comme s’il venait de sortir la plus grosse idiotie de l’année.

« Je suis arrivé depuis quelques mois. C’est mon job, point, je suis cuistot. »

Pas un ancien collègue donc. Et sans doute pas un type croisé en maison de redressement. Trop propre sur lui, trop... franc ? Charlie n'arrivait pas à mettre le doigt sur le terme exact mais il ne dégageait pas l'impression d'un petit délinquant. Ou alors, il cachait bien son jeu. Les sourcils du garou se froissèrent un peu plus. Il n’était pas un grand fan des jeux de devinette et s’amuser à déduire ou conclure à partir d’hypothèses lui créait des nœuds au cerveau.

« Je me rappelle pas du tout de ton nom, finit-il par lâcher. On était à l’école ensemble ? »

Enfin, ensemble, façon de parler. L’inconnu avait sans doute fréquenté les bancs scolaires plus assidument que lui. Ce n’était pas très difficile. De son côté, Jenny continuait à s’activer dans la salle. Le frôlant en passant pour débarrasser une autre table, elle lui jeta un regard lourd de sens après avoir maté à la dérobée leur client. Oui oui, il se rappelait. Gentil.


© Mafdet MAHES


Dernière édition par Charlie Crowley le Ven 3 Juil - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Cormier

avatar

Humeur : Perplexe
Messages : 844
Réputation : 156
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Re: Les vieilles connaissances   Mar 23 Juin - 18:08

Les Vieilles Connaissances


Charlie ne semblait pas vraiment heureux de la situation. Il était sur ses gardes et, pour un peu, Alex n'aurait pas été très surpris de le voir arquer sa silhouette féline en se hérissant la pilosité pour montrer son mécontentement et se montrer intimidant.  Mais le cuisinier n'avait pas la lueur hypocrite et malveillante d'un chat dans le regard, aussi le franco-manitobain cessa ici sa comparaison.  Il avait en fait l'impression que sous leur regard placide, chacun des deux interlocuteurs était aussi à cran l'un que l'autre, nerveux de voir où les mènerait cette étrange conversation qui n'aurait jamais dû être.

Le cuisinier acquiesça sur son identité et fit comprendre au client qu'il pourrait retourner en cuisine à tout moment, qu'il n'avait que deux minutes tapantes.  Lorsque son vis-à-vis confirma l'intuition d'Alex, selon laquelle il n'était plus aux études mais travaillait réellement dans un restaurant comme vrai job de grande personne, le druide ne sut réprimer un tremblement victorieux au coin de ses lèvres.  Il aurait été prêt à le parier.

Et lorsque Charlie lui retourna la question, Alex détourna la tête et plongea dans son assiette.  Il prit une bouchée de son sandwich, irrité comme à chaque fois qu'on l'oubliait alors que lui se souvenait du visage de l'autre.  D'un ton froid et distant, nettement plus lent que les phrases précédentes, il contre-attaqua, car oui, dans sa petite tête, Charlie venait de l'insulter tout à fait délibérément.  Le regard plongé dans son assiette, il n'avait pas du tout eu conscience du petit jeu de la serveuse et était loin de se douter qu'il lui était tombé dans l'oeil.

-Mouais.  M'enfin, au moins je vois que ça a payé d'assister à mes cours plutôt que de tabasser des gamins.

Il jeta un regard en biais à l'homme au bar, qui faisait un boucan en tournant les pages de son journal avec la délicatesse d'un caribou sur de la glace fine, puis reporta son attention sur Charlie en prenant une gorgée de racinette.  C'était son look de terrible.  On repassera.

-Je m'appelle Alex, je viens aussi d'arriver dans ce bled. Mais ne t'en fais pas, je ne comptais pas à ce que tu te rappelles de moi.

Le druide s'aperçut qu'on pouvait y percevoir une nouvelle pique, une insulte à la mémoire du cuisinier, dans cette phrase, mais n'y fit pas gaffe.  Il l'avait bien cherché après tout.
©City pub
©Nausicäa Kaer
© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 150
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Les vieilles connaissances   Sam 4 Juil - 9:42


Les vieilles connaissances






Le coin de la lèvre d’Alex avait frémi de satisfaction d’avoir vu juste quant à la situation de son ancien condisciple. Chez Charlie, une lueur éclaira brièvement sa pupille et donna le ton. Le client mordait avec une férocité boudeuse dans son sandwich et lui-même ne ressentait aucun embarras à l’avoir vexé, au contraire. L’autre débarquait sur son territoire sans y avoir été invité ? Il fallait s’attendre au retour de flammes ! Même si, avouons le, la manœuvre n’avait pas été consciente. Du temps de sa scolarité, Charlie estimait n’avoir fréquenté que les meilleurs. Pas les plus studieux, peut-être pas même les plus forts, mais de loin les plus… les plus… bref, en tout cas, ceux qui avaient le plus de classe. Aucune raison de s’efforcer de se souvenir des autres.

En attendant, Alex contre-attaquait et le jeune homme fronça le nez, l’expression maussade. Génial, un père-la-vertu. S’il n’avait aucun souvenir de lui, c’est que ce type n’avait pas dû faire grand-chose pour l’en empêcher, il avait bon dos de la ramener ! Un soupir profond mais discret lui échappa alors qu’il grattait lentement sa joue mal rasée, le regard ailleurs.

« Ah tiens donc ? Parce que ton boulot vaut vachement mieux que le mien ? Interrogea l’ours, en apparence très calme, le ton presque détaché. Ça doit pas être si reluisant pour en arriver à venir s’enterrer dans ce trou… »

Ouais, il avait tabassé des gosses. Et alors ? Charlie n’avait jamais cherché de justification à ses actes, ses potes en trouvaient pour lui. La loi du plus fort. C’était comme ça dans la nature. Les faibles, les vieux, les malades… Bref, les brebis galeuses souffraient pour tout le troupeau. Et la race humaine ne faisant pas partie de ses priorités de protecteur. Bien trop invasive : tant pis pour les dommages collatéraux ! Son regard brun se darda sur les iris verts de son ancien camarade.

« Je ne m’en fais pas. Je m’en fous. »

Cette fois oui, l’insulte était délibérée.

Le cuisinier jeta un coup d’œil vers la porte du magasin, un autre vers la rue. Pas un chat, et aucun indice ne laissait présager l’arrivée imminente de nouveaux clients capables de couper cette conversation à laquelle il ne trouvait aucun intérêt. Fidèle à lui-même, Charlie choisit d’attaquer le problème frontalement en se laissant tomber sur la banquette en face d’Alex. Distraitement, il piqua une frite dans l’assiette de ce denier. Il avait une faim de tous les diables, pas eu le temps d’avaler quoique ce soit depuis le début de son service. Puis ses yeux revinrent à son interlocuteur et ne le lâchèrent plus :

« Alors ? Qu’est-ce que tu me voulais ? »

Voler dans les assiettes de ses clients n’était pas, comme certaines mauvaises langues auraient pu l’insinuer, une habitude. Plus instinctif que réfléchi, c’était peu de le dire, « Faim nourriture manger » ressemblait peu ou prou à ce qui se passait dans sa tête dans ce genre de moment et ce ne fut qu’après coup qu’il prit conscience de son geste. Cette fois de manière parfaitement volontaire, sa main se porta de nouveau vers l’assiette d’Alex. Quelle meilleure motivation à ne pas faire traîner les choses qu’avoir un ours, ou du moins un ex délinquant, en train de menacer votre repas ?

© Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Cormier

avatar

Humeur : Perplexe
Messages : 844
Réputation : 156
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Re: Les vieilles connaissances   Sam 4 Juil - 21:45

Les Vieilles Connaissances


Tout occupé à son club à la dinde qui avait une quantité raisonnable de mayonnaise, raisonnable pour quiconque comptait fêter un jour ses soixante bougies, Alex n'eut pas la chance de voir l'éclat assassin dans le regard de son ancien camarade d'école.  Il ne faut pas exagérer, on ne pouvait pas vraiment dire camarades de classe.  D'ailleurs, ils n'étaient toujours pas dans la même classe, visiblement.  Par contre, il avait posé son club a temps pour voir le nez de son nouveau rival se froncer et, sans savoir pourquoi, il en éprouva une étrange sensation fort plaisante.  Il n'avait jamais été d'un tempérament querelleur ou belliqueux, mais en ce moment, avec son père qui l'irritait comme un vieux disque rayé, un peu de confrontation semblait être l'option idéale pour évacuer le trop point d'humeurs négatives de sa vie.  Et ce serait ce malheureux cuisinier qui écoperait.  Tant pis pour lui.

L'attitude détachée et décontractée de Charlie accentuait davantage encore cette hargne qui grandissait comme un mal de ventre au cœur du druide.  Quelle puérile tentative de l'insulter en retour.  Alex en rigola un instant, trois petits fous rire saccadés, et attendit le reste de l'attaque, bien installé sur sa banquette, la tête légèrement penchée vers l'arrière dans une attitude de défiance et soutint sans broncher le regard électrique que lui envoyait son interlocuteur.  Le coup était bas, mais peu effectif.  C'eut été une réplique brûlante, voir purulente de vilenie, si elle avait été adressée à un autre.  Sauf qu'Alex était un solitaire qui n'avait jamais vu l'intérêt de s'attacher indéfiniment aux gens, et il se fichait de n'être que de passage et d'être oublié.  Ce qu'il accomplissait n'était pas plus petit ou moins grand parce qu'on y associait pas un nom.

Piquer une frite, par contre, offensa le scientifique qui répondit enfin à la précédente question.

-Je suis enterré à l'hôpital, Crowley, et moi aussi je peux donner un mauvais service à mes clients, si le cœur m'en dit.  J'ai bonne mémoire.

Lui aussi pouvait jouer ce jeu, et cette fois, la menace était bien réelle.  Un peu trop tard, par contre, le cuisinier avait eu le temps de piger quelques frites supplémentaires, désormais assis en face de lui.  Accessoirement, son vis-à-vis lui redemanda ce qu'il voulait.  Peu intimidé par le bout d'homme squelettique en face de lui, Alex braqua la fourchette au-dessus de son assiette en guise d'avertissement et répondit de nouveau.

-Discuter, et prendre des nouvelles d'un ancien... collègue, je suppose.  Et puis si tu pouvais m'apporter du miel pour mes frites, je dirais pas non.

Oui, il venait de lui demander de jouer la serveuse.  Sans aucune malice, mais surtout, sans remord.
©City pub
©Nausicäa Kaer
© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 150
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Les vieilles connaissances   Mar 7 Juil - 10:25


Les vieilles connaissances






Combat d’ego à la table 203. La mâchoire de Charlie se contracta brièvement alors qu’il se grattait une nouvelle fois la joue, le regard ailleurs. Il n’était pas SI colérique que ça mais qu’on lui rit au nez ne faisait pas exactement parti des réactions qu’il appréciait. Alex se révélait un adversaire plus tenace qu’il ne le semblait au premier abord et le garou choisit de se laisser tomber dans la banquette en espérant que son invasion pure et simple refroidirait son ex condisciple. Les poings enfoncés dans les poches, la frite au bec, il adopta la même attitude de défi, le menton levé. Ce regard meurtrier de la part de son vis-à-vis valait mieux qu’un long discours : pas de doute, ses piques ne pesaient peut-être pas grand-chose, mais ses attitudes pouvaient se montrer plus… percutantes. Au sens propre ou au figuré. Avec une lenteur exaspérante et complètement délibérée, le cuistot ramena la frite dans sa bouche d’un mouvement de langue et mâcha ostensiblement, frite qu’il faillit recracher aux menaces à peine voilée du jeune homme.

Son ébauche de rire devint quinte de toux et l’ours se redressa pour tapoter son torse et faire passer sa bouchée récalcitrante. Que ce type, avec sa racinette, essaya de lui faire peur… il trouvait ça hilarant. Des larmes au coin des yeux, l’éclat tué dans l’œuf, ne restait plus qu’une lueur amusée au fond des yeux et un rictus à peine masqué lorsque ses épaules touchèrent à nouveau le dossier.

« J’en doute pas mec, j’en doute pas…  Finit-il par répondre, après un dernier raclement de gorge. Tu dois faire flipper tous tes patients… Vous avez pas un genre de… de serment, au fait ? »

Et sérieux, pour ce qu’il avait besoin de fréquenter l’hôpital… Il n’y foutait plus les pieds depuis près de dix ans, depuis sa transformation en fait. A présent, il préférait et de loin se terrer dans un coin jusqu’à ce que ses blessures guérissent d’elles-mêmes. Enfin ça, évidemment, Alex ne pouvait pas le savoir… ce qui n’empêcha pas Charlie de le dévisager, fort de son expression narquoise.

Un ange passa sur le ring. Balle au centre, un point partout, alors que les anciens camarades de classe se dévisageaient en silence. Ce fut Alex qui réagit le plus vite pour récupérer l’avantage, laissant le cuisinier… interdit.

« Du miel ? » Répliqua-t-il, le ton trop incertain pour que l’esquisse de pique fasse mouche.

Première fois de sa vie qu’on lui demandait son propre péché mignon pour accompagner des frites. Oh lui-même ne les mangeait plus que comme ça, mais au nez, et il l’avait fin, il était bien certain qu’Alex n’avait absolument rien de surnaturel. Et donc surement pas un nounours camé qui ne pouvait pas se passer de sa dope.

« Sérieux ? Ricana-t-il sans conviction. Qui prend du miel avec ses frites ?

— Oui, on se demande ! »

La serveuse avait un don pour toujours se trouver là quand il ne le fallait pas, cette fois astiquant une table voisine.

« La ferme, Jenny ! »

Elle l’ignora royalement, adressant un sourire aguicheur au laborantin.

« Il va aller vous cherchez ça de suite.

— C’est toi la serveuse ! »

Rien à faire, quand elle arborait cette expression moqueuse, il savait d’expérience qu’il n’obtiendrait rien d’elle. Pestant, l’ours rejoignit la cuisine, abandonnant la jeune femme en train de compter fleurette à leur client. Lorsqu’il revint, elle achevait de griffonner un numéro au dos d’un ticket de caisse qu’elle abandonna entre les mains d’Alex avec un clin d’œil.

« J'hallucine... » Marmonna le nounours désappointé en laissant tomber sans douceur le miel sur la table. Et dire que ce n'était même pas lui qui en profiterait.

© Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Cormier

avatar

Humeur : Perplexe
Messages : 844
Réputation : 156
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Re: Les vieilles connaissances   Ven 10 Juil - 17:15

Les Vieilles Connaissances


Un rictus, d'abord fin puis de plus en plus large vint peindre les lèvres d'Alex de bonheur.  Voilà que le compère s'étouffait avec le fruit de son propre crime.  Ça lui apprendrait.  De faire le paon et de chaparder dans l'assiette du biochimiste.  Pour un instant, Alex se demanda si il ne devrait pas donné un coup de main à l'orgueilleux criminel en face de lui, mais il préféra attendre : tant que l'autre pouvait tousser ou parler, tout était encore correct.  La quinte de toux de Charlie avait attiré l'attention de l'homme au bar, qui avait tourné la tête en leur direction, et de Jenny, qu'Alex vit s'approcher par derrière, l'air un peu anxieuse.

L'ironie dans la voix de Charlie était aussi épaisse qu'un coulis de béton.  Non, Alex n'avait jamais été un bad boy, non il ne s'était jamais amusé à intimider n'importe qui et tout le monde et non, il ne faisait flipper personne à l'hôpital, encore moins des patients qu'il ne voyait jamais directement.  Une nouvelle gorgée de racinette, pour faire passer ce tissu d'inepties aussi inintéressantes qu'impertinentes, interrompue par un  « Slurp! » sonore qui souligna la surprise du druide.  Il réussit tout de même à ramasser assez de répartie pour rétorquer à son vis-à-vis avant d'avoir poser sa boisson sur la table.  À vrai dire, pour s'aider, il avait interrompu son geste à mi-vol, le verre suspendu au bout de sa main, à une demi-douzaine de centimètres au-dessus de la table.

-Parce que tu es un homme de parole, Charlie?  Tu respectes tes serments?

Et si la question pouvait paraître comme une simple tentative supplémentaire d'alimenter le feu de leur hargne, elle était en fait bien sincère.  Le ton de Charlie lui avait presque semblé naïf, comme si il pensait vraiment, lui qui ne semblait guère se formaliser des règles, qu'un serment faisait état de loi, inviolable et tout.  S'ensuivit un silence avant qu'Alex ne commande son miel, et il eut l'impression de voir les narines du cuisinier se dilater.  De surprise ou de dégoût, il ne pourrait dire.  Un mélange des deux, à entendre sa réaction.

-Le Vermont. répondit-il laconiquement à la serveuse et au cuisinier à la fois, comme si l'état entier était d'accord sur ce condiment et comme si cet accord lui donnait un tant soit peu de crédibilité.

La serveuse s'était rapprochée tranquillement depuis la quinte de toux, et était arrivée à point.  Il y eut une minuscule joute verbale et psychologique entre elle et Charlie, qui perdit.  Alex se promit de conserver ce détail croustillant dans un coin de son esprit, alors que l'homme au tablier retournait à l'arrière.  Jenny en profita pour faire un joli sourire à Alex, qui le lui rendit bien, et elle le renseigna :

« C'est le premier à mettre du miel partout, frites y compris.  Il faut pas t'en faire avec lui, c'est un grognon, mais il est pas méchant. »

Elle passa rapidement un linge sur la table, où Charlie avait fait quelques miettes et renchérit.

« Tu veux l'addition? »  Ce à quoi Alex opina du chef.  Elle calcula la somme à la main et inscrivit quelque chose au verso de la facture, tout en parlant. « Je me suis toujours demandée comment c'est, le Vermont. » Puis, elle tendit le coupon au scientifique avec un clin d'oeil qui rendit le sourire d'Alex un brin plus éclatant.  Agréablement surpris, il constata que le calcul était impeccable, mais fut tiré de son moment paisible par le choc retentissant du miel sur la table, sous un commentaire à peine soufflé du cuisinier, définitivement jaloux.  Jenny repartit s'occuper d'une autre table en jetant un regard courroucé à l'impoli, alors qu'Alex prit la dernière bouchée de son club, puis nettoya la dinde et le bacon tombés dans son assiette de sa fourchette.  Il leva un doigt en déglutissant, pour faire comprendre à Charlie qu'il n'avait pas terminé avec lui.  Quelques secondes plus tard, il lui annonça :

-Je n'ai plus vraiment faim.  Si tu veux, je te laisse mes frites et le miel.

-Je sais pas trop, j'ai l'impression qu'elles ont touché quelque chose de bizarre et ça m'a coupé l'appétit,
fit-il en repoussant l'assiette vers Charlie de son air le plus innocent qui soit, malgré le commentaire franchement peu sympathique qu'il venait d'émettre.
©City pub
©Nausicäa Kaer
© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 150
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Les vieilles connaissances   Lun 13 Juil - 17:30


Les vieilles connaissances






Drapé dans sa dignité outrée, Alex se raccrochait à ce qu’il tenait en main. En l’occurrence son verre. En face de lui, l’impertinent cuisinier avait réussi à retrouver son souffle et essuyait ses yeux larmoyants du revers de la main. L’image de son ancien condisciple version bad boy de l’hôpital n’était pas marrante à en pleurer, disons qu’il aurait pu l’éviter s’il ne s’était pas étouffé en même temps, mais c’était drôle quand même. Charlie s’attendait à une réplique acide, ou à un regard excédé, ou même à une envolée lyrique sur ce fameux serment d’Hypomachin dont il était presque sûr qu’il avait de l’importance pour les toubibs –il n’avait pas imaginé qu’Alex puisse faire parti d’une autre frange de la population hospitalière-, mais non. Le laborantin se contenta d’une question… mi figue mi raisin, dont le garou ne parvint pas à déterminer si elle était ironique ou plus profonde. Il est vrai que lui-même n’arrivait jamais à être complètement moqueur quand il abordait la question des serments. L’autre n’était pas tombé loin dans son interprétation du ton du cuistot : il y avait des promesses qui à ses yeux, valaient bien plus que des lois. En partie parce qu’il ne faisait pas grand cas des lois, d’accord, mais tout de même.

Scrutant les yeux du laborantin, l’ours finit par hausser les épaules, répondant d’un ton égal :

« Ça dépend à qui je les fais. »

Et pour effacer la moindre gravité qui aurait pu transparaître dans sa voix et changer le cours de la conversation, il ajouta avec un sourire féroce :

« Au tribunal par exemple, elles ne comptent pas. »

Évidemment, il fallait bien qu’un moment ou l’autre, Jenny ramena sa fraise. Renâclant, l’ours accepta malgré tout de se lever et disparut dans la cuisine. Les bruits de déplacement de vaisselle fort bruyants n’étaient là que pour souligner son mécontentement à la jeune femme restée à compter fleurette à la table : il n’avait pas besoin de retourner tous les placards pour trouver le miel et fut vite de retour. Un sourire accueillit le regard lourd que lui adressa sa collègue : profitant qu’elle tournait le dos, il se laissa à nouveau tomber dans la banquette. Le diner désemplissait peu à peu sans que personne ne passa la porte dans l’autre sens. A cette vitesse, ils pourraient bientôt fermer. Même le type au comptoir, qui n’avait pas cessé de se retourner vers eux, commençait à plier bagage. Quand Alex repoussa son assiette encore à moitié pleine vers lui, Charlie lui adressa un rictus orgueilleux. Que croyait-il ? Qu’une petite pique l’empêcherait de savourer ce qu’il choisissait de considérer comme une offrande ? « Je te nourris et tu me fiches la paix », ça ressemblait peu ou prou au deal que les anciens passaient avec les Dieux, non ? Sans manière, le garou attira l’assiette sous son nez et la recouvrit de miel d’un geste généreux. Lui-même n’avait pas l’excuse du Vermont et il s’en fichait bien : son estomac était vide et visiblement, il avait tout le temps pour savourer son repas. Pourquoi dès lors s’énerver ?

« T’es conscient que ce sera le même prix ? » Commenta-t-il simplement, la première frite déjà gobée et l’infortunée suivante en passe de suivre le même chemin.

Sans plus accorder d’attention au jeune homme, le cuistot entreprit de dévorer méthodiquement le contenu de son assiette, poussant le vice jusqu’à voler le verre de son généreux client pour en prendre une gorgée. Pas mauvais. Comme il lui semblait qu’Alex était sur le point de partir, il lui jeta un coup d’œil rapide à son ex-condisciple, le jaugeant du regard :

« Un conseil mec, si tu te méfies de tout ce qui est bizarre, tu feras pas long feu par ici. A la tienne ! » Et il leva le verre de racinette, subtilisant une nouvelle gorgée.

© Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Cormier

avatar

Humeur : Perplexe
Messages : 844
Réputation : 156
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Re: Les vieilles connaissances   Mer 15 Juil - 14:43

Les Vieilles Connaissances


Alex avait décidé de ne pas relever, mais il avait tout de même été à la fois intrigué et amusé par la déclaration de Charlie.  Il y avait donc réellement des serments qui comptaient pour lui?  Évidemment, pas ceux de la cour, il aurait été excessivement naïf de croire le contraire.  Probablement avec sa bande de mécréants, en fait.  Bande qui avait-elle emménagée au grand complet à Beacon Hills?  C'est sur cette trame de fond de pensées qu'Alex avait entreprit de flirter avec Jenny, du moins c'était le nom qu'elle avait écrit à l'arrière de la facture, à grands coups de silences et de sourires.  Ça n'était pas de sa faute, s'il avait la tête ailleurs, entre son intrigue pour les serments de Charlie, et leur querelle.  De toute manière, la rapidité avec laquelle le cuisinier était revenu ne lui aurait pas laissé le temps de réciter Roméo et Juliette, ni même de lancer ces quelques meilleures lignes.  Inutile, de toute manière, puisqu'elle semblait déjà intéressée par son client.  Ou que c'était un jeu qu'elle jouait pour emmagasiner plus de pourboires.  Peu importait.  Le sinistre personnage était de retour et avait chassé la serveuse.

Voilà qu'Alex s'intrigua sur leur relation.  Ils semblaient s'envoyer valser comme un vieux couple, mais était-ce parce qu'ils n'arrivaient sérieusement pas à se sentir la fraise, ou était-ce leur manière de se montrer affectueux ensemble?  Se pourrait-il que Charlie ait des vues sur Jenny?  Qu'il soit jaloux -car il ne semblait pas enchanté de la voir donner son numéro de téléphone au premier employé hospitalier venu- d'Alex et du numéro qu'elle lui avait glissé?  Alex eut de nouveau un rictus intérieur à cette idée, ne se rendant compte qu'on pigeait également dans son verre que quelques longues secondes après la première gorgée subtilisée.  Le malappris poussait donc l'audace encore plus loin.  Tant pis pour la racinette.  De toute façon, les verres étaient beaucoup trop énormes dans le sud, et Alex savait qu'il se sauvait un mal de ventre en abandonnant son verre aux griffes du barbu.  Alex rembobina mentalement les derniers instants pour constater ce que Charlie lui avait dit.  Il haussa les épaules et répondit, d'un ton suavement sarcastique.

-Vraiment?  Je pensais que j'aurais droit à un crédit pour bonne charité.

Si sa mauvaise humeur était toujours présente, cette joute verbale avait tout de même eut le bon côté de purger les ressentiments d'Alex, qui commençait à se sentir plus léger, presque satisfait.  Son verre et son assiette abandonnés au naufrage, le capitaine se leva pour quitter le navire quand Charlie lança une nouvelle menace, en trinquant, des plus particulières.  Plutôt que de se diriger vers la caisse comme il en avait eu l'intention, Alex resta sur place, sortie son porte-monnaie et entreprit d'en retirer quelques billets, non sans pester intérieurement contre l'argent américain.  Il avait beau y être déménagé des décennies auparavant, il avait toujours autant de difficultés à trier ces billets.  Au fil des ans, il en avait même développée une théorie selon laquelle il fallait être daltonien pour travailler à la Banque Centrale.

-Tout ce que je vois de bizarre, ici, maintenant, c'est un cuisinier aigri qui mange dans l'assiette de son client.

Alex pencha légèrement le chef vers l'avant, avant de poursuivre, sur un ton un peu plus bas.  Il avait toujours été doué en maths.  La menace sur les bizarreries était plus que bizarre en soi et, le Charlie qu'il avait connu étant un animal grégaire, sa bande était probablement toute à Beacon Hills en ce moment, Alex commençait à se méfier qu'il y avait plus devant lui que ce que l'oeil laissait voir.

-Si tu veux avoir une chance de me faire peur, il faudra que tu ramènes ta bande.

Puis, il se dirigea vers Jenny et l'interrogea à distance, en s'assurant qu'elle et Charlie l'entendent tous deux :

-Dis-moi, vous partagez le pourboire?
©City pub
©Nausicäa Kaer
© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
Charlie Crowley

avatar

Messages : 331
Réputation : 150
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Les vieilles connaissances   Mer 22 Juil - 17:32


Les vieilles connaissances






Jenny s’activait toujours à proximité et Charlie lui jeta un coup d’œil alors qu’il enfournait une frite. Si leurs chamailleries avaient pu comporter une certaine tension sexuelle au début, ils avaient vite entrepris de régler le problème. Leur liaison n’avait pas duré longtemps mais depuis, les choses étaient restées fraternelles entre eux. Fraternel vache, s’entend. Il avait laissé sœurette et frangin à Phoenix, fallait bien compenser ! Le problème n’était donc pas tant qu’elle laissa son numéro à un mec mais qu’elle laissa son numéro à CE mec, monsieur je-suis-un-ange-et-tu-es-un-vilain-garçon. Rien à foutre de toute façon, lui, il y avait gagné des frites. Et à celui qui aurait observé qu’il aurait pu en avoir autant qu’il voulait en cuisine, il aurait rétorqué qu’elles étaient toujours meilleures piquées dans l’assiette d’un autre.

La répartie d’Alex ne recueillit, pour toute réponse, qu’un sourcil haussé et le jeune homme secoua vaguement la tête. Ce type avait raté sa vocation, il aurait dû être enfant de chœur. Le client quitta sa table en abandonnant les restes de son repas au féroce nounours et jalousement, ce dernier finit d’attirer à lui assiette et verre. Qui va à la chasse perd sa place, c’était son manger maintenant. Alors que le garou trinquait, autant au départ de l’empêcheur de tabasser en rond qu’au gain de son repas, le biochimiste ne put s’empêcher de lui adresser une dernière pique. Un instant, Charlie resta le verre en l’air, cligna des yeux, puis il acheva son fond de racinette d’une gorgée assassine avant de reposer la chope.

« D’où je suis aigri ? Parle pour toi, je vais très bien moi ! »

Aigri, pff, on aurait tout entendu… Tout ça parce qu’il était obligé de s’enterrer dans un trou paumé loin de sa bande, un tas de crétins brutaux et immoraux peut-être, mais dont il ne voyait que les qualités et en compagnie desquels il se sentait bien plus à sa place qu’ici. Renfrogné malgré lui, l’ours se désintéressa de son ancien condisciple. Côté bizarrerie du cuistot qui pique l’assiette destinée à son client, il ne pouvait par contre rien dire. En même temps, c’était l’autre qui l’avait cherché ! S’essuyant du revers de la main, le jeune homme adressa un regard mauvais à son vis-à-vis :

« Si j’essayais de te faire peur, je réussirais, j’ai pas besoin d’eux pour ça. »

Et puis surtout, il n’avait pas bien le choix, il allait devoir se démerder tout seul ici. C’était dingue ça, même quand il essayait d’être sympa, ou du moins, quand il n’essayait pas d’être particulièrement désagréable, on lui renvoyait dans la tronche ! Alex aurait mérité qu’il l’attende au détour d’une ruelle sombre, un soir, et qu’il lui colle une bonne frousse carabinée sous sa forme bestiale.

Sentant peut-être que le cuisinier allait finir par perdre son calme, Jenny s’interposa en adressant son sourire le plus charmeur à leur client, la fossette rieuse.

« Nope, c’est seulement pour le service. On peut pas dire que ce soit son crédo, hein ? »

A sa table, Charlie haussa les épaules et finit son assiette avant de se lever à son tour. Il avait une cuisine à récurer avant la fin de sa journée. Passant derrière Alex, il le gratifia d’une tape sur l'épaule alors que celui-ci était toujours tourné vers Jenny :

« Oh plaisir de pas te revoir ! »

© Mafdet MAHES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Cormier

avatar

Humeur : Perplexe
Messages : 844
Réputation : 156
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 28
Localisation : Hôpîtal de Beacon Hills

MessageSujet: Re: Les vieilles connaissances   Mer 29 Juil - 2:41

Les Vieilles Connaissances


Alex roula des yeux en voyant Charlie s'emparer de son assiette comme un gamin, allant même jusqu'à utiliser son bras comme une forteresse autour de Fritebourg.  Pas qu'il en ait quoi que ce soit à cirer, mais quand même : ce type était non seulement impertinent, il était également ridicule.  Son air bêta alors qu'il cherchait quoi répondre fit jubiler intérieurement le scientifique.  Et non seulement buvait-il de la racinette comme à un concours de calage -il le regretterait lorsque le temps viendrait de la roter-, le rustre s'essuyait également la bouche du revers de la main, comme un bûcheron alcoolique du 17e siècle.

De nouvelles menaces venaient renforcer leur concours de virilité.  Charlie était donc capable d'agir seul?  Voilà qui était étonnant.  Alex lui jeta un regard en coin tout en sortant son portable de sa poche.  En composant un message de son pouce droit, il répliqua de nouveau.

-Tu es rempli de surprises, Crowley.  J'avais toujours pensé que tu n'étais qu'un suiveur.

La bouche toujours ouverte, Jenny l'interrompit.  Il était peut-être allé trop loin et elle le savait.  Manifestement, Jenny tentait tant bien que mal, et c'était tout à son honneur, de sauver la tranquillité de l'endroit -et les dents de tous les hommes présents- malgré les efforts des deux hommes, dont aucun n'était réellement plus malin dans cette situation, il faut l'avouer humblement, pour avoir le dernier mot.  Comme un réflexe de geek qui n'avait jamais eu suffisamment ce genre d'attentions, Alex renvoya son plus beau sourire à Jenny.

-Tu fais ce que tu peux avec ce que tu as, hein! lui répondit-il. Il déposa alors quelques pièce et un billet chiffonné sur le bar -car il s'était tout ce temps dirigé vers la sortie.  C'est pas beaucoup, mais je compte épargner le reste de ton pourboire pour, disons, mercredi soir?

Le druide continua sa route vers la porte en continuant d'écrire son message.

-J'en serai ravi, Crowley, ravi.

Et, au moment où il poussa la porte, il fit un large signe de main à Jenny, son portable bien en vue, et appuya sur le bouton d'envoi.  Aussitôt, un jingle très populaire retentit et la serveuse se rua sur son propre portable, les joues roses.  La porte se refermait déjà sur le biochimiste.
©City pub
©Nausicäa Kaer
© Mafdet MAHES



Merci Matrim & Chuck!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t996-alex-cormier-de-touts-et
 
Les vieilles connaissances
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On appelait ça les Vieilles Serres. » Klyde.
» De vieilles images
» Le gang des vieilles timbrées (The GVT)
» Visiteurs amoureux de ces très vieilles tombes.
» C'est dans les vieilles marmites que l'on fait les meilleurs soupes...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Beacon HillsTitre :: Centre ville :: Restaurants / Bars-
Sauter vers: