AccueilCalendrierÉvènementsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Badges


Classement au
7 septembre 2019


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Vicky ANderson

►►►◄◄◄


Tobias Rapier



Classement au
24 août 2019


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Amance Jouve

►►►◄◄◄


Tobias Rapier



Classement au
10 août 2019


Amance Jouve

►►►◄◄◄


Alex Cormier

►►►◄◄◄


Peter Hale



Classement au
27 juillet 2019


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Isaac Lahey

►►►◄◄◄


Mathieu Lamy



Classement au
6 juillet 2019


Therence Garnet

►►►◄◄◄


Andy Turing

►►►◄◄◄


Peter Hale



Classement au
22 juin 2019


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Amance Jouve



Classement au
08 juin 2019


Derek Hale

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
25 mai 2019


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Andy Turing

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
11 mai 2019


Richard Turner

►►►◄◄◄


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Mafdet Mahes



Classement au
27 avril 2019


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Peter Hale

►►►◄◄◄


Richard Turner



Classement au
13 avril 2019


Therence Garnet

►►►◄◄◄


Peter Hale

►►►◄◄◄


Andy Turing



Classement au
30 mars 2019


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Willem Shepherd

►►►◄◄◄


Arizona Blake



Classement au
16 mars 2019


Tobias Rapier

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro

►►►◄◄◄


Amadeï Caïmbeul



Classement au
2 mars 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Wesley Beaumont

►►►◄◄◄


Alessandro Amaro



Classement au
16 février 2019


Andy Turing

►►►◄◄◄


Vicky Anderson

►►►◄◄◄


Therence Garnet



Classement au
2 février 2019

Therence Garnet


►►►◄◄◄

Amance Jouve


►►►◄◄◄

Willem Shepherd




Classement au
19 janvier 2019

Arizona Blake


►►►◄◄◄

Wesley Beaumont


►►►◄◄◄

Mederick Ravendorne




Classement au
5 janvier 2019

Willem Shepherd


►►►◄◄◄

Andy et Alessandro


►►►◄◄◄

Tobias Rapier





© Code par Mafdet Mahes

Code onglet coulissant :
Okhmhaka de Never Utopia
Partagez
 

 Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence)

Aller en bas 
AuteurMessage
Mickael Wayne
Administrateur
Mickael Wayne

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Symbol24
Alias : L'homme sans passé
Âge du personnage : 25 ans
Humeur : Pensif
Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Derek_10
Messages : 1564
Points : 1589
Réputation : 252
Date d'inscription : 17/11/2014

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Empty
MessageSujet: Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence)   Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) EmptySam 28 Fév - 15:37

La suite du post débuté .


Quand San Francisco
s'allume



La réunion entre nous cinq se passe bien. Si tant est qu’on puisse qualifier ce genre de discussion comme étant agréable. Elle a été efficace. Il faut en tirer les conclusions positives. Robin me permet d’être libre de mes mouvements au prix du sacrifice de sa propre liberté, Stephan m’en a dit plus sur mon père, nous reliant Chad et moi depuis nos origines. C’est bouleversant mais ça a le mérite d’expliquer un tel acharnement autour de nous. Ce n’est plus seulement la fatalité mais un schéma complexe qui nous fait avancer. Nous reprenons le flambeau de nos pères bien malgré nous. Chad pour comprendre qui était son géniteur, moi pour venger la mort de mes parents et récupérer ma vie.

Maxence est resté silencieux jusqu’à ce que les autres soient sortis, puis je lui demande de me dire ce qu’il a ressenti et « entendu ».

Il m’explique donc que James joue sur un autre front, pensant au rachat d’une entreprise pour se faire une place parmi les leurres qui ont couvert ces expérimentations glauques. Je fais confiance à James et lui laisse le contrôle sur une partie de mon héritage, de quoi le faire fructifier et arranger nos affaires. Qu’il ait omis ces détails n’est pas vraiment dérangeant mais je remercie Maxence de l’avoir relevé.

Lorsque nous évoquons Robin, j’explique à Chad que l’organisation que j’avais fini par quitter garde un œil sur leurs agents fantômes, comme ils le disent, ceux qui, comme moi, ont gagné leur liberté au prix d’une obéissance sans faille en service. James m’avait aidé à passer entre les mailles du filet. Le fait que Robin m’ait retrouvé avait montré que nous avions échoué.

* * *

La veille du départ, Chad et moi allons au loft de Derek. Stephan a judicieusement dit qu’il serait mieux que j’utilise un autre véhicule que le mien ou la Maserati de Chad qui sont certainement répertoriés. Même si Robin porte le bracelet électronique qui m’est destiné, je ne suis pas censé m’éloigner de chez moi. Si la police me retrouvait, ça me vaudrait un aller simple pour la prison. Je suis encore suspect, jusqu’à ce que les preuves rassemblées confirment ou infirment ma culpabilité.

Ruby et Peter sont présents avec Derek. C’est bien qu’ils s’occupent aussi de lui. Chad est soucieux de l’état de son frère de meute. Je prends le temps de leur expliquer que j’ai un indice sérieux, peut être capable de m’innocenter, mais qu’il me faut le moyen de me rendre à San Francisco. Si j’ai eu un peu de mal à convaincre Derek, Ruby, elle, est rassurée qu’il ne puisse pas faire des folies au volant de la Camaro. Sans rien dire, Chad pose discrètement les clés de la Maserati en adressant un clin d’œil à Derek.

Elle nous demande d’être prudents, ce à quoi Peter répond qu’il est bien content que Ruby ne soit pas de la partie. Pour rien au monde il ne voudrait qu’elle prenne des risques.

* * *

La nuit a été mauvaise, la fatigue se fait sentir dans nos muscles lorsque nous nous réveillons. Alors que Chad prépare quelques affaires pour la route dans un sac à dos, je récolte les dernières choses que je souhaite prendre, les lettres notamment. En les sortant de la mallette dans laquelle je les garde, je pose les yeux sur quelques passeports, dont l’original. Lorsque j’ai émergé de ce blackout, c’est l’une des premières choses que j’ai analysée. J’étais allé dans de nombreux pays, je ne me souviens de rien mais ai mémorisé ces informations. Et ce petit carnet m’avait prouvé qu’au moment où ce juge fédéral avait été tué, j’étais arrivé la veille à l’aéroport de San Francisco.

* * *

Je secoue la tête lorsque Maxence vient à me parler par la pensée. Je ne suis pas encore habitué à ça et je trouve presque désagréable d’être dérangé de la sorte. Mais j’ai demandé à être en contact avec eux. Je confirme aller bien malgré la lassitude du voyage. La pause prochaine sera bénéfique.

Au rayon confiseries de la station-service dans laquelle le bus s’est arrêté, je m’approche de Chad. À défaut de pouvoir l’embrasser, je lui caresse la main. Maxence nous laisse un peu d’intimité, ce que j’apprécie.

- J’ai réfléchi à l’endroit où on va débarquer, dis-je. C’est un peu excentré, j’aurais bien pensé à aller ailleurs…

- Le coach a tout prévu, l’hôtel est réservé, me précise Chad.

- Ça va être facile pour James d’annuler la réservation et de la basculer sur autre chose, explique-je. Ça peut paraitre brusque mais je veux prendre des précautions.

- D’accord, accepte-t-il en arrivant à me voler un baiser.

- J’ai beaucoup réfléchi, explique-je. Je sais que ça ne vas pas te plaire mais je vais sûrement être obligé de repérer les lieux pendant que tu seras avec les autres. Bien sûr, j’assisterai à votre match pour t’encourager.

- Si tu sais que ça ne me plait pas, ne le fais pas. Ou soit doublement prudent, concède-t-il.

- Je le serai, et je ne ferai rien sans toi. Sans vous, corrige-je toutefois encore inquiet de ce qui pourrait arriver à Maxence.

- Fais bonne route mon loulou, tiens moi au courant, me dit-il en rejoignant les joueurs qui retournent dans le bus.

En remontant au volant de la Camaro de Derek, je sors mon téléphone pour demander ce service à James. Il sait quel genre de lieu je favorise lorsque je me rends quelque part.

Ainsi, trois heures plus tard, j’attends de voir apparaitre le bus sur le parking de l’hôtel. Je profite de faire rapidement le tour, les grandes avenues sont très fréquentées, l’établissement est luxueux. Nous sommes dans une zone que je trouve préférable. Sait-on jamais dans quoi on va encore mettre les pieds.


(c) Fiche par Mafdet


Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Signat14


Dernière édition par Mickael Wayne le Sam 14 Mar - 18:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t87-mickael-wayne-ce-qui-ne-te-tue-pas-te-rend-plus-fort http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t88-mickael-wayne-liens-et-rps
Chad Wilder

Chad Wilder

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Symbol17
Âge du personnage : 24 ans
Humeur : vengeresque
Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Derek_10
Messages : 1043
Points : 1073
Réputation : 110
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Empty
MessageSujet: Re: Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence)   Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) EmptyMer 4 Mar - 22:31









Et maintenant ?




Le debriefing de la réunion chez Mick apporte peu de nouvelles données. Par contre, la présence de Maxence et son compte rendu rassure Mick sur les intentions de chacun. Il ne fait pas de commentaire pour mon père qui a sciemment pensé en japonais pour que Max ne devine pas ses pensées. Je bloque les miennes, sans vraiment savoir si c’est efficace, évitant de penser à cette personne de San Francisco. J’espère que cela suffit car je ne sais pas penser en japonais. Je sais peu de chose et je fais confiance à mon père pour ne pas cacher inutilement des points essentiels.

La veille du départ, j’accompagne Mick au loft de Derek. Il lui faut un véhicule, sa Camaro comme ma Maserati sont connues des fédéraux qui l’ont arrêté. On joue la carte de la prudence en venant demander à Derek de nous prêter sa voiture. Peter et Ruby sont là. J’aurai bien évité d’avertir mon alpha de notre déplacement, car elle va s’inquiéter et je trouve qu’une futur maman, toute chef de meute qu’elle soit, a d’autre priorité que nous. Je me tourne vers Derek, son regard a changé : il me reconnait !

- Depuis quand ? Demandai-je.

- Cette nuit, grâce à un certain Matrim, qui semble te connaitre me répond Derek.

- Il est bien pratique ce gars, dis-je. Il ne fait pas vieillir ?

- Non…

- Dommage…

Évidement Derek fait un peu la grimace à notre demande, alors que Ruby est ravie. Mais il retrouve le sourire quand il me voit poser les clés de la Maserati dans un coin en échange. C’est un peu fébrile que nous rentrons à l’appartement de Mick. Nous ne savons pas vraiment vers quoi nous fonçons. J’ai encore sommeil lorsque je me réveille. Je prépare mon sac tandis que Mick fait de même. Mick me dépose au campus. Je l’embrasse et me serre contre lui avant de sortir et rejoindre Maxence. Je m’installe au fond, côté fenêtre avec Maxence. Cela me permet de garder le contact visuel avec Mick qui nous suit et de dormir un peu appuyé sur la vitre. Le bus fait une halte pour prendre de l’essence. L’équipe sort se dégourdir les jambes. J’entre dans le mini Market avec Max. Mick nous rejoint discrètement. On ne se regarde pas, mais je sens avec bonheur sa main saisir la mienne. Nos doigts se font l’amour dans une étreinte discrète mais fougueuse. Je me sens frustré de ne pouvoir le prendre dans mes bras, et de coller mon nez sur son cou pour m’enivrer de son parfum. J’ai soudainement envie d’une ile déserte où je serais seul avec lui.

- J’ai réfléchi à l’endroit où on va débarquer, dit-il. C’est un peu excentré, j’aurais bien pensé à aller ailleurs…

- Le coach a tout prévu, l’hôtel est réservé, répliquai-je contrarié de ce changement de dernière minute.

- Ça va être facile pour James d’annuler la réservation et de la basculer sur autre chose. Ça peut paraitre brusque mais je veux prendre des précautions.

- D’accord, dis-je en arrivant à me voler un baiser. Je ne tenais plus !

- J’ai beaucoup réfléchi. Je sais que ça ne vas pas te plaire mais je vais sûrement être obligé de repérer les lieux pendant que tu seras avec les autres. Bien sûr, j’assisterai à votre match pour t’encourager.

- Si tu sais que ça ne me plait pas, ne le fais pas. Dis-je attristé. Ou soit doublement prudent !

- Je le serais, et je ne ferai rien sans toi. Sans vous, reprend Mick.

- Fais bonne route mon loulou, tiens moi au courant dis-je en rejoignant les autres.

C’est avec un pincement au cœur que je vois la Camaro doubler notre bus. « Ça va aller » me dit Max en pensée. « J’espère » répondis-je de la même manière. Si le coach avait montré son mécontentement quand il avait reçu un appel de James qui usurpait l’identité du gestionnaire pour nous faire changer d’hôtel, il avait repris le sourire en voyant l’hôtel de luxe devant lequel on se gara.

J’étais sous la douche dans la salle de bain attenante à la chambre que je partageai avec Max quand Mick vint nous rejoindre. Une chance pour Max, car je me pressai subitement de finir pour lui laisser la place. Je les rejoignis donc à moitié séché et les cheveux plus en bataille que jamais. Alors que Max prend ma place dans la luxueuse salle de bain, je fais reculer Mick jusqu’à un des lits jumeau et le fais basculer dessus et moi avec. Je sais que je fais le gamin, mais j’ai peur, peur de le perdre. Que va-t-on trouver à cette adresse ? J’ai des milliards de questions, certaines sont terribles et concernent la partie cachée de la mémoire de Mick. Ruby a dit qu’elle lui pardonnait pour le manoir, car l’homme qu’elle connait n’est pas ou plus ce criminel. Ce qui m’inquiète ce n’est pas tant la réaction des « victimes », si la vérité s’avérait sombre, mais plutôt comment réagirait Mick… Ne s’éloignerait-il pas de moi ?

- Tu viens au match cette aprèm ?

C’est avec plaisir que je sens ses bras se serrer dans mon dos. Je pose ma tête sur son torse. Je suis bien là. Mais j’ai peur de sortir, peur de savoir, peur de tout perdre, le perdre.

© Fiche par Mafdet Mahes



Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Signat11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t4-chad-wilder-l-homme-loup http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t69-chad-so-pretty-shy-boy
Invité
Invité
Anonymous


Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Empty
MessageSujet: Re: Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence)   Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) EmptyJeu 5 Mar - 17:48


Puzzle and Memory

J’eus la sensation d’être utile à Mick en apportant des détails que moi seul avais perçus. Mais pourtant il sembla encore plus pensif. Il avait cru bien faire, se mettre à l’abri, lui et ses amis rencontrés en cours de route, mais il n’avait pas totalement réussi. Il ne s’en rendait peut être pas compte et je ne le lui ferais pas remarquer, mais il avait peur pour Chad. Peur que le vieux démon qu’était sa solitude n’ait finalement eut raison depuis le début.

Je restai un peu avec eux. Nous changeâmes de sujet et l’ambiance devint plus légère. Je racontai à Mick les prouesses de Chad lors des entrainements de handball. L’intéressé m’adressa un clin d’œil lorsque j’évoquai ses aptitudes sportives parfois légèrement surnaturelles.

Lorsqu’il fut l’heure que je rentre, Mick me proposa de me raccompagner.

- Je te ramène si tu veux.

- C’est gentil mais ne t’inquiète pas, je vais prendre le bus. Reste avec Chad.

En effet, les pensées de ce dernier avaient quelque peu filtré. La sexualité de Chad était toujours un sujet de plaisanterie entre nous. Je le respectai trop pour voir au-delà de ce qu’il s’amusait parfois à me transmettre par la pensée. Je les laissai donc en amoureux, discuter des révélations qu’on venait d’apprendre ou tout simplement profiter d’être ensemble. Ils me remercièrent sur le pas de la porte puis je sortis dans la rue en direction de l’arrêt de bus situé à proximité.

Le soir, je me couchai tôt. Jouer les détecteurs de mensonges m’avait épuisé. Je pris les devants avant qu’une migraine ne survienne. Grâce à Chad et à notre complicité, j’apprenais à dompter ce pouvoir tellement spécial et envahissant. Tant pour moi que pour les autres. Je remerciai une quelconque puissance supérieure que ma télépathie ne puisse jamais être décelée par ceux avec qui j’entrai en contact, volontairement ou non. Je faisais tout mon possible pour ne jamais penser de moi-même qu’il s’agissait de viol mental, qu’en aurait-il été si les autres sentaient ma présence.

Le lendemain, je me réveillai après plusieurs cauchemars. Ou plus précisément après avoir fait le même cauchemar à plusieurs reprises. J’avais revécu dans la nuit la scène dans laquelle je causais la mort d’un homme. Chicago me manquait mais ce fantôme, non. Cette mauvaise nuit a certainement été causé par mon angoisse grandissante. J’avais accepté d’aider deux amis, mais une petite voix me demandait si j’étais sûr d’utiliser mes pouvoirs à bon escient. Dans leurs tourments,  Chad et Mick luttaient sans cesse, attaquaient parfois pour prendre le dessus face au danger. Je n’étais pas capable de savoir si moi-même je pouvais me défendre sans causer de catastrophes.

Dans la journée, je reçus un appel téléphonique de Mick qui me demanda si je n’étais pas trop bouleversé par la réunion de la veille. Je ne voulais pas mentir et lui confiai que c’était effectivement source d’appréhension mais que leurs problèmes à tous les deux ne me donnaient pas le droit de les ignorer. Si je pouvais aider, alors je devais le faire. Il y avait bien trop de choses mauvaises dans ce monde sur lesquelles je ne pouvais pas agir, j’espérai être capable de participer à arranger la leur.

La veille du voyage, je fus à nouveau contacté au sujet de cette "histoire". Mais par une personne dont je ne savais littéralement rien, puisque ses pensées avaient été habilement dissimulées. Stephan Wilder m’appela dans la matinée.

- Je pense que tu connais suffisamment mon fils pour savoir qu’il risquerait sa vie pour Mickaël. Ce que je te demande peut te sembler délicat, mais sache que tu n'as pas à avoir peur de ce que tu es.

- Que voulez-vous dire ?

- Je voudrais que tu restes avec Chad et Mick en ayant conscience de ce que tu peux accomplir pour les aider. Et que tu saches te protéger également.

- Je ne sais pas si je serais à leur hauteur, Monsieur.

- C’est bien pour cela que je compte sur ton talent fabuleux qui pourrait grandement aider mon fils et son petit-ami. Il te suffit d'être attentif.

Comme lors de la réunion chez Mick, lorsqu’il avait fini de dire ce qu’il avait à dire, le père de Chad se taisait, attendant nul autre que l’approbation de ses interlocuteurs. J’acceptai cette requête en pensant à la confiance qui reliait Stephan et son fils. J’espérai ne pas me faillir, au risque de décevoir un ami. Ou pire, causer le genre de catastrophe que je redoute.

* * *

Il arrive et tu n’es pas prêt.

Je savais que Chad se presserait davantage pour sortir de la salle de bain en sachant que Mick était là. Je ris mentalement avec lui et il sortit quelques minutes plus tard à peine séché. Je ne me fis pas prier et entrai à sa suite dans la pièce qui rendit soudainement ridicule la petite douche dans ma chambre sur le campus.

Je me déconnectai pour profiter du moment et surtout laisser de l’intimité à Chad et Mick qui se retrouvaient.

Quand je sortis de la salle de bain, je les trouvai enlacés. Étaient-ils restés ainsi tout ce temps ? Je rangeai quelques affaires et leur proposai de descendre prend le déjeuner dans le restaurant de l’hôtel.

Avant de sortir, j’osai une question.

- Et ensuite, que fait-on ? Je veux dire, Chad et moi, on a le match cet après-midi. Après ?...de toute façon je vous suis.


Revenir en haut Aller en bas
Mickael Wayne
Administrateur
Mickael Wayne

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Symbol24
Alias : L'homme sans passé
Âge du personnage : 25 ans
Humeur : Pensif
Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Derek_10
Messages : 1564
Points : 1589
Réputation : 252
Date d'inscription : 17/11/2014

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Empty
MessageSujet: Re: Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence)   Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) EmptyDim 15 Mar - 23:07


One piece



Alors  que je rentre dans l’hôtel après avoir fait le tour du parc de l’établissement, je reçois un message de Chad me précisant le numéro de leur chambre. Je récupère le pass d’accès au nom de James à l’accueil mais me dirige vers l’étage occupé par les joueurs de handball dont Chad et Maxence.

C’est lui qui m’ouvre la porte et Chad se presse de me rejoindre les cheveux encore humides. Il est très sexy lorsqu’il n’est pas coiffé, même si je prends toujours le temps d’essayer de mettre de l’ordre dans ses mèches rebelles. C’est un jeu entre nous car peu importe son allure, je l’aime et le désire entièrement, tout ce qui fait sa personne.

Il me pousse doucement en arrière et je m’écrase sur le lit. Au-dessus de moi, Chad finit vite par m’embrasser, longuement, amoureusement, pour rattraper les heures pendant lesquelles nous avions été séparés. Comme Matrim l’avait remarqué et dit à plusieurs reprises, notre couple est une évidence. Nous sommes fusionnels, fait l’un pour l’autre, vivant l’un avec l’autre. Nos vies se mêlent comme pour nous dire de ne jamais hésiter, de nous aimer sans compter, sans condition. Sans crainte de l’avenir, mais ça n’est pas possible. Aimer c’est avoir peur. Peur de perdre ta propre vie si celle de ton âme sœur s’écroule.

Je tire Chad contre moi, l’arrache à la réalité pour nous plonger quelques secondes dans une bulle rien qu’à nous. Lorsque Maxence sort de la salle de bain, Chad et moi sommes toujours sur le lit l’un contre l’autre.

- On va à la cafétéria tous les trois ? Propose-t-il.

- Il faut que vous preniez des forces, des protéines et des sucres lents, dis-je en bon conseiller.

Je me relève de ce lit douillet après avoir promis à Chad qui pourra me rejoindre pour la nuit dans ma propre chambre.

- Et ensuite, que fait-on ?  Demande Maxence. Je veux dire, Chad et moi, on a le match cet après-midi. Après ?...de toute façon je vous suis.

- Ne t’inquiète pas, dis-je. Je viens vous encourager et quand vous aurez gagnés ça sera de bon augure pour la suite.

Dans la foule hétéroclite de clients et des joueurs de l’équipe de Beacon Hills, je passe inaperçu. Ce qui me permet de m’installer à la même table que Chad et Maxence sans que ça paraisse suspect. Je fais mon possible pour les motiver et leur dire ma confiance dans leurs capacités. J’avais plaisanté avec l’ami télépathe sur les performances de Chad, ce qui détend encore l’atmosphère avant la rencontre sportive.

* * *

Dès lors que le coup de sifflet est donné, je ne quitte pas Chad des yeux. De cette manière je peux lui transmettre mes encouragements s’il tourne la tête vers moi. Et vue l’intensité du jeu dès les premières minutes, il risque d’en avoir besoin. Mais il est concentré, habile et vif. Je ne pense pas qu’il use de ses capacités lupines, faisant confiance à l’entrainement effectué sur le campus. Je suis fier de lui. Et je m’exclame comme tous les supporteurs lorsqu’il marque un premier but. Debout parmi la foule, je participe au tonnerre d’applaudissement pour féliciter l’équipe.

Et je proteste tout autant lorsqu’un joueur adverse simule une chute grossière. Heureusement, l’arbitre comprend le stratagème et n’exclue pas le coéquipier de Chad.

Quand l’arbitre signale la fin de la première mi-temps, Chad en profite donc pour me cherche des yeux. Je lève le pouce et lui adresse un sourire aimant. Dommage qu’il ne puisse pas entendre mes pensées à cet instant.

La deuxième partie du match est plus agressive. Le jeu des deux équipes va de pair avec les exclamations du public. Les bousculades me font serrer les poings. Surtout lorsque Chad en est la victime ainsi que Maxence. Les joueurs tombent comme des quilles, le fair-play n’est plus de mise. J’observe Chad jusqu’à remarquer le changement. Il se donne entièrement, usant de ses aptitudes surnaturelles. La suite du match est tendue. Le score n’est pas en faveur de l’équipe jouant à domicile et ils le font payer. Mais Chad gagne en fluidité et en précision. Ses co-équipiers lui accordent leur confiance et les points s’enchainent sous les cris de joie de certains et de haine des autres.

La rencontre touche à sa fin. Il est temps car je vois que Maxence est mal en point. Chad donne quelques explications aux joueurs et s’occupe de son ami, fonçant vers les vestiaires avant le reste de l’équipe.

Je réfléchis quelques instants et prends la décision de les rejoindre immédiatement. Chad récupère rapidement, son côté animal étant moins sensible à la fatigue. Je présume que Maxence affronte un autre genre de problème. Plus mental que physique.

La foule de spectateurs se déversent vers les différentes portes. Ne pas aller dans le sens du courant peut paraitre suspect. Surtout si je me dirige vers les vestiaires. Les vigiles surveillent toujours les supporteurs de mauvaise humeur.

Un homme crie son mécontentement en jetant au sol sa casquette aux frous-frous lumineux. Je saisis l’objet au passage et l’enfile aussitôt. Je me place à portée de vue des surveillants et donne un violent coup de pied dans un conteneur qui se déverse sur le sol. Sans attendre plus d’une seconde qu’on vienne pour me reprocher mon geste, je me faufile entre plusieurs personnes et donne une accolade à un homme.

- Tiens mon pote, dis-je en plaçant la casquette sur sa tête. Je n’en ai plus besoin.

Je lui adresse un clin d’œil et refais le chemin inverse. J’attends au coin du mur que les deux surveillants se lance à la poursuite de celui qu’ils prennent pour moi. Dans leur dos je me glisse dans le couloir menant aux vestiaires.

Chad et Maxence s’y sont précipités à la seconde où le coup de sifflet avait annoncé la fin du match. Je les retrouve assis sur un banc sous le jet d’eau de la douche. Maxence semble vraiment mal en point.

- Ça va aller, file, j’entends les autres arriver, me dit Chad avec un sourire qui tente de me rassurer.

Je sors des vestiaires avant d’être vu et les attend à l’extérieur.

* * *

Les joueurs entrent en liesse dans l’hôtel. Je suis de près Chad et Maxence qui a du mal à marcher. Lorsque nous sommes enfin posés dans la chambre, je les laisse un peu seuls. Maxence a besoin de plusieurs minutes pour récupérer. Je le laisse discuter avec Chad car je ne veux pas trop m’immiscer. D’après ce qu’il m’a raconté, il est habitué à aider Maxence à retrouver son calme lorsque ses pouvoirs se détraquent.

J’énumère mentalement à combien d’entités j’ai à faire. Il y a le Baron sur qui je veux mettre la main mais qui joue avec moi comme il l’a toujours fait, et ce quelqu’un qui remue le couteau, fait ressurgir de quoi m’incriminer. Peut-être lui. Ou non. Et ces autres qui semblent me venir en aide sans affirmer clairement leur présence. Nous prenons le temps de discuter de la manière de procéder.

Avant que nous sortions de la chambre, Chad m’embrasse avec force. Ce qu’il me dit à l’oreille me donne davantage de courage et de détermination. Nous nous sommes promis une vie à deux. Je la veux loin de toutes ces histoires. Et nous n’avons pas peur de nous battre pour notre bonheur.

* * *

27, Talween Street

Il n’y a rien d’autre à cette adresse qu’un immeuble ancien dans lequel le seul local ouvert est une galerie d’art. Il y a une exposition qui a débuté très récemment.

Nous entrons lentement, comme des promeneurs attirés par devanture. La présence d’autres personnes me rassure. Si c’était un piège, il ne se refermera pas sur nous en public. Légèrement rassuré, je reste sur mes gardes et observe la réaction des personnes présentes. Un geste louche ou un coup d’œil trop insistant peut les trahir. Lorsque j’entre dans un lieu inconnu, je suis la cible de tous les regards. Ceux-ci se détournent ensuite quelques secondes avant de revenir sur moi pour ne plus me lâcher. Ces secondes durant lesquelles je suis invisible m’appartiennent. Elles sont mon temps, mon monde, ma liberté. Cet dans ce court instant que j’analyse l’environnement immédiat, prêt à toutes les éventualités.

Nous faisons le tour de la galerie, fixant les tableaux sans leur accorder d’intérêt. Je cherche des indices, des messages cachés dans ce qui apparait comme une chasse au trésor. Ça en deviendrait ridicule s’il n’y avait pas un enjeu très important. Trop important.

La dernière toile représente une pièce d’échec écarlate. Chad et moi échangeons un regard. Maxence doit saisir ce à quoi nous pensons. Cette sensation étrange de n’être que des pions. Et la coïncidence de tomber sur une œuvre comme celle-ci.

- Cette toile serait un autoportrait d’après les dires, explique un passionné d’art à quelques pas derrière nous.

- Comment s’appelle l’artiste déjà ? Demande-je.

- Elle se fait appeler Red Queen, la ressemblance est frappante, n’est-ce pas ? Ajoute-t-il.

L’objet dessiné devant moi est l’homologue féminin, dans les moindres détails, de la pièce que j’avais trouvée en croyant débusquer le Baron. Si sur un échiquier classique, les blancs et les noirs s’affrontent, qui peut bien être cette Reine Rouge ? Et pour quel camp œuvre-t-elle ?

On nous a amené ici mais en prenant soin de dissimuler les traces. La personne qui souhaitait qu’on la trouve se montre prudente. Cette nouvelle donne confirmerait que c’est bien de l’aide qu’on nous propose. Il nous reste à savoir qui et où.

Je sors le téléphone de ma poche et compose le numéro de James. Il m’a dit être joignable à n’importe quel moment, c’est donc sans surprise qu’il décroche presque aussitôt.

- J’ai besoin d’une info, James, dis-je précipité.

- Je t’écoute, je savais bien que tu finirais par m’appeler après être entré, dit-il.

- Comment sais-tu que nous sommes à l’intérieur ? Demande-je perplexe.

- Les caméras dans la rue, Mick. Grâce à Stephan et au nouveau serveur qu’il me permet d’utiliser, j’arrive à te suivre tant bien que mal dans la ville.

- Bien. Alors dis-moi tout ce que tu peux trouver sur cette exposition et l’artiste qui se fait appeler Red Queen.

Le cliquetis des touches comblent le silence tandis que je regarde à l’extérieur par la vitrine, à la recherche des caméras dont me parle James.

- Je n’ai rien sur cette artiste, mis à part une coupure de journal annonçant l’exposition à laquelle vous assistez. En revanche, ajoute-t-il, j’ai retracé le paiement pour la location du lieu. Il provient d’une banque étrangère mais a été commandité depuis San Francisco. Je peux trouver l’adresse du titulaire.

- Parfait, nous ne sommes pas venus pour rien, dis-je.

- Ça semble être un quartier résidentiel tranquille. Je t’envoie les coordonnées sur ton téléphone.

- Tranquille ça peut aussi dire sans témoin, et la notion de piège prend tout son sens, analyse-je.

- Oui, bizarrement il n’y a aucune caméra de surveillance à proximité de cette zone, précise James. Tu seras à l’aveugle Mick.

Je me tourne vers Chad, mon loup qui contrôle pleinement ses capacités, et vers Maxence qui est un sérieux atout. Quelques dizaines de secondes après avoir raccroché, une vibration m’indique un nouveau message.

-  On apporte un panier de muffins pour faire bonne figure, plaisante-je.


(c) Fiche par Mafdet


Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Signat14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t87-mickael-wayne-ce-qui-ne-te-tue-pas-te-rend-plus-fort http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t88-mickael-wayne-liens-et-rps
Chad Wilder

Chad Wilder

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Symbol17
Âge du personnage : 24 ans
Humeur : vengeresque
Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Derek_10
Messages : 1043
Points : 1073
Réputation : 110
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Empty
MessageSujet: Re: Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence)   Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) EmptyMer 18 Mar - 21:30











Et maintenant ?


La porte de notre chambre d’hotel se referme enfin sur nous. Mick reste un moment pour s’assurer que ça va puis s’éclipse me laissant seul avec Max. J’apprécie la discrétion de Mick, il sait pourtant le contact plus qu’étroit que j’ai avec Max, mais il me fait confiance et ne se sent pas en danger vis-à-vis de cela. Et là, Max a besoin de calme et d’un phare sur lequel se fixer et se poser. Il s’est allongé sur son lit pendant que je transforme notre salle de bain en buanderie pour faire sécher nos vêtements trempés sous la douche au gymnase.

***

Grâce à mon aide Max va mieux. Mick est revenu dans notre chambre pour nous chercher. Maintenant la deuxième raison de notre présence ici, débute. J’appréhende ce qu’on va trouver. Je serre Mick contre moi, j’ai si peur de le perdre d’une manière ou d’une autre. Je lui murmure à l’oreille des mots doux et des promesses éternelles. Je veux vieillir à ses côtés.

Nous sommes un peu décontenancés de trouver une galerie à l’adresse indiquée et non pas un immeuble quelconque. Les dates sur l’affiche à l’entrée nous indiquent que l’expo est récente. Nous entrons, je reste un peu en retrait laissant Mick prendre un mètre d’avance. Je suis concentré et mime mon père et son regard « scanner ». Méthodique je commence par la gauche et j’écoute. J’écoute les gens, pas vraiment ce qu’ils disent, j’écoute leur corps. Je cherche une faille, un trouble, je cherche un loup déguisé en brebis, un loup ou un chasseur. Je traque celui qui simule. J’ai demandé à Maxence de laisser son don au repos, lui promettant de lui cibler quelqu’un si j’avais un doute. Mick lui cherche la raison qui nous a amené ici. Il est également sur ses gardes. Je le trouve sexy ainsi, car il se déplace comme un félin, toujours en appui changeant, prêt à se défendre.

Je vois Mick se figer devant une toile, lorsque je la regarde je comprends ce qui l’interpelle. Une pièce d’échiquier comme celle laissé à son appartement en guise de signe. Difficile de savoir si le message est « Nous veillons » ou « On entre quand on veut ». Un des visiteurs dit que c’est un autoportrait. Je hausse un sourcil, je ne comprends rien à l’art moderne. Mick lui demande le nom de l’artiste.

- Elle se fait appeler Red Queen, la ressemblance est frappante, n’est-ce pas ?

Je ne sais pas, je n’ai jamais croisé une pièce d’échiquier vivante… Je suppose que la ressemblance est psychologique et non physiologique. L’auteur de cette toile semble se prendre pour une pièce maitresse de l’échiquier. Mais toute reine qu’elle est, elle peut chuter face à une tour ou un cavalier. Je souris pour moi-même en m’imaginant en cavalier capable de sauter par-dessus les autres pièces, Mick serait le fou se déplaçant en diagonale, furtif et Max la tour allant droit devant lui.

Mick demande des informations à James par téléphone. J’apprends ainsi que mon père lui a prêté un serveur et qu’il a ainsi accès au réseau des caméras de surveillance de la ville. Cela me rassure d’avoir une telle couverture pour assurer nos arrières. Finalement, James finit par remonter dans mon estime. Il aide Mick au maximum, rien que pour cela, je dois l’en remercier. James envoie l’adresse convoitée, nous voilà reparti avec la Camaro de Derek. Le quartier où nous nous dirigeons n’est pas couvert par le réseau de caméra. Je ne crois pas à la coïncidence. Comme à Boston il y a quelques mois, je suis au maximum de concentration. La moindre souris ne peut m’échapper. Je serre mon téléphone à travers le tissus de mon jean et repense au message envoyé par mon père quelques heures plus tôt et qui commence par « Au cas où… »

Il est tard, le quartier résidentiel où nous sommes est paisible. Impossible de savoir si nous sommes dans la lunette d’un sniper. Enfin, on fait face à l’entrée de l’adresse communiquée par James. Je sers brièvement l’épaule de Mick pour lui rappeler mon soutient.

© Fiche par Mafdet Mahes


Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Signat11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t4-chad-wilder-l-homme-loup http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t69-chad-so-pretty-shy-boy
Invité
Invité
Anonymous


Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Empty
MessageSujet: Re: Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence)   Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) EmptyJeu 26 Mar - 11:49


Puzzle and Memory

Mick avait été très clair sur ses instructions.  Il ne fallait prendre aucun risque inutile mais il ne voulait pas que le voyage soit en vain. Ce que je pouvais comprendre. La coïncidence avait fait que Chad et moi avions l'excuse parfaite pour l'accompagner à San Francisco.

Le match m'avait épuisé physiquement et surtout mentalement. Sur le premier point, Chad avait absorbé la douleur musculaire et la fatigue. Je me sentais soulagé mais jamais prêt à user de mes dons à chaque coin de rue. Mick nous avait alertés sur le fait qu'une attaque pouvait survenir à tout moment. Lui et Chad avaient évoqué leur précédente excursion à Boston. Ça n'avait pas été simple et ne s'était pas achevé d'une manière totalement positive.

Mick ouvrait l'œil, Chad guettait le moindre bruit suspect et moi je filtrais les pensées des gens que nous croisions. Je me contentais de sonder un faible rayon autour de nous. Dans la foule c'était délicat. Mais bien moins que de devoir subir les esprits en ébullition de tout un gymnase de spectateurs.

Finalement nous arrivâmes à l'adresse indiquée sans aucun problème. Mick avoua immédiatement son appréhension que ça se passe aussi bien. Le bâtiment abritait une galerie d'art et une exposition commencée la veille. Il n'y avait que quelques amateurs à intérieur et après avoir sondé chacun d'entre eux, je fis part à Chad et Mick qu'il n'y avait rien d'anormal.

J'étais également soulagé de ne pas dans un piège et de voir surgir des pistolets sous un pan de manteau comme dans les films d'action où les dommages collatéraux étaient importants. Je ne comptais pas mourir ici. Et Stephan m'avait dit de ne pas avoir peur de ce que j'étais, surtout s'il était question de ma sécurité ou de celle de son fils et de son fiancé.

Chad et Mick étaient devant le dernier tableau de l'exposition. Je trouvais que c'était le moins élaboré de tous mais comme je le perçus en pensées grâce à Chad, il s'agissait d'un élément important.

Je sondai à nouveau l'homme qui s'était approché de nous. Hormis une explication très détaillée et subjective de l'art et de ce tableau en particulier, son esprit était vide de toute suspicion.

Nous sortîmes de la galerie et Mick contacta son ami, James, que j'avais rencontré lorsque nous étions tous réunis.

Je sentis l'ironie dans les propos de Mick. Il soupçonnait encore une entourloupe surtout si nous avions l'intention de nous rendre à l'aveugle dans un nouvel endroit.  Et il était clair qu'ils iraient jusqu'au bout de la piste. Et ce même s'il fallait sauter au-dessus d'un précipice. Mick était prêt à tout pour obtenir des réponses. Il en oublierait presque que sa vie est gâchée par cette quête incessante. Mais je n'avais pas le droit de juger, moi qui avait fui Chicago pour oublier ce que j'avais fait.

Je sentis Chad crispé tandis que nous approchions de la nouvelle étape. Il pensait à son père et au message qu’il avait reçu plus tôt « Au cas où… ». Je perçus dans son esprit l’évidence d’un secret concernant Stephan et son fils. Par respect, je n’allais pas au-delà de ce que mon ami m’autorisait à savoir.

Le quartier était calme et convenablement éclairé. Il ne ressemblait en rien à une scène où se déroulerait une embuscade. Mick nota qu’il n’y avait pas de point haut depuis lequel nous observer et, dans le pire des cas, nous viser comme du gibier. Et il y avait aussi peu de végétation pour camoufler un éventuel ennemi. De toute façon, je ne sentais la présence de personne à l’extérieur. À moins qu’on soit capable de se dissimuler de ma télépathie. Mais même en portant une quantité suffisante de cuivre, ça ne m’empêchait pas de sentir une présence. Je ne parvenais simplement pas à accéder à son esprit.

Mick n’aimait pas être dans le flou, en terrain inconnu. Pour cette raison, nous marchâmes rapidement vers l’habitation en question. Elle ressemblait à tous les autres, comme un modèle qu’on aurait dupliqué en grande quantité le long de la rue.

Nous étions dans le petit jardin qui s’étendait devant le perron. Je laissai s’échapper mon pouvoir aux travers des murs. Je saisis quelques pensées éparses. Je regardai Chad et Mick puis choisit la pensée pour leur communiquer ce que je venais de comprendre.

Il s’attend à notre visite

Cela sembla évident à Mick et à posteriori, à moi également. La lettre anonyme qu’il avait reçue était une invitation. La piste de San Francisco, de l’exposition et du dernier tableau en particulier menait à cette porte. Et à ce qu’il y avait derrière.


Revenir en haut Aller en bas
Mickael Wayne
Administrateur
Mickael Wayne

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Symbol24
Alias : L'homme sans passé
Âge du personnage : 25 ans
Humeur : Pensif
Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Derek_10
Messages : 1564
Points : 1589
Réputation : 252
Date d'inscription : 17/11/2014

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Empty
MessageSujet: Re: Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence)   Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) EmptyLun 30 Mar - 18:57


Puzzle...



Je ne doute pas un seul instant que nous sommes attendus. C’est une évidence. Mais savoir Maxence aux aguets est rassurant. Avant je ne faisais confiance à personne, préférant compter sur mes capacités en mission plutôt que l’assistance d’un tiers. Personne à gérer, personne pour compromettre une action délicate. Et un seul fautif en cas d’échec. Soi-même.

Ma manière de procéder me convenait parfaitement autrefois. Je savais être intuitif et efficace. Des compétences qui avaient été convoitées et qui finalement paraissaient naturelles. Ça devait être inscrit dans ma nature. Chad me dit souvent que j’ai tendance à être trop dur avec moi-même. C’est sûrement pour cette raison que j’en demande autant à mon entourage. Entourage réduit à Chad qui me comprend de mieux en mieux.

Je cache ma fébrilité derrière un masque d’assurance très souvent utilisé. La deuxième lettre anonyme reçue un an après mon arrivée à Beacon Hills m’a conduit à cette adresse. Je tends le bras pour frapper à la porte lorsque Chad pose sa main sur la mienne.

- Ça va aller, on est avec toi, me rassure-t-il.

Après deux coups sur le montant en bois, un homme à la carrure impressionnante nous ouvre aussitôt. Son allure et sa gestuelle m’indiquent qu’il s’agit très certainement d’un garde du corps. Qui que ce soit à l’intérieur, cette personne est sous sa surveillance.

Il nous indique la direction du salon où un homme est assis dans un fauteuil. Chad est tendu, je remarque le tressaillement d’une veine au creux de son cou. Je suis également en alerte mais me sens moins en danger quand je comprends qu’il n’y a pas d’autres hommes dans cette maison. Toutefois, si une troupe armée encercle la bâtisse, nous ne pouvons rien faire.

En approchant de l’homme qui se lève pour nous accueillir, je jette un œil aux quelques photographies dans cette pièce à la décoration très sobre. J’ai un doute insaisissable qui me percute. C’est impossible et remettrait en cause une réalité intangible.

- Juge Lynch ? Ose-je extrêmement troublé.

- Asseyez-vous, Mickaël, me répond-t-il.

* * *

Trois ans auparavant

J’entre dans le bâtiment à l’heure précisément définie. Me frayer un passage jusqu’au bureau d’un juge fédéral est d’une simplicité déconcertante. On ne voit que rarement la menace lorsqu’elle est sous notre nez. Je ne toque pas à la porte mais l’ouvre doucement. L’homme assis devant plusieurs dossiers s’offusque de mon intrusion. Je sens le poids dus coutelas logé sur mon flanc et dissimulé par ma veste. Le matériau bien que très résistant n’est pas fait de métal, il est passé inaperçu aux portiques de sécurité.

Je me demande l’espace d’un instant si cet individu doit être considéré comme une cible ou une victime. Bientôt il n’aura pas d’autre attribution que celle de cadavre. D’un pas souple, je parcoure la distance qui me sépare de lui. La seconde suivante, l’arme repose dans mon poing fermé. L’instant d'après est plus austère. Le silence de la mort résonne pourtant comme un glas assourdissant.

La gorge tranchée, l’homme s’effondre, le buste couché sur son bureau, le sang coulant sur le sol. Dans le coin supérieur gauche de la pièce, une caméra de surveillance n’a rien loupé de la scène.

* * *

Trois ans et un jour plus tôt

Je pose l’ordre de mission en effectuant un choix décisif. Depuis quelques mois, je refusais intérieurement l’autorité à laquelle j’étais soumis. Mais s’arracher des griffes d’une telle organisation est un acte délicat.

J’ai repéré les habitudes de la personne qu’on m’avait demandé de surveiller et à terme d’éliminer. Un homme qui en savait trop et qui pourrait révéler des informations compromettantes sur les affaires sur lesquelles le Baron avait la main mise.

Lorsque l’individu s’assoit sur une table à l’extérieur du café, je me lève et vient le rejoindre. Son regard est perplexe mais je prends la parole avant lui.

- Ce que j’ai à vous dire est extrêmement important, commence-je. Vous êtes impliqué dans une affaire dangereuse, une affaire concernant celui qui se fait appeler le Baron.

- Comment vous…m’interrompt-t-il.

- Comment je suis au courant ? Parce qu’il m’a envoyé pour supprimer la menace, répond-je clairement.

Le juge fédéral se lève en regardant autour de lui si quelqu’un pourrait lui venir en aide.

- Je ne vous veux aucun mal, continue-je en lui demandant de rester tranquille. Je suis ici de mon propre chef pour vous proposer un marché que vous auriez tout intérêt à accepter.

Il hésite une seconde mais ne bouge pas.

- Sans vouloir vous effrayer davantage j’aurais pu vous tuer plusieurs fois depuis ce matin. Lorsque vous êtes sortis de chez vous après avoir sortis les poubelles, où quand vous avez traversé le parking souterrain pour vous rendre au palais de justice. Ou encore que vous étiez captivé par la discussion houleuse que vous avez eu il y a moins d’une heure. Croyez-moi, je suis de votre côté.

Il s’assied enfin, avant que l’attention des autres clients ne soit exclusivement orientée sur nous.

- Je ne peux pas risquer de vous expliquer en détails et vous comprendrez aisément que vous ne devez parler de tout cela à personne. Croyez-moi ceux à qui vous avez à faire ne sont pas des enfants de cœur. Vos soupçons sont fondés et les preuves que vous amassez posent évidemment problème. Si j’exécute l’ordre que j’ai reçu, demain à cette même heure vous serez mort.

- Et que comptez-vous faire ? Demande-t-il après avoir dégluti, noué par l’angoisse.

- Écoutez-moi attentivement, repris-je. Vous trouverez dans le coffre de votre voiture une mallette contenant un dispositif que vous devrez avoir sur vous demain. Vous ne devez absolument pas vous trahir et vous comportez durant cette journée de manière ordinaire. À 14h40 précisément, j’entrerai dans votre bureau. Ayez l’air naturellement outré mais ne vous levez pas. Tout ira très vite. Je m’approcherai armé d’une lame que je sortirai au dernier moment. Puis je vous trancherai la gorge. L’amalgame synthétique que vous porterez autour du cou libérera une poche de sang sous pression qui rendra très réaliste votre mort. Par chance, les tests ADN rendront tout cela plausible. Ce leurre libérera immédiatement une toxine très puissante dans votre organisme. Ce n’est pas douloureux mais vous serez dans un état physique cadavérique. Vos fonctions vitales seront indétectables. Un homme de confiance sera parmi le groupe de policiers et de légistes qui viendra sur la scène de crime, néanmoins nous devons faire en sorte que votre mort paraisse réelle. Est-ce que vous avez bien compris ? Demande-je en conclusion.

- Qu’adviendra-t-il ensuite ? Questionne-t-il avec inquiétude.

- Vous serez pris aussitôt en charge et placé sous surveillance jusqu’à ce que l’affaire concernant votre mort soit diffusée par les métiers puis oubliée. Ensuite vous pourrez sortir de l’ombre et recommencer une vie plus ou moins normale, protégé comme témoins dans une affaire délicate. Mais pour que ma mission soit accomplie j’ai besoin d’emporter avec moi toutes les preuves que vous avez amassées sur les machinations du Baron.

- Vous réduirez à néant des mois d'investigation, déclare-t-il.

- Mais je vous sauverai la vie. Je crois que votre décision est déjà prise, n’est-ce pas ?

* * *

Aujourd’hui

- Tout s’est déroulé exactement comme vous l'avez prévu, me raconte le juge Lynch. Après avoir simulé ma mort, ARGUS a pris en charge de maquiller ma disparition et de rendre la plausible jusqu’à la cérémonie funèbre. J’avoue que jouer ce rôle a été extrêmement difficile. Puis je fus placé dans le programme de protection des témoins. Plusieurs semaines se sont écoulées avant que ma femme soit mise au courant dans le plus grand secret. Je vis ainsi depuis trois ans maintenant. Mais je ne regrette pas de vous avoir écouté ce jour-là, Mickael. Vous m’avez effectivement sauvé la vie.

Je parviens difficilement à avaler ma salive alors parler m’est impossible. Je n’ai aucun souvenir de ce qu’il vient de me raconter. Ça aurait pu être un mensonge mais un regard à Chad et Maxence me confirme qu’il s’agit de la vérité. Elle est devant nous. Le juge Lynch n’est pas mort. J’ai refusé l’ordre de le tuer au risque de mettre ma vie en péril. Si les années effacées de ma mémoire m’effraient encore, je sais à présent que j’avais conservé une volonté propre. Du moins à la fin, juste avant que je me réveille de ce blackout.

- Je n’ai aucun souvenir de ce que vous venez de me raconter, explique-je à l’homme que le pays entier croit mort.

- Si tu as tout oublié de cette affaire c’est que tu as eu l’audace d’aller jusqu’au bout Mickael, confesse-t-il. Je ne saurais t’expliquer mieux que toi-même ce qui a motivé une telle décision.

- Que voulez-vous dire ? Demande-je.

- Je dois te montrer quelque chose que tu m’as laissé en prévision de ce jour, répond-il.

Il se lève et libère l’accès à un coffre sécurité dissimulé derrière un tableau représentant un loup au regard pigmenté d’or. Il revient s’assoir en face de moi en posant sur la petite table son ordinateur portable et la clé USB qu’il vient de récupérer.

J’ai peu de patience face au retournement de situation auquel nous assistons. La vidéo se lance et j’écarquille immédiatement les yeux. C’est un message qui m’est destiné et dont l’auteur n’est nul autre que moi-même.

Chad et Maxence sont également surpris. Nous nous approchons de l’écran sur lequel mon visage apparait distinctement.

- Je conçois très bien que de me…te voir apparaitre dans cette vidéo doit être une expérience très troublante, commence mon alter ego du passé. Surtout si, comme je le pense, nous ne gardons aucun souvenir, ni d’avoir enregistré un tel message ni des mois qui précèdent.

Ma manière de m’exprimer me plonge immédiatement dans la peau de celui que j’étais auparavant. Le discours est précis et froid. Efficace.

- Sache que ce que je peux te révéler n’est qu’une infime partie de ce dans quoi nous sommes plongés, continue la voix sur la vidéo.

Cette réalité j’en ai conscience depuis longtemps, ainsi que Chad et Stephan son père. Tout comme Maxence qui nous accompagne est qui fait face à quelque chose de difficilement appréhendable.

- J’ai refusé de faire ce qu’on me demandait, au début…mais ils savaient être très convaincants, explique mon reflet d’antan. Je n’avais personne dans ma vie, pas de proches ni de familles, alors ils s’en prenaient aux enfants de ceux qui, comme moi, avaient été enrôlés. Ces personnes étaient ce qui se rapportait le plus à des amis, sans jamais l'être. Et les sbires du Baron maitrisaient parfaitement ce genre de torture psychologique. Je vis avec un souvenir qui me hante, celui d’un meurtre que nous avons commis. Une famille entière brulée vive dans un manoir. À Beacon Hills. Et si ce que je suis en train de mettre en place se déroule comme je l’imagine, tu devrais y avoir mis les pieds il y a de cela un an.

Comment aurais-pu prévoir mon arrivée dans cette ville ? Cette lettre anonyme était-elle programmée, envoyée à moi-même ? Je n’en crois pas mes yeux et pourtant…

Mon moi de la vidéo referme sa main sur le médaillon qu'il porte autour du cou, un geste que je réalise sans m’en rendre compte en même temps que lui…que moi.

- Ils refusaient que je porte ce bijou qui me rappelait mon ancienne vie, explique-je. Alors je l’ai caché, enfermant à l’intérieur ce qui me restait d’humanité et de souvenirs heureux. Ma capacité à rester maitre de moi-même est la preuve que ce compartimentage a fonctionné. Je parviens à mettre en place une échappatoire.

Je serre le poing en remarquant que Chad a glissé sa main dans la mienne sans que je m’en aperçoive. Ensemble on est plus fort.

- Certaines choses doivent refaire surface dans ta mémoire depuis quelques temps, de manière ponctuelle et sans que tu puisses totalement te souvenir. N’oublie pas qui tu es, et sache que nos parents seraient fiers de nous. Cette histoire est ce pourquoi ils ont été tués, tu ne dois pas abandonner. Le dossier que le juge Lynch m’a confié n’a pas été détruit, je l’ai mis en lieu sûr. J’espère qu’il ravivera en partie ta mémoire. Tu le trouveras à terme, et si jamais tu tombes, n’oublie pas d’où tu viens.

Ma gorge se serre et ma mâchoire trop crispée me fait mal. Je contiens des larmes de colères et de frustration à l’évocation de ceux qui m’ont été arrachés. Je fixe la vidéo, attendant un message supplémentaire.

- Bon courage, conclue mon moi du passé avant que l’écran ne devienne noir.

Je respire à plein poumons pour prendre toute la mesure de ce que je viens d’apprendre. L’impression d’être un pion dans les mains d’un joueur invisible est déconcertante. Mais aujourd’hui je sais que même avant que ma mémoire ne soit effacée, je luttais déjà pour me soulever contre des personnes sans scrupules. J'avais planifié mon retour en Californie. Autrefois, je ne comptais que sur moi-même et sans le savoir je jouais encore actuellement mon propre jeu. Un plan que j’avais moi-même en partie établi.

Je retrouverai la mémoire au moment opportun, c’est une certitude. À présent, je sens une force nouvelle me pousser vers l’avant.


(c) Fiche par Mafdet


Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Signat14


Dernière édition par Mickael Wayne le Dim 9 Aoû - 14:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t87-mickael-wayne-ce-qui-ne-te-tue-pas-te-rend-plus-fort http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t88-mickael-wayne-liens-et-rps
Chad Wilder

Chad Wilder

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Symbol17
Âge du personnage : 24 ans
Humeur : vengeresque
Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Derek_10
Messages : 1043
Points : 1073
Réputation : 110
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Beacon Hills

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Empty
MessageSujet: Re: Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence)   Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) EmptyVen 3 Avr - 11:49











San Francisco s'embrume


Peuplée de lumière, et peuplée de fous
Elle sera dernière à rester debout
Si San Francisco s'effondre…


Nous sommes attendus, une évidente évidence qui donne aux coups frappés par Mick sur la porte des allures de levé de rideau. Quelle scène allons-nous découvrir ? Je ne sais que penser de toute cette mise en scène. Le passé de Mick est si complexe, il nous apparait comme un kaléidoscope d’images, comme une nébuleuse infernale. La porte s’ouvre sur un garde chiourme. Je suis tendu à l’extrême. Je crois que jamais de ma vie je n’ai été aussi concentré, à Boston peut-être, chaque fois que la vie de Mick est en jeu en fait. Je veux être le mur qui tient le toit qui l’abrite, la porte qui le protège des autres, sa fenêtre qui l’ouvre vers le monde. Je veux semer des étoiles dans sa nuit, être son phare et son soleil, être celui qui l’éclaire et le réchauffe. Je veux être son oxygène et l’eau qu’il boit. Pensées égoïstes : je veux être sa vie.

On entre. Je sens la présence de Max dans ma tête. Il ne me parle pas, mais ainsi sans avoir à me regarder, il a accès à mes sens. Je sais qu’il m’avertira dès que quelque chose lui semblera suspect. On forme la garde rapprochée de Mick, je sais que dans le passé ça l’aurait gêné, mais il change peu à peu et accepte de se faire entourer même si le corolaire est de donner manière à représailles. Mick a fini par choisir l’amour et l’amitié à la solitude. Il a fini par commencer enfin à vivre sans pour autant oublier sa quête personnelle. Je viens de me trouver une famille, alors que je pensais déjà en avoir une, lui doit trouver la sienne et comprendre le sens de tout cela.

La décoration de la maison est sobre et spartiate. Ce n’est pas un logement où les gens vivent vraiment. Un homme nous attend assis dans un fauteuil. J’attends à tout moment qu’une armée nous tombe dessus, mais je ne perçois que quelques hommes répartis à ce que je pense être les points stratégiques de la bâtisse. Un signe mental de dénégation de Max m’informe qu’il ne sent pas non plus de danger immédiat. Ces types peuvent être au courant que je suis un loup, mais à part Mick et moi, personne ne connait les capacités de Max. Il est vraiment notre atout sécurité. Je suis même désolé de la pression que ça lui donne. Il nous a suivis dans cette affaire par amitié pour moi, mais je ne lui en demande pas tant.

- Juge Lynch ?

La voix de Mick est troublée, son cœur s’est accéléré.

- Asseyez-vous, Mickaël, répond-t-il.

Ce gars est donc ce juge assassiné. Si je ne comprends rien, mon cœur bondit de joie. Les images vidéo étaient si accablantes que Mick avait douté de lui. Il ne se sent pas l’âme d’un assassin, mais après sa réminiscence des évènements au manoir Hale, ce meurtre odieux d’un représentant de la loi l’avait profondément choqué. J’avais dû user de tout mon amour, de toute ma confiance pour lui pour lui certifier qu’il devait y avoir une explication rationnelle à ses gestes, si terribles soient-ils. Et là, ce juge, vient de lever une des pierres qui écrasent la conscience de Mick.  Si l’instant n’était pas si empreint de gravité, j’irai volontiers serrer la main de ce gars pour avoir la bonne idée d’être encore en vie.

Mick s’est assis pour écouter ce qui est tout simplement un pan de son passé. Un passé qui fuit sa mémoire. Je bois les mots de cet ex-juge. Rétrospectivement, je suis fier de Mick. Il avait trouvé une solution pour ne pas exécuter sa sombre besogne. Il est innocent et j’enrage subitement qu’on l’accuse.

- Je n’ai aucun souvenir de ce que vous venez de me raconter, murmure Mick.

Je m’approche et pose ma main sur son épaule. Il est ébranlé par ce qu’il apprend. Je serre un peu fort. Mon message est clair : « je suis là ».

- Si tu as tout oublié de cette affaire c’est que tu as eu l’audace d’aller jusqu’au bout Mickael, poursuit Lynch. Je ne saurais t’expliquer mieux que toi-même ce qui a motivé une telle décision.

- Que voulez-vous dire ? Demande Mick.

- Je dois te montrer quelque chose que tu m’as laissé en prévision de ce jour, répond-il.

Je m’accroupis à côté du fauteuil de Mick et lui prend la main quand je le vois apparaitre sur l’écran. C’est un dialogue surréaliste, Mick se parlant à lui-même. On comprend donc comment il était coincé et obligé d’accomplir ses basses besognes. Mick est désemparé, je pose ma joue contre son bras. C’est lui-même qui s’est adressé ce courrier mystérieux, celui qui l’a fait venir à Beacon Hills, celui qui a permis aussi qu’on se rencontre.

- Ils refusaient que je porte ce bijou qui me rappelait mon ancienne vie, poursuit Mick. Alors je l’ai caché, enfermant à l’intérieur ce qui me restait d’humanité et de souvenirs heureux. Ma capacité à rester maitre de moi-même est la preuve que ce compartimentage a fonctionné. Je parviens à mettre en place une échappatoire.

Les deux Mick serrent ce bijou hautement symbolique. Je souris à une différence. Autour du cou du Mick du présent, un autre symbole côtoie celui de son passé, la Chad-boussole. C’est une preuve qu’il a avancé, que sa vie a évoluée.

Le Mick du passé nous explique que sa mémoire devrait se débloquer, cela me rassure. Mais il explique que cela se fera progressivement. Je sens la frustration de celui que j’aime. Quand la vidéo est terminée, je fixe Mick et porte sa main à mes lèvres. Un silence s’installe un moment.

***

Le retour à l’hôtel s’est fait en silence, je conduis, Mick est plongé dans ses pensées et Max se repose à l’arrière, la tête renversée sur le dossier de son siège. On entre dans notre chambre à Max et moi. Mick nous fait un résumé de la soirée, plus pour mettre de l’ordre dans ses pensées que pour vraiment nous faire partager ses impressions. C’est là que Max lui propose son aide. De profiter de  ses informations fraiches pour tenter de percer les souvenirs de Mick.

***

J’ai laissé Max seul. La journée a été éprouvante pour lui et sa tentative d’intrusion dans les méandres de la cervelle de Mick une catastrophe. Je suis adossé à la tête du lit de la chambre de Mick. Il est contre moi, sa tête repose contre mon torse. J’ai mes deux mains sur son front et mes veines sont noircies. Son mal de crane est terrible. Je lui parle doucement, envahissant son espace de ma voix, de ma chaleur. J’allume des étoiles sur le plafond de la chambre, fais pousser des fleurs sur le lit sur lequel nous reposons. Mon souffle se fait une brise caressante. Quand sa douleur a enfin diminué, je pose mon menton sur sa tête et mes mains sur son torse. Celles de Mick viennent les recouvrir. Nul mot n’est nécessaire pour exprimer nos sentiments.

Demain, nous rentrons à Beacon Hills. J’aimerais pourvoir rentrer avec Mick, mais c’est impossible sans paraitre suspect. Je lui fais promettre de nous suivre encore, alors qu’il pourrait rentrer plus rapidement.

Quand San Francisco se lève
San Francisco ! Où êtes vous



© Fiche par Mafdet Mahes


Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Signat11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t4-chad-wilder-l-homme-loup http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t69-chad-so-pretty-shy-boy
Invité
Invité
Anonymous


Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Empty
MessageSujet: Re: Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence)   Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) EmptyJeu 9 Avr - 9:22


Puzzle and Memory

J’étais en contact silencieux avec Chad, ce lien nous permettait de veiller l’un sur l’autre et d’être réactifs. C’était devenu une habitude, presque un réflexe. Nous fûmes amenés à un homme, celui dont j’avais capté les pensées avant d’entrer. En nous approchant, j’hochai la tête en signe de dénégation à l’attention de Chad. Il s’était demandé si nous courrions un danger immédiat. Ce n’était pas le cas. Je souris intérieurement quand il pensa à moi comme « atout sécurité ». Je n’étais pas infaillible mais mon pouvoir pouvait être sévèrement utile. Stephan m’avait dit de ne pas en avoir peur et d’être attentif. Je suivis ce précieux conseil.

La révélation me parvint davantage en pensées que par les quelques mots échangés entre Mick et cet homme, le juge Lynch. Le puzzle s’emboita plus rapidement à mes yeux, ayant accès aux informations détenues par l’un et l’autre. Mick n’avait pas tué cet homme dont je perçus la reconnaissance. L’explication logique était riche de révélations. J’en avais les prémices mais la vidéo que nous visionnâmes fournit des détails importants. L’innocence de Mick était incontestable. Dans la même seconde, Chad et lui ressentirent un immense soulagement.

Par contre rien n’était dit sur la raison qui avait engendré le blocage de la mémoire de Mick. Il se demanda quels secrets il avait en sa possession. Lors de la réunion chez lui, il avait vaguement mentionné ce blocage et l’impossibilité de passer outre. Je me posai la question si ma télépathie ne pouvait pas l’aider à se rappeler. J’avais la possibilité de fouiller dans son esprit, d’ouvrir des fenêtres donnant sur la pièce verrouillée de ses souvenirs.

Je ne dis rien au sujet de ma proposition alors que nous quittâmes cette maison. Le trajet retour vers l’hôtel se fit dans le silence. Pourtant, l’esprit de chacun était vif et bruyant. Je dus rompre le contact pour éviter la migraine.

Une fois à nouveau installés dans notre chambre à Chad et moi, Mick mit de l’ordre dans ses pensées en réexpliquant les différents moments de cette journée. J’en saisis encore une fois l’importance cruciale que ça avait pour lui. Je proposai donc mon aide.

- Mick ? Je peux sûrement t’aider à te souvenir, avec ma télépathie.

- Est-ce que tu crois que c’est possible ? J’ai déjà essayé quelque chose du genre et ça n’a pas fonctionné.

Je ne voulais pas imposer une méthode, souhaitant seulement être vraiment utile. Je pouvais agir, faire autre chose que filtrer les pensées des gens à la recherche d’un danger. Mais je n’insistai pas. La procédure imposait un contact intime alors que nous nous connaissions qu’à travers Chad.

- On peut si tu t’en sens capable.

Je crus l’être, je devais me détendre mais ce ne fut pas chose facile lorsque Mick me rappela les effets d’une fouille dans sa mémoire. Chad était présent pour pallier à la douleur mais j’espérai ne pas lui faire mal.

Nous nous installâmes sur le lit, l’un en face de l’autre, de manière confortable afin que rien ne vienne nous perturber. Je perdais un peu conscience du monde réel lorsque je plongeais entièrement dans l’esprit de quelqu’un.

- Je suis prêt.

- Moi aussi.

Je n’avais pas besoin de placer mes mains sur ses tempes comme dans la majorité des films surfant sur un quelconque pouvoir télépathique. La présence de Mick en face de moi suffisait amplement. En revanche, il me fallait un point de départ pour remonter le fil de ses souvenirs.

- Quel est le dernier souvenir clair que tu possèdes avant que ta mémoire ne soit effacée ?

Pour une personne normale, il était difficile de se remémorer avec précision une journée ou un moment  en particulier lorsqu’il était lointain. Mais Mick avait gravé celui-ci après plusieurs tentatives de se rappeler ce qui lui était arrivé.

Remonter son histoire dans ce sens chronologique ne fut pas efficace. La sensation était désagréable pour moi aussi. Ce blocage me donnait l’impression d’un silence anormal, comme si j’entrai dans une pièce totalement silencieuse et obscure. Un vide dans l’esprit.

J’eus une autre idée, plutôt détournée, qui me vint en pensant à des exercices d’hypnose utilisés pour redécouvrir des traumatismes enfouis.

- Mick, n’essaie pas de te souvenir mais tente plutôt de d’imprégner de celui que tu étais avant, raccroche toi à celui que nous avons vu sur le vidéo.

Revêtir ce costume qu’il avait délaissé pour Chad sembla une chose facile. Son moi d’antan était en sommeil. Je n’osais dire que Chad lui était énormément plus utile que l’armure qu’il s’était forgé.

Mick tenta de vivre de l’intérieur la scène à laquelle la vidéo nous avait donné accès. Il s’imagina être en train de l’enregistrer et se remémora chacune des paroles entendues pour les prononcer à nouveau. Il souhaitait passer de l’autre côté du miroir, retrouver un pan de vie oublié. Comme une main invisible,  je le poussai en avant, essayant de confondre le passé et le présent, de les faire fusionner. J’avais l’impression de tenter de mettre une âme dans une coquille vide. L’esprit du Mick actuel dans le corps de l’ancien.

Puis je forçai trop, rompant l’équilibre mental. Mick décrocha et se mit à crier en serrant sa tête dans ses mains. Le blocage dans sa mémoire le faisait atrocement souffrir et la procédure engendra un déclic dans mon esprit.

Lorsque Chad intervint aussitôt en tirant Mick en arrière pour l’allonger sur le dos, je fus plaqué de la même manière par une force invisible. Et je voyais à travers les yeux de son petit ami. J’étais lui, un parasite prioritaire sur sa propre existence.

Mick était prisonnier à l’intérieur de lui-même, là mais pourtant absent. Mon corps à moi était inanimé puisque ma conscience emplissait le corps d’un autre. Je devais raccrocher son esprit à son propriétaire avant qu’il ne disparaisse totalement mais n’y parvins pas.

Et Chad continuait de secouer Mick de plus en plus fort pour nous ramener à la réalité. J’aurai pu ouvrir la bouche pour expliquer ce qui était en train de se passer mais prononcer quelques mots dans ce corps qui n’était pas le mien me serait apparu comme du vol.

Soudain, un bourdonnement m’envahit et je sentis ma conscience être arrachée au corps de Mick pour être projetée à nouveau dans mon propre corps. Mais celui-ci étouffa d’une liberté entravée.

Je portai la main à ma tête sur laquelle Chad avait enfoncé mon casque audio revêtu de cuivre. Heureusement que je l’avais toujours dans mon sac. Je me relevai à la hâte pour voir si Mick allait bien. Son regard si particulier était vide puis un instant plus tard, il refit surface.

- Je…Je suis tellement désolé, je ne voulais pas, c’est la première fois que ça arrive…Je. Désolé.

Je n’aurais pas cru possible une telle immersion. La sensation pour Mick devait être terrible. Prisonnier de son propre corps, sans pouvoir interagir avec le monde réel.

L’impact produit par Chad sur le corps de Mick avait eu le même effet sur le mien, preuve que nous étions très liés mentalement et physiquement. L’ascendant de l’esprit sur la matière, sur le corps vivant, était terrifiant.

Je bafouillai encore des excuses et les laissai seuls. Je n’aurais jamais dû proposer mon aide.

Revenir en haut Aller en bas
Mickael Wayne
Administrateur
Mickael Wayne

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Symbol24
Alias : L'homme sans passé
Âge du personnage : 25 ans
Humeur : Pensif
Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Derek_10
Messages : 1564
Points : 1589
Réputation : 252
Date d'inscription : 17/11/2014

Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Empty
MessageSujet: Re: Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence)   Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) EmptyVen 10 Avr - 23:15


...And Memory



Je suis heureux d’avoir découvert que je n’avais pas tué cet homme de sang-froid. La certitude d’avoir exécuté un ordre sordide, même sous la contrainte, aurait détruit une partie de l’homme que je souhaite être. Quelqu’un dont mes parents auraient pu être fier, dont Chad serait fier. Me voir sur cette vidéo a été une sensation étrange. Je me remémore ce que je me suis adressé à moi-même il y a trois ans tandis que Chad nous ramène Maxence à et moi à l’hôtel.

Comment à l’époque pouvais-je être sûr que ce message me soit transmis ? Il ouvre une nouvelle perspective sur mon passé mais laisse beaucoup de questions en suspens. Qu’avais-je bien pu découvrir pour faire le choix délibéré de dissimuler une partie de ma mémoire ? Était-ce la seule solution ? Aujourd’hui, je ne suis pas convaincue par la méthode employée, mais celui que j’étais avant, toujours sûr de lui, avait pris cette décision. Je dois m’en remettre…à moi-même. Un doute atroce m’envahit. Avais-je prévu dans ce plan qu’un homme entrerait dans ma vie, un loup de surcroît. Tout ne pouvait être entièrement pensé à l’avance, c’était impossible. Suis-je sur la bonne voie ?

Je serre la cuisse de Chad pour m’assurer que sa présence est bénéfique dans ma vie. Peu importe ce que j’avais prévu pour mon avenir, la réalité actuelle se fait avec lui. Je ne peux m’en passer. Plus maintenant. Je l’aime et c’est inconditionnel.

Lorsque nous entrons dans la chambre qu’il partage avec Maxence, je ressens le besoin d’énoncer à voix haute ce que nous avons découvert. Mon esprit de synthèse réassimile une deuxième fois ces informations pour ne jamais les oublier. Oublier…c’est bien ce qu’il m’est arrivé. Volontairement. La solution à tout ça est forcément dans ma tête. Je bute sur cet obstacle et exprime ma frustration.

- Mick ? Je peux sûrement t’aider à te souvenir, avec ma télépathie, intervient Maxence.

- Est-ce que tu crois que c’est possible ? Demande-je. J’ai déjà essayé quelque chose du genre et ça n’a pas fonctionné.

Les premières tentatives avec Mafdet nous avaient permis de glaner, aux prix de sacrées migraines, des miettes de souvenirs. Très peu et pourtant très révélateurs. J’avais ainsi découvert ma présence lors de l’incendie du manoir des Hale. Cette vérité m’avait heurté, tout comme les membres de la meute de Chad. J’étais en sursis à leurs yeux. Sûrement moins depuis que j’ai pu montrer ma valeur, celle de l’homme que je suis malgré mes actes passés. Peter Hale, pourtant lui aussi en proies à de vieux démons, avait bien failli me tuer lorsqu’il avait appris la nouvelle. Ruby s’était montré farouche et m’avait clairement fait comprendre que ma réelle implication était une épée de Damoclès au-dessus de ma tête. Oui, avec le temps mon attachement auprès des autres avait changé. Ils croient davantage en moi à présent.

- On peut si tu t’en sens capable, réponds-je à Maxence.

Je m’assois sur le lit en face de lui, nous devons nous détendre et être bien installés pour ne pas être gênés au bout de quelques minutes. Je me souviens que le temps passait plus rapidement lorsque Mafdet fouillait ma mémoire.

- Je suis prêt, déclare-je à Maxence.

- Moi aussi, dit-il en fermant les yeux.

Comme pour la fois précédente, je me laisse explorer. Je pense que Maxence sait ce qu’il fait. Du moins je l’espère. Chad est prêt de moi, je sens sa présence discrète. Toujours là.

- Quel est le dernier souvenir clair que tu possèdes avant que ta mémoire ne soit effacée ? Demande Maxence pour nous orienter sur la partie de mon passé concernée par le blackout.

Les images sont confuses, des bâtiments, des rues et une impression de bien connaître l’endroit alors que ma raison m’indique que le lieu est inconnu. Je me focalise sur ça. C’est trop vague, insuffisant. Maxence ne parvient pas à obtenir davantage, pas d’accès, même douloureux à ma vie oubliée.

Les pouvoirs d’une sentinelle étaient sans doute plus puissants. Je m’excuse aussitôt mentalement pour cette pensée. Je vis mal l’échec à ce sujet. Mais Maxence a une autre idée, qu’il énonce à haute voix pour garder sa pleine concentration sur mon esprit.

- Mick, n’essaie pas de te souvenir mais tente plutôt de d’imprégner de celui que tu étais avant, explique-t-il. Raccroche-toi à celui que nous avons vu sur la vidéo.

L’exercice est plus facile puisque nous avons visionné cet enregistrement il y a peu de temps. Je ressens toujours cette empathie pour celui que j’étais, et que je suis encore bien que poussé vers une autre vie. Je dois m’immerger dans ce comportement froid et calculateur, celui qui se voulait efficace. Et qui oubliait d’être humain. Mes émotions actuelles auraient pu combler la solitude que je ressentais à l’époque.

Maxence amplifie le souvenir récent, je suis dans mon corps au moment où nous regardons cette vidéo. Je me sens attiré par l’écran, les traits de mon propre visage, rajeuni de trois années, me semblent flous. Je me perds à travers ce double auquel je souhaite fusionner.

Une douleur atroce explose dans ma tête. J’hurle sans même m’en rendre compte. Le mal est accompagné d’une sensation glaciale. À travers mes propres yeux, la réalité s’éloigne comme si je tombais dans un gouffre sans fond.

Je ne sais pas combien de minutes dure ma chute. Il n’y a pas d’impact, pas de fin. Simplement la sensation du vide, du néant. Insoutenable lorsqu’on a connu l’existence et le monde réel.

Je cligne des yeux, remontant de très loin. Un frisson me parcourt le dos. Lorsque je reprends conscience, Chad est penché au-dessus de moi. J’entends la porte de la chambre se ferme à la hâte mais ne discerne pas les mots qui sortent de sa bouche.

Ses lèvres sur les miennes m’aident à rependre une respiration plus régulière. Je comprends que Maxence est choqué par ce qui vient de se produire. Nous lui laissons la chambre pour la nuit et allons rejoindre la mienne.

Je sommeille lové contre Chad, soulagé lorsqu’il absorbe la douleur du capharnaüm mental que produit toute tentative de percer à jour ma mémoire verrouillée.

* * *

Nous quittons le restaurant de l’hôtel alors que le jour est à peine levé. Nous avons voulu profiter d’un petit déjeuner copieux avant de reprendre la route vers Beacon Hills. Il nous reste deux longues heures et peu d’affaires à ranger. Nous sommes loin de chez nous et je veux profiter encore plus d’être avec Chad. Maxence n’a pas arrêté de s’excuser pour ce qui est arrivé hier puis il a de nouveau préféré nous laisser seuls.

- Merci d’avoir cru en mon innocence, souffle-je en l’embrassant quand nous sommes seuls dans l’ascenseur.

Il descend sa main dans ma poche pour récupérer le badge de ma chambre. Lorsque l’ascenseur émet un bip nous reprenons aussitôt un comportement décent. Je laisse Chad marcher devant moi dans le couloir pour observer ses fesses et sa démarche fluide. Je sais qu’il joue à me séduire. J’ai envie de lui et m’accroche à ses vêtements dès que nous refermons la porte de la suite.

Cette fois-ci, la pièce de tous les plaisirs ne sera pas la chambre et son lit confortable. Après quelques minutes, je l’invite dans la pièce d’à côté.

La vapeur a envahi la salle de bain, l’atmosphère très chaude nous oblige à nous déshabiller pour être à l’aise. Je glisse sous la douche après avoir baissé la température de l’eau. Puis j’incite Chad à se joindre à moi.

La mousse à l’odeur agréable est une excuse parfaite pour des caresses coquines. J’aime avoir sa peau nue contre la mienne. L’eau chaude ruisselle sur nos corps rapprochés. J’embrasse sa nuque en plaquant une main sur son bassin pour le rapprocher en douceur contre mon intimité.

Notre fusion éveille une envie commune qui nous porte vers un plaisir exquis. La passion et l’amour sans distinction.

* * *

Je rentre seul avec la Camaro de Derek. Pourtant, je ne le suis pas vraiment. Chad est à quelques mètres. Même sans l’intervention de Maxence, je pourrais sentir lorsqu’il pense à moi. Je remue mes propres pensées, mettant en équilibre le poids des secrets et la force de mon amour pour Chad.

Il est l’une des seules choses que j’aime dans cette vie peu ordinaire. Lorsque je suis venu au monde, mes parents ont sans doute imaginé ce qu’aurait pu être mon avenir. Ils me voyaient grandir jour après jour. Mais ils n’avaient connu que mon enfance. Mon adolescence et ma vie d’homme sont dénuées de toute famille. Le jour de leur mort, ou bien même avant cela, mon existence avait pris un grand virage. Aujourd’hui, je prends des courbes et des chemins de traverses pour éviter l’infortune et ceux qui se dressent sur ma route. Et je tiens tête à mes adversaires.

« Comme un vent irrésistible
La vie suit ses courbes invisibles et file
Vers l'avant. »



(c) Fiche par Mafdet


Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence) Signat14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t87-mickael-wayne-ce-qui-ne-te-tue-pas-te-rend-plus-fort http://teenwolf-rpg.forumactif.org/t88-mickael-wayne-liens-et-rps
 
Puzzle And Memory (Chad, Mick & Maxence)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Visites à l'hopital (Matrim, Chad, Mick)
» La colère est force de mouvement (Chad& Mick)
» L'espoir est un remède d'amour (Mick & Chad)
» There's no remedy for memory ~ R.S.
» Lost my memory [Natheeghan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Teen Wolf RPG, la limite : l'imagination :: Out of Beacon Hills :: In USA :: San Francisco-
Sauter vers: